La pause musicale signée Wild Nothing

dans MUSIQUE

Février semble être un mois très prolifique pour le label indépendant new-yorkais Captured Track : après Is the is are de DIIV (à retrouver ici), Wild Nothing présente également son nouveau projet avec un troisième album intitulé Life of pause. Un condensé de pop au goût très eighties où, avec la sagesse enfin atteinte, il retranscrit à merveille ses névroses et son monde avec ses mots.

Artwork de "Life of pause" de Wild Nothing
Artwork de Life of pause de Wild Nothing

Après s’être fait connaître, à ses débuts, par des reprises de Kate Bush, Jack Tatum aka Wild Nothing revient avec son projet le plus “honnête et mature” selon ses propres mots. Un album enregistré entre Los Angeles avec l’aide de Brad Laner, ancien membre de Savage Republic et Medicine, et Stockholm dans un ancien studio d’ABBA.

Le résultat donne un album très agréable à écouter, sans aucun déchet sur ses onze titres qui vont de l’indie pop à la dream pop voire aux confins du R&B et de la soul sur certaines tracks. Des mélodies vaporeuses drapées d’arrangements de guitares et synthés élégants, le tout magnifié par la voix reposante de Jack. Pour les thèmes, il faut reconnaître que l’écriture a parfois un côté “séance d’analyse d’un romantique à tendance nihiliste” mais sans néanmoins tomber dans une niaiserie pré-adolescente, ce qui relève de l’exploit … et surtout du talent.

}

}

Cette Life of pause est à des années-lumières devant l’autre life en vogue, celle “of Pablo”, dont son ineffable auteur, qui le vantait comme “l’album du siècle”, a depuis bien longtemps substitué le talent qu’on avait pu lui reconnaître jusqu’à 808s & Heartbreak (Roc-A-Fella, 2008) par une puérile arrogance teintée de vulgarité. Bref, Life of pause c’est du Captured Track, c’est du Wild Nothing, c’est de l’exigence et de l’humilité, c’est du très (très) bon.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut