Podcastine, l’actu locale indépendante dans la poche

dans DIVAGATIONS LOCALES/MÉDIAS

Lundi 28 septembre, c’est le lancement de Podcastine, le premier podcast quotidien à interroger des journalistes issus de médias indépendants dans le Grand Sud-Ouest. Il sera dès lors disponible sur Spotify, Deezer, Apple Podcast et Google Podcast.

Crédits photo : Magali Maricot

Du lundi au vendredi à 16h30, l’équipe de cinq journalistes de Podcastine va mettre en avant la richesse médiatique du territoire. Leur but : permettre à des journalistes d’expliquer comment ils travaillent, à partir d’un sujet qu’ils ont traité récemment.

« L’idée est de mettre en avant la très grande richesse de notre territoire en matière médiatique. »

Précurseur dans la région, Podcastine s’inspire des podcasts Code Source et The Daily, du Parisien et du New York Times. L’équipe veut ainsi « faire entrer les auditeurs dans les coulisses » des rédactions d’articles de presse, en expliquant la manière de procéder des journalistes, tout en ouvrant le sujet abordé sur un contexte plus large. Dans une interview à Radio Campus Bordeaux, Jean Berthelot de la Glétais, co-fondateur de Podcastine, présente les spécificités de ce nouveau média, qui se veut en somme pédagogique et didactique, en proposant un contenu friand à l’heure du goûter. Podcastine, c’est d’ailleurs la contraction de podcast avec chocolatine. Plus local que la chocolatine, c’est difficile.

Jean Berthelot
Jean Berthelot de la Glétais, fondateur de Podcastine

Eviter l’ultracrépidarianisme

Rue89 Bordeaux, Aqui, Curieux, Revue Far Ouest, JunkPage, Radio Libre Périgord, la Clé des Ondes ou encore Le Type (!) sont parmi les premiers partenaires du podcast. C’est la double spécificité de Podcastine : travailler avec des médias à la fois locaux et indépendants, c’est-à-dire qui ne sont pas détenus par des actionnaires et qu’on ne retrouve que dans la région.

Le podcast s’adresse à un nouveau public, qui ne suit pas forcément l’actualité du territoire. Interroger les méthodes et pratiques des journalistes, c’est un moyen de lutter contre la défiance grandissante à l’égard des médias. Une défiance liée au fait qu’on ne connaît pas toujours bien la manière de travailler des reporters. Expliquer comment ceux-ci font leur métier (choix du sujet, personnes rencontrées, angle d’approche) est une façon d’y remédier. Jean Berthelot de la Glétais explique cependant que Podcastine ne versera pas dans l’ultracrépidarianisme, cette faculté à parler de tout, et en particulier de sujets qu’on ne maîtrise pas. Son équipe et lui vont interviewer des journalistes qui connaissent bien les enjeux d’un sujet précis, puisqu’ils viennent d’enquêter dessus, d’y consacrer un article ou une émission de radio.

De bons et de mauvais journalistes ?

Il rappelle que les journalistes sont très présents dans l’espace médiatique aujourd’hui mais que ceux qu’on entend sont principalement des éditorialistes professionnels. Ils n’exercent plus sur le terrain mais donnent leur avis sur tout. C’est l’opposé du journaliste de terrain, qui travaille en profondeur son sujet et la fiabilité de ses sources.

« Un peu comme les chasseurs, il y a des bons journalistes et des mauvais journalistes ».

Face aux « fast news » qui effleurent les sujets en ne retenant que des éléments polémiques (à l’image récemment de la suppression du sapin de Noël à Bordeaux), les médias indépendants se focalisent sur le fond plutôt que sur des détails à même de faire le buzz. Ils souffrent donc parfois d’un déficit de notoriété, lié à un manque d’explication sur la façon dont ils travaillent. Les sujets choisis par Podcastine ne seront certes pas des « fast news » et nécessiteront un vrai temps d’écoute. De la guerre d’Espagne à l’excision, en passant par l’extinction des renards, les thèmes choisis seront donc étudiés en profondeur.

Logo Podcastine

Un épisode devrait durer environ 15 minutes, et un sujet pourra être découpé en plusieurs épisodes, si nécessaire. En interrogeant des journalistes de différents médias indépendants dans leurs locaux, Podcastine permettra de plus la rencontre virtuelle des différentes communautés de lecteurs de ces médias. Le premier épisode est à découvrir le 28 septembre, en partenariat avec la Revue Far Ouest. Il fera la lumière sur le lien insoupçonné qui existe entre la guerre d’Espagne… et la Base sous-marine de Bordeaux.
)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de DIVAGATIONS LOCALES

Retourner là haut