Amarillo : la pop confetti

dans MUSIQUE

Signé chez Microqlima (Cliché, Moon…), Amarillo était au départ le projet solo de Noé Beaucardet. Au fil des rencontres, l’aventure s’est agrémentée de musiciens. Sorti en mars, leur EP Tomorrow we’ll be gone donne le go définitif d’un projet solide, prêt à faire sa place sur la scène pop.

ARTWORK—AMARILLO_Tomorrow-We-ll-Be-Long-Gone-EP—[qlima003]

Alors qu’on pourrait croire à la première écoute à un ensemble certes enthousiaste mais fouillis, l’EP se révèle en fait être un bon équilibre entre une envie débordante de groove et un psychédélisme surf. « Long Gone » ouvre l’EP de façon aérienne et progresse à coups d’arrangements synthétiques et symphoniques.  Changement d’ambiance avec « Santa Monica » qui déroule sous nos yeux un western improbable où les cowboys sont en fait des jolies geishas. On monte encore d’un cran avec « Breaches », morceau phare du disque. Ici, ça brille de partout et on reconnaît clairement des influences : Metronomy, Talking Heads

“Sugar sugar with your coffee

Cheesy kiss and boring tv”

« Tomorrow » clôture l’EP de façon plus posée et mélancolique. La voix du chanteur ressemble plus que jamais à celle de Damon Albarn et la basse devient très groovy. Mention spéciale pour cette dernière chanson qui résume bien cet EP clair – obscur.

A voir en live pour se faire une idée mais, en attendant, le Type est content : il a trouvé le disque euphorisant qui l’accompagnera dans ses périples estivaux.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*