Hanni El Khatib // L’interview

dans MUSIQUE

La dernière fois qu’on a autant écouté un album en boucle, c’était « Happy Soup » de Baxter Dury ! D’une pop anglaise tortueuse, on passe à « Will the guns come out » d’Hanni El Khatib, un rock garage qui sent bon la sueur, le soleil californien et le Jack Daniel’s . L’étiquette « garage » est peut-être un peu trop réductrice quand on y pense, le premier album du californien surfe entre les genres. D’une chanson burnée et explosive comme « Fuck it you win », à un blues enivrant et déprimé comme « Heartbreak Hotel » pour revenir à un morceau plus sensuel  comme « Dead Wrong » on retrouve Hanni El Khatib là où on ne l’attend pas. Sur scène, ils sont seulement deux ; Hanni à la gratte et son meilleur ami Nicky à la batterie, et nous offrent des pistes inédites et des réécritures live improvisées de l’album. Avant ce concert, on était tenté de penser qu’Hanni El Khatib était un cliché du rock qui prône le revival des 60’s et des 70’s parce que le rock « c’était mieux avant ». Mais là encore un erratum s’impose. La musique d’Hanni El Khatib est faite d’emprunts d’époques mythiques et révolues, certes, mais customisés avec une esthétique bien d’aujourd’hui. Idem pour le personnage, loin de l’image de « badass » qu’il peut renvoyer, c’est un mec cool, drôle et avenant qu’on a rencontré au Krakatoa, avant son show pour Les Nuits de l’Alligator.

Le Type : Pour commencer, peux-tu te presenter, toi et ton groupe ?

Hanni : Alors, je suis Hanni El Khatib et…Je suis le groupe (rires) ! Non, quand je joue en live je joue avec un batteur. Il s’appelle Nicky. Mais sinon c’est un projet solo.

Le Type : Donc, rien que toi et ta guitare ?

Hanni : Ouais et je joue de pleins d’autres instruments quand j’enregistre.

Le Type : Quel genre ?

Hanni : De la guitare et tout ce dont on a besoin pour composer une chanson. Je ne joue pas du violon ou du saxophone mais juste ça.

Le Type : Tu t’es lancé dans une carrière musicale par hasard. Parlons de ton parcours.

Hanni : C’était un hobby. Je travaillais dans une entreprise de skate comme designer et je cherchais quelque chose de différent à faire pendant mon temps libre. J’ai toujours fait de la musique mais je n’avais jamais pensé à enregistrer mes chansons. Un bon ami à moi m’a permis d’enregistrer chez lui, dans son studio alors je me suis lancé. J’ai aussi commencé à faire des enregistrements maison, des acoustiques à la guitare. C’est à ce moment là que j’ai commencé à vraiment m’impliquer dans mes enregistrements et à aimer composer des chansons. Les mois sont passés et j’avais presque un album avec tout ce que j’avais fait donc j’ai commencé à faire de la scène. C’est pour ça que j’ai demandé à Nicky de jouer de la batterie avec moi en live. On a commencé à faire des concerts…une année est passée et j’ai été signé aux Etats-Unis. On a commencé par enregistrer quelques chansons qui se sont changées en un album complet. Après ça, j’ai signé chez Because en France. Et nous voilà ! Je joue et je suis en tournée depuis trois ans. Même si mes pistes sont sorties il y a quelques mois seulement, j’ai l’impression de faire ça non-stop depuis un long moment.

Le Type : On dirait que ça t’est tombé dessus comme ça…

Hanni : Ouais, ouais ! J’ai du quitter mon travail. C’était une bonne chose mais ouais c’est vraiment arrivé de nulle part. On a commencé à jouer une fois par mois, puis 2-3 fois par mois, ensuite c’est devenu une tournée de deux semaines, deux semaines qui se sont changées en un mois. Arrivé à ce point là, on ne peut pas avoir de travail, il n’y a aucune chance. Ton patron ne te laisse pas partir pendant un mois. Donc l’année dernière, je me suis dit « Ok. Je vais essayer ça et démissioner”.

Le Type : Comment tu te sens maintenant ?

Hanni : Fatigué ? Je sens aussi que j’ai bu trop d’alcool. J’ai l’impression que mon foie va exploser.

Le Type : Ta musique est très basique, avec des sonorités empruntées des années 50 aux années 70. Qu’est-ce que tu aimes dans ces sons ?

Hanni (en allant se chercher une Heineken) : Je les aime parce qu’elles sont basiques. Et la musique est quelque chose de simple. Avec ces sons, la musique est plus sincère et plus directe. C’est ce que j’aime dans ce genre de musique. Vous savez, il y a beaucoup trop de productions électroniques qui surproduisent des morceaux. Même si c’est cool, compliqué et que cela crée de belles chansons, on perd l’essence de la musique de base.

Le Type : Parlons d’une chanson en particulier. Pourquoi as-tu choisi de reprendre un Standard du Jazz « You Rascal You » ?

Hanni : La version que j’ai entendue, c’est celle de Cab Calloway. Elle passait en fond pendant que je travaillais. C’est un morceau très rapide et très rythmé. En écoutant les paroles je me suis dit « Merde, c’est bizarre » parce qu’on parle de tuer quelqu’un sur une mélodie plutôt heureuse. Du coup, je me suis demandé si ce n’était pas un vieux morceau de blues. Mais ce que j’ai trouvé n’était pas un vieux morceau de blues mais une sorte de vieux ragtime au piano. Je me suis dit que je devais faire une version blues de cette chanson. Je l’ai reprise comme ça, je ne pensais pas que quelqu’un l’écouterait. J’ai découvert que Serge Gainsbourg avait fait une reprise aussi. Une version reggae, certainement la plus bizarre avec une tête façon reggae ! Il a du prendre trop de cocaïne à ce moment là.

Le Type : A propos de ta tournée, comment es-tu accueilli jusqu’ici ?

Hanni : Plutôt bien ! On a commencé à Nantes. C’est notre meilleur concert jusque là. Le public était sympa. On a eu seulement deux bagarres. D’ailleurs on a eu que deux bagarres sur nos deux dernières dates. Non, attendez, je crois qu’on a eu qu’une seule bagarre à Nantes. Les gamins sont juste devenus fous et on ne savait même pas pourquoi (rires).

Le Type : On a entendu dire que tes parents t’avaient toujours soutenu mais est-ce qu’il y avait des chansons que tu écoutais qu’ils n’appréciaient pas du tout quand tu étais plus jeune ?

Hanni : Il y a eu beaucoup de chansons que j’écoutais que mes parents supportaient en me disant « C’est hors de question, tu ne feras jamais ça » mais je m’en foutais. J’ai continué à les écouter et ils ont juste laissé tomber et m’ont laissé faire ce que je voulais. Mais si je devais choisir un groupe, je pense qu’ils n’avaient vraiment pas aimé Sonic Youth.

Le Type : Pour finir, nous avons une rubrique qui s’appelle “Du bon, du nouveau, du vieux”. Est-ce que tu peux nous donner un bon, un nouveau et un vieux morceau que tu écoutes en ce moment ?

Hanni (sort son Iphone et cherche les chansons en question) : Alors…Attendez…Il y a tellement de bon trucs. Pour du nouveau, il y a le travail de Jeff the Brotherhood et « Some place » une chanson de Nick Waterhouse. Pour du vieux…mmh…celle que je préfère hein ?! C’est dur…Je vais dire « Little baby » des Blue Rondos. Et pour la bonne chanson…vous pouvez prendre n’importe quelle chanson des Cramps. J’adore toutes leurs chansons.

**********************************

English version, for our dear English readers

***********************************

Le Type: To begin can you introduce yourself and your band?

Hanni : So I’m Hanni El Khatib and…I am the band  ! (crazy laughter) No, when I play live I play with a drummer. His name is Nicky. But it’s a solo project.

Le Type: So it’s only you and you’re guitar?

Hanni : Yeah and I play lots of instruments on the records.

Le Type: What kind of instruments?

Hanni : Guitar basically and just whatever it take to make a song. I don’t play violin or saxophone but just whatever you know.

Le Type: You start a musical career by chance. Let’s talk about your course!

Hanni : I was doing that as a hobby. I was working for a skate company doing design and stuff and I was really kind of looking for something else to do like on my spare time. I was always playing music but I never really thought to record my own songs. Then one of my good friends offered up his home studio to help me record my music so I start doing that. And I also start doing home recording just like acoustic guitar thing and then around that time I just start to get into recording and liking making songs. Then few months went by and I had an almost album with that stuffs so I started playing shows. That’s why I asked Nicky to play drums with me on the live thing. So we started playing shows…a year went by and I got a sign to a record label in United States so we put on a record few songs that turn into a full length album and then I signed to Because in France. And here we are! I’ve been playing and touring for three years. So even if my record has just came out like few months ago I feel like I’ve been doing it like non-stop for a long time.

Le Type: Music as a career seems to be a thing that just fell on you just like that…

Hanni : Yeah, yeah ! I had to quit my job which is good but yeah it really came out from nowhere. We were playing like one show every month to play 2 or 3 shows every month and then it turns like going on tour for two weeks and then two weeks turn into a month and at that point you can’t have job, there’s no way. Your boss never let you leave for a month (laughter). But last year I just feel like “Alright. I’m gonna try this, and quit!”.

Le Type : And now how do you feel like ?

Hanni : Tiring (laughter) ? I feel like there’s too much alcohol in me too. I feel like my liver’s gonna explode (laughter).

Le Type: You’re music is very basic, with classic sonorities taken from the 50’s, 60’s and 70’s. What do you enjoy in these sonorities?

Hanni  (taking an Heineken) : I just like them because they’re basic. And music is something simple. So the songs sound very sincere then and pretty straight forward. That’s what I like in that kind of music. You know there’s so much productions electronic like that over produce things and even it’s cool, complicated and create beautiful sounds, the essence of the basic songs get lost.

Le Type: Let’s talk about a song in particular. Why did you choose to make a Jazz Standard cover “You Rascal you”?

Hanni : The version I heard was Cab Calloway’s version and it was like playing background while I was doing some work. It’s a very up tempo and upbeat,  kind a big band song and then I was listening to the words and I was feeling “Oh shit it’s weird” because the words was about killing someone but the music is like so happy. So I was wondering if it wasn’t an old blues song. Then I found out that it wasn’t an old blues song but an old kind of ragtime piano song. So I was like I should do a blues version of that. I just covered it but I didn’t think that someone’s gonna hear it. Then I found out that Serge Gainsbourg did a cover of it too, a reggae version. The weirder probably, with reggae face! He might have taken too much cocaine at this moment (giggles).

Le Type: About your tour in France, how are you welcomed so far?

Hanni : Pretty good ! We started in Nantes. That was our best show that far. The crowd was good. We had only two fights. We had only two fights on our last shows actually. No wait, I think that we had only one fight in Nantes. The kids just got crazy and we didn’t even know why (laughter).

Le Type: We heard that your parents has always support you but did you listen to songs that annoyed them when you were younger?

Hanni : They were many songs that I was listening to and that my parents feels like “No way” but I didn’t care. I keep listening to them so they just give up and let me do what I want. But if I have to pick one I think that they don’t really like Sonic Youth.

Le Type: To finish, we have a section called “Some good, some new, some old”. So can you give us a good, a new and an old song you’re currently listening to?

Hanni (takes his Iphone to answer the question) : So…Hold on. They’re so much good stuff. For the new they’re the work of Jeff the Brotherhood and “Some place” from Nick Waterhouse. For the old song…mmh…my favorite song right?! It’s tough…I say “Little Baby” from Blue Rondos. And for the good song…you can pick any song from the Cramps! I love all their songs.

Crédits photo concert : Emeline.D
Crédits photo shoot : Hype Beast

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut