La création artistique en période atypique : Yudimah (2/8)

dans ENTRETIENS/MUSIQUE

À travers les artistes et leurs œuvres, il est possible de pressentir le reflet d’une société et de constater le spectre d’une époque. Cela vaut d’autant plus lorsque celle-ci fait face à une période de crise. C’est pourquoi Le Type a décidé de jeter l’ancre dans leur intimité, afin d’essayer de comprendre leur rapport à la société et à la vie mais aussi d’aborder leurs innombrables façons de créer. Et pour cela, quoi de mieux que La Pépinière, l’incubateur d’artistes de musiques actuelles qui se terre dans les profondeurs du Krakatoa ? Chaque année, elle réunit une fine sélection des artistes les plus prometteurs de la scène bordelaise, où ils sont accompagnés au profit du développement de leurs projets musicaux. C’est donc une série de huit interviews que nous présentons, avec aujourd’hui le MC et producteur Yudimah, rappeur prodige aux influences outre-Atlantique. 

Crédit photo : Robin Brisset

Le Type : C’est quoi le rythme de vie d’un artiste confiné ?

Yudimah : Je me réveille en faisant ce que je fais toujours en fait, finalement ça ne change pas beaucoup de d’habitude. Désormais l’essentiel du changement que ça apporte à notre travail, c’est la concentration des appels téléphoniques avec les différents partenaires. Mais notre rythme de vie reste avant tout basé sur l’idée de faire de la musique et de préparer du contenu. Donc ma vie d’artiste confiné c’est essentiellement de faire toutes les choses réalisables de chez moi, comme de l’enregistrement, de la composition, de la vidéo mais aussi beaucoup de musique.

C’est le temps qui nous donne la possibilité de faire toutes ces choses

Quels avantages et inconvénients tires-tu de la création sur une temporalité modifiée ? Trouves-tu des inspirations ou des façons de créer différentes ?

L’avantage c’est que désormais on a du temps pour expérimenter des formats, et je trouve que ça c’est un point positif. On peut aller sur des contenus différents, tester des choses que l’on avait pas le temps de faire avant. C’est aussi l’occasion d’avoir une meilleure réflexion sur son projet, parce qu’on est moins pris dans le jus du rythme habituel et des sollicitations extérieures, donc ça permet d’avoir un meilleur recul sur ce qu’on fait et de voir là où on en est. Donc ça nous permet d’être plus précis dans le développement du projet. En tout cas au moins en ce qui me concerne. En ce qui concerne le changement de temporalité, l’avantage c’est qu’on en a, du temps ! Puisque pour les artistes c’est le temps qui nous donne la possibilité de faire toutes ces choses. Et pour finir, l’inconvénient c’est que financièrement c’est la merde parce que tous les concerts sont annulés.

© Matthieu Dupuy. Le home-studio de Yudimah.

C’est notre rôle en tant qu’artiste d’aller vers les gens et de leur délivrer nos oeuvres.

Aujourd’hui, quelles sont tes craintes et doutes sur le fait d’avoir une activité réduite ?

Alors très bonne transition pour compléter ma réponse précédente. Pour y répondre sans forcément que ça me concerne personnellement, aujourd’hui en tant qu’artiste tu ne crées pas uniquement pour faire des concerts, mais c’est aussi pour proposer de l’écoute numérique. Et c’est normalement le couple des deux qui fait que le projet a lieu d’être. Les craintes d’un artiste c’est d’être dans le flou et de ne pas avoir de réponse face à la question “quand est-ce qu’on va pouvoir retourner sur scène ?”. Parce que le but d’un projet musical c’est quand même de partager avec le public, et les gens quand ils s’intéressent à un artiste ils viennent aussi pour la scène. C’est notre rôle en tant qu’artiste d’aller vers les gens et de leur délivrer nos œuvres. Donc notre doute c’est de ne pas pouvoir savoir quand est-ce que ce sera de nouveau possible. C’est cette question d’incertitude dans la temporalité qui nous donne des doutes.

Est-ce que cette crise te fait imaginer le futur différemment et donc ta carrière d’artiste post-confinement d’une autre façon ?

Oui ! Complètement. C’est-à-dire que me concernant, mon modèle économique est énormément basé sur la scène. Je compte beaucoup sur la scène et les vraies rencontres. En ce qui concerne mes valeurs, c’est une chose à laquelle j’attache une grosse importance. Mais avec ce qui nous arrive avec le confinement, ça nous oblige à y réfléchir. Et donc c’est vrai que ça nous pousse à être digitalement plus présents, d’être plus présents dans le cadre numérique. On est également incités à sortir plus de musique et à être plus actifs au niveau des sorties. C’est clair que ça va jouer sur ma façon de voir le futur différemment.
)

L’extrait du MC

Son titre Lift me up sorti en novembre 2019.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ENTRETIENS

Retourner là haut