La maladie de Westeros

dans ÉVÉNEMENTS

Un flash aveuglant, une lumière blanche et une révélation plus tard, je me suis rendu compte que Le Type était incomplet. Pour le rendre optimal, il fallait créer une ultime catégorie : la rubrique “Santé“. Pour l’inauguration de cet onglet, je tiens à mettre en lumière un mal encore méconnu du grand public. Une souffrance qui, chaque jour, touche davantage d’individus. Ce phénomène en plein expansion est entré dans le jargon médical sous le nom de maladie de Westeros.

Pour commencer un rapide test. Une simple question : qu’elle est la première chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous lisez ce terme générique ?

Réponse 1 : un pays au Moyen Orient. La bonne nouvelle ? Vous n’êtes pas atteint. La mauvaise ? Ne me dites pas que vous étiez bon en géo au lycée parce que c’est faux !

Réponse 2 : ça signifie “sandwich au chèvre“ en grec, non ? Voilà ce que vous allez faire : vous réservez une place sur le prochain vol direction Athènes, vous rendez dans un Platon Sub, demandez un Westeros et vous revenez me dire, okay ?

Réponse 3 : c’est un continent de grande taille s’étendant essentiellement en latitude. Il se compose du royaume des Septs couronnes et des terres par-delà le Mur. Aucun doute possible, vous avez contracté la maladie de Westeros. Il est trop tard. A jamais vous êtes dépendant de la série Game Of Thrones.

Michel vient de voir le final de la saison 1 et réalise qu’il va devoir attendre 1 an avant la saison 2

Chez le patient en proie à la maladie, on observe les mêmes manifestations morales qui accompagnent n’importe quelle pathologie incurable. D’abord le choc et la sidération : je…mais…enfin… Puis le dénie. Arrêtes !  C’est n’importe quoi ! Ce n’est pas parce que j’ai revu la saison 1 trois fois cette semaine que je suis accroc. Quoi, on est “que“ mardi ? Quel rapport ? Quand la colère vous gagne, vous vous prenez pour Joffrey Baratheon, vous chassez le traître : tous ces impies qui n’apprécient pas la série. Ces gens qui ont osé ne pas attribuer la note maximale sur IMDb ou Allociné. La dépression maintenant. Elle vous touche entre chaque épisode. Les rediffusions sont vos anti-dépresseurs. Vous vous demandez encore encore comment vous avez pu survivre à l”année qui s’est écoulée entre la fin de la première saison et le début de la saison 2. Sûrement votre croyance dans les Anciens Dieux. Ensuite, la résignation. Balzac disait : “la résignation est un suicide quotidien“. Votre réponse : Rien à foutre de Balzac ! Il n’a pas écrit Game Of Thrones que je sache ! Dorénavant vous ne lirez plus que du Georges R.R. Martin. Et finalement, l’acceptation fataliste. Littlefinger disait “le savoir c’est le pouvoir“ ; Cersei lui a répondu “le pouvoir c’est le pouvoir“. Cela tombe bien vous vous rendrez compte ne posséder ni l’un ni l’autre.

La photo de celui que vous aimez à appeler “Papa“

Cette maladie cause de profondes modifications dans votre perception du monde. Un blond est nécessairement un Lannister. Les Ch’tis sont tous des Starks. Il faut reconnaitre que les émission de W9 impliquant des individus Nordistes ont soudainement plus de classes – Les Starks vont au ski. Désormais les gens du voyages ne sont plus des Roms ou des Gitans mais des Dothrakis. Les caravanes remplaçant les tentes. Vous percevez la campagne électorale comme une lutte acharnée pour la conquête du Trône de Fer. Dans votre tête, la Guerre Froide n’a jamais pris fin. De l’autre côté du Mur de Berlin se trouve le territoire des Sauvageons, les Communistes. Enfin, s’il neige plus de deux jours de suite,  aucun doute n’est possible : Winter si coming.

La tente de Khal Drogo

La saison 4 est diffusée à partir de dimanche sur HBO et de lundi sur vos ordinateurs. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*