[INTERVIEW] Girafes

dans MUSIQUE

VESICULE, INCEPTION ET PENIS

~

On va commencer bateau : comment vous êtes-vous rencontrés ?

Mathieu : Question 2 ! … Vas-y Alex réponds j’suis trop fatigué moi.

Alex : Comment on s’est rencontrés ? Trois d’entre nous, on s’est rencontré il y a 10 ans à la fac de cinéma – du coup on fait d’la musique maintenant, on s’est pas vu pendant des années mais on s’est retrouvé grâce à la musique. J’ai écouté le groupe de trois d’entre eux, je leur ai dit qu’c’était bien, il m’ont dit “Salut, comment ça va ?”, j’crois qu’ils sont allé écouter mon Myspace de l’époque, on s’est revu, puis on a fait des groupes. Et en jouant on a fait Girafe.

~

Le rôle de chacun dans le groupe ? Y’a deux demi-batteries, c’est ça ?

Mike : Ouais, la batterie est divisée en deux, moi j’ai la grosse caisse et la basse, et Vincent a tout le reste. On n’a pas d’charley. J’ai un tambourin par contre. Et un tom aussi m’enfin c’est chiant on va pas rentrer dans les détails… En gros j’fais la batterie des pieds et lui la batterie des mains.

Alex : Gerboise [Mathieu] il fait de l’acoustique et de l’électrique, et il chante le lead la plupart du temps, 90% du temps, moi j’fais d’la guitare électrique et on chante tous les quatre sinon, sur les refrains.

~

Vous faites de la musique à plein temps ?

Mathieu : Ça y est, on fait d’la musique à… Ah non non ! Moi je fais moitié-moitié, de la vidéo et de la musique. Et là, j’attends, je vais rappeler Pôle Emploi mais aujourd’hui je suis intermittent, normalement aujourd’hui même mais… c’est pas signé. Vincent il fait que d’la musique. Il en a rien à foutre, regarde-le ! Tu l’avais pas interviewé ? C’était pas toi qui l’avait interviewé ?

Vincent : Non c’était Margot et Mélodie.

Mathieu : Un interview débile avec des chats et Michel Sardou.

Vincent : Beaucoup d’Michel Sardou.

Mathieu : Et Alex il est un peu comme moi, mais en gagnant vachement plus de thune, il fait d’la vidéo et d’la musique.

Mike : Moi je fais que d’la musique, mais à la différence de Vincent je suis pas payé pour le faire.

Vincent : C’est pas vrai !

Mike : J’suis payé des fois.

Mathieu : Et il sort avec une allemande aussi. Ça il faut l’noté.

Mike : Elle est française. Sa maman est allemande.

Alex : Mais ça je pense que notre ami s’en fiche.

Non, non, enfin ça peut intéresser des gens, on sait pas…

Mathieu : La copine de Mike est allemande ! Mais en fait française. D’accord. […] J’crois j’vais tomber dans les pommes. J’en chie gavé.

Quelqu’un : Prend du Truc de Fou, ça va t’faire du bien ça !

~

Est-ce que vous pouvez me parler des disques du Fennec ? C’est un collectif d’une dizaine de groupes, ouais ?

Mathieu : Ah, ça c’est intéressant!

Alex : Ça c’est une belle question, ça c’est bien. Alors, les Disques du Fennec qu’est-ce que c’est ? C’est un collectif qui regroupe onze groupes aujourd’hui. Y’en a des plus ou moins morts… Enfin y’en a des morts.

Mike : Y’en a deux qui sont morts, clairement morts.

Alex : Y’en a deux qui sont morts mais leur musique est encore disponible donc on dit qu’ils sont là. Dix groupes de Bordeaux et un qui est plus Toulousain mais qui marche bien à Bordeaux. A la base c’était des groupes qui contenaient un de ces deux types [Vincent et Mike], parce que ces deux types jouent dans trois ou quatre groupes. Vincent il a… T’as combien d’groupes Vincent ?

Vincent : Là j’en ai que trois.

Alex : Trois, Mike t’en as… quatre ?

Mike : Neuf, mais du collectif j’en ai genre, sept j’crois. Équipe de Foot, Frankenstein, Moloch, Le A, My Ant, Girafes, etc. Et avec tous ces groupes on s’aimait bien donc on s’est regroupé sous un même nom.

~

Du coup vous vous retrouvez souvent dans plusieurs groupes, chacun de vous ?

Mike : En fait on a chacun un ou plusieurs groupe où on est frontman, et le backing band c’est plus ou moins toujours les mêmes. A deux ou trois exceptions près.

Mathieu : Disons que si y’a pas Mike ni Vincent, il reste plus que deux groupes qui peuvent jouer.

Alex : Enfin bref, toute la liste est sur le site lesdisquesdufennec.com ! Pub !

Ok, je le mettrais en gras.

Alex : C’est bien ça.

~

[Ça dégénère, on parle de vésicule biliaire, de photos de mycoses…]

~

Alors, maintenant de quoi on va parler si je vous demande où et comment vous avez enregistré les chansons du Soundcloud ?

Mathieu :Tu les as entendu ?! … Ah mais parce qu’il y a deux Soundcloud.

Y’avait que deux chansons.

Alex : Ah c’est le Bandcamp en fait.

Mike : Non, non, le truc démo. C’est à dire qu’en fait depuis on a enregistré trois chansons dans un vrai studio, chez c’monsieur [un monsieur].

J’ai vu une vidéo aussi, dans une église.

Alex : Celle-là on l’a filmé nous dans l’église, en enregistrant. La vidéo est faite par Matthieu.

Mathieu : J’ai pas filmé j’ai monté. Enfin jai dirigé les gens, je leur ai dit “Esclaves faites ça”.

Mike : Si tu veux les trois morceaux qu’on a enregistré c’est un CD promo, mais ils sont pas publics pour le moment.

Matthieu : C’que t’as entendu c’est du fait-maison sinon, vraiment maison, un dans une chambre et l’autre dans l’église.

Alex : C’était le bon vieux temps, d’il y a quatre mois.

~

Et donc pour l’instant vous avez que ça d’enregistré ?

Mathieu : On enregistre début octobre, un EP six titres, mais y’a deux titres du CD promo qui vont rester dessus probablement, dont un qui risque d’être réenregistré. Voilà, on enregistre un six titres, qui va sortir euh… Je sais pas s’il faut annoncer ça de suite.

Mike : Bah… si, enfin, c’est début 2016.

Mathieu : On peut pas trop dire comment on va le sortir mais… Enfin… En fait on doit le sortir avec le Rocher de Palmer, on y fait une release en février mais il reste de la paperasse. Voilà. ‘Faut qu’on te file CD y’a une jolie pochette de la copine de Mike.

Alex : Qui joue dans Le A. Qui est aussi musicienne.

Ah ouais, Le A je les ai vus il y a peut-être un an, ici, quand ils ont joué avec Mars Red Sky.

Mike : Ah mais c’était pas y’a un an c’était en mars. J’suis dedans, j’suis l’batteur. J’te l’dis avant qu’tu dises “c’était d’la merde”.

Alex : C’était bien à part le batteur ! A part la batteuse !

Mike : Si tu veux on rejoue demain soir à Barbey ! Prochaine soirée du collectif Les Disques du Fennec, demain soir, à Barbey ! Tu veux une invit’ ? T’es un pro, t’es un journaliste. Tiens, viens faire une chronique.

Non demain soir j’peux pas, je joue à l’Antidote aussi.

Mike : Ah ouais ? T’as un groupe ? Qui s’appelle comment ?

Qui s’appelle Sunday Wankers.

Alex : Sunday Wankers ! Les branleurs du dimanche !

Mathieu : Tu sais c’que c’est l’Antidote ? T’y es déjà allé ?

Mike : Gerboise arrêtes t’as des goûts de luxe.

Ouais pas mal de fois, c’est sympa, et quand on peut pas jouer à Barbey…

Mike : Ben nous on peut parce qu’on a payé la salle !

Alex : Parce que le collectif paye la salle.

Mike : Absolument.

Alex : PUB ! PUB ! Collectif ! Collectif !

~

[Interlude, blague salace… Auschwitz a, semblerait-il, 8/10 sur Yelp, etc…]

~

Alex : Et du coup les Sunday Wankers c’est quoi comme style ?

Pop-rock-rock, on peut dire.

Mike : Et comment vous vous êtes rencontrés ?

Mathieu : Est-ce que vous avez enregistré des trucs ?

On verra ça après, quand on coupera l’micro.

Quelqu’un : L’Inception de l’interview !

~

Bon, et une autre question chiante…

Vincent (hurle) : MON PENIS !

… Pourquoi chanter en anglais ?

Mathieu : Ah je l’attendais celle-là, mon ami.

Quelqu’un : Parce qu’on est américain !

Matthieu : Parce que c’que j’écoute, la langue de c’que j’écoute c’est l’anglais…

Alex : C’est nul comme réponse !

Mathieu continue : … Et quand j’étais petit je comprenais pas forcément tout et j’aimais bien les sonorités du trucs. Je pigeais quelques trucs, ça me donnait le sens général du truc et ça me suffisait. J’aime bien le côté de pas forcément tout pigé, de plus se baser sur des sons, des sonorités.

Alex : C’est pour ça que les paroles c’est n’importe quoi !

Mathieu : Non mes paroles sont très bien, elles sont écrites à moitié en écriture automatique.

Mais la grammaire est correcte, du coup.

Mathieu : La grammaire est correcte. Enfin je crois. Après l’orthographe, y’a des trucs à vérifier… Enfin bref, si je faisais du rap français j’écrirais en français.

~

[Grosse balance dans l’iBoat, c’était déjà le bordel mais là c’est dur]

~

On approche de la fin, une petite dernière question…

Vincent (hurle) : MON PENIS !

Ça j’vais l’mettre en gras aussi. Deux fois.

Alex : L’interview va s’appeler “Vésicule Biliaire, Inception et Penis”.

Votre meilleur concert, c’était où et quand ?

Mike : Le plus gros c’était les Quinconces, pour le coup.

Alex : On a joué aux Quinconces mais c’était euh…

Celui où vous avez pris le plus de plaisir.

Mike: Y’a eu Pey Berland, la victoire à Barbey, ça c’était pas mal.

Alex : Bizarrement moi j’pense que c’était la dernière fois, voilà. A Castres. Castres sur Gironde.

Mathieu : Moi j’suis pas d’accord. Tu pourras marquer : “Ils sont pas d’accords”.

Alex : J’avais mon gros ampli’ à burne, j’étais content.

Mathieu : Pey Berland c’était cool aussi, avec tout ces gens assis. Juppé nous regardait d’en haut et il nous a jeté des fleurs.

Mike : C’est vrai que jouer dans la cour de l’Hôtel de ville c’était bien mais ça fait bizarre de répondre ça. “On était très bien dans la cour de l’Hôtel de ville !”

Vous avez déjà jouez à l’Antidote ? C’était moins bien ?

Mike : Pas avec Girafes.

Mathieu : Avec tous les autres groupes on a fait tout les plans pourris mais avec Girafes on a fait que des SMAC.

Alex : Tu peux pas dire ça, on n’a pas fait que des SMAC !

Mike : Si, on a fait Barbey, le Krakatoa, l’Antirouille, et on a gagné le concert au Rocher d’Palmer donc on va l’faire. L’idée c’était de commencer direct par toutes les SMAC !

Alex : On a aussi joué au Chicho, mais c’est vrai qu’on a jamais eu de grande galère.

Vous connaissiez peu-être déjà les circuits…

Mike : Ouais, avec My Ant on a fait tous les bars. Avec Girafes on a joué au Chicho, ensuite on a commencé à faire les soirées du collectif. Donc l’Antirouille, le Krakatoa, ensuite on a fait le tremplin Interquartier et on a gagné, et à partir de là, quand tu gagne le tremplin Interquartier…

Mathieu : Pendant un an t’es un gros groupe de droite ! Tu joues pour la mairie, wouhouuu ! Et ça t’permet de gagner de la thune. Pour enregistrer…

Mike : Nous on s’en branlait, on était un peu en mode on enregistrait des démos à la maison et on faisait un peu à l’arrache. Puis quand on a gagné c’truc on s’est dit “Bon maintenant on a 2000 balles et des gens qui nous regardent donc on va faire quelque chose.” Aller dans un vrai studio, sortir des vrais trucs… Trouver un graphiste… On a trouvé un tourneur avec ça aussi donc du coup c’est cool.

Alex : D’un coup t’as l’impression d’devenir un groupe, un groupe sérieux. Donc c’est bien.

Parfait.

Vincent (hurle) : MON PENIS !

~

Non, attend, un dernier p’tit truc. Le Type, j’sais pas si vous avez regardé, c’est un webzine sur la vie bordelaise en général, y’a pas que la musique. Alors quelques conseil pour nos lecteurs : pour commencer un endroit où bien manger.

Mike : Le quai d’Paludate à deux heures du mat’, sur le bord d’la route t’as de quoi bien manger.

Alex : La Tanière !

Mathieu : En choisir un c’est hardcore. Ah si j’aime bien les trois vietnamiennes là euh… Ching Chang Chong ! Non, bon le vietnamien place St Mich’ est méga-cool. Je sais pas comment il s’appelle, c’est trois sœurs vietnamienne qui tiennent le truc et c’est très très bon !

~

Et pour boire, vous allez où ?

Alex : Pour boire ? Partout. Beaucoup, partout.

Mathieu : Pour boire tu peux marqué l’Urban ! C’est un bar qui a duré un an parce que les serveurs c’était des gros branleurs ils donnaient tout le temps de l’alcool à tout l’monde et ils étaient bourrés comme des ânes en permanence et ça a fermé au bout d’un an. Mais pendant un an c’était très bien.

~

Pour jouer, maintenant, sans parler des SMAC ?

Alex : L’Inca, c’était d’la merde mais c’était bien. Le Chicho c’était rigolo à l’époque aussi.

Mathieu : Maintenant c’est un peu dur de jouer, même au Fiacre il faut jouer en acoustique.

Y’a l’Antidote !

Mathieu : Ah non jamais l’Antidote !

Alex : L’Antidote, pour de vrai la dernière fois qu’on y a joué j’ai eu de l’eau qui me coulait dessus, un clochard qui me jetait des clopes à la gueules, qui a renversé sa bière…

Mike : L’Antidote, il te font jouer ils te donne à bouffer. Moi je m’en branle, tant que tu peux jouer fort et qu’t’es nourri ! C’est vrai que l’endroit crado et tout mais c’est sympa. Mais au final on joue plus beaucoup dans les bars.

Alex : Moi j’aime bien l’Heretic.

Mike : Le Son’Art c’était vraiment bien. Un méga-programmation. Bon le son c’était d’la merde mais tu t’en fout, y’a plein de bons groupes qui sont passé là-bas !

Mathieu : C’est vrai qu’on joue pas trop dans des bars.

Alex : Oh, quand on fait des Houses et des HMS.

~

Ok. Bon, un peu plus limité, où est-ce qu’on trouve des bons disques ?

Tous ensemble : Total Heaven !

Mathieu : La Fnac, dis la Fnac !

Quelqu’un : La Charcuterie aussi.

Mathieu : Oui, rue Camille Sauvageau y’a un truc de vinyles, qui récupère des vieux appareil photo aussi, la Charcuterie. Et y’a un truc qui s’apelle Internet aussi c’est génial. Amazon ! Grooveshark ! Ah non ça existe plus…

Mike : On aurait du dire ça : Où bien manger ? A McDo’ ! Ou acheter des disques ? Amazon ! Un bon endroit pour jouer ? Le Rocher d’Palmer !

On peut l’refaire si tu veux et je peux marquer ça. Après moi j’écris c’qu’on veut en fait…

Mike : Ce journaliste de merde.

Alex : “Ils se rencontrent à la fac, et tout d’suite c’est l’coup d’foudre !”

Mathieu : “Ils sont tous plus ou moins pédés.”

Bon, alors pour moi c’est terminé, j’ai tout c’qu’il faut.

Alex : Et alors Sunday Wankers, c’est quoi ?!

~

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut