Des séries au top : The Leftovers

dans ÉVÉNEMENTS

Imaginez qu’entre cet instant et le suivant, sans le moindre préavis ni avertissement, 2% de la population humaine disparaisse subitement de la surface de la Terre. Imaginez maintenant comment l’on doit se sentir après qu’un tel drame nous eu touché. Tout ce mélange complexe de sentiments qui vous assaillisse. Vous n’êtes plus rien que votre tristesse, partagé entre colère, désespoir, effroi et incompréhension. Ceci, mesdames et messieurs les lecteurs, est le point de départ de The Leftovers, excellente série dont la saison 1 a été diffusée l’été dernier par HBO.

Le récit débute à Mapleton, petite bourgade située dans l’état de New York, trois ans jour pour jour après que la tragédie mondiale, connue sous le nom de « Ravissement », se soit produite. Une statue est sur le point d’être inaugurée. Le shérif Kevin Garvey (Justin Théroux : Mulholland Drive, Zoolander… mais que vous connaissez peut être davantage pour être le mari le Jennifer Aniston) est sur le qui-vive. Il souhaite qu’aucun débordement ne vienne entraver le déroulement de la cérémonie. A la tribune, Madame le Maire laisse la parole à Nora Dust (Carrie Coon, aperçue récemment dans Gone Girl), victime symbole dont l’époux et les deux enfants se sont volatilisés. Alors que Nora, sa famille décimée dans le tremblement de sa voix, entame son touchant discours, quelques dizaines de personnes commencent à affluer au loin. Celles-ci sont vêtues de blanc et tiennent des pancartes. La foule devient hostile et se dirige vers les nouveaux arrivants. Malgré les efforts du shérif, elle s’en prend physiquement aux membres de cette mystérieuse organisation appelée « Guilty Remnant », dont les éléments constitutifs ont fait vœux de silence (ils communiquent seulement avec des bloc-notes) et n’ont de cesse que de harceler le reste de la population, pour leur rappeler ceux qu’ils ont perdus.

Dans The Leftovers, le spectateur est invité à suivre une dizaine de personnages parmi lesquels le shérif Garvey, sa fille Jill, Jared, son fils plus âgé, sa femme qui a rejoint les « Guilty Remnant », un pasteur ou encore un mystérieux gourou qui prétend guérir les gens de leur douleur d’une simple étreinte.

Ce qu’il y a de génial sinon de jouissif avec The Leftovers, c’est que l’épisode pilote et les suivants projettent le spectateur au centre des événements ; si bien qu’au début, on est un peu perdu. On assiste à la situation telle qu’elle est, plusieurs années après le « Ravissement » où quelques 140 millions d’individus ont disparu. On est désarçonnés, ne saisissant pas le pourquoi du comment des actes de chacun ainsi que l’état d’esprit des personnages principaux. On se demande pourquoi certains faits étranges se produisent. On s’interroge sur les attitudes et raisons d’être des « Guilty Remnant ». Cependant, au fur-et-à-mesure que l’histoire se déroule, avec des épisodes « focus » sur tel ou tel personnage ou grâce aux flashbacks d’avant la tragédie, les nœuds se démêlent, tout s’éclaircit et devient limpide. Et l’on connaît alors le plaisir et la joie, pareil à un détective de police parvenant enfin à assembler les différents éléments d’une enquête ardue.

leftovers.recap_.smokers

The Leftovers, déclinaison télévisée du roman éponyme (paru en 2011 aux Etats-Unis, deux ans plus tard en France), est signée par l’auteur même du livre, Tom Perrota, assisté dans sa tâche par Damon Lindelof, rien de moins que l’un des créateurs de Lost. C’est une série au rythme lent (qui pourra pousser plus d’un d’un spectateur à arrêter en cours de visionnage), touchante, spirituelle et psychologique, portée par un solide casting (Liv Tyler est aussi de la partie) et une bande-son impeccable. The Leftovers aborde de nombreuses interrogations : comment se remettre d’un traumatisme et reprendre le cours de sa vie ? Comment donner un sens à l’inexpliqué ? Comment faire le deuil de ses proches ? (d’autant qu’ils ne sont pas vraiment morts puisque volatilisés). Comment, enfin, continuer à croire en Dieu, cet être supérieur qui, sans motif aucun ou de quelconque justification, a rappelé à lui des millions d’êtres ?

Un dernier élément qu’il vous fait connaître : la visée de cette série n’est pas de donner des réponses, de délivrer d’explications logiques et satisfaisantes venant à expliquer le « Ravissement ». En effet, avant même que The Leftovers ne soit mise à l’antenne, Perrota et Lindelof ont tenu à préciser qu’aucun éclaircissement rationnel ne serait avancé. Autrement dit, jamais nous ne saurons pour quelles raisons le « Ravissement » s’est produit…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ÉVÉNEMENTS

0 0,00
Retourner là haut