Le Refugee Food Festival débarque à Bordeaux ce week-end

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Le Refuee Food Festival pose ses valises dans divers restaurants de Bordeaux du 7 au 10 octobre. L’occasion de (re)découvrir les valeurs qui fondent l’ADN de cet événement généreux et ouvert sur le monde.

Le Refugee Food Festival c’est quoi ? Un festival, certes, mais aussi un programme d’insertion de personnes réfugiées au travers d’événements liés à la culture gastronomique, d’un restaurant tremplin en plein cœur de Paris, de pop-up, d’un podcast… Un festival protéiforme encore peu connu du grand public mais avec un réel impact pour toutes les parties prenantes, chefs ou réfugiés. Ainsi, une fois par an, les restaurateurs de Bordeaux, Paris, Marseille, Lille, Lyon, Strasbourg, Rennes, Nantes et Dijon s’associent à un chef pour un dîner à 4 mains alliant techniques françaises et cuisine du monde.

Ouverture sur le monde

La démarche du Refugee Food Festival tourne autour du partage culinaire et de l’entraide. L’équipe a par exemple également œuvré à la préparation de repas pour les soignants durant la crise sanitaire actuelle et pour les plus démunis. Cela passe également par le lancement d’une formation SESAME qui a pour objectif de former au métier de commis de cuisine. Au cœur de l’ADN de l’événement ; l’insertion des réfugiés en France via la cuisine, une volonté de partage de trésors culinaires venus d’ailleurs.

Julien Cruège, propriétaire du restaurant du même nom depuis 17 ans, participe pour la première fois à l’événement. Il y a un an, à la recherche de personnel, celui-ci se rapproche d’organismes afin de recruter des étrangers et entre en contact avec le Refugee Food Festival. C’est dans ce cadre qu’il croise la route de Nariné Lalayan, arménienne, fin juillet 2020. Le courant passe tout de suite. Après une période de préparation et deux jours de réunion en physique ensemble, le duo arrive à produire un menu à 4 mains avec un mélange de cuisine arménienne et de techniques françaises. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Julien travaille avec des chefs étrangers ; il est parti en Moldavie et en Algérie afin d’apprendre les spécialités culinaires locales.

Insertion par la food

Sandrine Clément Rivoltella, qui participe à l’organisation du Refugee Food Festival à Bordeaux, nous explique les objectifs du festival et de l’association : changer le regard que l’on porte sur les réfugiés à long terme, les insérer dans le milieu professionnel et bien sûr passer un agréable moment autour d’un repas de qualité. L’accompagnement des chefs se fait au cas par cas pour réussir à en dégager le maximum de contact, d’expérience, et pour suivre l’aboutissement des projets.

Sur le site du festival, on peut découvrir des histoires de parcours touchant de femmes et d’hommes passionné.e.s qui parviennent à se faire une place dans des restaurants étoilés, dans des cursus de formation ou tout simplement qui peuvent vivre de leurs passions. C’est le cas d’Hussam Eltabel, jeune syrien qui a participé aux éditions 2018 et 2019 et qui, grâce à sa participation, a pu ouvrir son propre service de traiteur à Bordeaux. Idem pour Kamal Naji, syrien ayant participé à l’édition 2017 et qui a aujourd’hui a intégré une école de cuisine et espère un jour ouvrir son propre restaurant.

Grâce à ce festival, 59% des chefs ont eu accès à au moins une opportunité professionnelle, 70% des personnes considèrent que le Refugee Food Festival fait évoluer les mentalités et pour finir 91% des citoyens qui n’étaient pas engagés avant le festival déclare que celui-ci a provoqué un désir d’engagement pour la cause réfugié. Ce festival a donc un réel impact sur la vie de ces réfugiés qui ont tout quitté pour une vie meilleure.
}

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ANNONCES

Retourner là haut