Portrait de Marc-Henri Garcia, galeriste et artiste bordelais

dans ART ET CRÉATION

En 2011, trois étudiants fraichement diplômés des Beaux-Arts de Bordeaux décident d’ouvrir un lieu d’exposition et de vie en plein centre de la ville. Inspiré par le modèle des « runspaces », en vogue dans les années 90, le projet voit le jour dans la rue de la Rousselle, au pied du quartier Saint-Michel.
)

C’est au bout de cette rue courbée que se dessine la galerie 5UN7 implantée dans un ancien entrepôt de brocanteur. Véritable cabinet de curiosité, les créations envahissent l’espace et tendent à nous emmener directement dans une représentation picturale. L’ambiance y est conviviale, puisque la galerie dans ses plus belles heures y joue aussi le rôle de bar et, parfois même, de salle de concert.

Marc-Henri Garcia, natif bordelais et originaire de Valence, en Espagne, y accueille tout sourire les quidams curieux. Il occupe le titre de directeur artistique. À 38 ans, l’un des investigateurs du projet roule sa bosse artistique depuis maintenant 9 ans dans l’antre de la galerie. Animé par une conception « d’art total », cet artiste peintre et producteur de musique propose au sein de ce lieu alternatif une vision en marge des espaces d’expositions dits classiques.

Les motivations d’un jeune diplômé des Beaux-Arts ayant pris la décision de monter un lieu si singulier sont diverses. Marc-Henri distingue tout d’abord la nécessité de créer « Quand tu sors d’une école d’art, et qu’on t’a offert la possibilité d’avoir un espace de travail conséquent, ce luxe là, si tu ne veux pas abandonner la production, il faut le retrouver ». Puis, vient l’envie de s’adonner à une activité permettant de diffuser l’art et, au passage, de créer une petite économie via la création d’une association et d’un espace dédié à la vente.

Amandine Pierné & David Malek & Marc-Henri Garcia – Galerie 5UN7

Lui qui a lui-même pris part aux toutes premières soirées du Café Pompier en 2005 à «  boire des coups gratos et faire des tags d’amour aux toilettes ». Lieu unique à l’époque notamment grâce à la confiance de la directrice des Beaux-Arts de l’époque, Guadalupe Echevarria, dont il garde un souvenir affectueux. Il nous confie son attrait pour ce lieu resté comme lors de sa création underground, libertaire et permettant la rencontre des artistes et du public.

Le galeriste, qui affectionne le goût de la création collective, met aussi le doigt sur la réalité et la complexité de vivre de son art lorsqu’un étudiant termine sa formation. Nombreux sont ceux n’ayant pas la capacité, après un premier cursus, d’aller étudier à l’étranger pour faire valoir leurs projets et leur personne. « Les écoles d’arts, et l’art de manière générale, c’est comme le polo, il faut un peu de thune pour exister ». Marc-Henri s’avoue chanceux d’avoir pu voyager, entouré par des professeurs attentifs et entreprenants. Il a multiplié les escapades aux État-Unis, en Europe et à vécu en Argentine. Ces excursions lui ont notamment permis de rencontrer les « grandes stars de l’art contemporain » comme Buren ou Dan Graham.

Une vision « d’Art total »

Fan de la techno des premières heures et de hip-hop, et légèrement nostalgique de cette époque qu’il nomme plus revendicative, le galeriste ressent le désir de ne pas isoler les arts. Tous doivent s’effiler. À l’origine du projet, il y a la volonté « d’Art total ». Le producteur de musique souhaite la rencontre et la pluridisciplinarité des œuvres. Ces attraits sont largement influencés par sa musique, son projet D.A.R avec Vladigital et son époque graffiti. Marc-Henri a d’ailleurs toujours des ébauches dans son échantillonneur, notamment avec Thomas Demey, qui tournait sur les labels Warp et Reflex à l’époque, et dont il envoie des bandes sons pour des samples.
)

Le projet familial, porté en parallèle par sa mère et sa sœur, s’oriente vers l’idée de démocratiser les arts et aussi ses coûts. La galerie propose alors des œuvres à toutes les gammes de prix sans pour autant y délaisser l’esthétisme et la valeur. « Ici on propose des pièces à 15 balles, comme ça nous est arrivé de vendre des œuvres à 10 000 balles ». Non sans un certain regard commercial, Marc-Henri ajoute « Si tu désires commencer une collection, tu peux venir ici, il y a des pièces achetées qui ont pris 30 % dans l’année ».

Mais la vente n’apparaît pas comme une motivation élémentaire. Loin des clichés de la galerie classique, Marc-Henri se positionne comme séditieux et nettement en marge de quelques-uns de ces confrères. La galerie est un lieu où il fait bon vivre. Des vernissages aux performances, « il y a le plaisir de se retrouver, d’échanger ». Une vie sociale s’articule dans le quartier, notamment avec les voisins qui prennent part aux événements et aux soirées. Celles-ci, organisées en collaboration avec des collectifs de musique locaux et amis comme Microkosm, poussent parfois la fête mais (presque) jamais dans l’excès. Il faut tout de même rester en grâce avec les voisins, maintenir un esprit harmonieux et « faire attention aux œuvres ».

« Il faut oser entrer dans les galeries »

Les galeries peuvent faire figure de lieux déstabilisants, sublimés, à l’instar des musées, où des médiateurs sont souvent présents afin d’aiguiller le public. Marc-Henri est né et a baigné dans l’univers artistique. Ses parents sont collectionneurs, férus d’art contemporain et chineurs de babioles et autres antiquités. Pour lui « les galeries, ne sont qu’une parade, un jeu de rôle », l’une de leurs fonctions est en effet de vendre mais cela ne s’arrête pas là. Soucieux de l’impact que ce type de lieu peut avoir sur les publics, la galerie exprime sa volonté de se sentir proche des visiteurs et des artistes. « Il ne faut pas attendre que les gens se passionnent pour l’art, c’est à l’art aussi de faire entendre qu’il a une importance, qu’il est implanté dans la communication et dans la vie quotidienne de chacun ».

Son expérience interne dans le milieu l’amène à ne pas s’avouer isolé. Une complicité et un véritable travail de réseau tendent à se créer entre ses confrères et le publics à Bordeaux. Notamment avec le plus jeune galeriste de Bordeaux, Pierre Poumet qui a « détrôné » Marc-Henri de cette étiquette. «  À Bordeaux, il y a eu le CAPC et rien d’autre ». Un souhait, donc, de tracer de nouveaux chemins.

Marc-Henri se pose comme favorable à l’union des acteurs mais pointe du doigt le manque de cohérence. S’ajoute à cela les problèmes de communication avec les institutions et parfois la disparité des projets communs. Bien que conscient des récents enjeux et des efforts de la ville pour favoriser la création. Il espère que des ateliers logements verront bientôt le jours à Bordeaux et seront subventionnés par la mairie. La galerie 5UN7 développe elle même un projet similaire sur la route de Bergerac. Sous forme de résidence d’artistes, les rendus se feront à la galerie et une véritable connexion doit s’étendre sur le territoire.

DIFFRAXION Duo-show Elisa Mistrot & Renaud Chambon – Nov. 2015

La programmation de la saison estivale sera tournée vers le Maghreb avec la venue de deux artistes marocains : Max Boufatal et Khalil Minka. Le continent africain est aujourd’hui en proie et fait la une de maintes presses artistiques. « Les artistes africains doivent faire attention à la manière dont ils diffusent leurs travaux, l’art n’est pas lié à une nationalité ». Marc-Henri se dit heureux d’un tel regain mais ajoute « l’art a besoin de se trouver des niches, il faut se méfier des tendances, de la presse, de la consommation du tout de suite ». Une œuvre est constamment inscrite dans un contexte, plus ou moins inspirant, mais les intentions de sa diffusion peuvent parfois s’avérer confuses.

Les œuvres présentées à la galerie seront agrémentées de workshop, de talk et d’événements à l’intérieur mais aussi devant la galerie. Vaste programme estival.
)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ART ET CRÉATION

Retourner là haut