Six Feet Under : une série à rattraper

dans ÉVÉNEMENTS

Certes, Six Feet Under a connu son dénouement un jour d”août 2005, il n”empêche que cette série mérite que l”on s”attarde sur son cas. Ne serait-ce que parce que Six Pieds sous Terre, en Français, est une des séries qui, en compagnie de Les Sopranos et de The Wire, a contribué à donner ses lettres de noblesse à HBO.

L”histoire débute alors que Nathaniel Fisher trouve la mort, sa voiture violemment heurtée par un bus. L”ensemble de la famille se retrouve alors pour l”enterrement de celui-ci. Il y a Ruth Fisher, la désormais veuve, Claire, une ado paumée, David, la trentaine et qui travaillait avec son père à la gestion de la société de pompe funèbre “Fisher and Sons“ basée à Los Angeles et Nathaniel Junior, l”aîné, parti de la maison à tout juste 18 ans et qui n”est pas revenu depuis. Ajouter également Federico Diaz, dit Rico, employé et ancien apprenti. Ce décès affecte chacun des personnages qui vont gérer le deuil à leur façon, s”en remettre et se reconstruire. Finalement, comment donner un sens à sa vie sachant que la mort est inéluctable ?

C”est donc une série sur le deuil où la mort est omniprésente, chaque épisode s”ouvrant même sur le décès d”un individu, la perte d”un être cher et l”impact et le vide que cause cette disparition. De fait, la première saison est extrêmement lente, il ne s”y passe pas grand chose. Un effet voulu et recherché puisque cela traduit la tristesse et la douleur causées par la mort de Nathaniel. Dans le même temps, ceux qui sont vivants ne peuvent mettre pause, la vie continue. Ainsi David et Nath Jr, qui ont hérité de l”entreprise familiale, se doivent de s”occuper des morts qui continuent toujours d”arriver, Claire doit retourner au lycée et Ruth qui a n”a pas vraiment vécu si ce n”est en tant qu”épouse et mère, doit explorer sa féminité.

Plus la série avance en épisodes et plus l”on s”adapte au rythme et à l”atmosphère. A force de suivre le quotidien des Fisher, on s”attache à cette famille et l”on partage les joies et les déboires de chacun de ses membres. Cette famille où ceux qui la composent sont à la fois proches et distants, ne se disent jamais vraiment les choses. La plupart du temps, les protagonistes sont malheureux, et assister impuissant à la souffrance ou la déperdition d”un personnage est une expérience difficile pour le viewer. Néanmoins, Six Feet Under, c”est aussi un bijou d”humour noir avec ses propres délires narratifs, souvent les personnage dialoguent avec les défunts ou bien s”imaginent péter un câble alors qu”ils vont répondre d”un simple “très bien, pas de problème“.

La série s”étale sur 5 saisons et aborde de nombreuses questions philosophiques sur la vie, la mort et la religion. Les acteurs sont très bons, jouent avec beaucoup de justesse et parviennent à transmettre de nombreuses émotions. Il faut également noter le côté militant de la série : Alan Ball, le créateur du show oeuvre à banaliser l”homosexualité. En effet, David (Michael C. Hall, alias Dexter) est un homosexuel qui ne parvient pas à s”assumer dans une société qui rejette les différences. Si au départ ce côté “provocateur“ fait bizarre (et c”est normal étant donné que l”on n”y est pas forcément habitué), on s”y fait et cela devient, comme voulu, normal. Pour finir, on peut dire que l”histoire, si elle n”a rien d”extraordinaire, est extrêmement juste, crédible et dont la fin est l”une des meilleures conclusions de toute l”histoire des séries télévisées.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ÉVÉNEMENTS

0 0,00
Retourner là haut