PREMIERE: Mydgar – « Breathe »

dans LES NOUVELLES/MUSIQUE

Alex Verrier aka Mydgar est un ovni musical. Après de multiples projets tous aussi prometteurs que les autres, celui-ci revient avec le single « Breathe », entièrement produit pendant la période de confinement.

Le confinement était une période particulière pour tous et l’artiste Mydgar n’échappe pas à cette règle. Il compose son titre « Breath » en pleine période pandémique, un morceau electronica comme l’artiste nous y a habitué. Mydgar composent ses productions avec substance sans lésiner sur l’histoire derrière chacune d’entre elles. Il est influencé par la science fiction et toute l’esthétique qui en découle, et particulièrement l’esthétique rétro de la sci-fi des années 80 (dans le genre Retour vers le futur ou récemment Stranger Things). Avec ses synthétiseurs, Mydgar vient faire visiter aux auditeurs de nouveaux mondes, plongeant ceux qui l’écoutent dans un tourbillon de multivers. Sa musique spatiale n’a pas de frontières, aucune limite entre espace et temps. Ses compositions suspendent le temps et permettent une forme d’introspection. Un synthwave réaliste, parfois utopique ou dystopique mais toujours quelque chose à dire et montrer.

4:12 minutes de voyage interstellaire. On a tout à coup l’impression d’être en suspension aux premières notes de synthétiseur puis violemment propulsé dans l’espace. Le single « Breathe » traduit un ressenti de l’artiste bordelais durant la quarantaine. On ressent à la fois la froideur et la nervosité s’évaporant de ce morceau tout instrumental. Un morceau empli d’émotions différentes, allant progressivement et donnant au fur et à mesure des frissons. Il propose un titre entremêlé de percussions industrielles, telles des machines aériennes qu’on utiliserait dans le vide spatial dans un vaisseau. En lien avec sa période de composition, on ressent presque une vibe anxiogène, dans l’urgence. Un morceau qui va de pair avec cette période d’enfermement, où le temps s’est justement arrêté pour beaucoup de monde. Un titre qui laisse le souffle coupé pour finalement nous laisser respirer à nouveau. Mais comme un éternel retour, un cycle sans fin, on ne sait pas combien de temps ça va durer. C’est là la magie qui émane de cette composition.
)

1 Comment

Répondre à Greg Annuler la réponse.

Your email address will not be published.

*

Dernier de LES NOUVELLES

Retourner là haut