BADBADNOTGOOD, un nom trompeur

dans MUSIQUE

Du très bon. Pour leur quatrième album studio, « Sour Soul » (Lex Records, 2015), le trio de jazz BBNG a décidé de s’allier au célèbre rappeur New-Yorkais Ghostface Killah (ex-Wu Tang Clan). Cette collaboration, entre un pilier du rap hardcore et ce jeune groupe canadien adoubé par le collectif Odd Future, avait de quoi faire susciter beaucoup d’attente chez les fans de hip hop. Le rendu final relève le défi haut la main avec un bijou rap aux sonorités innovantes.

BBNG__GFK_cover_hi-res_800px

Un putain d’album que je viens là d’ajouter à ma bibliothèque itunes. Une claque. Un vent de fraîcheur. Celui venu d’outre Atlantique. Un maelström d’influences diverses à mi-chemin entre rap hardcore, free, electronica, jazz, … Les amateurs de hip-hop pointu seront servis. Dans les productions, c’est vrai que les influences jazz qui caractérisaient les premiers projets de BBNG se font plus timides et que parfois Ghostface Killah s’impose un peu trop sur les tracks, mais le projet n’en reste pas moins intéressant. A noter une importante présence acoustique dans toutes les productions, fait de plus en plus rare pour être souligné. Douze titres, quatre invités, et deux morceaux instrumentaux. Les sonorités sont assez planantes, expérimentales, lounges avec ces ambiances cinéma italien des années 70 (ou giallo) où la mise en place d’une atmosphère mystérieuse est le but recherché. Parfait témoignage de cette orientation, le morceau « Stark’s Reality ».

Des trois singles (« Six Degrees feat. Danny Brown », « Gunshowers feat. Elzhi » et « Ray Gun feat. MF DOOM ») dévoilés il y a quelques temps déjà, on retiendra particulièrement « Ray Gun » en featuring avec le rappeur Londonien MF DOOM. Une instru exigeante où se marient à merveille violon, violoncelle, trombone et saxophone. Autre morceau intéressant « Tone’s Rap » où la rythmique très modérée, une basse discrète et quelques effets sonores en font un morceau très intime.

Un grand album appelle une grande sortie. C’est chose faite puisque le morceau final « Experience » est, comme son nom l’indique, une véritable expérience presque sensuelle dans son approche. Le genre de son comme tout droit sorti d’une BO d’un film italien des années 70, avec pour plan d’ouverture un dandy flânant dans les rues de Rome sur son 50 special (so cliché c’est vrai !).

Le rap a trouvé un nouveau souffle avec cet album d’un esthétisme et d’une classe sans nom. La troisième voie, enfin ! Celle qui nous permet de ne plus se cantonner, pour résumer vite, à un choix entre trap et jeunes nostalgiques des prods des années 90. On regrette peut être la durée de l’album et des couplets de Ghostface Killah, trop courts, et l’absence d’une touche plus jazzy qui est malgré tout la marque de fabrique de BBNG. Le producteur Frank Dukes a eu l’oreille affutée en étant à l’origine de cette collaboration. A 45 ans, GFK renaît avec un ce virage artistique dans son approche du rap et le jeune jazz band BBNG confirme une fois de plus que l’avenir leur appartient.

EDIT : BadBadnotgood et Ghostface Killah seront en concert le 16 mai à l’occasion du Villette Street Festival.
Toutes les infos sont ici : http://lavillette.com/evenement/villette-street-festival-2015/
L’event Facebook est là : https://www.facebook.com/events/718137091637861/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*