Girls

dans ÉVÉNEMENTS

Je dois avouer qu’au départ, la principale raison qui m’a poussé à regarder Girls est son excecutive producer, le génial Judd Apatow. En grand fan de tout ce que produit ou réalise celui qui est considéré comme le maître de la comédie US, j’avais coché depuis de longs mois la date de la diffusion du pilote de cette nouvelle comédie. Apatow et HBO aussi. La chaîne câblée est depuis longtemps gage de qualité. “It’s not television, it’s HBO“. Un slogan qui pour n’importe quel autre média serait apparu comme signe d’arrogance et extrêmement présomptueux mais qui pour l’institution new-yorkaise se vérifie année après année. La maison maire de Game Of Thrones, a l’habitude de lancer des shows différents de ceux appartenant au moule “plaire à l’audience la plus large possible“, en faisant la part belle à la créativité et l’originalité. En témoigne pour exemple, Hung, qui dura trois saisons malgré des résultats d’audience plutôt faible, et qui se concentre sur un Détroit en crise où un prof de sport tout juste divorcé et plutôt loser se retrouvant obligé de se prostituer pour faire vivre sa famille.

Le pitch de Girls en une phrase : le quotidien d’un groupe de jeunes femmes au tournant de leur vie, fin des études et entrée dans le monde des adultes, et les nouvelles difficultés qui vont avec.

Girls est assurément une excellente surprise. D’abord d’un point de vu scénaristique. L’histoire suit les pérégrinations de quatre jeunes new-yorkaises, confrontées à un univers avec lequel elles sont peu familiers : celui des adultes. Il y a une originalité criante dans la façon de traiter les thèmes classiques que sont l’amour, le travail ou la famille. Entre excentricité et amertume. L’autre atout de cette comédie est Lena Dunham. La jeune créatrice, scénariste et réalisatrice de la comédie, incarne le rôle centrale, celui d’Hannah. Pleine d’humour et de dérision, Hannah est le moteur de la série. Sa manière d’être et ses choix font sourire. Elle apparaît assez immature et alors qu’elle vient de finir son cursus universitaire, ses parents lui annoncent qu’ils arrêtent de la soutenir financièrement afin qu’elle se prenne en main.

“Mais c’est une série pour fille !? Et ma virilité dans tout ça ?” que vous vous dîtes. Je vous réponds qu’il ne faut pas vous en faire. Ce programme, bien qu’ayant comme personnages principales des filles, ne tourne pas autour de thèmes purement féminin du genre “Kimberly a le même débardeur que moi, comment faire ?”. Girls traite certes de problèmes féminins mais emploie un ton qui peut plaire autant aux garçons qu’aux filles. En définitive, cette série explore les difficultés de la vie du point de vue de jeunes presque trentenaires.

La saison1 est en cours de diffusion.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ÉVÉNEMENTS

0 0,00
Retourner là haut