Tag archive

Microkosm

La FIMEB, union des acteurs électroniques bordelais

dans DIVAGATIONS LOCALES/POLITIQUE & SOCIÉTÉ

Douze acteurs locaux des cultures électroniques viennent de se réunir autour de la FIMEB, la Fédération Inter-associative des Musiques Électroniques de Bordeaux. Pensé pour promouvoir cette culture auprès du public et des élus, ce regroupement d’associations et de collectifs constitue un levier pour consolider la scène de la ville. Un premier événement est prévu le week-end du 21-22 septembre sur le parvis de la MECA dans le cadre des journées du Patrimoine en compagnie des différents crews.

Culture émergente par excellence, la musique électronique a longtemps souffert d’un manque de relais et de soutiens institutionnels pour promouvoir ses activités. Si la donne a bien changé depuis quelques années au niveau national (avec pêle-mêle ; un ancien ministre de la culture aficionados du club Concrete, une légion d’honneur remise à un dj…) comme au niveau local à Bordeaux (à l’image de certains collectifs subventionnés par la Mairie pour organiser divers événements autour de cette culture), il n’en demeure pas moins qu’en comparaison avec d’autres acteurs culturels, les porteurs de projets d’événements « électroniques » ne sont pas forcément les mieux lotis.

La FIMEB : l’union fait la force

Pour répondre à cette problématique et promouvoir leur message, des organisations locales se sont donc regroupées autour d’une fédération, la FIMEB. Comme indiqué sur la page du projet, l’objectif de celle-ci est relativement simple : « unir nos forces pour promouvoir une culture que nous défendons tout au long de l’année ». Quoi de mieux en effet qu’un tel regroupement afin de porter d’une voix unique auprès des élus certaines revendications nécessaires au développement de la filière ? Avec une pléthore d’événements ayant rencontré un succès populaire lors de l’été 2019, les collectifs et organisations locales ont bien démontré l’intérêt de leur activité et du soutien auquel ils peuvent légitimement prétendre.

Derrière la FIMEB, ce sont pas moins de 12 structures qu’on retrouve ; médias, collectifs, associations, promoteurs… Tous se retrouvent autour de valeurs communes et la volonté de défendre leur scène et de développer la culture électronique à Bordeaux. Parmi eux, de nombreux partenaires du Type tels que À l’eau, les Amplitudes, le festival Bordeaux Open Air, Canal 113, Eclipse Collective, Electrocorp, MICROKOSM, Ola Radio, L’Orangeade, SUPER Daronne, tplt ou Les Viatiques. On notera l’absence de certains collectifs et promoteurs locaux, dont on ignore s’ils n’ont pas été sollicité ou s’ils ont tout simplement refusé d’intégrer cette fédération.

Des Journées Électroniques à la MECA

En guise de première étape marquante pour la FIMEB, des Journées Électroniques sont d’ores et déjà prévues les 21 et 22 septembre à la MECA. Ce nouveau bâtiment proche de la Garonne qui accueille notamment le FRAC, l’OARA et l’ALCA a récemment ouvert ses portes et fait figure de haut lieu culturel ici à Bordeaux. Durant ce week-end qui s’inscrit dans le cadre des journées du patrimoine, ce sont 25 artistes des différents crews qui se succéderont aux platines. Deux jours de musique, d’activités et de culture au programme pour une première édition marathon qui pourrait presque s’apparenter à un mini-festival, accessible gratuitement qui plus est.
}

Interview : Multiverse, bass in Bordeaux

dans LES NOUVELLES/MUSIQUE

Collectif d’« épicuriens du son », Multiverse est l’aventure de trois potes amoureux des sonorités anglaises, des basses ronronnantes et de la culture du Soundsystem. Amoureux de leur ville, Bordeaux, et soucieux de développer ces esthétiques artistiques, ils décident de créer cette nouvelle entité, dans une démarche de décloisonnement des genres et d’ouverture. Habitués des soirées, en tant que public ou même promoteur, Seb, Ben et Gaëtan vont d’ailleurs organiser une première entrée en matière au Void. On a rencontré le crew pour qu’il nous parle justement de cette fête du 24 mai, mais aussi de leurs inspirations, de leur amour pour l’Angleterre ou leur vision de la scène bordelaise.
}

Le Type : Pouvez-vous commencer par vous présenter, vous les membres de Multiverse ainsi que l’univers de ce nouveau collectif que vous montez ?

Multiverse : Alors, Multiverse, pour faire simple, c’est trois potos aux multiples influences, mais avant tout des épicuriens du son, trois types qui aiment les bonnes choses, le bon goût, les douceurs et les épices, la musique qui frappe et qui caresse en même temps. Il y a Seb aka SB Legend, la moulinette du crew et fin sélecteur aux multiples styles. Ben aka Ekee, le type aux chaussettes de couleurs qui un jour écoute du Fifi Rong, et se réveil sur du dub dans son salon. Pour finir il y a Gaëtan aka Oudjat, producteur, précis dans ses créations comme dans ses prestations live. On a tous les trois différents parcours, mais un intérêt semblable pour tout ce qui oscille entre deep bass, smooth, hip hop, jazzy et musiques du monde.

Avec Multiverse on va proposer autant que possible des artistes/styles musicaux d’univers méconnus sur Bordeaux et en France, du moins c’est ce que l’on pense.  L’idée c’est de faire des liens d’un genre à un autre sur des événements sans étiquette, sans style annoncé, afin de laisser le public se faire son propre avis par rapport à tel ou tel genre, et de faire découvrir ce qui nous fait bouger. Un style musical unique qui définit une soirée peut rebuter certaines personnes (nous les premiers) par simple a priori par rapport à un style. Du coup on passe à côté de mouvements, de crews, d’artistes et surtout à coté de bons moments de découverte musicale. Multiverse veut créer des ponts entre plusieurs styles musicaux variés moins mis en avant des scènes actuelles. Le bail, c’est de faire naître différentes sensations dans la danse, un Multiverse musical que ce soit sur scènes club ou Sound System.

Sans vous définir à travers un seul style, quelles sont les esthétiques musicales (les genres) dont vous vous sentez proches et que vous estimez peu ou pas représentés sur Bordeaux ?

Yes, de toute manière, c’est vrai qu’il est difficile de se définir à travers un seul style. En tout cas, on est tous les trois de grands friand de beats bien gras et sales. En gros, disons qu’on peut se mettre dans la case de tout ce qui se trouve entre jungle et dub, le genre « bass music » nous définit bien, c’est une nomination riche et variée dont on commence doucement à parler, reste a savoir ce que l’on met dedans… Tout ce qui ronronne, berce et fait trembler, des racines sound system du roots reggae/dub/dubwise jusqu’au deep dubstep, drum’n bass/ jungle, sans oublier une multitude de sous-genres.  À Bordeaux, il y a déjà beaucoup de collectifs bien actifs qui proposent et mettent en avant certains des styles que l’on affectionne, avec des gros plateaux techno, house, dub et DnB, et font un super boulot !  Avec Multiverse, on vient juste rajouter une corde à cet arc, proposer des univers parallèles variés, et que l’on pense en effet ne pas être mis assez en avant sur Bordeaux.

Quand vous parlez des collectifs bien actifs qui « mettent en avant des styles » que vous affectionnez, vous pensez à qui ? Considérez-vous la scène bordelaise qualitative sur ce plan-là ?

Perso, on pense principalement au collectif SoundRising et Bass Day pour tout ce qui tourne autour de la bass music, ainsi que le label breakbeat Fury et ses compiles Underground Bordeaux Massive (dont la 3eme sort fin mai). Ça fait un bail qu’ils sont dans le game, organisent et mettent en avant une belle friche musicale. Microkosm qui programme du lourd en techno, Tuff Wheelz pareil, ça vacille entre house et techno bien grasse avec des plateaux méga fat. Les soirées Soundsytem avec Sundub (Univ Bdx Montaigne), et le collectif Clank… donc ouais, à Bordeaux il y a de quoi faire, on a ce qu’il faut en soirée de qualité, il faut chercher un peu, comme dans tout. Ensuite c’est à nous avec Multiverse d’ajouter une nouvelle pierre a cette édifice.

En gros, ne cherchez pas à savoir quel est le style de musique ce soir. Viens, viens ressentir et viens danser !

Avez-vous déjà des événements de prévus ? Au-delà d’évènements, comment comptez-vous « apporter votre pierre à l’édifice » à Bordeaux ?

Oui tout l’objectif est là ! En plus d’avoir récemment décroché une résidence mensuelle sur Ola Radio on lance notre « launch party » le 24 mai au Void avec un invité UK. Nous concoctons une autre date en juin et nous sommes en contact avec différents lieux et organisateurs pour proposer, dans l’idéal, une soirée par mois. Au delà de nos événements, on veut montrer, ou plutôt faire écouter, que la musique que l’on propose ne se limite pas à telle ou telle appellation, et qu’une soirée ne doit pas forcément porter qu’une seule étiquette (d’où le Multiverse) ! Nous voulons que le public se laisse surprendre par des ambiances et des horizons musicaux plus larges, on veut justement sortir des cadres, en n’en imposant aucun.  En gros, ne cherchez pas à savoir quel est le style de musique ce soir. Viens, viens ressentir et viens danser !

Vous souhaitez avant tout vous concentrer sur Bordeaux ou êtes-vous en lien avec d’autres acteurs d’autres scènes d’autres villes pour développer Multiverse ?

On souhaite avant tout se concentrer sur Bordeaux, c’est notre identité, c’est là qu’on vit et on veut que notre collectif résonne ici en priorité… Mais pas que ! On a tous les trois un ADN différent, par exemple SB a bien bourlingué en France et a passé pas mal de temps à créer des connexions avec des collectifs de Lille, de l’Est et de Paris comme le Bass Paradize, qui sont très actifs dans la capitale, Ben a passé du temps en Angleterre et profite d’un bon carnet de contact, Oudjat peut compter sur ses contacts  d’artistes et de labels,  grâces à ses nombreuses productions et collaborations. Des collabs et des invitations en lien avec d’autres villes sont donc envisageables pour la suite ! Pour le moment l’idée n’est pas de s’exporter mais plutôt de faire venir nos connexions ici et de faire le max’ pour pérenniser tout ça.

Pouvez-vous nous citer certains nom d’artistes qui gravitent dans votre univers, que vous connaissez personnellement ou même des inspirations ?

Vaste question ! En termes d’inspirations on pense notamment aux artistes pionniers d’un genre qui nous a fasciné c’est à dire la scène dubstep/uk garage anglaise (Mala, Skream, Coki, Kode9, The bug, Benny ill, Zed Bias et compagnie), ça nous a ensuite amené à explorer d’autres continents et univers musicaux, puis ça nous a rapproché de certains artistes via nos voyages et via nos rencontres tels que par exemple le label Deep Dark Dangerous, dont Oudjat fait partie, Truth, Hebbe, Mr K entre autres; des artistes de différents univers comme Gantz, Egoless, Danny Scrilla, Squarewave, nos amis français Argo, Quasar, ou encore Ourman et Von D. Mais aussi quelques copains en Angleterre, Real Roots Sound System, Poté, Shy One, Cato, Touchy Subject et les gars de Wot Not pour n’en citer que quelques-uns, le bordelais KRSLD aussi qui fait du sale en ce moment chez les British, et qu’il faut suivre de très près. Ça fait une sacrée ribambelle d’artistes en vrai ! Et pour ramener tout ce monde il nous en faudra du temps, mais c’est notre objectif.

On s’apprête à lancer avec Le Type un nouveau projet (Scene city) qui vise à connecter la scène musicale bordelaise avec d’autres villes. Bristol fait partie de ces villes qu’on veut valoriser. Quelle est votre vision sur cette scène-là qui est très tournée sur des esthétiques bass music ? Il y a des artistes de là-bas en particulier que vous suivez ?

C’est super ! On va suivre cela de près pour le coup ! On ne peut que se réjouir de cette info, ça va être cool pour Bordeaux, Bristol a toujours été un vivier pour la musique depuis les 90’s, c’est là-bas que le trip-hop a vu jour avec Portishead ensuite Massive Attack, Stanton Warriors, que du bon quoi, donc ouais, que ce soit en street-art ou en musique, Bristol a connu un essor incroyable en sortant des perles de talents, producteurs, labels et ingénieurs de sound system ! La scène s’est exportée et nous a influencée. Partir faire un week-end à Bristol, tu es sûr de tomber sur de belles affiches et passer un bon moment. Étant donné que nous ce qui nous fait essentiellement vibrer c’est tout ce qui tourne autour de la culture bass et sound sytem, on pense notamment aux artistes comme Kahn & Neek avec le label Bandulu, Pinch, le récent collectif Chonk Mob ou encore Ishan Sound, Lamont, Roni Size, Joker, Julio Bashmore et Addison Groove bien évidemment, et tant tant d’autres…

…aucun de nous trois ne sait vraiment encore ce qu’il va jouer, mais ce sera varié, ça pourra très bien passer par de la house music, afro au dub, drum’n bass et tout ce qui ce trouve entre ces genres, pourquoi pas un petit Patrick Sebastien même tiens !

Rendez-vous donc le 24 mai au Void pour votre première teuf ! Vous pouvez nous en dire davantage sur la soirée ?

Rendez-vous le 24 mai yes, chaussez vos plus belles ballerines. Pour la launch party on invite un pote à nous de Londres qui est depuis les débuts établi dans la scène bass de la capitale anglaise avec plusieurs apparitions sur Get Darker, et aussi une résidence sur Sub FM, pour ceux qui connaissent, sinon pour les curieux on les invite à checker ça. On pense qu’à part Syte aucun de nous trois ne sait vraiment encore ce qu’il va jouer, mais ce sera varié, ça pourra très bien passer par de la house music, afro au dub, drum’n bass et tout ce qui ce trouve entre ces genres, pourquoi pas un petit Patrick Sebastien même tiens !

Launch Party de Multiverse le 24 mai au Void

Et concernant la saison estivale qui approche à grand pas ? Vous prévoyez quoi ?

Pour cet été, on aimerait bien proposer quelques dates, on attend les confirmations d’artistes et de lieux. Sinon indépendamment, on va jouer à droite à gauche, Oudjat pour la release party d’Underground Bordeaux MassiveEkee au festival Papago vers Angers, et Fête de la musique aussi, SB Legend au Bagus Bar sur le Bassin (d’Arcachon, ndlr) pour faire vrombir quelques caissons. Ensuite, il y aura la rentrée avec pleins d’autres dates, et d’artistes à faire découvrir au public de Bordeaux, et c’est ce que l’on souhaite le plus.  

Merci beaucoup les gars, on se voit le 24 mai et bonne route avec Multiverse !
}

Un nouveau club réunit 10 collectifs de techno locaux

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/LES NOUVELLES/MUSIQUE

Vendredi 8 mars, pas moins de dix collectifs de techno de Bordeaux unissent leur force à l’occasion de l’ouverture d’un nouveau club qui a vocation à se pérenniser : le Hangar FL. Ancienne discothèque, la réhabilitation d’un tel lieu et l’union des gens derrière cette initiative illustrent bien la vitalité de la scène électronique locale.

Du Space Opera au Hangar FL

Le Hangar FL ouvrira donc ses portes le vendredi 8 mars. Si le nom, le concept et la direction artistique sont nouveaux, le bâtiment est lui bien ancien et a déjà accueilli un certain nombre de fêtes en son sein sous le nom de Space Opera. Discothèque de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le spot a vu passer un certain nombre d’artistes de la scène électronique de l’époque (on a notamment déterré un dj set de Miss Kittin qui y fut enregistré). Succédant au Space Opera en 2003 (et fermé en 2006), le FatKat a lui aussi été témoin de bons nombres d’événements avec des noms ayant foulé ses platines tels que Manu le Malin, The Horrorist, DJ Hell, The Hacker, David Carretta, Oscar Mulero, Angel Molina, Alexander Robotnick

Aujourd’hui c’est une nouvelle équipe qui s’empare de cet écrin situé Quai de la Souys (rive droite, non loin du Pont Saint-Jean et de la passerelle Eiffel, qui a à priori donné son nom au lieu). Le Hangar FL a l’opportunité de devenir un des spots de diffusion de référence à Bordeaux dès lors qu’il est question de techno, une esthétique musicale courtisée en ville qui cherche de plus en plus des endroits capables d’accueillir ce genre de rendez-vous. L’ouverture de ce nouveau club illustre ainsi bien cette dynamique à l’œuvre qui pousse des collectifs à réinvestir des vestiges du passé en vue d’y proposer à nouveau des soirées de qualité.

Une teuf le vendredi 8 mars qui fédère les collectifs locaux

Pour le lancement du lieu, on assiste à la réunion de 10 collectifs bordelais œuvrant sur des esthétiques techno, avec des prismes différents. Ces acteurs qui font la rave à Bordeaux depuis quelques années ont trouvé dans le Hangar FL l’occasion de se souder, signe résolument positif lorsqu’on regarde l’évolution d’une scène. « Les petits, les moyens, les grands, les légaux, les illégaux, les collectifs issus des classes populaires et ceux issus des classes aisées » : tous ont joué le jeu, indique Guillaume, membre d’un des collectifs du projet (Departed) et qui s’occupe plus précisément de cette première soirée.

On retrouvera pour cette première Forteresse, Demain Kollectiv, Microkosm, Departed, Fugitiv, We are Rave, BDB Sound, Velizion, KAM et Kobal. Une occasion suffisamment rare à Bordeaux et qui laisse présager de belles collaborations à venir dans ce nouveau lieu qui, on l’espère, saura s’ouvrir à la diversité et aux différents acteurs de la scène artistique locale.
}

Eclectype #44 – La playlist bordelaise – septembre 2018

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Rendez-vous mensuel pour découvrir de nouveaux artistes issus de la scène bordelaise tout en redécouvrant des pépites locales bien de chez nous, enfouies parfois dans les bas-fonds des internets. Sans trier, on sélectionne de manière éclectique dans cette playlist des univers parfois très différents, du rock psyché à la house en passant par le hip hop ou la musique de chambre, toujours dans une démarche de promotion de la création émergente à Bordeaux.

}

BassBassGâterie – Dis Marco

« Une basse, une batterie, une musique aux rythmes bruts et aux chœurs nonchalants. Ici on ne s’embarrasse pas de superflu, la bitare reste au placard. » La description affichée sur le Bandcamp du duo suffit à expliquer dans les grandes lignes le délire du groupe, plutôt réjouissant au demeurant.

}

DeadWulf – Hola Que Tal


Grosse phase planante sur ce « Hola Que Tal » de DeadWulf, dont on attend le premier EP courant 2018. A suivre, donc.

}

MCRKSM SPHR #21 – Hirschmann }

A la tête du média et collectif Eclipse, Hirschmann signe le vingt-et-unième podcast d’un autre acteur de la scène bordelaise, Microkosm. Ambiance ombragée, cadences ensorcelées et rythmes dépitchés sont au rendez-vous de ce set d’une heure trente pas déplaisant.

}

Gamine – Voilà les anges

Séquence INA nostalgie avec Gamine ; groupe de Bordeaux des années 1980. Souvent cantonné au succès de ce seul titre « Voilà les anges », Gamine a été par la suite réhabilité par des stars de la pop tels qu‘Etienne Daho qui a reconnu dans le groupe une véritable influence avec cette pop rock chantée en Français, teintée de sonorités des années 60.

)

Ouai Stéphane – Ouai (Costello Remix)

Si Ouai Stéphane n’est pas vraiment bordelais, l’auteur du remix de « Ouai », issu du premier EP de ce dernier l’est bien. Tout l’EP de Ouai Stéphane est chaudement recommandé, et cet edit du titre « Ouai » par Costello est chaudement recommandé pour quiconque apprécie les sonorités old school retravaillées.

Sandy Smoke – Eye on U


Groove funky et ambiance calée : le cocktail de Sandy Smoke passe comme une lettre à la poste à toute heure de la journée.

)

Tibia – Cave communion

Quoi de mieux que le « Punk à chatte » formulé sur le bandcamp de Tibia pour appréhender la musique du groupe qui sent bon le garage-grunge-punk du fond des caves bordelaises.

)

Zomaken – Ivan Ooze

Si le rappeur bordelais n’en est pas à son premier coup d’essai, c’est son premier album solo qui vient de sortir le 14 septembre. On y retrouve quelques morceaux déjà connus (dont « Heptapode » avec Jouvence qu’on vous recommandait ici) et surtout beaucoup d’inédits à l’image d' »Ivan Ooze ».
}

Mellow Pillow – Pee

Les gars de Mellow Pillow sortent une vidéo en guise de récap de pas mal de concerts passés par-là, et en laissant présager la sortie d’un album prochainement… Hâte !
}

The Twin Stoners – Troubles


Basé à Capbreton (dans les Landes), The Twin Stoners souffre de « Troubles » aigus ; en témoigne leur rock stoner énervé. Un album est prévu pour septembre 2018 : planquez-vous !

)

Birouette – BNJ Dance Podcast

Pour son deuxième podcast consacré à BNJ Dance, le label lyonnais Blue Night Jungle confie les clés du bail au collectif bordelais Birouette, aperçu entre autre lors de nos 7 ans et à droite à gauche dans divers lieux de Bordeaux. House breakée, chaleur et délire tribal au programme d’un set assez diversifié.

)

D’autres Eclectypes avec d’autres artistes locaux à découvrir :

La Coloc, nouveau bail des collectifs à Bordeaux

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

A partir du 14 juillet et pour tout le reste de l’été, un nouveau rendez-vous prend ses quartiers au Café de l’Étoile à Bordeaux : La Coloc. Avec pour objectif de se faire rencontrer différents collectifs musicaux de la ville, cette résidence offrira un espace d’échange privilégié pour ces artistes. Une initiative bienvenue afin de souder et rapprocher certains acteurs de la vie culturelle locale. On a eu l’occasion d’échanger avec Rémi, à l’origine du projet (et également membre fondateur de Microkosm), sur sa vision de la scène bordelaise et de sa volonté de réunir tout ces gens.
)

Le Type : Salut Rémi, peux-tu te présenter et nous raconter un peu ce que tu fais à Bordeaux ?

Rémi : Je suis Rémi, j’habite actuellement à Bordeaux, j’ai fondé l’association Microkosm avec des potes en 2014. En ce moment, je taffe au Café de l’Étoile à Bordeaux, mais aussi à Paris la semaine, dans une association qui finance l’aide alimentaire locale. Ça s’appelle Ernest, et je kiffe ! Il y a pas mal d’événements à gérer et je rencontre pleins de gens cool. En plus, il y a toujours Microkosm en parallèle bien sûr.

Tu peux nous parler un peu plus de Microkosm ?

Microkosm est une association fondée entre ami, peu de temps après le bac, au moment où on venait d’arriver sur Bordeaux. Tout de suite, on s’est mis d’accord pour monter un collectif pour mettre en avant des artistes, toutes disciplines confondues. Aujourd’hui, ça a bien évolué, il y a certainement beaucoup plus d’objectifs qui rentrent en jeu. Les notions comme le local ou l’éco-responsabilité sont aujourd’hui des notions que l’on veut clairement mettre en avant à travers nos événements. Microkosm c’est devenu pour nous aujourd’hui une aubaine pour développer la culture à Bordeaux, et ça c’est gratifiant. Ce que je veux dire c’est que grâce à cette association, on peut mettre en lumière des valeurs qui nous tiennent à cœur. Microkosm, en gros, c’est vraiment un projet de vie pour nous, on ne sait pas où ça va nous mener et on ne veut pas se fermer des portes. On avance et on fait ce qu’on aime.

Et du coup tu te lances dans un nouveau projet, détaché de Microkosm. Peux-tu nous expliquer ce dont il s’agit ?

J’ai envie de monter une résidence cet été à partir du samedi 14 juillet, un samedi sur 2 de 19h à 23h. Je veux créer une ambiance décontracte, à la cool avec des sélections de musique super sympa. Il y aura un happy hour de 18 à 20 heures, avec de la bonne bière pas très chère. Cette résidence aura lieu au Café de l’Étoile et s’appellera « La Coloc ». Aujourd’hui on constate que les collectifs acteurs de la vie culturelle à Bordeaux ont leur projet bien à eux et ne veulent pas forcément en démordre (même Microkosm je pense). Depuis que je suis rentré de mon voyage de 6 mois, il y a plein de nouveaux collectifs en ville qui font le taf, et dont je ne connais même pas le nom. Du coup, je me suis dit qu’organiser des dj set simple dans un endroit cool et neutre, ça pouvait être bonne ambiance.

Le but n’est pas compliqué : inviter 1 ou 2 artistes d’un collectif et pareil pour un autre collectif qui ne se connaissent pas. Je pense que ça favorisera des rencontres entre associations. Ça permettra aussi de croiser des genres musicaux, une dimension qui me semble très importante. D’un point de vue extérieur, on stigmatise énormément un collectif par ses line up et il est difficile d’en sortir après. Ces apéros à la cool, permettront à chacun aussi de se surprendre musicalement !

Cette volonté de créer ce nouveau rendez-vous part donc d’un constat sur la scène bordelaise ; quelle est ta vision de l’évolution de cette dernière sur les 2-3 dernières années ?

La vision que j’ai sur l’évolution de la scène bordelaise est positive. Je ne souhaite pas vraiment regarder ailleurs et comparer Bordeaux à d’autres villes françaises en disant « c’est mieux là bas ».

Pour autant, y-a-t-il certaines villes ou « scènes » qui t’inspirent en France, en Europe ou ailleurs ?

J’aime voir ce qui se passe un peu partout en France. C’est important je pense de voir ce que peuvent faire nos potes dans les autres villes et de connaître aussi les relations entre collectifs, acteurs culturels d’une ville et leur mairie respective. Je pense notamment à Rennes, Lyon ou encore Paris.

Justement, à Lyon, la scène est réputée soudée, avec des acteurs qui se parlent beaucoup. C’est un vivier d’artistes, de disquaires, de labels ou de collectifs assez dense. Qu’est-ce qui manque à Bordeaux pour être au même niveau qu’une ville comme Lyon ?

C’est une bonne question… Ce qui manque à Bordeaux, je pense, c’est avant tout le fait de ne pas forcément se connaître entre collectifs et peut être le fait de s’apercevoir comme « rivaux » alors qu’on devrait tous se voir de manière complémentaire.

Et c’est dans cette perspective que tu souhaites proposer ce nouveau rendez-vous artistique à Bordeaux ? Quels sont les esthétiques qui y seront défendues ?

Je souhaite favoriser l’échange, ouais ! Partage, bonne humeur, bonne musique, bières et soleil. Aussi simple que ça ! Et je trouve que le Café de l’Étoile s’y prête parfaitement. Je ne fixe pas de limite sur les genres joués, même s’il faut quand même prendre en compte le lieu… Par contre, je n’imagine pas de dancefloor : on est vraiment plus axé sur l’écoute de la selecta du dj. On ne se limitera donc pas à la musique électronique. Après, je ne suis pas là pour être le chef d’orchestre. Je laisse carte blanche aux personnes invitées et je veux qu’il réfléchissent ensemble pour leur dj set de 4 heures. En faisant comme ça, ça favorise déjà l’échange en amont, ce qui est carrément mieux je pense.

Pour finir peut être ; quels sont les collectifs que tu as déjà identifié à Bordeaux et que tu as envie de valoriser lors de ce rendez-vous estival ?

De programmé, il y a À l’eau, SUPER Daronne, Basement Tales, Electrocorp, Eclipse, Microkosm et Birouette. J’attends encore des réponses, je ne me fais aucun soucis pour accueillir le nombre de collectif qu’il me faut pour recouvrir la première saison. Je suis ouvert aussi : si des collectifs sont chauds, j’ai encore de la place. Pour info, je peux inviter 12 collectifs cet été. Le 14 juillet c’est la première avec Microkosm (avec S36 et Menthesis) & Super Daronne (avec Taktyle et Junior).

Merci Rémi, bel été et bonne résidence au Café de l’Étoile cet été !
)

Eclectype #43 – La playlist bordelaise – juin 2018

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Rendez-vous mensuel pour découvrir de nouveaux artistes issus de la scène bordelaise tout en redécouvrant des pépites locales bien de chez nous, enfouies parfois dans les bas-fonds des internets. Sans trier, on sélectionne de manière éclectique dans cette playlist des univers parfois très différents, du rock psyché à la house en passant par le hip hop ou la musique de chambre, toujours dans une démarche de promotion de la création émergente à Bordeaux.

}

Bootchy Temple – Childish Bazar

Beaucoup de références 60’s et 70’s dans ce « Childish Bazar » de Bootchy Temple, cinq jeunes bordelais ayant déjà été repéré par Howlin’ Banana Records, Hellzapoppin Records ou Bongbastic Records… À suivre de près avec notamment la parution d’un troisième album Glimpses après l’été.

}

Alex Garcia – Split


Sorti en avril dernier, Split d’Alex Garcia fonctionne plutôt bien, entre techno acidulée et beat electro bien trempés. On avait d’ailleurs interrogé l’artiste bordelais à l’occasion de la parution de ce premier album efficace.
}

Chantier Lézard – Funky Lizard

Guitare qui se balade à coup d’effets et de wah-wah à tout va, passages cuivres bien placés, orchestration soignée : Chantier Lézard continue de sortir des trucs en sous-marin sur ses réseaux. On continue à suivre ce chantier de près.

)

The Oversleep – Like Blood On Snow

The Oversleep débarque dans nos radars grâce au label La Tangente avec le convaincant « Like Blood On Snow », un titre qui invite au rêve, à l’image du nom du groupe qui caractérise « une période de sommeil excessive, impliquant une suspension prolongée de la vigilance et un contexte onirique agité ». La formule gagnante pour apprécier la musique du duo bordelais en somme .

Radion – Kaïros


On tombe par hasard sur notre Soundcloud sur « Kaïros » de Radion (du crew Microkosm), un morceau faussement classé « Dancehall » et plutôt à cheval entre ambiant et musique scandinave : plutôt plaisant.

)

des Astres – Des Plans Sur La Comète

Le quatuor des Astres fait « Des Plans Sur La Comète », et ça donne un post-rock planant qui rappelle les bonnes heures de WU LYF (les envolées vocales en moins).

)

Julien Granel – La mer à boire

L’enfant du pays « petit poulain des sons dansants pop frenchies de demain«  Julien Granel a récemment sorti le clip de « La mer à droite ». Boule à facette, bouquets de fleurs, refrain entêtant et touches acid : cocktail bienvenu à toute heure de la journée.
}

SUPER Daronne – Mellotron show

L’équipe de SUPER Daronne s’est récemment rendu dans le chouette spot de la capitale du Mellotron pour y enregistrer une heure cinquante quatre de set. Funk, afro, disco, reggae… du groove en veux-tu en voilà : un cadeau idéal pour la fête des mères.}

Spectrale – Andromede

Balade cosmique et hypnotique direction les étoiles sans retour avec « Andromede » de Spectrale, le projet solo de Jeff Grimal (The Great Old Ones, Tormenta). Une composition qui laisse les guitares se répondre et s’enchevêtrer parfaitement pour emmener l’auditeur loin, très loin.

)

MLX – Wacko

Membre du crew bordelais Majin Killaz, MLX s’exporte à Lyon pour enregistrer « Wacko » en bord de Saône et du Rhône tandis que son projet d’EP Noir sortira lui le 29 juin.

)

D’autres Eclectypes avec d’autres artistes locaux à découvrir :

 

Bordeaux : le guide de la Fête de la Musique 2017

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Conceptualisée par Joël Cohen puis initiée politiquement par Jack Lang en 1982 dans une optique de « démocratisation de la musique », la Fête de la Musique s’est imposée depuis comme un rendez-vous musical incontournable, apprécié des français. A Bordeaux, chaque année, les différentes associations et collectifs de la ville redoublent d’imagination pour proposer des évènements originaux pour célébrer cette soirée. A cette occasion, on a voulu passer en revue, de manière non-exhaustive, les différents évènements qui verront le jour (et la nuit) le 21 juin prochain à Bordeaux.

}

Le plus groovy : L’Orangeade Fête la musique

Après avoir investi l’an passé l’Esplanade Charles de Gaulle avec leurs compères tplt, L’Orangeade a décidé cette année de poser ses platines au sein du Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux. Spot luxueux avec cour intérieur splendide : l’évènement donne l’eau à la bouche, et quand on connaît la capacité du collectif à faire danser les foules avec leurs sons disco, house, soul ou funk, on se dit que la fête sera au rendez-vous. Qui plus est, une conférence sur l’évolution de la Black Music de 1957-2017 sera proposée gratuitement de 16h00 à 18h00.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : groove, musée, black music

}

Le plus chaud : À l’eau Warehouse Party

Coutumiers de belles sauteries locales, les trublions d’À l’eau ont vu les choses en grand pour cette fête de la musique 2017, puisqu’ils investiront mercredi 21 juin la Galerie Tatry. Pour l’occasion, le joyeux collectif posera en toute modestie un système son Funktion One sur lequel Chat Bizarre, Denise, Groovy Eddie, Jean Talu, Manuel Franco, Pläcid, Scott Deboeuf, Sisto Perez et Steph Squirted se succéderont. Une ambiance bien chaude donc, avec un bar et un barbecue pour couronner le tout.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : warehouse, barbecue, drift

}

Le plus rock’n’roll : Allez Les Filles Fête la musique / Concerts + Dancing

Activiste de la nuit bordelaise depuis 1996, l’association Allez Les Filles est bien connue du public bordelais. Avec plus de 1000 concerts à son actif, la structure organise chaque année pour la fête de la musique un évènement populaire et festif, qui fait la part belle à la scène locale. Cette nouvelle édition ne dérogera pas à la règle puisqu’on retrouvera sur la place Saint Michel 3 groupes rocks bordelais avec Wizard (rock prog/math rock), Alexis Evans Trio (60’ s rock’n’roll), Peru Current (garage rock) ainsi que 3 DJ set gorgés de soul, swing, rock’n’roll, sixties, funk et rhythm’n’blues.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : rock, Dancing in the streets, local

}

Le plus arty : MICROKOSM fête la musique aux Vivres de l’art

Toujours soucieux de proposer des évènements qui bousculent les formats « classiques », c’est tout naturellement que le crew Microkosm s’emparera d’un lieu d’exception à Bordeaux : Les Vivres de l’Art. Lieu d’exposition et de création, ce spot magique sera particulièrement bien adapté pour voir résonner les différents missiles lancés par Pnom Pen (Chineurs de Bordeaux), S36 (Microkosm), Radion (Microkosm), Menthesis (Microkosm) B2B Nausicäa, Krysalead (NRGS), Bès (Microkosm), Nuit (Forteresse), SFNL (Microkosm) B2B Matayo .

  • Événement : ici
  • Mots-clés : sphère, techno, marathon

}

Le plus au vert : Banzaï Lab – Fête de la Musique 2017 – Bordeaux

Histoire de sortir des sentiers battus et d’investir une rive droite trop souvent désertée, l’équipe de Banzaï Lab a décidé de poser ses valises Quai des Queyries, « loin du brouhaha du centre ville ». Sur le line up, en revanche, pas question de s’éloigner des fondamentaux qui font la singularité du label, puisqu’on retrouvera pas moins de six artistes, avec Kognitif, Jean du Voyage, Noke, Moonlander, J-Silk et Poumon ! Avec en prime la présence de Cheeko, champion de France End Of The Weak (improvisation hip-hop).

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, exigeance, rive droite

}

Le plus délicieux : Délicieuse Guinguette #1 Fête de la Musique

Le collectif et label Délicieuse Musique aura le privilège d’installer sa scène dans un lieu emblématique du patrimoine bordelais : la Cour Mably. Première étape d’une série d’évènements « Délicieuses Guinguettes » qui sillonneront les quartiers de la ville, cette soirée à base de concerts, Dj, live painting et foire au plaisirs devrait régaler petits et grands. Un line up de qualité également puisque ce sont infinite bisous (en live), Fellini Félin, Leon Revol, Jean Tallue (en live) et le Délicieuse Musique Soundsystem qui régaleront nos petites oreilles.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : douceurs, guinguette, groove

}

Le plus électronique : Synthetize Me – Fête de la Musique de Bordeaux Mériadeck

Pour cet évènement particulièrement ambitieux, ce sont pas moins de trois acteurs culturels bordelais qui se sont fédérés avec la Bibliothèque de Mériadeck et la Mairie de Bordeaux. Organ’Phantom, BassDay et La Canopée proposeront ainsi le 21 juin un voyage autour du thème du synthétiseur ! C’est à Mériadeck que les festivités se dérouleront, avec une programmation extrêmement solide et alléchante, avec FAIRE (Paris), Gendarmery, le collectif Manaya Project, le duo Tuff Wheelz, un DJ set de La Canopée, Christina Monet, Memory Scale et Zebra Lova. Un atelier de découverte de Little Bits (découvrir par l’expérimentation comment est sculpté le son) est également prévu.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : synthétiseur, expérimentation, solide

}

Le plus éclectique : Heures Heureuses – Le Chalet Fête la Musique

On ne pouvait pas envisager une Fête de la musique sans cet acteur majeur de la scène culturelle bordelaise qu’est Darwin ! Ce 21 juin, des Heures Heureuses particulières verront donc se succéder différents artistes locaux, dans un soucis d’éclectisme si cher au lieu. Don Gardener, Blue Bombay, Colonel Mushroom, Moloch/Monolyth, SIZ, tRiKiNi et Père Dodudaboum (clavier J.C.Satàn) enchaîneront du rock au post punk kraut psych en passant par la folk, grunge noise garage ou l’acid hard rock !

  • Événement : ici
  • Mots-clés : Darwin, éclectisme, rive droite

}

Le plus hip hop old school : Fête la musique – Block party with Sugarhill Gang à l’IBoat

Pour cette édition 2017 de la Fête de la musique, l’IBoat a mis les petits plats dans les grands, puisque ce n’est ni plus ni moins que le groupe mythique Sugarhill Gang qui squattera le bateau pour le faire tanguer façon Block Party ! Entouré de graffeurs, DJ et autres break dancers locaux, une bien belle fête complète est à prévoir du côté des Bassins à Flot.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, old school, breakdance, graffiti

3×1 places : Marcelus (Tresor Berlin), SFNL, Blåck Bøw et Fabio Lopes @ BT59 09/06

dans ART ET CRÉATION

Le Type te propose un jeu concours pour tenter de remporter ta place pour la venue très prochaine de Marcelus au BT59 et d’une belle tripotée d’artistes locaux. Save the date : ce sera le vendredi 9 juin !

)

Fondateur d’un label (Singular Records), ayant signé sur la prestigieuse écurie Tresor où il a également tenue une résidence, auteur de nombreux EP et d’un album : le français Marcelus est du genre à ne pas s’ennuyer. Ayant évolué entre Paris et Berlin, l’artiste a su forger un univers qui empreinte à ces deux villes si emblématiques de la culture électronique, tout en puisant dans l’esthétique des années 1990, période à laquelle il découvre cette musique à l’écoute de Nova ou de Radio FG. Marcelus (Cédric Bros de son vrai nom) propose dans ses sets une techno à la fois énergique et mélancolique, avec laquelle il a déjà convaincu les plus grands clubs du monde et autres festivals tout aussi réputés. Vendredi 9 juin c’est donc au BT59 qu’il est attendu pour un numéro de haute volée ! À ses côtés, on retrouvera trois artistes locaux, avec SFNL du collectif Microkosm, ainsi que le duo Blåck Bøw (Label & La Bête) et Fabio Lopes (Kam). Une soirée 100 % française et 100 % qualité, pour laquelle on a trois places à offrir !

)

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Marcelus BT 09/06 »
(Nom + Prénom + email)

Le Bootleg fête ses 4 ans aux côtés des bordelais

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Joyeux anniversaire Le Bootleg ! En 4 ans, la salle s’est imposée comme un acteur incontournable de la vie culturelle nocturne bordelaise avec une programmation concert et club qualitative. Pour souffler cette quatrième bougie, l’équipe a offert des cartes blanches à trois collectifs bordelais qui s’efforceront de proposer différentes esthétiques, à l’image de la pluralité artistique qui prévaut à Bordeaux.

4}

4 ans au service de la vitalité culturelle bordelaise

Voilà maintenant 4 ans que Le Bootleg s’efforce de proposer aux bordelais une programmation exigeante qui faisait jusqu’ici défaut en centre-ville. Ouverte en 2013, la structure associative est devenue un des piliers de la nuit à Bordeaux, avec plus de 30 000 adhérents et plus de 300 concerts au compteur (auxquels il convient d’ajouter toutes les soirées clubs organisées en son sein depuis). Si la salle peut aujourd’hui se targuer d’avoir trouvé son public, l’histoire du Bootleg a été tourmenté, et son futur reste à écrire. Un an après son ouverture, en mars 2014, le lieu subit en effet une fermeture administrative très préjudiciable. La résistance s’organise : une campagne de crowdfunding plus tard et des mois de travaux permettront au Bootleg de ré-ouvrir en grande pompe en octobre 2014. Depuis, le Bootleg poursuit ses efforts pour proposer une programmation de qualité, entre rock, garage, métal, funk et musiques électroniques pendant les soirées clubs. Dans une dimension économique sociale et solidaire, l’association valorise à son échelle les cultures alternatives de la ville et d’ailleurs. Son quatrième anniversaire sera donc l’occasion de célébrer la vitalité culturelle locale !

)

)

Une programmation anniversaire confiée à des collectifs locaux

Afin de fêter dignement ses 4 ans, Le Bootleg a convoqué 3 collectifs bordelais pour la programmation. En tout, les festivités s’étaleront sur un mois, une première semaine étant programmée par la salle elle-même. Pour le reste, on retrouvera des promoteurs locaux déjà très actifs à Bordeaux ; Microkosm dans une veine techno industrielle, le collectif tplt responsable des excellents événements aux Vivres de l’art Le Salon / Le Verger, ou encore les trublions de À l’eau et leur hédonisme électrique. Entre jazz, rock, funk, house ou techno, tout le monde devrait s’y retrouver. Au-delà des différentes chapelles musicales, les formats des événements varieront sur ce mois de célébration, puisqu’en plus des concerts, on aura notamment l’occasion de faire la fête jusqu’au petit matin pour les soirées club, de voir un spectacle d’impro ou d’apprécier en afterwork une expo. Histoire de s’y retrouver, un visuel vaut mieux qu’un long texte (cliquer sur le visuel ci-dessus pour tout voir).)

)

Toutes les infos sur la programmation :

Report photo : soirée Microkosm @ Bootleg 25/11

dans DIVAGATIONS LOCALES

Vendredi 25 novembre, le collectif Microkosm fêtait en grande pompe au Bootleg la fin d’une saison bien remplie. L’occasion de voir défiler derrière les platines Krysalead, Screener36, Radion, SFNL et Menthesis. Retour en image sur cette soirée réussie et égayée par les déguisements du public venu en nombre !

}

Crédits photos : Morgane Colin

Les 5 pépytes de – MICROKOSM

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

On peut dire que l’année a été chargée du côté du collectif Microkosm ! Entre le Santosha, l’IBoat ou le bateau du Marco Polo, l’équipe n’a pas vraiment amusé le terrain. Vendredi 25 novembre, les bordelais organiseront leur dernière grande messe de l’année au Bootleg (le Type offre des places d’ailleurs). Pour un avant-goût de cette belle soirée en perspective, on a demandé au crew de nous lâcher 5 titres qui composent son esthétique.

}

}Cold Colors – Les Ombres (2014)

}

Future Holograms – Valentine (2013)

}

Absolute Body Control – Is There an Exit (1981)

}

Tres – Operator (1985)

}

Grauzone – Raum (1981)

}

2×2 places : Microkosm all night long @ Bootleg 25/11

dans ART ET CRÉATION

Dernière teuf de l’année pour les trublions de Microkosm, qui pour l’occasion investiront le Bootleg all night long. C’est vendredi 25 novembre et le Type a des places à offrir !

}

Après une année chargée entre le Santosha, l’IBoat ou le Marco Polo, le collectif bordelais Microkosm a décidé de revenir à un des lieux qui l’a vu naître, le Bootleg. Vendredi 25 novembre, la team convoque donc ses plus fidèles acolytes pour une soirée composée uniquement de résidents. On retrouvera ainsi derrière les platines Krysalead, Screener36, Radion, SFNL et Menthesis, qui orchestreront ensemble le bon déroulé de ce banquet de fin d’année. En plus de la traditionnelle bonne humeur qui opère à chacune de leur soirée, l’équipe de Microkosm a décidé d’égayer encore d’avantage ce vendredi soir, en proposant aux clubbeurs de venir déguisés et de bénéficier ainsi d’un tarif préférentiel à l’entrée (7 € au lieu de 9 €, sans thème imposé). Avec le Type, tout le monde au même tarif : les places sont offertes !

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Microkosm 25/11 »
(Nom + Prénom + email)

2×1 places : 14 juillet à bord du Marco Polo w/ Microkosm

dans ART ET CRÉATION

Une fois n’est pas coutume,  c’est sur un bateau que le Type ira fêter le 14 juillet. Peintures, danse, dj set : un programme pluridisciplinaire avec pour seul mot d’ordre, l’hédonisme. On t’embarque en te faisant gagner ta place.

}

Depuis sa création en 2014, le collectif bordelais Microkosm se classe du côté des défricheurs, en s’efforçant de proposer des événements originaux, et œuvrent de fait à la diversité de l’offre culturelle locale. C’est précisément le cas de la soirée du 14 juillet, où une fête en plein air et à bord d’un bateau est prévue. Partant à l’abordage du Marco Polo, un bateau ancrée rive droite face à la Place de la Bourse, le collectif proposera durant cette soirée une programmation variée et singulière, avec notamment une exposition du peintre local Pierre Cormier et ses toiles figuratives et minimalistes. Côté ambiance musicale, c’est le résident de Microkosm Radion qui s’occupera de nos oreilles, ainsi que Matteo Zanoni ou encore X1000  du collectif de la capitale, Berlinons Paris. Pour nos yeux, on comptera sur une performance de danse, une initiative qui a le mérite de bousculer les habitudes des formats classiques expo/musique. Au-delà de la qualité de ce qui sera proposé durant cette belle soirée, ce sera également l’occasion d’assister depuis un lieu privilégié le traditionnel feu d’artifice du 14 juillet ! Pour embarquer, le Type t’offre ta place.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Microkosm fête le 14 J  »
(Nom + Prénom + email)

Retourner là haut