Du nouveau, du bon, du vieux #2

dans MUSIQUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BLABLA :

Je me suis posé la question « il n’y a vraiment rien eu de fou qui soit sorti récemment ?! » en fait le nouveau Cass McCombs est très bon comme toujours mais je ne saurais pas trop quoi dire dessus, donc j`ai décidé d`écrire sur cet album. Il a plus de 3 mois, mais presque personne n’en a entendu parler en France tandis qu’il passe 24/7 sur les radios Australiennes…

Je vais donc essayer de donner sa minute de gloire à Wouter de Backer, alias Gotye, chanteur Belge-Australien. Son nom de groupe vient de la traduction de Wouter en Français, ce qui donne Gauthier, qu’il a décidé d’épeler Gotye.

C’est en 2009 avec son second album « Like Drawing blood » et le titre « Heart’s a Mess » qu’il a obtenu une certaine notoriété dans les charts Australiens.

Le titre de son 3ème album « Making mirrors » évoque des thèmes tels que l’auto-examination déjà abordés par un autre groupe de Folk/Pop exceptionnel que sont les Bright Eyes avec l’album « Fever and Mirrors ».

Wouter à traité le sujet avec beaucoup moins de pessimisme, en variant les rythmes et les mélodies des compositions et avec la dimension beaucoup plus Pop qui lui est caractéristique, incomparable donc !

Gotye joue avec nous en passant d’un style à un autre, de la joie à la tristesse.

« Somebody That I Used To Know », le hit de l’album, le morceau dont je parlais qui passe sur toutes les radios Australiennes, traite d’un sujet peu réjouissant, le contact entre ex-amants, mais la musique et le refrain entrainant partagé avec la chanteuse Kimbra permettent d’équilibrer une chanson qui aurait pu être triste ou plombante.

« I feel better » très R’n’B, placé au milieu de l’album remonte l’ambiance générale.

Le beau et calme « Bronte », clôture l’album dans le même style que certains morceaux de Bon Iver, sorte de bilan sur la difficulté d’affronter certaines étapes de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BLABLA :

Vetiver est un groupe Californien assez spécial, on ne sait pas trop si l`on doit appeler cela un groupe ou plutôt une école. Le leader Andy Cabic demeure le seul membre qui ne change pas du line-up d`un album à un autre. Il ne faut donc pas s`étonner de la grande différence de sonorité que l`on rencontre sur chaque album de Vetiver.

La seule certitude que l`on puisse avoir quant à Vetiver, au style parfois très proche de ce que fait Devendra Banhart, ce sont leurs inspirations soul et surtout folk renvoyant aux années 60.

En cherchant un peu sur cet album le titre « Sister » peut rappeler des sonorités de « Stand by me » par Ben E. King. Leur exceptionnel « You may be blue » sur l`album « To find me gone » semble etre un revival de “Riders on the storm” des Doors.

J`ai longtemps trouvé que les chansons et les albums de Vetiver ne se démarquaient pas assez, sans remettre en question la qualité de leurs chansons, pour s`immerger dans leur discographie. La découverte de « You may be blue » et la sortie de leur nouvel album « The Errant Charm » il y a peu ont été l`occasion de me reintéresser à leur travail.

Apres quelques jours d`écoute sur le sujet, la conclusion est là ! Tight Knight est clairement leur album le plus aboutit musicalement.

Les instruments y sont plus variés, ouvrant de nouvelles perspectives à leurs morceaux, comme la présence de cuivres sur « Another reason to go ». Nous y trouvons de belles ballades comme « Rolling sea », des morceaux plus mélancoliques comme « Through the front door », de la folk classique tirant un peu sur le blues avec « The other side » et Andy Cabic se permet même quelque chose d`inhabituel, de belles chansons qui bougent et donnent envie de se bouger avec « More of this » et « Everyday ».

Il y en a donc pour tous les goûts, un album d`une grande qualité comme à l`habitude, avec l`avantage d`être plus varié.

LE BLABLA :

Il s’agit du tout premier album d’Andrew Turner, DJ et producteur Anglais, plus connu sous le nom de Aim.

La majorité de son travail de musicien est instrumental, mais il reste très influencé par le hip-hop et le montre sur tous ses albums, et plus particulièrement sur « Cold Water Music ».

Une grande partie du talent de Aim réside dans la capacité d’Andrew Turner à créer des pistes instrumentales mélangeant musique classique, jazz, et pur hip-hop., le tout semblant être simplifié au maximum. Simplifier oui, mais cela restant extrêmement bien construit, on ne touche pas a l’instrumentale Hip-hop basique et ridicule, bien au contraire !

Fort de cette qualité, il se permet donc de produire sur cet album et les suivants des morceaux sans paroles, qui restent des morceaux a part entière et non des interludes. L’épique « Demonique », le groovy « Downstate », et l’inquiétant et entêtant « Cold water music » sont des piliers de cet album.

La majorité de l’album est enregistré en collaboration avec des rappeurs tels que « Yz », « Q’n’C » et « AG », étranges noms de scène, à croire que Aim est obsédé par la simplicité ! On retiendra parmi ces nombreux featurings le morceau qui a assuré le succès de l’album « Ain’t got time to waste » et sa légèreté dans le hip-hop, l’entrainant « The force », et le calme et envoutant « Sail » chanté par Kate Rogers, également parue sur la 3ème compilation Nova Tunes.

Cold water music est un album à écouter d’urgence pour tous ceux qui pensent :

–       Que le hip-hop est mort dans les années 90

–       Que le hip-hop se résume à des basses, un Kanye West-like, des grosses lunettes et une bimbo pour les refrains.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

0 0,00
Retourner là haut