Les tendres jeux de Kartell

dans MUSIQUE

Quand on voulait prendre des nouvelles de Kartell, il fallait remonter jusqu’en 2013 et son dernier EP en date, l’excellent “Sapphire”. Entre temps, il nous a évidemment balancé quelques mixtapes et remixes qui lui ont permis de s’imposer un peu plus encore comme un des piliers de la scène nu house française. Mais de bonnes nouvelles sont arrivées en ce début du mois de Juin. Le co-fondateur du prestigieux label Roche Musique est de retour avec son nouvel EP intitulé “Tender Games”. Quelle orientation pour ce nouveau projet ? Première écoute et première critique.

Kartell lors du Nova Mix Club au Point Perché
Kartell lors du Nova Mix Club au Point Perché

A l’annonce de son nouvel EP, il y a quelques semaines, et la découverte de son titre, “Tender Games”, je me suis tout de suite dit que ça allait être du Kartell comme on aime, avec ses mélodies house aux synthés subtils et aux vocales qui groovent, qu’on apprécie lors des longues soirées estivales sur le bassin. Sur les deux singles, “Attracted” répond parfaitement à cette fameuse “touche Kartell”. Un kick très prononcé, un tempo plutôt modéré (aux alentours de 120 bpm), un petit filtrage et un drop final à rendre fou. Recette classique mais efficace, très club-friendly.

L’autre single, “All I Have”, en featuring avec J-Rican, un jeune artiste originaire d’Atlanta, nous emmène dans un autre registre. Résolument R&B. Un R&B très “chaleureux”. Tu sais, celui de Maxwell à l’époque de “Now”, très à propos dans certaines circonstances. C’est d’ailleurs l’orientation assumée et très claire des trois featurings. Deuxième invité sur “Tender Games”, le jeune artiste Tom Bailey. Originaire de Tours, il est entré en contact avec Kartell par l’intermédiaire d’une autre signature Roche Musique, FKJ, avec qui il avait déjà collaboré. A propos de la track où il pose, “Falling”, il m’a déclaré avoir “vraiment aimé la vibe du morceau, très épuré, chill, avec beaucoup de place pour la voix”. Avec des placements vocaux maitrisés et un jolie falsetto en fond, c’est un artiste à suivre de très près.

L’EP se partage très clairement en deux parties. La première, correspondant aux trois premières tracks et également aux trois featurings, très R&B. Mais plutôt le R&B qui va jusqu’au début des années 2000, à la limite de la neo soul, très pointu et sensuel. Celui de talents reconnus comme D’Angelo, influence assumée de J-Rican et Tom Bailey. Puis une deuxième partie, plus classique avec des sonorités house que Kartell maitrise parfaitement et qui ont fait sa renommée. Un EP très réussi dans lequel il n’a pas eu peur de s’essayer à de nouveaux univers avec succès. Peut être une nouvelle orientation du label comme en témoigne le dernier EP de Chloe Martini, très R&B également, ou la signature Jordan Lee, dont on attend toujours le premier projet chez Roche Musique. Pour les bordelais et bordelaises inconditionnels de Kartell, notez d’ores et déjà qu’après un passage en début d’année dans votre bateau préféré, il y sera à nouveau le 17 juin. En attendant, commencez à vous familiariser avec son nouvel EP pour ne pas paraître trop con et ignorant dans la cale quand il le passera pendant son set.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut