Jack Reacher

dans ÉVÉNEMENTS

L”Amérique s”est trouvé un nouveau héros, son nom : Jack Reacher. À l”instar de Tom Selleck (Jesse James) et bien sûr Clint Eastwood, Tom Cruise revêt le rôle d”un personnage, dont le nom seul parvient à faire frémir ceux qui ont le malheur de croiser son chemin. Héritier des films d”action à la Last Action Hero, Jack Reacher est un film musclé sachant manier la dérision tout en jetant un regard froid sur l”héroïsme à l”américaine .

Arrogant, sûr de ses capacités physiques et intellectuelles Jack Reacher est un personnage mystérieux qui doit beaucoup aux héros de films d”actions mythiques. Mystérieux, insaisissable, on ne peut s”empêcher de ressentir l”influence du Drive de Nicolas Winding Refn. Si Christopher McQuarrie ne peut s”empêcher de glisser une scène de course poursuite, celle-ci finit en boutade un peu à la manière du Driver en début du film. Manière de mettre en évidence la supériorité intellectuelle du héros.

Mais Jack Reacher est-il réellement un héros ? Ne respectant que son propre sens de l”honneur et portant son sens de la justice en étendard, le personnage est loin de faire dans les sentiments. On a l”impression de retrouver Jack (encore un) Bauer à la fin de l”ultime saison. Si on voulait pousser le raisonnement plus loin, on pourrait aller jusqu”à dire que ce retour aux bons vieux films d”action “old school” reflète la volonté d”un retour aux sources pour Hollywood. Le réalisateur évite les scènes d”explosions inutile, les scènes de sexe hors sujet et les bastons surréalistes, au profit d”un scénario bien ficelé.

Il ne faut cependant pas s”attendre à une “happy end”.  À l”aire d” Homeland et autres héros déçus par leur gouvernement ou en quête de réponse sur ce que signifie aujourd”hui “se battre pour la liberté et son pays”, Jack Reacher est un personnage qui reflète un malaise que ressentent sans doutes nombreux américain. “Je ne suis pas un héros” clame l”ancien soldat aux désillusions ancrées entre l”humour et cynisme.

Nous, on est surtout ravis de voir Tom Cruise dans un bon film, chose qui n”était pas arrivée depuis Walkyrie (non le coéfficent sympathie de Cameron Diaz ne sauvera pas Day & Night). Cependant le film doit beaucoup à son réalisateur. Qui est Christopher McQuarrie ? Quand on s”intéresse de plus près à son travail, on réalise que le monsieur à un passif dans les séries télés. Créateur de Persons Unknown, qui certes n”a pas soulevé les masses, mais ne s”est pas trop mal défendu pour une série estivale. Par la suite McQuarrie sera aux commandes de The Wolverine : le combat de l”immortel prévu pour Juillet 2013. Je ne sais pas pour vous, mais moi, rien que d”y penser, j”ai la gaule !

4 Comments

  1. Salut.
    Je ne suis pas vraiment d’accord avec cette analyse (bien qu’elle soit pertinente). Le film véhicule un message qui m’a, moi et ma petite personne, beaucoup dérangé. Il fait l’apologie à la fois de l’armée et des militaires, qui malgré certain tarés, servent avec grandeur le grand pays que sont les Etats Unis, cela passe encore, mais surtout il montre met un avant la fierté et l’honneur de posséder une arme à feu, et l’amour que l’on doit lui porter.
    Le sniper fait corps avec son fusil, il le respecte, l’analyse, s’oriente vers les anciens tireurs pour avoir des conseils, partage ses scores au stand de tir, apprend par coeur les numéros de série… Un film de promotion de la N.R.A n’aurait pas fait mieux!

    • Je ne suis pas vraiment d’accord sur l’apologie de l’armée et des militaires puisque le personnage principal est un homme qui a quitté l’armée. Il dit même dans le film avoir quitté l’armée parce qu’il se rendait compte qu’il ne se battait pas pour la liberté. Donc c’est vraiment poussé à l’extrême voir faire un contresens que de dire que c’est une promotion de la NRA (selon moi). D’autant que le fait qu’il retienne le numéro de série veut plus prouver ses capacités intellectuelles supérieures, que mettre en avant l’arme en elle-même. Quant à l’idée de l’arme en tant que prolongement du soldat on le retrouve dans tous les films/séries américain où il est question de flics, soldats etc… Par conséquent ça insinuerait que tous les films, toutes les séries (guerre, action, thriller) us font l’apologie de la NRA ? Oo

  2. Non, tous les films ou séries de guerre/action/thriller ne font pas l’apologie des armes. The Expendables (1 ou 2) est un film de genre pur, qui ne parle QUE d’action, avec des anciens militaires et des gros pistolets dans tous les sens, mais il n’y a aucun discours gênant dedans, parce que justement on connait le genre, on sait à quoi s’attendre. De plus, les expendables sont axés autant dans la production, la réalisation et le casting vers l’auto-dérision.
    Dans Jack Reacher, le discours n’est pas le même, il est moralisateur, et le personnage de Tom Cruise est construit de façon à ce que le spectateur s’identifie à lui, et donc adhère à son mode de pensée. Enfin, le coup du numéro de série est évidemment pour prouver sa mémoire, mais c’est une suite d’éléments qui donne cet vision des armes qui m’a gêné, moi (et je comprend totalement que cela ne gène pas du tout la majorité du public). Mais que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, ce n’est pas un film “nul”, et l’analyse que l’article est très bonne!

  3. En fait j’ai l’impression qu’on ne parle pas du même film. Je ne vois pas en quoi le discours de Jack Reacher est moralisateur. Le but du film ce n’est pas de dire « ça s’est bien » ou « ça s’est mal ». Le film présente Jack Reacher nouveau « badass » du genre. Il n’obéit à aucunes lois si ne ce sont les siennes. D’ailleurs je n’irai pas jusqu’à dire qu’on s’identifie au personnage, on le trouve sympathique (drôle, intelligent) mais on ne peut pas s’y identifier parce que son sens de la morale est totalement différent du nôtre. Le spectateur le comprend d’ailleurs très bien et si ce n’est pas le cas, le film se permet de le rappeler à plusieurs reprises à travers actes et dialogues (si au début du film le mec n’avait pas été dans le coma, il l’aurait tout simplement buté coupable ou non).

    Par contre je suis curieuse de savoir par quelle suite d’éléments tu penses que le personnage en vient à faire l’apologie des armes puisque lui-même n’en utilise pas ou très peu. Contrairement au film genre Expendables (que tu présentes parfaitement), ici le personnage privilégie le combat au corps à corps. Après oui il y a un passage dans le stand de tir, le personnage du vétéran etc.. Mais ça appartient plus à l’histoire et à la culture américaine (qui reste criticable j’en convient) qu’à une quelconque volonté de dire que « les armes c’est bien ». Et comme je le disais auparavant, Jack Reacher donne un portrait de l’armée et de l’Amérique assez péjoratif. D’ailleurs à la fin du film, il devient un fugitif, ce qui rapproche l’idée du militaire trahi par son pays (d’où mon rapprochement avec Jack Bauer).

    Pour ce qui est du reste je n’ai jamais dit que tu avais trouvé le film ou mon article « nul ». J’essaie simplement de savoir comment tu en es arrivé à ce raisonnement sur le personnage et le film.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ÉVÉNEMENTS

0 0,00
Retourner là haut