« Jésus Christ » : un court métrage qui rend hommage au monde du spectacle depuis Bordeaux

dans ART ET CRÉATION

Tom Phenix et Alice Gabrielle, deux comédiens bordelais.es de la compagnie Coupable, se sont lancé.es dans le montage d’un court-métrage humoristique pour le moins original : Jésus Christ. Ce dernier est présenté lors de la 11ème édition du Nikon Film Festival.

Crédit photo : extrait du court métrage de la Compagnie Coupable

« Un jeu », telle est la thématique lancée cette année par le Nikon Film Festival, qui offre un espace d’expression à des courts-métrages toujours plus créatif et ambitieux, où « le jeu » sera donc prédominant. C’est notamment le cas pour Alice Gabrielle et Tom Phenix, pour qui le sujet a suscité une double ambition. Celle de mettre en valeur leur humour et leur imagination, mais aussi de faire résonner le jeu des comédiens, vecteur de créativité et de partage, et dont l’ensemble du monde du spectacle est aujourd’hui privé. Ce court-métrage est donc à visionner en tant qu’hommage à la communauté du spectacle vivant, frappé par la crise sanitaire.

Un court-métrage ancré dans la scène artistique bordelaise

Les deux personnages du film, Béré et Nico, nous embarquent dans leur recherche immobilière se résumant à un critère essentiel : le JAR-DIN ! Sur le thème du jeu, le court-métrage dénonce les difficultés actuelles que rencontrent les artistes à se produire sur scène et à aller au contact du public. Leur enquête s’achève au théâtre de L’Improvidence, lieu culturel iconique à Bordeaux, en compagnie de son directeur, Olivier Dubois, jouant son propre rôle.

Dans ce projet, la compagnie s’est associée à des étudiants de l’Institut International Image et Son qui ont leur ont prêté main forte. On retrouve ainsi Robin Marc : le chef opérateur, Tom Papacotsia : l’ingénieur et mixeur son, Florence Pichard : l’assistante caméra, Romain Bordes et Sophie Véron : « perchman » et « perchwomen ».

L’équipe technique étudiante a travaillée en collaboration avec des professionnel.les du monde du spectacle et de l’audiovisuel. Marine Soulié : maquilleuse professionnelle, Romane Gallien : décoratrice professionnelle et Tom Rojouan : étalonneur professionnel. Sara Augieras a assuré la traduction en tant que bénévole.

© Laura Van Puymbroeck

Coupable… coupable, de quoi ?

La compagnie Coupable, comme son nom l’indique, a pour vocation de plaider « coupable ». Coupable de donner la voix à toutes celles et ceux qu’on ne voit pas. Coupable de prendre la défense de celles et ceux qui osent s’élever contre l’ordre légal établit. Ils défendent avec créativité et humour, les injustices et les imperfections de la société actuelle. La thématique du « jeu » se présente alors une nouvelle fois, aux yeux de la compagnie, comme une opportunité de prendre la défense de l’ensemble des innocent.es qui subissent cette crise sanitaire sans précédent. À travers leur création, ils font preuve d’humanité, et nous confie leur attachement au public, à la rencontre et au partage, partie intégrante de leur art : « Un film non essentiel pour celles et ceux qui le sont ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ART ET CRÉATION

0 0,00
Retourner là haut