Alpha blondy & the Solar system @ Krakatoa

dans MUSIQUE

De passage à Bordeaux  ce 5 avril pour la tournée de son nouvel album,  Mystic Power attendu au printemps, le reggae man ivoirien n”a laissé personne indifférent dans la salle comble du Krakatoa. Un reggae puissant, saupoudré sans concession de teintes rock, un mélange débordant de l”énergie que l”on ne pouvait qu”attendre de l”homme aux bientôt 19 albums dont on ne compte plus les concerts.
Dans la morosité ambiante d”un hiver qui n”en finit pas de nous faire grelotter, deux heures sous l”équateur étaient plus que bienvenues. Alpha Blondy n”a d”ailleurs pas emmené que le soleil ivoirien avec lui, mais tout The Solar system, le groupe avec lequel il parcourt le monde.

Mystic Power, enregistré entre Paris et Abidjan, est le discours de paix que l”ivoirien apporte, en arabe et en français, sur son pays déchiré par la crise post-électorale de 2011. Il y aborde aussi ses sujets de prédilection, la Françafrique et la religion.  Alpha Blondy, c”est un homme empreint de toutes les doctrines. Il s”adresse autant à Jésus qu”à Mahomet ou à Jah. C”est d”ailleurs avec Jérusalem, ville symbole autant que chanson phare, qu”il entame son concert. Baskets et chemise rouge, casquette militaire baissée sur des yeux fatigués mais toujours pleins du feu de celui qui veut réconcilier tous les cœurs. Mais ce feu, c”est surtout de sa bouche qu”il sort. Explosive, la voix n”a rien perdu depuis des débuts déjà bien lointains, en 1981. On oublie souvent que c”est la meilleure des armes…

Chanteur engagé, prônant la paix et l”amour (Même Whitney Houston n”a jamais autant dit de “I love you” en 2 heures), Alpha Blondy a cette franchise et ce charisme inhérents aux plus grands chanteurs de reggae.  Et ce ton polémique ! Car l”Afrique, son Afrique, est corrompue: “80%, sans exagérer, 80% des dirigeants de l”Union Africaine sont arrivés au pouvoir par des moyens plus ou moins démocratiques. Un sergent fume un joint, il se prend pour un général, et part renverser le président en place, qui lui-même était arrivé au pouvoir après avoir bu trop de Jack Daniel”s. Les moins érudits dirigent. C”est à nous d”aller dans les universités d”Occident, de prendre le meilleur de leur système, et de créer des vraies démocraties en Afrique!“.

A 60 ans, le Cocody rasta est toujours plein d”énergie, parcourt la scène, check un maximum de la forêt de main qui se présente à lui aux premiers rangs. Chaque chanson engagée est agrémentée d”un message. Emportées vers le public avec la même force que la musique, ce sont des idées qu”on aimerait entendre plus souvent. Comme cette apostrophe aux djihadistes: “Faut pas mêler Allah à vos actes criminels, (…) Mahomet n’est pas un prophète terroriste” dans Crime spirituel. Pour la petite histoire, le texte avait été écrit le 11 septembre 2001, date charnière pour le point de vue occidental contemporain sur l”islam. Tous les pays en guerre, en Afrique et au Moyen Orient (et même Marseille) auront eu droit à leur hommage avec Peace in Liberia.

Mais plus qu”un chanteur engagé, Alpha Blondy reste une star internationale avec des tubes, qu”il n”a pas manqué d”offrir à nos oreilles affamées: Sweet Fanta Dialo, Cocody rock, et Brigadier sabari, entonné par toutes les gorges. Et puisqu”il peut se le permettre…  la reprise très réussie j”ai tué le commissaire, faut-il seulement citer la référence.

On y serait bien restés un peu plus longtemps… au moins jusqu”à l”été !

Crédit photo une : R.Deluze & S.Derradji

Crédit photo: Juliane.L

 

1 Comment

  1. Un vrai retour du rasta man engagé pour de vrai. malenkè bersé au rythme du balafon, marqué par les guerres et distancié des politiciens verreux Alpha est grand. Pour avoir eu la chance de le frequenter un peu, je vous assure que l homme vaut l artiste.
    Longue vie à l immortel de Cocody.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut