Archipel & BRNS @Krakatoa

dans MUSIQUE

On en avait parlé, et comme toujours, on a été vérifier nos dires sur place. Retour sur Archipel et BRNS au Krakatoa.

IMG_4193-1 

En arrivant, Le Type s’attendait à voir une foule trépignant d’impatience devant le Krakatoa. En fait, ce n’était pas vraiment le cas. La salle était clairsemée de mélomanes par-ci, par-là. Un peu abasourdi mais pas démotivé pour un sou, Le Type s’installe. C’est Archipel qui ouvre le bal. On les avait vu pour la première fois à Vie Sauvage pour la clôture d’une soirée folle et énergique. Et on avait pris une grande claque. C’est donc avec beaucoup d’impatience qu’on les attendait ce soir là. Lorsque la musique a résonné au Krakatoa, le groupe a tout de suite été là, dansant et sautant de tout côté de la scène, nous donnant l’impression d’assurer une chorégraphie mystique. Malheureusement, le public lui n’était pas au rendez-vous. Pour tout avouer, on n’aurait pas dit non à un zeste de fougue supplémentaire. La salle a commencé à sortir de sa douce torpeur à partir de Rowing Jewel, il fallait s’en douter ! C’est comme si le public attendait l’autorisation de s’enflammer mais que ce top départ était arrivé trop tard. La fin est donc arrivée assez vite. Quelques morceaux plus tard, une fois qu’on était à point, Archipel laissait place aux BRNS.

IMG_4342-1

On retrouvait avec enthousiasme les gouttes de pop que le groupe nous versait dans les oreilles. Il faut dire que depuis quelques jours, Le Type écoutait Wounded en boucle. La salle ne s’était pas beaucoup remplie mais tant pis, on profiterait de ces moments entre copains, contents d’être là. Même si la foule n’était pas au rendez-vous, la bonne humeur, elle, répondait à l’appel. César Laloux s’amuse à jouer des percussions, xylophone, balafon africain et on en passe. Sur un morceau, ils nous surprennent en s’équipant chacun d’un mélodica. Ces touches d’originalité que le groupe amène à chaque morceau font partie de leur réussite musicale. Et puis on sent qu’ils prennent plaisir sur scène, alors on prend plaisir avec eux. Leur chant choral apporte une autre dimension, une énergie qui remplit la salle et qui sonne comme une invitation à les rejoindre. Et Le Type ne vous raconte pas la joie qui a envahi le public du Krakatoa quand ont retenti les premiers coups de percussions de Mexico. On se surprenait à tous entonner à l’aide de grands cris I’VE NEVER BEEN TO MEXICO telle une grande chorale désorganisée. A la fin, on aurait tous pu se serrer la main entre collègues qui viennent de se découvrir un talent de choristes-crieurs. Et on est parti chacun de notre côté avec une bande-sonore entêtante dans le cerveau, satisfaits de ce mardi soir de novembre.

IMG_4270-1

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut