LightAsylum @iBoat

dans MUSIQUE

Dans leur interview, Electric Guest nous avaient parlé de LightAsylum en ces termes : « Ils sont de Brooklyn et sont vraiment cool avec beaucoup de style. C’est de l’electro assez sombre. La chanteuse a une voix d’homme, c’est tellement bien ! » Le Type y avait alors jeté une oreille et sauté sur l’occasion de les voir sur scène quand ils sont passés à l’I.Boat. C”était y a longtemps, mais on s”en rappelle encore.

Signés sur le label Mexican Summer avec un album éponyme et quatre EP à leur actif, la musique de LightAsylum est puissante, un style musical qui oscille entre EBM et électrogoth. Sur scène, c’est une vague de son qu’on prend de plein fouet. La voix de Shannon Funchess surprend tant elle ne correspond pas au physique de cette toute petite androgyne. Mais son énergie folle et son charisme nous entraîne très rapidement et on en demande pas plus pour se déchainer sur des titres comme Pope Will Role ou End of Days.


C’est pourquoi leurs morceaux plus calmes comme Angel Tongue ou Shallow Tears -qui, au passage, est surement le morceau sur lequel Shannon montre le plus sa maitrise du chant- sont bienvenus et permettent de souffler un peu entre deux déhanchements. Là encore, le chant de Shannon colle parfaitement à cette ambiance sombre, métallique que dégage la musique de LightAsylum. Autant vous dire que la cale de l’iBoat se prête parfaitement à leur performance avec un jeu de lumières rouges, basses, et ces néons aveuglants qui viennent déchirer l’obscurité. C’en est presque étouffant, le public est en transe.

A l’opposé de sa chanteuse, on en oublierait presque Bruno Coviello qui s’occupe de presque toute l’instru. Englouti derrière sa montagne de machines, peu éclairé,  caché derrière ses cheveux longs, il nous apparaît comme le fantôme du son. Mais si Shannon accapare toute l’attention du public : on sent la complicité entre les deux lors des rares échanges de regard.

Preuve s”il en est que la scène EBM/indus américaine sait se renouveler intelligemment tout en restant intègre et fidèle à son esprit tout cuir. Saveur analogique des synthés, violence des beat qui sentent bon les batteries électroniques 80s, plusieurs tonnes de réverb” pour saupoudrer la voix crépusculaire. Violence et sublime, LightAsylum fait honneur à un genre souvent enfermé dans l”underground en lui insufflant quelque chose de neufet de frais.

Le Type a bien fait de suivre les conseils de Electric Guest. Oui, en effet, LightAsylum c’est « tellement bien » !

Crédit photo concert : Yan Se Li
Crédit photo Gif : Pitchfork

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut