8 artistes du coin à ne pas manquer aux FrancOff à La Rochelle

dans ART ET CRÉATION

A l’occasion des FrancOff qui se tiendront du 10 au 14 juillet à La Rochelle, nous avons pioché dans leur programmation 8 artistes de Bordeaux et de Nouvelle-Aquitaine. Rock festif, post-punk, house et funk, folk intimiste, electro-queer ou bien trip hop : c’est sous le signe de l’éclectisme et de la diversité que cette sixième édition se déroulera.

Crédit Photo : Persepolis par Iseult Nicolas @La Calhutte

Bilbao Kung-Fu (Bordeaux)

Ces quatre fils cachés de l’underground bordelais vont débarquer aux FrancOff avec fulgurance. Inscrivant leur dialecte musical dans un rock hybride, avec une touche de pop old school, ils feront trembler les murs du Mauvais Garçons Bar à La Rochelle. Jeu, set et match, les Bilbao Kung-Fu ne sont pas là pour blaguer et s’imposent dans leur paysage musical mais toujours avec l’esprit ailleurs de la jeunesse.

}

The Oversleep (Bordeaux)

The Oversleep, c’est une atmosphère, un son qui explore diverses émotions. Une musique électronique profonde aux influences triphop, à laquelle se mêle une voix androgyne. Tantôt planante, parfois nerveuse, leur discographie joue avec la dichotomie des sens et le duo musical bordelais semble vouloir nous faire voyager entre deux mondes brouillant perceptions et textures. Rêve ou réalité ? Cauchemar ou fantasme ? Pour le savoir, il faudra se rendre à l’Imprévu le 10 juillet.

}

Les Nouveaux Dossiers

Les joyeux lurons de la Nouvelle-Aquitaine nous offrent ce rock festif dont on a grandement besoin ces derniers temps. Dans une énergie débordante donnée par des rythmes effrénés façon fanfare avec cuivres et guitares électriques, ils dépeignent des petites histoires parfois fictives, parfois réelles mettant en scène des personnages. Jamais à bout de souffle, ils insufflent une certaine joie communicative à ne pas manquer, et c’est Chez Hortense qu’il faudra impérativement les retrouver.

}

Tastycool (Angoulême)

Tom et Victor étaient DJs lors d’une soirée étudiante en septembre 2018 lorsqu’ils se sont donnés le défi de passer un de leurs morceaux. Ils jouent du saxophone, de la guitare et chantent suavement, ajoutez à cela une bonne ligne de basse et vous obtiendrez l’univers house et funk dans lequel ils se démarquent et évoluent. C’est tasty et c’est cool, c’est la recette parfaite pour cette période estivale. La track « Shake That Lalala!!! » semble même avoir été composée pour devenir l’hymne de l’été. Rendez-vous à L’Endroit le 12 juillet pour vous laisser envahir par leur modjo. 

}

..,;]) (Bordeaux)

Ce duo electro-queer-clash venu de Bordeaux célèbre l’amour et l’absurdité de l’existence. Mélancoliques, les voix mêlant monotonie et harmonie concordent parfaitement avec l’incohérence de cette vie. Pour accompagner ces chants, les mélodies électroniques entêtantes et répétitives imitent parfaitement cette sensation de train de vie, de routine qui montre que la vie est un éternel recommencement. Le duo queer sera présent au Bar De La Mer le 13 juillet pour tenter de bousculer votre train-train quotidien et tenter de mettre une flopée de paillettes dans vos vies.

}

Moloch/Monolyte (Bordeaux)

Moloch/Monolyte c’était un projet solo de folk ultra intimiste porté par Michaël, largement influencé par Elliott Smith ou Sufjan Stevens. Il avait pour désir, pour besoin, d’exprimer des choses bien plus intimes que celles exprimées avec ses autres groupes. Aujourd’hui, Moloch/Monolyte a pris ses marques. Le groupe a évolué et s’est affirmé au sein de cette folk intimiste puis ils ont même élargi leurs influences avec des sonorités plus rock grâce à Arcade Fire et The Dodos. Et c’est poignant… Sur scène, ils jouent fort et crient beaucoup : c’est un moment chargé en émotion pour eux, comme pour vous, qui irez les voir au Bathyscaphe le 12 juillet.

}

Sweat Like An Ape (Bordeaux)

“Suer comme un singe !”, avec Sweat Like An Ape, il faut le prendre au pied de la lettre. Leur musique distillant funk-punk, post-punk, tropical et disco noisy, réussit sans problème à embarquer le public dans une danse effrénée à la limite de la transe cathartique (vers laquelle ils se mènent eux aussi). Leurs morceaux piochent autant dans le groove que dans le post-punk anglais. Un sacré mélange de sonorités endiablées. Pour se déhancher et transpirer lors d’un rituel cosmique, il faudra retrouver ces hurluberlus bordelais au Merluberlu le 13 juillet.

}

Niki Demiller (Talence)

Autopsie de l’homme qui voulait vivre sa vie, ce premier album raconte Niki Demiller sur des airs de pop française. Auteur, compositeur, pianiste et arrangeur, il débute sa carrière adolescent au sein du groupe The Brats, pour finalement s’éloigner un temps de la musique et travailler dans le tertiaire. Cependant, aujourd’hui il revient avec ce projet musical décortiquant l’univers impitoyable des tours de La Défense à Paris et des personnes qui y travaillent. Il a voulu vivre sa vie de musicien et le fait brillamment à l’instar de travailler dans la monotonie et la mélancolie. Le talençais est à découvrir ou redécouvrir Chez Hortense le 14 juillet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ART ET CRÉATION

0 0,00
Retourner là haut