Bleu : le premier projet hip-hop de Blueji

dans LES NOUVELLES/MUSIQUE

Artiste polyvalent et ancré dans la culture hip-hop, le marmandais Blueji nous dévoile son premier EP entre ambiances détente, sentiments, textes qualitatifs et chill rap.

Venu de Marmande (qui n’est donc pas uniquement la terre d’accueil du festival Garorock), Joey Causse aka Blueji (qui vient de son quatrième prénom natal, Aigle Bleu) est déjà bien installé dans le paysage musical et artistique. Après la sortie de plusieurs single, dont certains clippés comme le titre « Suspend » (issue de l’EP Bleu) ou encore « Brain Shit » avec Flexyboy à la prod, le rappeur et musicien vient de sortir son tout premier EP. En ressort une certaine polyvalence, qui parfois penche vers des mouvances lo-fi ou parfois plus rythmés aux beats marqués et dansants.

Blueji sait rapper, chanter, mais aussi danser puisqu’il est également danseur et professeur de danse de hip-hop contemporain, ayant fait sa formation à Bordeaux à la compagnie Révolution. Un artiste qui se laisse porter par la musique, peu importe la manière, un souffle passionnel dans la poitrine et dans la voix à seulement vingt-quatre ans. Bleu tombait donc sous le sens pour l’artiste, le bleu étant une couleur qui a maintenant tendance à le suivre. Il est tombé très jeune dans le milieu de la musique, écoutant tous types de styles : variété française, rap ou encore du hard rock. Des styles qui l’ont tous influencé sous plusieurs formes, sa musique se déclinant plus vers le hip-hop mais arborant des textes de rap, de l’émotionnel comme en variété et de la brutalité comme en rock. Il a notamment été très inspiré par l’artiste XXXTentacion, une inspiration qui se ressent en profondeur dans ses titres et encore plus dans Bleu, alliant plusieurs thèmes comme les sentiments, la peur, l’amertume ou la solitude.

Artiste self-made, il s’enregistre depuis chez lui avec son propre matos. Le projet Bleu est donc très personnel et constitue son premier pas vers la scène de Nouvelle-Aquitaine. Il travaille régulièrement à coup d’une prod par jour avec le jeune beatmaker de Marmande Clovis_onthetrack. Il a fait les prods de « Prélude », « Freestyle1 », « Interlude », « Ralentir ». Il dévoile aisément son côté mélancolique avec par exemple le titre « I see the rain », le fruit d’un travail en trio, repris au piano par l’artiste. « Prélude » et « Interlude » comme des morceaux stylistiques liant les autres tracks. Des nappes comme des vagues qui lient les autres morceaux tout en poésie.

Blueji, avec son EP, vient nous plonger dans une ambiance bleutée hors du commun, unique

Bleu s’est fait tout naturellement dans une sorte de cohérence. Blueji, avec son EP, vient nous plonger dans une ambiance bleutée hors du commun, unique, reposante et réaliste, un EP à sept titres empreint d’une passion certaine ; qui ne manque pas de faire quitter l’espace-temps l’histoire d’un moment. Mais il va aussi vers du hip-hop un peu plus lourd et acharné comme le quasi-banger « Ralentir ». Un morceau inspiré de Travis Scott, très actuel avec son ton très saturé et autotuné, et surtout un titre très travaillé au niveau texte à l’aide de jeux de mots sexuels habilement posés. Une manière d’écrire brut mais, à la manière de Lomepal, aux sujets amenés de façon un peu détournée, plus poétique dans les mots. Une énergie communicative qui contraste largement avec son côté lover, sentimental et mélancolique. Enfin « I see the rain », un morceau qui vient clôturer en beauté Bleu, un morceau complexe qui vient refermer lentement la boucle. Blueji réussit à faire dégager une atmosphère de son EP, emmenant l’auditeur dans un univers bleuté et organique.


)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de LES NOUVELLES

Retourner là haut