Bordeaux invite Détroit : Écho à Venir du 22 au 24 septembre

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Pour sa cinquième édition, l’équipe du festival bordelais Écho à Venir convie la ville américaine de Détroit à Bordeaux, pour trois jours de célébration des cultures électroniques, sous toutes ses formes.

}

Après Bristol l’an dernier et une édition marquée par des moments forts tels qu’une création audiovisuelle pour orgue au sein de la basilique Saint Michel, c’est cette année tout un pan de la culture de Détroit qui a été convoqué à Bordeaux. Communément associé au lieu de naissance du mouvement techno, la motor city est une ville fortement imprégnée de cette culture, et également largement marquée par la crise économique qui a lourdement frappé les États-Unis. Ancien poids lourd de l’industrie automobile américaine, la ville subit depuis les années 1980 un déclin qui conduira à sa faillite en 2013. Parallèlement, l’exclusion et une importante pauvreté finiront de ternir l’image d’une ville autrefois qualifié d’« arsenal de la démocratie » (car produisant une grande part des richesses du pays). Ce contexte économico-social poussera certains activistes dans les années 1980 à s’émanciper par la musique. Délaissés par les constructeurs automobiles, de grands entrepôts serviront de lieux de fêtes, de la même façon que l’esthétique industrielle marquera la recherche de sonorités futuristes et technoïdes : la techno était née. Dans la genèse du mouvement, les artistes du Belleville Three (Juan Atkins, Kevin Saunderson et Derrick May) joueront un rôle fondamental par leur apport et leurs inspirations. D’autres viendront par la suite parachever de faire de Détroit un bastion techno, à l’instar du collectif Underground Resistance emmené par Mike Banks (aka Mad Mike), Robert Hood, Darwin Hall et Jeff Mills, et qui se démarque par ses revendications et son activisme (lire ici leur manifeste).

}

}

Toujours soucieuse de favoriser le dialogue et l’échange des cultures, l’association OrganPhantom a donc décidé cette année – après Los Angeles et Bristol – de convier Motown et certains de ses artistes pour investir Bordeaux et certains de ses lieux insolites. La programmation d’Écho à Venir est, comme à son habitude, pluridisciplinaire et très alléchante. Elle s’étendra du jeudi 22 jusqu’au samedi 24 septembre et débutera avec la projection du documentaire City of dreams (qui retrace le déclin de la cité américaine) à l’Utopia. La soirée se poursuivra ensuite au sein de l’Université de Bordeaux, à la Victoire, avec une projection vidéo-mapping immersive à 360° et un DJ set spécial Détroit du collectif Bass Day. Le vendredi sera rythmé par un masterclass DÔME D3 par YMCA. Le point d’orgue de la journée (et sans doute du festival) aura lieu à l’entrepôt Lainé (aka le CAPC), avec d’abord des rencontres alternant paroles, musique et danse en compagnie d’artistes de la scène de Détroit, et surtout la prestations live de Depth Charge, composé de Mark Flash et de Mike Banks du mythique collectif Underground Resistance ! Des lives de Shigeto (Ghostly International) et de Charles Trees sont également prévus et très attendus. La dernière journée se déroulera au sein de l’Université de Bordeaux avec la même installation que le jeudi et un DJ de set de L’Orangeade et de La Canopée avec en prime la diffusion en continue de l’épisode de Real Scene sur la ville de Détroit. Si la plupart des rencontres et des soirées sont gratuites (hormis le vendredi soir au CAPC) les inscriptions sont fortement recommandées afin d’obtenir sa place pour trois jours de fêtes qui s’annoncent particulièrement excitants.

}

Plus d’infos :

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de DIVAGATIONS LOCALES

0 0,00
Retourner là haut