Tag archive

iboat

Entretien sans frontières avec Tushen Raï du label Hard Fist

dans ENTRETIENS/MUSIQUE

Co-fondateur du label lyonnais Hard Fist, Tushen Raï explore depuis maintenant quelques années une facette globale et ouverte de la musique. Défenseur d’un décloisonnement des genres musicaux et porteur d’une vision militante de la culture, Baptiste (de son vrai prénom) œuvre au développement d’une scène artistique qui fait fi des frontières et se connecte de Vilnius à la Palestine en passant par la Russie ou le Mexique. Également bien implanté à Lyon, l’artiste porte aussi un regard éclairé sur sa ville devenue l’une des références en Europe dès lors qu’on parle de cultures électroniques. Celui qui a choisi un nom qui renvoie à « l’essence de l’âme » (issu d’un dialecte ouest-africain) s’apprête à jouer à l’Iboat le vendredi 19 juillet pour la résidence Nouveaux Mondes : l’occasion idéale de revenir avec lui sur sa scène, son parcours, la création de son label ou encore les liens entre Bordeaux et Lyon…

Crédit photo : Gaétan Clément

Le Type : Peux-tu commencer par te présenter et nous raconter ton rapport à la musique ?

Tushen Raï : Pendant des années j’ai collectionné des disques, du disco, boogie, des vinyles plutôt old groove, de la musique traditionnelle… J’ai toujours écouté beaucoup de musique. J’ai diggé pas mal de trucs qui venaient d’Amérique Latine, d’Afrique, du Moyen-Orient… Je me suis plutôt tourné sur des continents du Sud, même si j’ai aussi pas mal de musiques afro-américaines, et d’éléments de la culture américaine au sens plus large. Puis j’ai commencé à digger des disques de musiques primitives, de field recording, des musiques enregistrées par des musiciens anthropologues des années 1960-1970.

Comment on passe de cette passion au fait de créer un label ?

J’ai fais la rencontre de Cornelius Doctor il y a environ trois ans. Il gérait un label de house (Art Feast qui va fêter ses 11 ans) à l’époque tout en étant producteur – et il avait envie de faire autre chose. On s’est retrouvé notamment sur des esthétiques rock, sur notre patrimoine un peu plus ado, voire le patrimoine de nos parents. Il a fini par sortir un premier EP qui n’avait rien avoir avec ce qu’il faisait auparavant, sous un autre alias. On a trouvé ça mortel et on s’est dit avec tous les gars du collectif qu’il fallait qu’on créé un nouveau label, quelque chose de différents avec des choses qu’on avait vraiment envie de faire. C’est comme ça qu’on a créé Hard Fist. On ne savait pas vraiment à qui on allait s’adresser, ni pourquoi on le faisait, quelle était la stratégie. Tout ce qu’on savait c’est que, ce son-là, on n’avait pas beaucoup l’habitude de l’entendre. On avait quelques références d’artistes, notamment israéliens, lituaniens ou mexicains qui faisaient des trucs un peu dans ce délire… On a commencé comme ça.

Comment on construit l’identité d’un tel label et comment les premières sorties se font ?

L’idée de ce second label Hard Fist, était vraiment de proposer quelque chose de différents avec Guillaume et le crew d’origine ; Romain, Etienne… C’est un projet collectif. Le premier EP a été fait par Guillaume en une semaine chez lui. C’est un EP que j’adore et qui a apporté, quand il est sorti il y a trois ans, un truc que tu trouvais très difficilement. A l’époque il y avait une ou deux sorties par an dans ce délire. Aujourd’hui il y en a tous les jours !

On a sorti le deuxième avec Bawrut que j’ai découvert sur Ransom Note. On avait une émission sur Nova avec Guillaume à ce moment. C’était une porte d’entrée pour connecter des artistes en leur demandant de faire des podcasts. C’est comme ça qu’on a eu Bawrut. Un jour il m’a envoyé des démos, notamment d’un edit remix de Gainsbourg du son « Marabout ». Il l’a appelé « Chien de temps », une version africaine de ce track que Gainsbourg a lui même volé au Gin-go-lo-ba… On s’est dit que c’était aussi marrant de lui voler.

Depuis, cette aventure c’est beaucoup de fraternité, l’amitié. Il n’y a pas une ligne directrice claire ; on a sorti des trucs avec MR TC en mode post punk, ambient, psyché… Et des trucs plus banger, tropical un peu plus happy, disco… On fonctionne beaucoup à l’affect, aux rencontres qu’on fait. Au total on a eu 6 sorties ; la septième arrive en septembre, ce sera le deuxième volet d’une compilation dédiée aux musiques arabes dans la musique électronique : qui s’appelle Princes of Abzu,

Par rapport aux influences que tu cites ; est-ce que tu considères que toi et Hard Fist évoluez dans une scène particulière ?

Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une scène, c’est indéniable. C’est une scène hyper intéressante ; elle est très globale – c’est d’ailleurs un mot qu’on utilise beaucoup pour en parler, même si cette idée de globalisation de la culture est quelque chose de très péjoratif au premier abord. Elle sous-entend la globalisation économique, celle des marchés… Elle a plutôt été hégémoniste dans un premier temps, avec la vision d’une culture occidentale qui écrase toutes les cultures du reste du monde…

Cette scène existe donc. Elle est hyper militante et passionnante…

On prend un peu cette idée à contre-pied. On promeut plutôt l’idée que la globalisation culturelle arrive dans une seconde phase, avec plutôt une mise en valeur de différents patrimoines traditionnels qui n’ont pas d’appartenances direct. Ce que je veux dire par là c’est que tout le monde peut se l’approprier. C’est ce qu’on plaide. Et c’est en lien avec notre génération, celle qui a fait Erasmus, qui a eu une certaine facilité pour voyager, pour passer les frontières… C’est tout ce qui fait qu’aujourd’hui on peut se passionner pour une culture qui n’est pas du tout la nôtre, qui ne fait pas partie de notre patrimoine culturel de base.

Cette scène existe donc. Elle est hyper militante et passionnante, dans le sens où on y retrouve des acteurs qui ne sont pas uniquement dj ; ils sont aussi directeurs de labels, promoteurs d’événements. Ils sont hyper activistes en fait. C’est d’ailleurs ce qui fait que cette scène grandit vite, parce qu’elle est très très fraternelle. On a tendance à tous s’appeler brother alors qu’il y a des tonnes de gars avec qui on parle depuis 2 ans et qu’on a jamais rencontré parce qu’ils sont à Tokyo…

Artistiquement parlant, comment tu pourrais décrire cette scène ?

C’est assez difficile de mettre un nom d’esthétique dessus… On n’a pas mis d’étiquettes dessus et je pense qu’on va se battre longtemps pour qu’il n’y en ait pas, car c’est plein de choses différentes. Ça va de la techno lente avec beaucoup d’influences cold wave, post punk, à de la musique plutôt tribale, africaine, quasi chamanique, psychédélique, acid… En terme général, on est slow tempo, on est dans un truc qui prend son temps, dans des sets qui se construisent avec une dimension de rituel, quasi-cérémonial où on essaye de créer une symbiose entre les danseurs, de créer quelque chose où on se libère complètement. Quelque chose d’assez introspectif en soit.

Sur Hard Fist on fait un mix entre de la musique électronique et de la musique organique ; que ce soit avec le rock des guitares ou des percussions, des voix et la musique du sud. Dans le côté électronique il y a un truc qui lit un peu tout ce qu’on fait, c’est l’acid house qu’on a dépitché (dont la vitesse a été ralentie, ndlr) et qu’on a rendu plus dark.

On a récemment rencontré Axel de Ko Shin Moon (qui jouaient à AHOY, le festival de l’Iboat) qui as utilisé l’expression de musique « extra-occidentale » pour parler de la musique qu’il écoutait (et non pas de la musique qu’ils font comme initialement écrit dans la première version de l’entretien, ndlr). De ton côté tu vas jouer sur une résidence «  Nouveaux mondes » à l’Iboat, qui renvoie de loin à l’expression contestée de « musique du monde ». Comment tu envisages cette notion et considères-tu que tu fais de la musique « extra-occidentale » ?

Je suis à l’aise avec aucun des deux concepts. Pour notre scène (et beaucoup d’autres l’ont fait avant nous), le combat c’est de bannir l’appellation « musique du monde ». C’est une notion très péjorative. Je ne suis pas non plus tout à fait d’accord avec Ko Shin Moon, même si je vois ce qu’ils veulent dire. Pour moi, le concept de musique extra-occidentale refait un cloisonnement entre le sud et le nord. Aujourd’hui notre philosophie c’est plutôt d’être curieux, de s’intéresser à des cultures qu’on ne connaît pas forcément. Je ne me retrouve dans aucun des deux termes, mais en même temps je pense qu’on tâtonne et qu’une définition en deux mots ça ne peut pas marcher. L’expression « nouveaux mondes » me va bien. Dans le sens où on parle avec notre musique de ce nouveau monde où la notion de frontière dans la culture est prête à être complètement abolie !

Pour donner un exemple, il y a le projet d’un pote qui s’appelle Gal Kadan. Il est israélien et nous a invité chez lui où il organise des teufs israélo-palestiniennes. Il vit maintenant à Berlin depuis 1 an où il a monté Awesome Orientalists From Europa. C’est donc un mec du Moyen-Orient qui se base à Berlin et qui fait un projet pour découvrir des sons géniaux orientaux mais fait en Europe ! Il déterre des trucs de big beats belge, du disco de la diaspora maghrébine en France de années 1990-2000 qui ont utilisé leur patrimoine en faisant des trucs de disco. Gal Kadan ne réédite que ces trucs là en free edit. Sa démarche renverse pas mal ce débat finalement.

Toi et Hard Fist êtes basés à Lyon. Quel est ton regard sur cette scène locale ?

Au moment où on a créé le label, on commençait beaucoup à parler de « scène lyonnaise », avec une sorte de hype autour, avec BFDM, G’boï et Jean Mi (de La Chinerie, ndlr), le label KUMP de Markus Gibb, Sacha Mambo… Beaucoup d’artistes qui font de la super musique, certains depuis très longtemps. On faisait des cartographies de Lyon, des visites de Lyon pour la musique alternative et les musiques indépendantes électroniques. Nous on ne voulait pas faire un « label lyonnais ». Le propos reste worldwide, global, ouvert… Du coup on a pas du tout basé notre propos là-dessus. D’ailleurs pendant longtemps très peu de personnes savaient qu’on était basé à Lyon !

Malgré ça on représente Lyon avec grand plaisir car on adore notre ville, on est vraiment connectés avec cette scène qui est hyper fraternelle, familiale… Lyon est un village ! On se croise tout le temps pour boire un coup, aller à un concert, digger des skeuds… On va tous aux mêmes endroits. On se connaît tous, on fait tous des trucs ensemble mais en même temps on respecte beaucoup l’indépendance des uns et des autres. Cette scène lyonnaise existe, c’est légitime d’en parler comme ça.

Comment cette scène a pu se développer et être identifiée comme une scène aussi active et rayonnante sur le plan des musiques électroniques ?

Déjà, il y a un truc qu’on dit rarement mais qui pour moi est important : Lyon est devenu une putain de capitale européenne du city break et du tourisme urbain éphémère ! Cet élément est forcément bénéfique pour les activités culturelles qui s’y développent.

Ensuite, ce qu’a fait BFDM est hyper qualitatif, leur édito sur Lyon est très fort. Après, tout le monde le dit, et on le répète ; la présence de Chez Emile Records est essentielle dans ce développement local. C’est un disquaire qui a ouvert à Lyon il y a 6 ans. Ils ont monté une plateforme de distribution qui a vraiment œuvré au soutien des labels locaux. Ils ont accompagné des artistes qui faisaient de la musique mais qui n’avaient pas de labels. Chez Emile Records les aide à monter un budget, ils s’occupent ensemble de la presse des disques, de leur distribution… Ils l’ont fait merveilleusement bien et de manière passionnée. Avoir un shop distributeur au coin de ta rue est une chance incroyable ! Avant, on bossait avec Bordello A Parigi (un disquaire/distributeur basé à Amsterdam, ndlr) on aurait pu aussi avec Rush Hour (autre disquaire amstellodamois, ndlr)… Mais les contacts se font par mails, il n’y a pas de rencontres, ce n’est pas le même rapport.

Tu reviens d’une tournée entre le Mexique, la Russie, la Belgique, le festival Fusion en Allemagne, Israël avant ça… Qu’est ce que tu en as retiré et y a-t-il des territoires qui t’ont marqué ?

D’abord, même si ces pays ne sont pas forcément identifiés par les amateurs de musiques électroniques, ce sont des pays impressionnants où tout est 1000 fois plus cool et pointu qu’en France niveau club culture !

Parmi les dates qui m’ont le plus marquées, il y a ma première fois au Kabareet, le spot de Ayed et Rojeh de Jazar Crew à Haifa. C’est un lieu militant ouvertement pro-palestinien, ouvert aux communautés arabes. Ils font de la conférence, montent des résidences de création et organisent de temps en temps des teufs. En l’occurrence ils nous ont invité avec Ko Shin Moon. C’était d’une lourdeur incroyable, le public était tellement à fond dans la musique, comme j’ai rarement vu… Tu sens la liberté, ça fait énormément plaisir : ça rappel ce qu’on peut imaginer du début des teufs au début des années 1990.

Plus récemment l’expérience du Fusion m’a marqué. Au-delà d’un festival, ça fait partie d’un patrimoine qui pourrait être classé à l’Unesco. La date était incroyable, avec Tom Tom Disco, le label sur lequel on vient de signer. Il y a des fees égaux pour les dj, c’est complètement végétarien pour 70000 personnes. Ils travaillent à l’année sur une base militaire achetée il y a plus de trente ans, ils passent un an pour construire la scénographie… C’est un modèle alternatif de festival, de bulle qui dépasse la musique pour revendiquer une autonomie et une liberté totale basée sur le respect, la tolérance…

Tushen Raï et Cornelius Doctor, les deux boss d’Hard Fist

D’autres dates à venir dans des lieux tout aussi fascinant ?

Guillaume et moi on travaille à côté de cette vie, ce n’est pas notre profession. On doit donc s’organiser pour ces différentes dates. L’année prochaine on va partir en Asie, au Japon, Corée du sud, Hong Kong… Un endroit où on a très très envie de jouer sinon c’est l’Opium club à Vilnius…

Vilnius a l’air d’avoir une scène bien active dans un délire assez similaire à Hard Fist (et c’est d’ailleurs l’une des villes qu’on va explorer via notre nouveau projet Scene city). Il y a d’autres spots comme ça que vous suivez ?

Tel-Aviv et Vilnius sont deux scènes pionnières pour ça. La Russie et le Mexique aussi, avec un nombre de producteurs chanmés dans ce délire. Toute l’Amérique Latine commence à vraiment bouger. En Asie aussi, en Australie, du côté de Melbourne. Il y a des labels comme Animal Dancing (sur lequel les lyonnais The Pilotwings ont sorti leur dernier EP), il y a Calypso records à Mexico city qui est une grosse frappe. En Russie il y a un label qui s’appelle ИДА, Cornelius a sorti un track dessus qui défonce avec Front de Cadeau, Pletnev et d’autres artistes… A Saint-Étienne il y a aussi Worst Records qui est bien lourd.

Tu as joué récemment à Bordeaux et tu reviens pour la résidence Nouveaux Mondes à l’Iboat le vendredi 19 août avec Deena Abdelwahed. Tu connaissais déjà cette ville ? Lyon et Bordeaux restent deux villes mal connectées mais qui ont des similitudes…

J’y ai joué une première fois il y a deux ans, pour un truc alternatif, une sorte d’expo. J’avais beaucoup aimé la ville. Ma sœur y a vécu donc je connais un peu, mais surtout la dimension touristique. La dernière fois qu’on est venu c’était pour les 2 ans de SUPER Daronne. On a kiffé cette ville, on suit beaucoup ce qui s’y passe, ça bouge bien ! Il a l’air de s’y passer beaucoup de choses, avec Bordeaux Open Air, l’Iboat qui a une programmation hyper classe. Il y a des tonnes de collectifs comme tplt qui font des trucs mortel… Aujourd’hui c’est une ville qui a un énorme potentiel et où tu sens la passion, comme à Lyon pour ses musiques alternatives électroniques. Mais on sent malgré tout qu’il n’y a pas le même niveau de développement, notamment sur ce dont on parlait avant avec le rôle qu’a pu avoir Chez Emile Records à Lyon… Il manque peut-être des noms d’artistes qui résonnent, des producteurs… Il y en a des anciens comme Djedjotronic (qui n’est d’ailleurs pas forcément affilié à Bordeaux car il a une carrière internationale) mais pas tellement dans la nouvelle génération… Il y en a sans doute plein de talentueux mais ils ne font pas de disques, il n’y a pas de Premiere (morceaux qui sortent avant leur sortie officielle sur Soundcloud par exemple, ndlr)… C’est comme ça que je m’informe et que je découvre des nouveaux noms d’artistes ! Nantes a un développement similaire à Bordeaux, et est arrivé à mieux passer ce step-là ; pas mal de plaques de très bonnes qualités sortent depuis là-bas.
)

Les clubs solidaires de l’Iboat du mercredi

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Cet été l’Iboat propose un nouveau format engagé et solidaire tous les mercredis soirs. L’idée à travers ce concept est de reverser les bénéfices de la billetterie (à prix libre) au profit d’une organisation avec qui la soirée aura été imaginée avec le club bordelais.

Club solidaire…

A l’arrivée de l’été, certains clubs ont pour habitude de proposer une grille de programmation spécifique, à travers des nouveaux formats. C’est le cas de l’Iboat qui, depuis 2011, se réinvente régulièrement avec divers concepts, notamment en période estivale. Pour cette saison 2019 ce sont les Clubs « with love » qui font leur apparition sur le programme du bateau bordelais. Chaque mercredi, c’est avec un organisme engagé et solidaire que sera imaginée la soirée. L’Iboat exprime ainsi son soutien à une association ou structure d’intérêt général en reversant l’ensemble des bénéfices de la billetterie à ce dernier.

Qui plus est, l’équipe du ferry met à disposition de cette organisation de l’espace et du matériel qui permettra d’expliquer sa démarche et donc sensibiliser le public présent ce jour-là. Un premier événement a ainsi mis à l’honneur Pratikable, « une association qui a pour objectif de valoriser le handicap à travers les sports de glisse et les sports à sensation ». Les prochains clubs with love seront quand à eux consacrés à Cap d’agir et Kfé des familles, dans les domaines de l’éducation et de la famille. Environnement, éducation, accueil… Ce sont ainsi une multitude de sujets qui seront mis en avant à travers ce format engagé pour la bonne cause !

… aux line up locaux

Au-delà de cette dimension solidaire, ces clubs du mercredi seront également l’occasion de (re)découvrir les talents artistiques locaux. Ce sont en effet uniquement des collectifs et artistes du coin qui sont conviés à l’Iboat lors de ces événements pour des all night long de minuit à 4 heures. En plus de soutenir la scène locale, l’Iboat diminue ainsi l’empreinte carbone de ces événements, bien en adéquation avec l’idée derrière ce format engagé.

Le 7 août, c’est Le Type Soundsystem (aka Birouette) qui jouera dans la cale de l’Iboat !

On a pu déjà retrouver FLTH lors du premier club sous cette forme, et on aura bientôt le plaisir d’aller écouter Remy Estera & Leroy Washington ou Timothy Curtis. Suivront ainsi Juniore du crew SUPER Daronne, ou encore Sisto Perez, Baron ou encore vos fidèles serviteurs puisque Le Type Soundsystem (aka Birouette) aura le plaisir de venir passer quelques disques dans la cale du bateau le mercredi 7 août !

5 raisons d’aller à Banzaï Land cet été

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Comme l’an passé, Banzaï Lab réinvestit cet été l’ancien Commissariat Casteja les vendredis, samedis et dimanches avec une programmation culturelle dédiée, féminine, pluridisciplinaire et ouverte aux plus jeunes. Cet oasis urbain est à découvrir gratuitement lors de 12 soirées pour lesquelles on a sélectionné 5 raisons de s’y rendre.
)

Du commissariat à l’oasis urbain : un spot open air idéal

Ancien commissariat – symbole d’autorité par excellence, le lieu choisi par l’équipe de Banzaï Lab pour cette saison estivale est en fait particulièrement bien adapté à l’esprit du label. Au cœur de Bordeaux, cette grande cour est parfaitement propice à la découverte, au repos et à la fête en même temps. Sorte de cocon ouvert sur sa ville, le Commissariat Casteja s’apparente bel et bien à l’oasis urbain idéal où passer l’été à l’ombre et au soleil en même temps. Les organisateurs y compte bien en faire un « pays utopique où les valeurs qui ont fondé le collectif Banzaï Lab se rencontrent : solidarité, engagement culturel, créativité, convivialité, liberté. »

Une programmation féminine

Cette année, Banzaï Lab accordera une place de choix aux artistes féminines, que le collectif considère » trop souvent sous représentées dans les esthétiques musicales » qu’il défend. À savoir le hip hop ou encore les musiques électroniques, des genres dans lesquels on voit pourtant de plus en plus de représentantes de la gente féminines évoluer avec brio. Pour rendre compte de la richesse de cette partie de la scène, Banzaï Lab organisera donc des showcases, concerts ou dj set dédiés qui mettront en avant différentes actrices de la musique française ou européenne. En écho, une projection (en partenariat avec l’association Bordeaux Rock et leur festival Musical Écran) du documentaire « The Amazing Nina Simone » aura lieu, de même que celle qu’une série de documentaires autour des femmes dans le sport.

Un rendez-vous kids friendly

Non-content de proposer un rendez-vous susceptible de ravir un bon nombre de bordelais, Banzaï Land se paye le luxe de convier les bambins, à travers une programmation « kids friendly ». Des jeux seront en effet mis gratuitement à disposition des parents pour leurs enfants, et des animations seront proposées pour occuper les petits, mais aussi les plus grands. Avec entre autre des « Joué Music Sessions », de véritables « moments d’apprentissage de la musique basés sur la convivialité »

Un mot d’ordre : pluridisciplinarité

Musique, ateliers, projection… La programmation de Banzaï Land est bel et bien plurielle et très diversifiée, la rendant particulièrement attractive. En plus de tous ces concerts, dj sets, la partie artistique sera accompagnée de Street art. C’est à l’entrée du bâtiment notamment que celui-ci s’appréciera, avec le travail de l’artiste local Jonas qui a concoté une fresque de 20 mètres de long, autour du thème « Entre l’estuaire et le désert – Les Chemins de la liberté ». Cette dimension sera couplée avec de l’art visuel, proposant une véritable « expérience visuelle interactive ». Enfin, la scénographie du lieu a été complètement retravaillé par le collectif Cmd+O, (r)ajoutant une touche esthétique à l’ensemble déjà bien fournie.

Une fédération des acteurs culturels locaux

Enfin, l’événement complet proposé par Banzaï Lab est résolument tourné sur sa ville et sa région, à travers les multiples collaborations et partenariats qu’a noué le collectif avec l’ensemble des acteurs culturels locaux. Certains artistes du coin ont ainsi été convié, comme Yoüg, ou encore le Soundsystem de l’Iboat le 14 juillet. Des shops bordelais sont également mobilisés avec Jaqen qui viendra proposer une sélection de bières (de la région et au-delà) au bar lors du premier week-end. On les a cité plus haut, mais ce sont aussi d’autres structures locales telles que l’association Bordeaux Rock et son festival Musical Écran ainsi que le collectif de scénographes Cmd+O qui ont été invité à la fête pour proposer un pan de leur programmation.
}

Le WAC, à l’assaut de l’art contemporain

dans ANNONCES/ART ET CRÉATION/ÉVÉNEMENTS

Du 5 au 7 juillet, la deuxième édition du Week-end de l’Art Contemporain se déploiera dans tout Bordeaux, et célébrera une multitude d’artistes et de lieux de la ville. À l’origine du projet, Bordeaux Art Contemporain, véritable plateforme de valorisation de la scène artistique locale.

Crédit photo : Continuum, Julie Chaffort

Aux manettes du WAC : Bordeaux Art Contemporain

Ville au patrimoine artistique important et imposant, Bordeaux peut aussi se targuer de compter en son sein un grand nombre de structures œuvrant dans le champ de l’art contemporains. Les musées, galeries et autres lieux sont nombreux, offrant aux artistes de multiples espaces de diffusion. Malgré tout, il manquait un lien entre l’ensemble de ces acteurs. Partant de ce constat, Bordeaux Art Contemporain est né en 2017. Plateforme « d’échanges, de coopération, de mutualisation et d’entraide entre ses membres », B.A.C s’envisage comme un véritable outil au service des artistes, des lieux, des professionnels, des collectionneurs ou même du grand public afin d’encourager la promotion de l’art contemporain. De cette façon, la structure « participe au rayonnement de l’actualité artistique du territoire, présente la vitalité et la richesse de la scène locale, et sensibilise les publics locaux et de passage à l’art contemporain ».

L’organisation d’événements fait également partie des missions de la plateforme afin de mettre en avant certains artistes et matérialiser le lien qui unit l’ensemble des organisations impliquées. Depuis 2018, B.A.C est ainsi à l’initiative du WAC, le week-end d’Art Contemporain. Celui-ci rassemble l’ensemble des lieux artistiques de la ville qui œuvrent, le temps d’un week-end, à la promotion d’artistes locaux et d’au-delà. Forte du succès d’une première édition réussie, B.A.C rempile une deuxième fois, avec un événement plus long et conséquent.

Le WAC, deuxième édition ambitieuse

Plus de 150 artistes, des parcours créatifs et une quarantaine de lieux à (re)découvrir

Du 5 au 7 juillet, ce mini-festival prendra place dans le cadre de la saison culturelle « Liberté ! Bordeaux 2019 » et de la huitième édition l’Été métropolitain. À cette occasion, les 37 lieux du réseau (du CAPC au 5UN7 en passant par la Fabrique Pola, la Galerie MLS, l’Espace 29, Zébra3 et bien d’autres…) seront ouverts au public gratuitement ! L’occasion de (re)découvrir ces lieux artistiques sous un autre visage et d’explorer l’univers des artistes qui y seront exposés. Au total, ce sont pas moins de 150 d’entre eux qui seront mis en lumière, de la région et du monde entier. Des parcours créatifs sont également mis en place et proposeront « une approche singulière de la scène artistique bordelaise ». Une soirée d’inauguration à l’Iboat le jeudi 4 juillet verra aussi le jour avec dj set, vidéos et performances.

L’hypertourisme d’Emma Cozzani

Parmi les diverses propositions artistiques, les parcours créatifs font office d’expérimentation particulièrement intéressantes. On y retrouve par exemple un générateur de dérives, monté par Émilie Gauvin. À travers une longue-vue installée Place du Palais, il s’agit de se laisser aller à une « observation urbaine virtuelle ». Le petit WAC d’Elora Jolis et Caroline Godon se composera lui d’une visite à pied destinée aux enfants qui pourront profiter de la visite de 5 lieux. L’occasion d’envisager l’art contemporain sous un autre jour, en famille ! La poétesse et street-artiste Nathalie Man fera elle découvrir les parcours de 6 artistes femme à travers des « poèmes de rue » ou des visites accompagnées. Une session d’« hypertourisme » sera également proposée par Emma Cozzani, entre sport et performance collaborative ! Elle s’inscrit dans une réflexion « autour de la place du corps et de celle de l’hyper-connectivité ». Les secrets du milieu de l’art contemporain seront dévoilés par Fausto Mata et Véronique Bevillaqua, tandis qu’Ola Radio proposera un parcours sonore pour envisager l’art contemporain sous un angle musical.
}

La Mêlée, l’événement hybride du Bruit du Frigo

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

L’association ancrée à la Fabrique Pola Bruit du Frigo s’apprête à lancer « La Mêlée« . Du 29 juin au 14 juillet, cet événement célébrera la sédentarisation de la structure bordelaise du côté de la rive droite. Concert, danse, installation architecturale, expériences collectives, exposition, restaurant éphémère : ce rendez-vous artistiquement hybride explorera la thématique « rester groupé » tout en permettant de découvrir différentes facettes du Bruit du Frigo. On offre aussi en bas de l’article une balade en Tourbus le vendredi 5 juillet pour partir « à la découverte de nos paysages animés ».

Crédit photo : Anne-Cécile Paredes

Bruit du Frigo, collectif de création

A l’origine de La Mêlée, on retrouve donc Bruit du Frigo, association pluridisciplinaire dont les membres la définissent comme une « structure intermédiaire entre un bureau d’études et un collectif de création ». Regroupant architectes, designers et urbanistes, la structure invente de nouvelles manières de faire la ville de demain, en y insufflant une dimension participative, culturelle et artistique. Comme l’explique Gwenaëlle Larvol, chargée de projet pour l’association, il s’agit d' »’appréhender l’architecture et l’urbanisme en y mêlant des artistes et de la création [ce qui] permet de connecter de manière plus tangible et plus sensible les personnes avec qui nous travaillons. ».

Concrètement, cela a pu se concrétiser par exemple par la mise en place d’une scénographie telle que la terrasse d’été de l’Iboat, conçue de manière responsable et intelligente. Le projet des refuges périurbains laisse entrevoir une autre facette du collectif. Conçus aux pourtours de Bordeaux, ces onze « observatoires artistiques » ont été mis en place afin que les voyageurs se les approprient temporairement. Ils illustrent la démarche du Bruit du Frigo qui cherche à « mieux comprendre nos métropoles » en proposant d’arpenter ses interstices, ces zones méconnues et d’y passer une nuit.

Les balades périurbaines du Bruit du Frigo

La Mêlée, événement hybride pour « Rester groupé »

Après une période de mobilité depuis 2008 l’ayant conduit à tisser de nombreux lieux à travers la ville et ses alentours, Bruit du Frigo s’apprête à se sédentariser rive droite, avec la Fabrique Pola. Pour fêter cette installation, le collectif entend donc célébrer durant une quinzaine de jours différents formats artistiques, à l’image de sa pratique quotidienne. Ces derniers s’articuleront autour d’un thème ; « Rester groupé ». Toujours dans une perspective de créer du commun, la thématique permettra  d' »exprimer ses points de vue, partager, s’outiller, créer, flâner, regarder et faire ensemble autrement. Parce que l’union fait la force, le groupe devient un levier de nos pensées et de nos actions ».

La dimension hybride de l’événement se manifestera à travers la multiplicité et la diversité des formes d’expression. En effet, durant ces 16 jours, on aura l’occasion à la fois d’écouter des concerts, d’admirer des œuvres exposées, de déguster des propositions culinaires ou de découvrir un nouveau lieu.

Un laboratoire artistique,vivant et éphémère sur la ville

Conçu comme un événement amené à se pérenniser d’années en années, La Mêlée s’envisage véritablement comme un laboratoire artistique ouvert sur sa ville et connecté à ses enjeux. Une « avancée groupée » est ainsi mise en place pour partir à la rencontre de la périphérie urbaine bordelaise, en compagnie d’Yvan Detraz, fondateur du Bruit du Frigo. Des restaurateurs et pâtissiers du coin (Vivien Durand du Prince Noir, Diego Cervantes de Mi cielo ou encore Julien Cruège) sont invités à proposer des repas géants à prix réduits tandis qu’un Tourbus sera organisés par l’agence Fluxus pour découvrir les paysages animés de la Métropole (et pour lesquels on vous offre des places).

Le tourbus de Fluxus

L’offre étant très complète, on vous recommande chaudement d’aller découvrir par vous-même la programmation complète de l’événement sur leur site. L’inauguration du samedi 29 juillet est particulièrement attendue avec la présence de Lord Rectangle, groupe trublion pourvoyeur d’une musique des Caraïbes, mêlée à celle de Gendarmery, « duo qui a décidé d’intervenir dans les soirées les plus risquées ». Se joindra à cette belle réunion musicale DJ Zorro du Cul, adepte de banjo pince-oreille et d’électro pince-fesse et grand défenseur du mot d’ordre « dancefloor de puta madre ».
}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

« Marre de la routine, l’ennui vous guette, l’Agence Fluxus vous propose de partir en goguette à la découverte de nos paysages animés. De Bordeaux à Sainte-Foy-La-Grande, l’Agence Fluxus vous promet un voyage où l’aventure côtoie l’humanité de nos campagnes et de notre périphérie métropolitaine. Vous êtes intrépides ? Ce voyage est fait pour vous ! Départ 8h30 de la station la Buttinière (tram A) avec sac de plage complet, baskets pour marcher. Pour le reste, Fluxus s’occupe de tout, t’occupe de rien ! Retour station Cité du Vin à 23h15. »

 Pour gagner 2 places pour le Tourbus ; like la page Facebook du Type et like le post de cet article en taguant ton partenaire ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet «  Mêlée Le Type »
(Nom + Prénom + email)

AHOY ! Bordeaux : deuxième édition du festival à succès

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Après le succès de la première édition, en 2018, AHOY revient le 6 juin pour une soirée de concerts en plein air. De quoi bien commencer l’été avec une programmation variée.

À l’origine de ce projet, l’Iboat et l’association culturelle basée à Bordeaux, Trafic. Connu pour ses nombreux événements musicaux à bord du bateau, l’Iboat accueille pas moins de 2000 artistes tous les ans. Trafic, quant à elle développe un projet pluridisciplinaire, sur le terrain des cultures électroniques et numériques. Elle est associée à l’Iboat avec qui elle collabore en développant l’action culturelle du lieu, intra mais également hors les murs…

En 2018, lors de la première édition, les 1, 2 et 3 juin, AHOY avait investi quatre sites différents : la dalle du Pertuis, au pied de la base sous-marine, dans la Base Sous-Marine et à l’Iboat. Concerts, lives audio-visuels, performances digitales (dont 2 gros projets inédits à la Base Sous-Marine), déambulation artistique autour des Bassin à flots, spectacles jeune public, dj sets, ateliers de création numérique ou de production musicale, la programmation s’est avérée pluridisciplinaire et avant-gardiste, réunissant plus de 10 000 personnes et une quarantaine d’artistes.

Cette année, quatre groupes musicaux sont attendus sur la dalle du Pertuis pour une soirée de concerts en plein air de 18H à 01H, le jeudi 6 juin. Au line-up, nous retrouvons le collectif né à Kinshasa, KOKOKO. Recyclant et détournant la matière disponible, ils créent les moyens d’une esthétique radicale et résolument dansante. S’en suit, le groupe Ko Shin Moon. Brouillant les frontières temporelles et géographiques, le duo (que nous avons rencontré) mêle instruments acoustiques de diverses régions du monde, machineries analogiques, musiques traditionnelles, arrangements électroniques, sampling et enregistrements de terrain. AHOY invite également le duo Bruxas, qui se caractérise par une esthétique latine et tropicale, utilisant dans leurs productions disco et house des percussions sud-américaines, synthés vintages et lignes de basses accrocheuses. Enfin, nous pourrons entendre l’afro-caribbean space disco du collectif The Mauskovic Dance Band.
}

Eclectype #52 — La playlist bordelaise — mai 2019

dans MUSIQUE/SÉLECTA

Rendez-vous mensuel pour découvrir de nouveaux artistes issus de la scène bordelaise tout en redécouvrant des pépites locales bien de chez nous, enfouies parfois dans les bas-fonds des internets. Sans trier, on sélectionne de manière éclectique dans cette playlist des univers parfois très différents, du rock psyché à la house en passant par le hip hop ou la musique de chambre, toujours dans une démarche de promotion de la création, émergente ou non, à Bordeaux.
)

Mydgar — View From the Space

Mydgar continue son voyage vers le cieux et au-delà avec son nouveau titre « View from space », second morceau de son EP plutôt spatial. Basé sur une interview de l’astronaute Neil Armstrong qui décrit la Terre et la Lune à son retour de la mission Apollo 11, le morceau et ses longues nappes invitent aux rêves dans un crescendo progressif particulièrement agréable.
)

Insomni Club — Envie

Il est cool, bordelais, musicien mais aussi réalisateur des clips de Miel de Montagne et il vient de sortir son dernier son « Envie » le mois dernier. En première partie de Flavien Berger à la Rock School Barbey, Insomni Club, de son nom d’artiste joue régulièrement à Bordeaux et si vous souhaitez en savoir plus sur lui, on a, là aussi, eu la chance de lui poser quelques questions lors d’une rencontre.

Obsimo — Tigari

Figure montante de la scène locale, le jeune Obsimo a tout juste sorti son premier LP. 7 titres électroniques particulièrement mélodiques aux textures soignées et aux univers riches, à l’image de « Tigari » qu’on vous laisse découvrir.

Piscine — Philippe Lucas

En plus de balancer un math rock tendance noise de qualité, l’équipe de Piscine a le sens de l’humour, comme l’illustre ce délicieux bien nommé « Philippe Lucas » sorti par le groupe en 2015 sur l’album Chlore.
}

Hirschmann — Transhumance

A la tête du collectif et média Eclipse, Hirschmann nous emmène en transhumance avec ce titre à l’ambiance dérangeante et aux rythmiques maléfiques. On nous glisse dans l’oreille qu’un EP est en cours de préparation…
)

Double C — RDLV

« Rentre dans le vice gamin » ; le Double C invite aux malices avec « RDLV », sorte de trap néo-futuriste aux rimes rigolotes (big up à Nadine Morano) inspirés d’une nouvelle scène rap francophone qui ne se prend pas au sérieux tout en restant efficace.
)

The Oversleep — Whatever

Très beau et délicat « Whatever » du duo The Oversleep, avec sa belle ligne de piano. Semble-t-il inspiré par la SF des années 90, le morceau est le deuxième épisode d’une série entamée avec le titre «  Like Blood On Snow ». A découvrir le 31 mai en concert à La Voûte !
)

Cocktail bananas – I will Insist

Originaire de Bordeaux, Cocktail Bananas est un groupe composé de six artistes musiciens et chanteurs dont Jessica Bachke que nous avons eu le plaisir d’interviewer (lien ici). Avec un style folklore américain, ce groupe sillonne la France mais particulièrement Bordeaux où l’on a déjà pu les entendre jouer au Central Do Brasil, l’Iboat, Le Lucifer, le Café Brun et autres…
}

Sweat Like An Ape! — Witch

On continue sur le thème de la sorcellerie avec « Witch » de Sweat Like An Ape!, qui sort tout juste son nouvel album chez Platinum Records, entre indie rock et influences disco voire tropicales ! Release party du groupe à ne pas manquer au Krakatoa le 23 mai (des places à gagner sur notre page Facebook).
}

La Prune — Jack

La Prune a encore frappé ! L’Epicerie Gang, « pas venu pour débattre sur la chocolatine »  continue son petit bout de chemin et distribue les bons points et les bonnes rimes au fil de ses morceaux. On est donc particulièrement contents de les retrouver en pleine forme sur ce « Jack », toujours impec’.
}

MLX — Flamme

Toujours ultra léché et quali, les productions visuelles d’OCTANT Studio régalent sur chacune de leurs sorties. Qui plus est quand elles se couplent avec des productions d’un artiste tel que MLX qui maîtrise à la perfection l’exercice avec « Flamme », à l’instru tout aussi propre.
}

Hill Billy — résidence sur Ola Radio


Deep & break servi par la joyeuse team d’Hill Billy qu’on a maintenant l’habitude de retrouver sur Ola Radio ou lors de divers événements, notamment à l’Iboat, avec une prochaine date prévue le 6 juillet pour fêter l’anniversaire du collectif !

}

Et découvrez d’autres Eclectypes avec d’autres artistes locaux à découvrir :

Post-punk apocalyptique 2.0 au BT59 : Rendez-Vous

dans ÉVÉNEMENTS/REPORTAGES

Francis, Elliot, Maxime, Simon et Guillaume ont retourné ce 17 avril la totalité du public bordelais du BT59 aux cotés de VvvV, croisé en première partie. Le groupe old school dévoilait en octobre 2018 un nouvel album : Superior state, avant de se lancer à corps perdu dans une tournée mondiale jusquʼà la fin de lʼannée. Depuis leurs premières dates en 2015, Rendez-Vous ne cesse de régaler la soif littéralement insatiable de leurs fans et ce, pour notre plus grand plaisir. On a kiffé ce concert organisé par l’Iboat (et donc délocalisé au BT59) et on vous propose, en quelques clichés, de sombrer dans cette ambiance frénétique.
}

Euphonik Balade : nouveau festival éco-responsable de la région

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Euphonik Balade, c’est l’idée de créer un événement à la programmation éclectique tout en limitant son impact sur l’environnement par la réduction des déchets. Né de l’association Euphonik Bazar, ce festival se déroulera, pour sa première édition, au cœur des Deux-Sèvres, à La Chapelle-Pouilloux, dans un écrin de nature. Ça se déroule un samedi 18 mai et c’est ouvert à tous (prix libre). Alors foncez !

Euphonik Bazar : une association où les membres sont regroupés par le plaisir et la motivation, le partage et la création

Constituée de différents acteurs du milieu festif et nocturne Poitevin, l’association Euphonik Bazar est garnie majoritairement de membres du Lustucrew & Echo System mais aussi des Rabouins et de LHO, et plus globalement de bénévoles motivés qui partagent le même souhait. Ensemble, ils ont déjà organisé trois gros événements (Imminent Take Off, Mayday et ABYSS) sur le superbe site des « Petites Aubuges » ainsi que de nombreuses soirées dans les bars locaux. Créée en 2014, avec pour volonté, la promotion de la musique électronique mais également de la culture au sens large en Deux-Sèvres, cette association se lance dans la réalisation de son premier festival : Euphonik Balade.

Avec une programmation éclectique, de sorte qu’il y en ait pour tous les goûts (dub, piano, electro), Euphonik Bazar cherche également à promouvoir, à travers ce festival, un nouveau mode de pensée basé sur des enjeux éco-responsables. Le but étant d’organiser une soirée en limitant son impact sur l’environnement par la réduction des déchets. Des composts, des poubelles de tri et de déchets seront mis à disposition pour permettre une visibilité auprès du public, de la production des déchets durant l’événement. Afin de favoriser les circuits courts, l’association proposera également une restauration et une buvette préparée en collaboration avec des agriculteurs, maraichers, brasseurs et commerçants de la région.

Une programmation d’artistes régionaux

Outre le formidable concept éco-responsable de ce festival, le line-up est jovial et bordelais. Qui demander de mieux que MEZERG et son piano boom boom ? Si vous l’avez raté le 30 avril à la Rock School Barbey à Bordeaux, c’est l’occasion d’aller écouter ce musicos aux multiples talents, qui sait allier l’humour à son instrument favori, le piano. Le groupe TravelerZ sera aussi de la partie ; entre digital reggae/dub, electro, disco et plus, ce trio a sorti son premier opus « Welcome to the Unknown », disponible en libre téléchargement sur le net.

Avec son style hard rock, electro/metal, le groupe Carbon Killer évolue dans le genre musical et artistique, la synthwave. Ils ont déjà joué au PAMA à Pessac, à l’IBOAT, La Voûte, le VOID // BDX ou encore à l’Antidote à Bordeaux. Enfin, pour finir la soirée sur une note d’électro, techno et house, les DJ’s du crew de Euphonik Bazar viendront mixer. Il y aura Djelat, Titou, Indiana Ju’ et Sfunky.

SUPER Daronne fête ses deux ans en deux étapes

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

A l’occasion de leur second anniversaire, SUPER Daronne voit les choses en grand. A l’initiative de ce collectif, quatre mecs amoureux des belles sonorités qui partagent avec fougue leur ivresse musicale. Deux dates sont prévues pour célébrer deux années de groove intensif. Tandis que la première se déroulera le 26 avril à l’Iboat, la seconde aura lieu le 11 mai dans un hangar qui reste, pour du moins, secret. Revenons sur l’évolution de ce crew qui ne cesse de nous faire danser.

SUPER Daronne c’est l’association de quatre DJs bordelais, plus communément appelés sous les pseudonymes de Rigo, Juniore, Doowi et Neida. Fondé en 2017, ce crew s’est vu évoluer à Bordeaux où la musique occupe une place de plus en plus importante. Heureux de pouvoir contribuer au développement de cette ville nous confient-ils, ce collectif puise ses inspirations dans la musique électronique, passée et présente.

SUPER Daronne, 2 ans de teufs à Bordeaux

On peut les retrouver à l’Iboat, où ils s’expriment avec récurrence depuis deux ans maintenant ; institution locale qui a su leur faire confiance et sans qui, ils n’auraient pas évolué de la sorte. SUPER Daronne y a notamment invité des artistes comme Boo WilliamsAfricaine 808, Bradley Zero, Glenn Underground, Bamao Yendé, Earl Jeffers ou encore Nu Guinea et autres avec qui, ils ont collaboré sur des sets le temps d’une soirée.

Mais SUPER Daronne ne s’arrête pas là. Sur Bordeaux, on a pu les entendre à Darwin (lors des Heures Heureuses), Le Fridge, l’Astrodome, Le Poisson Rouge, Les Vivres de l’Art ou encore à l’Union Saint-Jean. Ils ont également été invités sur des plateaux comme le Ahoy Festival, le Carré Coast à Biarritz, le Debonair à Paris (ce fut la toute première fois qu’ils sortaient de Bordeaux avec l’équipe au complet) ou encore le Bordeaux Open Air où ils ont rassemblé plus de 10 000 personnes sur les pelouses du Jardin Public.

Une fête d’anniversaire en 2 étapes

Pour célébrer sa deuxième bougie, SUPER Daronne organise pour l’occasion une première soirée qui se déroulera le 26 avril à l’Iboat en compagnie de Mr. Scruff, qui nous vient tout droit de Manchester. Soul, Hip-Hop, Jazz, Downtempo, Afro, Jungle, House & co se retrouvent joyeusement dans les bacs, et sont conviés sur le dancefloor sous le regard amusé et enfantin de l’ami Scruff. Mais qui dit deux bougies, dit deux événements. Le second aura lieu le 11 mai dans un hangar où l’adresse est tenue, jusqu’ici, secrète. Ce que l’on sait, c’est que la SUPER Daronne ne va pas nous décevoir une fois de plus.
}

2.5.0.0

Le weekend en grande pompe de l’Iboat avant cale sèche

dans ANNONCES/DIVAGATIONS LOCALES/ÉVÉNEMENTS/VIE DE QUARTIER

Pour son dernier weekend avant « cale sèche », l’Iboat propose une programmation XXL étendue sur deux jours avec concerts, ateliers et bien sûr des soirées clubs aux line up bien aiguisés.

La cale sèche : utilisée dans le vocabulaire maritime, cette expression fait référence à la « cale sèche », à savoir le lieu aménagé dans un port pour permettre de mettre à sec des bateaux qui y entrent pour être entretenus ou réparés. Pendant 10 jours notre ferry bordelais sera absent de nos radars. Et pour cause. Prendre soin de son public bordelais depuis 7 ans (et pas que) à l’année c’est du boulot. Il fallait bien pour entamer la saison estivale faire peau neuve. Comme chaque instant est une fête, plutôt que de partir le cœur vide, le bateau nous as concocté une java chavirante (histoire de tout bien casser là-dedans avant le contrôle technique).

Un weekend kids-friendly

Samedi 16 mars, de 11h00 à minuit ; tout est gratuit Il sera donc possible de profiter du vent du large en accès libre. Et en famille. Une grande partie de la fête sera réservée à nos petits matelots, avec des ateliers « guirlande de capitaine » dès 15h30 : pliage , collage , découpage, recyclage… Vos enfants repartent avec une jolie suspension de bateaux en origami. S’en suivra un mini club des marins, avec une boum dans la cale à 16h30 avec un dj set par Elodie Nelson & Dante. Ainsi qu’un bar à bonbons, un bar à sirops et, à 18h00, une séance ciné et plateau apéro pour les enfants (chips, grenadine et saucisson). Qu’y-a-t-il de mieux que de prendre le large avec ses enfants ? (non on ne répond pas, c’est une question rhétorique).

Maxi loto, marinière et légende house new-yorkaise

Pour attiser votre âme de gagnant, un maxi loto sera organisé et vous pourrez aller vous délecter de votre victoire sur la piste de danse car oui, après les petits matelots vous pourrez également aller danser. Le dress code est sans grande surprise : une belle marinière. Et si vous n’en avez pas dans vos tiroirs pas de panique, vous en trouverez sûrement à la friperie des marins. Pour couronner le tout samedi on annonce un grand soleil avec une température de 21 degrés. On termine en beauté avec une soirée club le samedi soir qui verra la légende de la house new-yorkaise François K s’emparer des platines avant d’envoyer le bateau en cale sèche. Un weekend radieux en prévision, on vous aura prévenu !

AHOY SAMEDI les marins !

Insomni Club : la rencontre

dans ART ET CRÉATION/ENTRETIENS/MUSIQUE

Festival Grand Coeff, Get Wet Party à l’Iboat, première partie de Flavien Berger à la Rock School Barbey, Insomni club multiplie les apparitions et les performances. Entre musique et vidéo, le bordelais nous confie ses passions et sa philosophie. Entretien avec le musicien et aussi réalisateur des clips d’un certain Miel de Montagne

Le Type : Salut Insomni, comment vas-tu ?

Insomni Club : Ça va et toi mon frère ?

Beh écoute, la grande forme ! Comment te sens-tu au lendemain de la sortie du clip de « L’Amour » de Miel de Montagne ?

Satisfait de ouf ! J’ai commencé à écrire le scénario en décembre alors que j’étais parti trois semaine au Maroc. Milan et Joris m’ont appelé et m’ont demandé si j’étais chaud, ça m’a mis un peu le jus. C’était un peu tendu là-bas car j’étais en mode wild, sans portable etc. Pendant une semaine on s’est envoyé les pitch, c’était « L’Amour », et puis on s’est dit qu’on voulait le faire à la montagne, directement.

Du coup la montagne c’était le clin d’œil direct à l’artiste ?

Ouais en quelque sorte. Milan (Miel de Montagne) voulait le faire là-bas depuis le début. On était parti dans l’idée de faire le clip de « Pourquoi pas » à la montagne, mais finalement c’était pas le bon timing et plus celui de la plage ! Pour ce dernier clip, on voulait représenter l’amour, mais pas forcément l’amour homme-femme tu vois, c’était plutôt un amour universel. L’amour que tu peux avoir pour tes amis, quand tu es seul devant un coucher de soleil, etc… quelque chose de pur et naïf. On est parti sur plusieurs idées. Au final il a fallu un mois au total entre l’écriture, le montage et le tournage, ce qui est assez rapide.

Tu as réalisé les clips de « Pourquoi pas », « Slow pour mon chien », « Petit Garçon » et « L’Amour »As-tu rencontré des difficultés pendant tes tournages ?

Des difficultés forcément, mais en soit j’en garde de supers souvenirs car c’est avec les potes quoi. C’est toujours entre copains, le scénario est écrit seconde par seconde, mais sur le moment on improvise aussi. Le but c’est de progresser tous ensemble. Par exemple pour « Slow pour mon chien », c’était un délire de driver des petits vieux pendant leur cours de danse avec un chien-homme en plein milieu, ahah. Ils se sont pris de ouf au jeu et criaient : « Eh Gildas ! Tu veux des croquettes ?! ».

« Pourquoi pas » c’était mon premier clip, c’était un lourd défi de filmer depuis un autre bateau. D’ailleurs quand on a décidé de faire le clip, j’étais à l’Iboat avec Milan, on s’est dit « tiens on va faire du ski nautique », et c’est parti ! Il n’avait jamais fait de ski nautique, il était obligé de chanter sans entendre la musique car les moteurs faisaient trop de bruit ! Pendant ce temps ça bougeait dans tout les sens, c’était la première fois que j’utilisais vraiment un vrai boitier (comparé à mes caméras au poing) et bien sur sans steady cam ou quoi que ce soit pour stabiliser !

En gros on s’éclate sur les clips, tout est bien taffé en amont, comme ça sur le moment on peut rajouter ce que l’on veut, des délires des blagues ou des idées. C’est la famille. Pour L’Amour on a loué un Van, on passait plus de temps à essayer les chaînes pour la neige que pour tourner le clip ! Bon, j’exagère mais on est arrivé le premier weekend et il tombait de la neige vénère, mon pote Joris (Picaszo) s’est mis quelques bons jus de conduite sur le verglas en plus des falaises ah ah. J’aime énormément notre équipe, on galère de ouf parfois mais c’est que de la débrouillardise qui régale. Que du Love en fait.

En vérité c’est quoi ton domaine de prédilection ? Musique ou vidéo ?

J’ai commencé la musique assez tôt au collège, puis j’en faisais vachement plus au lycée, j’avais un groupe de rock garage sur Bordeaux qui s’appelait les Wild Cactus. Après j’ai fait des études d’architecture que j’ai terminé il y a deux ans. Ça m’arrivait en école de sortir ma caméra pendant des projets et faire des petites vidéos tu vois, c’était genre une cam’ année 2000 mais ça faisait le taff. Du coup j’ai mis la musique de côté, j’avais l’appartement, les potes, les sorties et les filles. Et en passant mon diplôme je savais déjà que ça ne deviendrait pas mon taff. En soit les études était incroyables, j’étais super libre au niveau de la création. Je ne serais pas comme je suis sans ces années, elles m’ont formé et ont développé ma liberté. Puis j’ai eu un an de césure, et au lieu de voyager ou autre, je me suis dis que j’allais me remettre à faire du son. Et au final, la vidéo et la musique se sont liés.

Comment en es-tu venu à devenir Insomni Club ?

Le nom Insomni Club est arrivé quelques temps avant la fin de mes études. C’est quelque chose de vraiment personnel, je n’aime pas dire d’où ça vient mais ça ne veut pas forcément dire que c’est quelque chose d’incroyable tu vois, c’est mon truc tout simplement. Insomni Club c’est la partie de moi créative. Il y a mon moi avec mon nom réel, ça c’est pour mes copains, ma famille, ou toi qui voit mon visage. Et à côté Insomni Club c’est ce besoin de m’exprimer, de sensibilité, de partager ce que il y a en moi. Mon taff c’est du sentiment, que ça soit en musique ou en vidéo. Après l’archi j’avais une guitare et un petit clavier, puis j’ai acheté un clavier midi, une carte son, des enceintes et là c’est parti quoi ! De là j’ai commencé à poser ma voix sur mon premier Ep Lamentation, c’était compliqué de la trouver, je la cherche toujours d’ailleurs, mais comme un instrument ça se bosse. Aujourd’hui je prend vraiment plaisir à chanter ! »

C’est une forme d’exutoire en quelque sorte ?

Je pense que de manière générale je suis quelqu’un de sentimental, j’ai envie de retranscrire ces sentiments matériellement (en vidéo ou musique) et pouvoir partager ma sensibilité. Tout ça à la base c’est pour moi, c’est hyper personnel, je suis dans ma petite bulle, j’écris mes morceaux et ça me fait du bien. Les retours sont assez vrais, sur qui je suis, ma personne en général. Ce que j’aime ce sont les gens qui sont humbles, qui ont des sentiments hyper naturels tu vois, un peu naïfs, qui sont honnêtes et j’essaie de mettre ça en musique et dans mes lives. Rester modeste et authentique. La vérité c’est très très important pour moi. Et la famille !

Au niveau de tes scènes comment ça se passe ?

J’ai un souvenir de ma première scène en Allemagne dans un festival perdu mec, au fin fond de la pampa dans le nord, un pote m’avait invité à jouer là-bas et j’étais le seul mec qui chantait et jouait d’un instrument, il n’y avait que de la techno ! On était trois cent, que des allemands en mode teknivaliers, je suis arrivé là, c’était trop bien. Ce qui marche bien, et ça m’est arrivé plusieurs fois, c’est que l’on m’appelle souvent pour jouer sur des scènes avant des Djs, et il y a le côté un peu club, ça fait l’introduction et ça marche trop bien tu vois.

J’ai joué à Paris avec La Mamie’s, un collectif qui organise des soirées en mode Les Vivres de L’Art mais en mode un petit peu plus fat tu vois, les teufs commencent à 14h00 et finissent à minuit. Je devais passer justement à 14h00, sauf que le groupe qui jouait après moi a pris du retard sur ses balances et ils ont finalement du jouer à ma place, je me suis retrouvé à jouer à 20h00 devant mille personnes prêtent à faire la teuf en mode techno et se percher ! Et moi j’étais là avec les tracks de mon dernier EP Envie, et au final ça a super bien marché.

Le live devient vraiment très important pour moi. C’est là que l’échange se fait et que je peux montrer/partager qui je suis. C’est à chaque fois un défi, un jeux, une thérapie, un baiser, c’est tout en fait !!! c’est la vie ! J’aime beaucoup trop ça !!!!

On te revoit où et quand ?

Et beh je jouerai à La Maroquinerie le 5 avril en avant première du frère Miel de Montagne !

JAH BLESS !

2019 : la saison très cool de Night Cool

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/LES NOUVELLES/MUSIQUE

Malgré une année précédente chargée en concerts et festivals, Night Cool ne s’arrête plus de nous surprendre et promet une année 2019 toute aussi qualitative, pour notre plus grand plaisir.

Night Cool. Il se peut que ce nom ne vous dise rien, mais si vous vous demandez à qui la scène locale doit la présence d’artistes de renom, la réponse est sous vos yeux. Derrière ces programmations du feu de Dieu se cache un passionné, François-Xavier Levieux, fondateur de Night Cool production. Suite à une année 2018 plutôt riche (on pèse nos mots), Night Cool ne se retient pas de continuer à nous balancer un programme des plus détonants. On les retrouvera notamment sur l’ancien ferry préféré des bordelais, l’Iboat, leur lieu de prédilection.

En ce mois de février, le bateau le plus côté des quais accueille l’électrique Yarol Poupaud, aussi ancien guitariste de notre Johnny, ainsi que l’américain excentrique de 20 ans Gus Dapperton le 11 février. Encore et toujours à l’Iboat, c’est l’artiste pluridisciplinaire Johan Papaconstantino qui se produira le 25 avril, avant d’attendre le 18 mai où Night Cool et l’Iboat présenteront Miel de Montagne, auteur de « Pourquoi pas » avec qui Le Type avait eu la chance de s’entretenir quelques minutes à l’occasion de l’édition 2018 du festival Vie Sauvage. Night Cool participera également à la programmation du festival Jalles House Rock à Saint-Médard-en-Jalles dès le 5 juillet et, bien évidemment, au festival Vie Sauvage.

Le festival se déroulera cette année du 14 juin au 16 juin dans la citadelle de Bourg-sur-Gironde et frappe une nouvelle fois très fort. Après avoir ramené Rejjie Snow, Tommy Cash, Miel de Montagne, Yuksek ou encore Étienne de Crécy l’année dernière, les premiers noms de 2019 sont arrivés : le fascinant Flavien Berger et Marc Rebillet, ancien bedroom producer qui a visiblement pas mal percé. Des noms très prometteurs donc…

Festival Bordeaux Rock, numéro 15

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/MUSIQUE

Du 23 au 27 janvier, le festival Bordeaux Rock investit la ville du même nom pour une quinzième édition qui met les petits plats dans les grands. En invitant artistes de renoms et talents locaux émergents, l’événement applique une recette qui a fait ses preuves et qui fait le succès d’une manifestation culturelle bordelaise devenue à bien des égards incontournable.
}
Lire plus

Explorer les Nouveaux Mondes à l’Iboat

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/LES NOUVELLES/MUSIQUE

Habitué des soirées aux programmations pointues et défricheuses, l’Iboat s’apprête à accueillir une nouvelle résidence, Nouveaux Mondes. En formant club, ces soirées proposeront une autre vision des musiques électroniques, plus ouvertes et globales, à travers des influences africaines, sud américaines ou orientales. Refusant l’étiquette trop réductrice de « world music » et désireux de casser les frontières habituelles de genres, Alix, programmateur de cette résidence, nous livre ici sa vision du prisme musical qu’il entend défendre lors de ce nouveau cycle. Pour découvrir celui-ci, rendez-vous le mercredi 31 octobre pour une première date avec Esa Williams, membre d’Ata Kak et résident sur WorldWide FM.
}

Le Type : Salut Alix, tu lances une nouvelle résidence à l’Iboat à partir du 31 octobre intitulée « Nouveaux Mondes » : peux-tu nous présenter le concept ?

Alix : Salut Le Type ! En réalité, c’est un format qui existait déjà à l’IBoat, il y avait eu deux éditions et j’avais joué sur la seconde avec Awesome Tapes From Africa et Joe. C’était vraiment cool, car c’était la première fois que je faisais un set dans un club sans jouer de musique électronique. Et le concept c’est un peu ça, proposer un format club avec une programmation qui ne se limite pas à la musique électronique. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de musique électronique, c’est plutôt qu’on essayera de casser les frontières habituelles pour laisser place à des influences larges. Je n’aime pas trop résumer la programmation avec le mot « world music » car c’est un peu un mot fourre tout… mais ça résume l’idée qui est d’apporter des influences africaines, sud américaines, orientales, etc. à la programmation de ce format. On aura aussi une scénographie sympa, je n’en dis pas plus.

Justement, le nom même de la résidence « Nouveaux Mondes » semble renvoyer indirectement aux « musiques du monde » (world music) dont tu parles. Une appellation assez contestée et contestable car renvoyant à un imaginaire hors-Europe un peu trop englobant. Quelle est ta vision sur cette question et sur le regain d’intérêt pour ces esthétiques, qu’on peine finalement souvent à décrire ?

Je pense que, de manière générale, les gens confondent les influences géographiques et le genre musical, ce qui entraîne cette contestation de l’utilisation du terme « musiques du monde » de façon générique. Mais la musique n’est pas toujours facile à décrire, donc on utilise les mots que l’on connaît, et que l’on comprend surtout ! Généralement, dès qu’on touche à des esthétismes musicaux spécifiques, qui ne sont pas prioritairement destinés au grand public, ça peut vite être compliqué de mettre les mots justes dessus.

Concernant la hype actuelle autour de ces genres musicaux, en soit, ils ont toujours été utilisés à des fins festives. Alors ça a du sens que dans l’univers du clubbing et de la musique électronique en général, ils soient aussi utilisés pour faire la fête. Il fallait juste quelques bons DJ qui sachent amener ces styles sur le dancefloor, pour habituer et éduquer le public. Certains médias ont joué un rôle important aussi.

Tu penses à quels médias en particulier ?

En Europe on pense bien évidement Worldwide FM la radio de Gilles Peterson, qui a proposé des résidences à tout un panel d’artistes venus des quatre coins du monde, qu’ils s’agisse de légendes vivantes ou d’artistes de la nouvelle génération. Ou encore des blogs comme Stamp the Wax ou The Ransom Note qui ont fortement participé à la promotion de cette scène mêlant de la musique aux esthétiques électroniques à des influences géographique multiples. Certains artistes ont également développé leur propre formats blogs comme Awesome Tapes From Africa ou bien Dj Okapi avec AfroSynth.
}

}

Justement, peux-tu nous citer quelques noms d’artistes qui gravitent dans cette galaxie musicale et que tu aimerais bien voir participer à une date de « Nouveaux Mondes » ?

La liste est longue ! En live j’adore BCUC, Konono N°1, Mark Ernestus’ Ndagga Rhythm Force, Vaudou Game, Voilààà Soundsystem, Africaine 808, Femi Kuti, Ebo Taylor, ESG, Ata Kak, Pat Thomas… Pour les dj je pense à Mafalda, Dj Okapi, Sassy J, Sadar Bahar, Mr Bongo, Analog Africa, Auntie Flo, Alma Negra, Selvagem, Onsulade, Antal, Vakula, etc. Je m’arrête la !

Concernant la première date, c’est donc Esa, leader du groupe Ata Kak, qu’on retrouvera derrière les platines. Tu peux nous en dire plus sur cet artiste et pourquoi ton choix s’est orienté vers lui ?

Esa Williams, c’est un artiste que je suis depuis un bail, je l’avais découvert grâce à son premier EP d’edits sur Highlife, il y a 4 ou 5 ans. On voulait le programmer pour Bordeaux Open Air invite Londres, mais on était finalement parti sur Mafalda, donc c’était logique de penser à lui pour Nouveaux Mondes. C’est un artiste multi-casquettes, originaire de Cape Town en Afrique du Sud, vivant maintenant à Glasgow, où il a collaboré avec les artistes majeurs de la scène locale comme Auntie Flo, Jonnie et Keith de Optimo, ou bien Andrew Thomson le boss de label Huntleys + Palmers. Résident sur Worldwide FM, il sortait en 2017 un EP archi solide sur Dekmantel. Il est également aux commandes des machines et boites à rythmes sur le live ghanéen Ata Kak, remit sur le devant de la scène en 2015 grâce à une réédition sur le label de Awesome Tapes From Africa. Il est également investit dans des programmes éducatifs axés sur la musique électronique à Cuba, en Afrique orientale et en Afrique du Sud.
}

}

Pour accueillir cette résidence, le choix de l’Iboat s’est fait naturellement ?

Alors comme je te disais, la résidence existait déjà. J’avais joué sur la seconde édition, puis Florian le programmateur club du bateau m’a proposé de m’investir davantage sur le projet, en tant que curateur. Ça fait m’a fait vraiment plaisir, car ça fait un moment qu’on bosse ensemble et j’avais envie de développer un projet à l’Iboat avec lui, donc j’ai tout de suite accepté !  L’Iboat est un lieu qui peut faire à la fois des formats club et concert, donc les possibilités artistiques sont tout de suite plus larges en terme de programmation. On peut imaginer des projets live, sans faire de concession sur l’accueil technique des groupes.

La « scène » que tu souhaites valoriser avec cette résidence est-elle représentée à Bordeaux selon toi ?

Bien sûr que cette scène est représentée ! On retrouve ce genre d’esthétisme sur la programmation de collectifs locaux comme L’Orangeade, tplt, Ciao!, Super Daronne, À l’eau, etc.  Ou encore des festivals comme Bordeaux Open Air, Hors Bord… Attention, de ce côté Bordeaux n’est pas en reste, mais selon moi il manquait un rendez-vous club récurent autour de cet univers artistique.

Au-delà des collectifs et festivals que tu cites, comment tu situes Bordeaux par rapport aux autres villes sur la carte des cultures électroniques en France ?

Objectivement, on est pas trop mal ! Paris et Lyon restent clairement les capitales de la musique électronique en France, de part le nombre de lieux, collectifs, labels, festivals, etc. qui animent les scènes locales. Mais l’été 2018 a été assez impressionnant à Bordeaux, dans le même week-end on pouvait retrouver : Chez Damier en open air avec Ciao!, Bordeaux Open Air invite New Delhi au Jardin Public, Around the World ou Good Block à la friche exploitée par L’Orangeade, la team
Baleapop invitée par tplt aux Vivres de l’art pour Le Verger, Omar S à l’IBoat pour leurs 7 ans…  J’ai hâte de voir ce que les Bordelais prévoient pour 2019 !

Pour finir, tu peux nous parler de Parade Studio, à l’origine de la très belle identité visuelle de Nouveaux Mondes ?

Alors, Parade Studio, ça fait un moment que je suis leur travail, et je n’avais jamais trouvé l’occasion de bosser avec eux. Je les ai contacté pour la résidence, on est allé boire une bière et on a tout de suit accroché musicalement, donc bosser avec eux avait du sens ! Ils font pas mal de création graphiques dans la musique : Grand Coeff, Moonrise Hill Material, More Festival, la residence Wonder au Warehouse à Nantes, Nuits de la Filature, et j’en passe ! Le mec derrière ce studio est hyperactif, il est à l’origine du blog le Tournedisque, la marque de sape Pavane, la web radio Prose, etc…  Bref c’est le début d’une belle collaboration !

Merci Alix ! Un dernier mot à ajouter ?

Allez checker l’émission de ESA sur Worldwide FM, c’est une mine d’or !
}

1 2 3 9
Retourner là haut