Sebastien Tellier @LeRocherPalmer

dans MUSIQUE

Le 23 Octobre 2012, Sébastien Tellier était au Rocher de Palmer et il nous a offert bien plus qu’un concert.

Fidèle à lui même – costard, écharpe, lunettes de soleil – il est apparu sur scène tel le Prophète, dans un rayon de lumière, en haut des escaliers. À ses côtés, un batteur et un mec qui ressemble à Mozart qui s’occupera de toute la partie instrumentale. C’est tout.

Premières notes : Pépito Bleu. Le la est donné.

Maman nous a gratifié de plus de deux heures de spectacle. Passant de la musique au one-man show, il nous parle de poisson pané, il nous chante du Sardou, il n’aime pas la Cristaline. Le public est euphorique, il rit, répond, hurle. Jamais Le Type n’avait vu un tel échange de la part d’un musicien, il discute avec nous (« À poil ! – Non, je ne me mettrais pas tout nu. ») comme si il était des nôtres, parmi nous.

Et puis il l’a été : Sébastien Tellier est descendu de scène pour venir « fusionner » avec nous, au beau milieu de la foule, sous les cris et les baisers.

Et puis surtout, il ne se cantonne pas à My God is Blue : si il nous parle de Russie avec Russian Attractions, ou de poisson avec My Poseidon, il nous prend ensuite au dépourvu avec Roche reprise en cœur par tous, il nous propose de monter sur scène (« mais seul la nudité intégrale sera acceptée ») sur Cochon Ville, on danse sur La Ritournelle, et on se tait devant L’Amour et la Violence. Sébastien Tellier nous met en transe.

On ne sait d’ailleurs plus quelle heure il est, il étire le temps, il reste là et il n’a pas vraiment l’air d’avoir envie de partir. Il nous dit pourtant que d’habitude l’ambiance est plus festive et il est vrai que ce soir là, Le Type était l’un des rares à danser. Mais clope au bec et bière à la main, il nous dit que c’est grâce à nous qu’il vit, et qu’il nous aime. C’est tout ce qu’on avait envie d’entendre. Ou presque.

On oublie souvent que derrière ce toxicshowman il y a un vrai mélodiste. C’est là tout le talent de Tellier. S’il perd son public à force de “digressions scéniques”, en posant une main sur le clavier, il récupère l’attention de tous. Le public est blasé de ses tubes trop entendus ? On se lance dans une ambiance brésilienne et les rythmes s’adaptent à la samba. Il les adapte. Et en live s’il vous plait. Certains regretterons que bon nombres de ses improvisations naissent des erreurs qu’il commet (probablement trop d’eau dans l’alcool…). Mais quelle meilleure impro que celle dont l’artiste lui même ne se doutait pas?

 

Le Type est ressorti de la salle trempé de sueur, mort de chaud mais des étoiles plein les yeux. C’est sûr, Sébastien Tellier a su se faire pardonner pour l’annulation de l’interview, même si on regrette d’autant plus de ne pas avoir pu rencontrer Maman en vrai.

En tous cas, Sébastien Tellier est un véritable artiste à ne surtout pas manquer en live

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut