King Krule @ Trabendo

dans MUSIQUE

King Krule, c’était à Paris le 11 octobre dernier. Initialement prévu au Nouveau Casino, le concert a été déplacé dans une salle un peu plus grande mais toujours aussi intimiste : Le Trabendo. Dès cette annonce, ni une ni deux, Le Type a attrapé sa place, ses billets de train et s’est embarqué(e) vers la capitale – curieux de découvrir ce petit rouquin bourré de talent qui excite tant ses oreilles depuis des mois.

6a00d8341c737e53ef019affcdfe46970c

Il s’engouffre dans la salle quelques minutes avant son entrée en scène. La foule est impatiente, ça joue un peu des épaules. Le voilà qui arrive ! Costume trop grand, tignasse jalonnée d’épis, le frêle King Krule s’installe. Les trois musiciens qui l’accompagnent ont aussi sorti la cravate. Ça crée un truc, Le Type aime bien. Très vite, c’est le soulagement. Cette voix grave – certainement le résultat d’un paquet de clopes coincé en travers de la gorge – emplie la salle. Ce premier contact sonore est décisif. Si on admire ses arrangements ou sa guitare mi-flottante mi-agressive, c’est bien la voix de King Krule qui nous obsède le plus. D’abord par le contraste physique entre l’âge et la petite carrure du bonhomme, et puis par l’émotion brut qu’elle transmet.

Le petit rouquin en impose. Une fois la joie d’avoir enfin rencontrer LA voix est passée, on se laisse vite happer par son jeu de guitare : simple, fluide, presque aérien, sans effort apparemment. Les morceaux filent, tantôt sombres, tantôt plus intimistes – simple guitare voix. Par moment le petit groupe se lâche, ça jam sévère sur le très bon « The Noose of Jah City ». Le public s’agite, les pieds s’animent, les têtes se balancent, tout sourire.

Et puis le temps de deux morceaux King Krule abandonne sa guitare, révélant un autre visage scénique. Il occupe alors la scène avec classe, tout en balançant ses lyrics avec rage. Grandiose. L’air de rien, le concert avance, rapidement. Trop rapidement, enfermé que l’on était dans la bulle musicale King Krule. Une heure après le début du live, le rideau tombe, après un mini rappel d’un morceau, un nouveau : « La lune ».

Un peu court, on a encore faim. Petit King Krule est grand, on attend déjà le prochain passage.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut