Tag archive

Festival

SoliFest : festival écologique et associatif de demain

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

La première édition du SoliFest se tiendra les 15 et 16 juin à Bordeaux, dans un écrin particulièrement adapté à son esprit : Darwin. Entre concerts, dj sets, performances mais surtout une dimension solidaire et écologique, le festival s’impose comme le rendez-vous festif et responsable immanquable de ce début d’été.

Solidarité, écologie et festivités : les maîtres mots du week-end prochain

Les 15 et 16 juin Darwin, aussi nommé « la cité idéale », accueillera donc la première édition du Solifest : un festival associatif pour les petits et les grands au cœur d’un ancien bâtiment militaire. La célèbre caserne Niel, bien connue des bordelais, sera pendant plus de 24 heures envahie par les festivaliers et des divertissements en tout genre : dj sets, expositions, animations et performances dans le plus beau décor de la ville.

 

🎈LE SOLIFEST, C’EST VOUS ! 🎈
Il y a quelques jours, nous vous dévoilions le teaser du SoliFest 2019 accueilli cette année par DARWIN, l’Eco-Système de la caserne niel 💚
Mais ce n’est pas tout, nous lancions aussi notre campagne de crowdfunding car oui, nous avons besoin de vous pour faire vivre ce festival ! 👇
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/solifest-2019/tabs/backers

Publiée par SoliFest sur Lundi 29 avril 2019
}

}
Mais avant tout, Darwin c’est quoi ? Un décor urbain par excellence, de l’art à chaque coin de rue, et de la récup’ à s’y perdre. Sans oublier bien sûr le million de visiteurs annuels qui poussent l’éco-quartier dans le top des endroits les plus fréquentés de Bordeaux. Darwin c’est aussi 30 000 mètres carré sur lesquels s’inviteront, le week-end prochain, plusieurs associations locales comme ESSplicite, Eco Mégots, Surfrider Fondation… Ainsi que nombre d’ateliers et activités pour les plus jeunes. L’idée étant de sensibiliser un public de tout âge aux valeurs d’aujourd’hui et de demain.

Empreinte écologique, hip hop & musiques électroniques

Le festival débutera avec la conférence de Julien Vidal et Camille Chopin : « Comment réduire son empreinte écologique peut participer à augmenter son bonheur ? » avant que ne s’enchainent les visites des stands permettant d’illustrer au mieux les paroles engagées de nos deux protagonistes. Bluecub sera présent, mais aussi Etu’récup, Co-actions et Zero Waste Bordeaux. Répondront également à vos questions : les Restos du Cœur, La Ruche qui dit oui, Local’Attitude : Du jardin à l’épicerie… Bien sûr, les plus curieux pourront aussi se balader entre les trouvailles de la friperie de Black Mamba et, qui sait, peut-être trouver des pépites.

Seulement, SoliFest ce n’est pas que de l’associatif, c’est aussi de la musique à gogo. Des vibrations électroniques et urbaines envahiront le village. Aussi bien locales qu’internationales, celles-ci animeront l’évènement pour notre plaisir à tous. On reconnaît quelques noms tels que : Bellaire, Nathan Zaef, SMIB, Jayco, Hearec ou le crew Musart, mais également des représentants du rap game bordelais avec le WL Crew, Deep & Igee, Majin Killaz et bien d’autres qui se succéderont derrière les platines de 14h à 23h. Pour couronner le tout, un after au Parallel est prévu le samedi soir de 1h00 à 6h00 avec deux artistes d’envergure : Jensen Interceptor (pour sa toute première date à Bordeaux qui plus est !) et Electric Rescue. Alors, on se retrouve là-bas ?
}

Re-Vivre(S) : le festival des Vivres de l’Art dans un lieu unique

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Dans le cadre de la saison culturelle « Liberté! » Bordeaux 2019, un nouveau projet fait son apparition. Il s’agit du festival Re-Vivre(S) les 19, 20 et 21 juillet 2019. Cet épisode pilote à ciel ouvert, produit par Les Vivres de l’Art se déroulera dans un lieu, tenu jusqu’ici secret et que nous avons l’honneur de vous dévoiler. Un endroit unique, encore vierge de tout événement, bordant le fleuve : le Parc des Berges de Garonne.

Cet épisode pilote se déclinera en trois jours, les 19, 20 et 21 juillet, avec une programmation musicale dub, techno et expérimentale. Une exposition de type land art, c’est-à-dire une tendance de l’art contemporain, utilisant le cadre et les matériaux de la nature (bois, terre, pierre, sable, rocher, etc.) accompagnera ce projet afin de faire de ce lieu unique, une galerie à ciel ouvert. Certaines œuvres seront participatives, les festivaliers pourront y monter dessus. L’idée étant, à long terme d’ouvrir la saison avec une exposition qui restera tout l’été, de façon à ce que tout le monde puisse venir dans le Parc des Berges de Garonne, profiter de cet écrin de verdure. Pour Re-Vivre(s), l’aménagement d’un éco-village accueillera les festivaliers pour se restaurer, se reposer, flâner, jouer, s’émerveiller… On y retrouvera entre autre des food trucks éco-responsables. Une charte leur a été imposée par le festival pour utiliser des matériaux de récupération, mettre en place le tri sélectif des déchets et travailler avec des produits de saison également. L’aménagement d’un espace chill-out, des jeux géants ou encore un marché de créateurs travaillant uniquement à partir de matériaux de récupération feront le bonheur des festivaliers.

Un lieu vert pour un festival éco-responsable

C’est l’une des raisons pour laquelle il faut aller à Re-Vivre(s), son lieu, le Parc des Berges de Garonne. Huit hectares descendent en peigne vers la Garonne et créent une percée visuelle vers le fleuve jusqu’au pied du pont d’Aquitaine. Un spot unique, vierge de tout événement, au terminus du tram B, arrêt Berges de Garonne.

TEASER – RE-VIVRE(S) FESTIVAL 2019

BIENVENUE À RE-VIVRE(S)… ☀️

Re-Vivre(S) : 19.20.21 Juillet 2019
PARC DES BERGES DE GARONNE NORD (BORDEAUX, 33)

culture sound system / land’art / global village

#revivres #lvda #libertebx2019

[Crédits]
Réalisation : Léna Jourde Ledoux & James Beacon
Musique : Jaquarius – Kernel Task

→ Billetterie : https://ypl.me/bdQ

Publiée par Re-VivreS sur Vendredi 7 juin 2019

Une programmation sur trois jours

Le festival débutera le vendredi 19 juillet de 17H à 5H avec une programmation dub. Pour rappel, créé en Jamaïque dans les années 60, qui, à l’époque, était colonisée par l’Angleterre, le dub était très peu diffusé. Dix ans après, dans les années 70 avec une migration jamaïcaine vers l’Angleterre, le phénomène fini par arriver en Angleterre mais sous une forme différente où les musiciens créaient eux-mêmes leurs soirées chez des particuliers. Il a fallu attendre les années 90 pour que le phénomène arrive en France directement d’Angleterre, de Londres. Ce qu’on fait aujourd’hui en France, du moins ce qu’on appelle sound system dub, c’est inspiré de toute cette culture anglaise qui a adapté la culture jamaïcaine sound system chez eux.

L’un des membres du collectif bordelais Wandem Sound System, qui jouera pour l’occasion a essayé de « faire un line-up qui soit hyper représentatif des sound systems, avec des artistes qui ont connu les prémices du sound system en Angleterre et de toute l’évolution qu’il y a eu vers l’Europe » nous dit-il. À commencer par King Earthquake ft Joseph Lalibela. King Earthquake fait partie de cette génération qui a du se débrouiller pour monter son projet et qui, aujourd’hui, 35 ans après, sont encore à s’intéresser à ce qui se fait de nouveau aujourd’hui. La deuxième tête d’affiche est Irration Steppas ft Kenny Knots, tandis que la troisième est Young Warrior. Fils d’une des légendes du sound system anglais, Jah Shaka, Young Warrior a baigné dans cette culture et a créé son sound system et son propre studio. Sans oublier, Lala Sound qui sera également de la partie.

La programmation du samedi 20 juillet est, quant à elle, tournée vers la techno. Re-Vivres(s) a cherché à rejoindre ces deux cultures dub et techno en un seul et même festival car le but du sound system reste le même bien que le genre musical ne le soit pas ; véhiculer un message de liberté. Des conférences auront lieu dans l’après-midi avec en partie, le journaliste Antoine Calvino qui est aussi l’un des fondateurs du collectif Microclimat, qui présentera une conférence qui s’appelle « L’Utopie techno et ses origines à nos jours ». Les artistes dub et techno feront également un débat pour parler de toute la technicité du sound system. Au programme, les locaux Alex Garcia, Loner et Felix Felight viendront performer sur la scène de Re-Vivres(s). À leurs côtés, les têtes d’affiches du samedi Alex Stein et Paul Nazca qui sont moins dans une dynamique sound system mais plutôt dans une techno rave. Enfin, il y aura le DJ français et toulousain K.D.S accompagné de djnee mais aussi Ben (Metek Sound System), Midilink (Drop’In’Caravane) et ZPKF (Microclimat).

Le troisième et dernier jour, dimanche 21 juillet, l’entrée sera à prix libre pour des lives de musiques expérimentales en quadriphonie. Une expérience rare que nous offre Re-Vivre(s) avec Gaël Segalen et sa performance scénique de danse mais également Victor Newman et le Slow Fest Orchestra.

 

AHOY ! Bordeaux : deuxième édition du festival à succès

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Après le succès de la première édition, en 2018, AHOY revient le 6 juin pour une soirée de concerts en plein air. De quoi bien commencer l’été avec une programmation variée.

À l’origine de ce projet, l’Iboat et l’association culturelle basée à Bordeaux, Trafic. Connu pour ses nombreux événements musicaux à bord du bateau, l’Iboat accueille pas moins de 2000 artistes tous les ans. Trafic, quant à elle développe un projet pluridisciplinaire, sur le terrain des cultures électroniques et numériques. Elle est associée à l’Iboat avec qui elle collabore en développant l’action culturelle du lieu, intra mais également hors les murs…

En 2018, lors de la première édition, les 1, 2 et 3 juin, AHOY avait investi quatre sites différents : la dalle du Pertuis, au pied de la base sous-marine, dans la Base Sous-Marine et à l’Iboat. Concerts, lives audio-visuels, performances digitales (dont 2 gros projets inédits à la Base Sous-Marine), déambulation artistique autour des Bassin à flots, spectacles jeune public, dj sets, ateliers de création numérique ou de production musicale, la programmation s’est avérée pluridisciplinaire et avant-gardiste, réunissant plus de 10 000 personnes et une quarantaine d’artistes.

Cette année, quatre groupes musicaux sont attendus sur la dalle du Pertuis pour une soirée de concerts en plein air de 18H à 01H, le jeudi 6 juin. Au line-up, nous retrouvons le collectif né à Kinshasa, KOKOKO. Recyclant et détournant la matière disponible, ils créent les moyens d’une esthétique radicale et résolument dansante. S’en suit, le groupe Ko Shin Moon. Brouillant les frontières temporelles et géographiques, le duo (que nous avons rencontré) mêle instruments acoustiques de diverses régions du monde, machineries analogiques, musiques traditionnelles, arrangements électroniques, sampling et enregistrements de terrain. AHOY invite également le duo Bruxas, qui se caractérise par une esthétique latine et tropicale, utilisant dans leurs productions disco et house des percussions sud-américaines, synthés vintages et lignes de basses accrocheuses. Enfin, nous pourrons entendre l’afro-caribbean space disco du collectif The Mauskovic Dance Band.
}

Guide estival des festivals de la région 2019

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

À l’approche de l’été, on vous propose un petit guide des festivals de la région 2019, histoire de ne louper aucune étape d’une saison estivale qui s’annonce chargée et pleine de belles surprises. Sélection d’événements qui nous font saliver d’avance, entre spots bien cool, line-up alléchants et propositions artistiques séduisantes.

Crédit photo : Alice Belair

Festival ODP

Outre le line-up incroyable qu’offre ce festival, il met la lumière sur « L’Œuvre des Pupilles Orphelins de Fonds d’Entraide des Sapeurs-Pompiers de France ». Cette association a pour but d’assurer la protection matérielle et morale des Orphelins et des familles des Sapeurs-Pompiers décédés en service commandé ou non. Un village sapeur-pompier, proposant des scénarios et décors adaptés à différentes interventions, sera ouvert au public. Mais c’est aussi et surtout, une occasion inespérée pour l’ODP d’aller à la rencontre de ses donateurs et de générer des fonds supplémentaires. Retrouvez-les du 6 au 9 juin.

La Claque Festival

Les 7 et 8 juin, c’est la (GROSSE) Claque Festival au Château Montplaisir. Sur deux jours, pas moins d’une quarantaine d’artistes sont invités pour présenter douze spectacles. Parmi, les locaux Taranta Lanera, Les Dolphin Apocalypse et Lord Rectangle aux côtés d’artistes comme Francky Goes To Pointe à Pitre et Mechant Mechant. À dix minutes de Bergerac, avec un prix très abordable et le camping gratuit sur place, dépêchez-vous à réserver vos pass.

NSENSE

Le nouveau festival multi-culturel de Bordeaux, NSENSE s’installe aux Vivres de l’Art le 8 juin. L’occasion d’assister à de nombreuses performances et d’aller au devant des artistes. Artistes plasticiens, photographes, danseurs, chanteurs ou encore humoristes seront réunis pour nous partager leurs arts à travers une journée à la programmation éclectique. En guest, le rappeur Sopico vient d’être annoncé aux côtés de la chanteuse Naë.

So Good Fest

La Plaine du Courneau à Canéjan accueille la neuvième édition du So Good Fest les 8 et 9 juin. Un festival open air, tourné vers les musiques électroniques et le dub et des artistes de renoms. Entre Oliver Huntemann, Apollo Noir, Channel One, DJ Aphrodite, Diƶtone, King Shiloh… il y en a pour tous les amoureux des musiques électroniques et du dub. Quelques nouveautés pour cette édition 2019 comme son engagement dans une dimension environnementale par le biais de la digitalisation de sa communication et de l’internalisation de ses produits de restauration. Une troisième journée gratuite avec une programmation ludique et sportive permettra aux festivaliers de profiter de l’écrin verdoyant du site.

vie sauvage

Il fait partie des festivals auxquels on peut se rendre les yeux fermés chaque année. vie sauvage, c’est ce festival de musique, d’art et de gastronomie, situé dans le village de Bourg, surplombant le fleuve et la nature environnante. Cette saison, le 14, 15 et 16 juin, on pourra y croiser Flavien Berger, Todiefor, les collectifs bordelais, L’Orangeade, les Amplitudes et Super Daronne ou encore Vendredi sur Mer et CHIEN NOIR

SoliFest

Le SoliFest 2019 est un festival rassemblant petits et grands autour de valeurs qui lui sont chères aujourd’hui : le développement durable, l’intégration des personnes et la solidarité locale. Qui plus est dans un lieu qui partage les mêmes valeurs, Darwin. Sur deux jours, le 15 et 16 juin, vous retrouverez deux temps, un accès gratuit l’après-midi et payant le soir. Les bordelais WL Crew, Deep & IGee, Majin Killaz, MLX, YunG $hade assureront la programmation du samedi soir tandis que Bellaire Music, Identified Patient, Gentry et Nathan Zahef assureront celle du dimanche.

Free Music

Depuis 18 ans maintenant, le Free Music Festival séduit les festivaliers. Et pour cause, entre programmation idéale et prix abordable, il devient au fil des années un événement musical d’envergure nationale. Cette année, il attend entre autres les artistes Møme, Angèle, Orelsan, Ninho, WL Crew, Josman, Taiwann MC, Hyphen Hyphen du 21 au 23 juin. Niché près du lac de Montendre, le festival met en place des activités estivales autour du site afin de faire profiter aux festivaliers du cadre idéal qu’offre le Lac Baron Desqueyroux.

Écho À Venir

Écho À Venir est un festival bordelais porté par l’association Organ’Phantom dont la programmation singulière est tournée vers les musiques électroniques et les arts visuels qui l’entourent. Pour sa 8ème édition, le festival s’inscrit dans la saison culturelle 2019 de Bordeaux Métropole, sous le thème : « Liberté ! », en partenariat avec l’Office National des Forêts. Ce festival se déroule les 24, 25 et 26 juin avec des programmations gratuites les 24 et 25 et une programmation payante le mercredi 26 juin.

Hoop’ Festival

À seulement deux heures de Bordeaux, et dans un cadre paradisiaque, se tiendra la quatrième édition du Hoop’ Festival le 9 et 10 août 2019. Une programmation musicale diversifiée, loin des artistes qui squattent les affiches de la plupart des festivals de l’été. Conjugué à cela, des performances et des animations animeront ce festival dans le Château d’Excideuil.

Baleapop

Dixième et dernière édition du festival Baleapop, c’est maintenant ou jamais qu’il faut y aller. Du 14 au 18 août à Saint-Jean-de-Luz, l’édition anniversaire est, du coup, promise encore plus belle que les précédentes. « C’est la fin. Baleapop ne s’est pas fait virer, n’est pas ruiné. On ne s’est pas engueulé, nous ne sommes pas fatigués. Tout va bien. C’est juste que… c’est juste que c’est le moment. Ce qui est beau et magique doit finir un jour, même à Saint-Jean-de-Luz. »

Beau c’est Festival

À Bosset se déroule la quatrième édition du Beau c’est Festival. Sur deux soirs, se déroulent une première soirée théâtrale le 16 août et une soirée concerts le 17 août. Vous pourrez assister au spectacle « Du Son à L’Amusique » et Le Théâtre du Roi de Cœur interprétera Le Chaperon Rouge. Le jeune groupe Bergeracois Roundabout ouvrira la scène, s’en suivra Daguerre Officiel, Naya et Les Fatals Picards.

Tribus Libres

Du vendredi 30 août au dimanche 1er septembre 2019, le festival Tribus Libres vous propose cinquante heures de découvertes musicales, culturelles, culinaires, environnementales et d’animations dans le parc du château de Cadaujac (33). Le concept de ce festival n’est pas commun puisque le festivalier à la particularité de choisir la tribu qu’il souhaite rejoindre (La mer, l’air, la Terre) lorsqu’il achète son pass. C’est en quelque sorte son équipe pendant tout le festival, celle avec qui il relèvera des défis, bien que chacun est libre d’aller et venir dans tous les univers…

So Good Fest #9 : festival de musiques électroniques et du dub

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Le So Good Fest, festival tourné vers les musiques électroniques et le dub, revient pour une neuvième édition sur la Plaine du Courneau à Canéjan les 7 et 8 juin 2019. Avec un line-up incroyable allant de l’électro au dub en passant par la techno, la bass music et le hip-hop, le succès est garanti pour les festivaliers. Un partenariat avec l’association Techno+ assurera la prévention du public en vue de garantir une meilleure soirée pour tous.

À l’initiative de l’organisation de ce festival, se cache l’association Volume 4 Productions. Née en avril 2008, elle compte 14 bénévoles passionnés et dévoués à la mise en place de projets artistiques et culturels variés. Cette association est en partenariat avec la ville de Canéjan, qui a su lui faire confiance dans sa volonté de proposer du contenu culturel comme la Pétanque Électronique, Yes We Skank et bien sûr, le So Good Fest.

Crée en 2009, le So Good Fest s’est vu évoluer au fil des années. En 2013, le dub arrive sur le festival, ce qui lui vaut deux scènes : high voltage dédiée aux musiques électroniques au sens large du terme et bass tension uniquement pour les musiques dubs. Changement de site en 2016, direction la Plaine du Courneau et ses six hectares, permettant une meilleure visibilité et une capacité de fréquentation plus importante qui avait déjà rassemblé 2500 festivaliers sur deux jours en 2018.

Au programme, le festival attend des artistes très en vogue mais également des groupes et collectifs locaux.

5 objectifs à remplir

« Au moment où nous avons eu la volonté de monter un festival, l’idée a été de s’inscrire dans le champs des musiques électroniques parce qu’à ce moment là il n’y avait aucun festival entièrement dédié aux musiques électroniques en Gironde » nous confie Jean-Marie Durieu lors de la conférence de presse. C’est pourquoi le So Good Fest répond à ces deux objectifs : proposer un événement culturel différent à la jeunesse du sud-bordelais et montrer toute la richesse des musiques électroniques et du dub à travers une programmation la plus diversifiée possible. Une manière également de marquer une identité forte dès le départ pour les membres de cette association, amoureux des musiques électroniques. Le So Good Fest c’est aussi promouvoir les jeunes talents principalement issus du département, impliquer la jeunesse canéjanaise et ses alentours principalement à travers le bénévolat ainsi que garantir un prix d’entrée accessible à tous.

Des nouveautés mises à l’honneur

Pour cette neuvième édition, le So Good Fest prévoit quelques nouveautés. Le festival veut avant tout, s’inscrire dans une dimension environnementale, à commencer par digitaliser progressivement la communication du festival et se concentrer sur une promotion par le biais des réseaux sociaux et d’internet. Dans cette continuité, le festival a décidé d’internaliser les 2/3 de sa restauration pour le public afin de mieux maitriser la provenance des produits qui seront essentiellement des produits bio et de provenance locale. Enfin, le lundi 10 juin étant férié, le So Good Fest a prévu cette année, une « troisième journée » de festival avec l’association BDB Sound en accent sur une seconde programmation ludique et sportive de 14h00 à 18h00, afin de faire profiter aux festivaliers de l’écrin verdoyant qu’offre la Plaine du Courneau.

 

  • Le SO GOOD FEST 2019 aura lieu les 7 et 8 juin sur la Plaine du COURNEAU – Impasse de Calonge, 33610 Canéjan sur la ZA du Courneau.
  • Ouverture site : Vendredi 20h / 03h – Samedi 20h / 03h – Samedi et Dimanche 14h / 18h en entrée libre pour les animations de l’après-midi
  • Camping gratuit du vendredi 17h au dimanche 18h
  • Billetterie ici

Free(d) from desire, la dix-neuvième

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Cette année, le Free Music Festival fête ses XIX. En légèreté comme toujours. Niché près du lac de Montendre, entre les arbres, le festival jouit d’un cadre propice aux échanges et sourires en tous genre. Cette année, le Free se détache de ses deux jours pour passer à trois. Trois jours car quand on aime on ne compte pas. Le festival met tout en œuvre pour que les festivaliers accueillent l’arrivée de l’été avec joie. Pour cause, il devient au fil des années un événement musical d’envergure nationale et affiche complet.
)

La recette du succès tient en deux mots : PROGRAMMATION et FORÊT ! Le festival a 19 ans. Et comme on ne badine pas avec l’amour, la programmation fait encore une fois l’objet d’un véritable effort. Entre le phénomène blond Angèle, le terrifiant duo Die Antwoord, la puissance de Groundation, Møme, Orelsan, Hyphen Hyphen, et le groupe bordelais qui monte WL Crew !

Il y a en vraiment pour tous les styles. N’est-ce pas ça, la vraie richesse d’un festival ? Une programmation éclectique dans un cadre fantastique (oui, je sais ça rime). Et pour optimiser au max les lieux, le festival met en place le Temple des Jeux. Les festivaliers peuvent ainsi profiter du lac en dehors des concerts grâce à des activités estivales mises en place autour du site. Estivale. Le terme qui convient le mieux au Free Music. Conscient d’ouvrir le début de la saison, le festival met tout en œuvre pour que les festivaliers accueillent l’arrivée de l’été avec joie.

  • L’événement Facebook par ici
  • On y va avec vous. On a deux pass 3 jours à vous faire gagner : bientôt en ligne sur notre page Facebook.
  • Si tu as l’esprit aventurier, tu peux aussi te lancer à la chasse au Phénix. Explorateur dans l’âme au bout de ta quête, il y a un pass 3 jours à gagner : par ici jeune fou.

Euphonik Balade : nouveau festival éco-responsable de la région

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Euphonik Balade, c’est l’idée de créer un événement à la programmation éclectique tout en limitant son impact sur l’environnement par la réduction des déchets. Né de l’association Euphonik Bazar, ce festival se déroulera, pour sa première édition, au cœur des Deux-Sèvres, à La Chapelle-Pouilloux, dans un écrin de nature. Ça se déroule un samedi 18 mai et c’est ouvert à tous (prix libre). Alors foncez !

Euphonik Bazar : une association où les membres sont regroupés par le plaisir et la motivation, le partage et la création

Constituée de différents acteurs du milieu festif et nocturne Poitevin, l’association Euphonik Bazar est garnie majoritairement de membres du Lustucrew & Echo System mais aussi des Rabouins et de LHO, et plus globalement de bénévoles motivés qui partagent le même souhait. Ensemble, ils ont déjà organisé trois gros événements (Imminent Take Off, Mayday et ABYSS) sur le superbe site des « Petites Aubuges » ainsi que de nombreuses soirées dans les bars locaux. Créée en 2014, avec pour volonté, la promotion de la musique électronique mais également de la culture au sens large en Deux-Sèvres, cette association se lance dans la réalisation de son premier festival : Euphonik Balade.

Avec une programmation éclectique, de sorte qu’il y en ait pour tous les goûts (dub, piano, electro), Euphonik Bazar cherche également à promouvoir, à travers ce festival, un nouveau mode de pensée basé sur des enjeux éco-responsables. Le but étant d’organiser une soirée en limitant son impact sur l’environnement par la réduction des déchets. Des composts, des poubelles de tri et de déchets seront mis à disposition pour permettre une visibilité auprès du public, de la production des déchets durant l’événement. Afin de favoriser les circuits courts, l’association proposera également une restauration et une buvette préparée en collaboration avec des agriculteurs, maraichers, brasseurs et commerçants de la région.

Une programmation d’artistes régionaux

Outre le formidable concept éco-responsable de ce festival, le line-up est jovial et bordelais. Qui demander de mieux que MEZERG et son piano boom boom ? Si vous l’avez raté le 30 avril à la Rock School Barbey à Bordeaux, c’est l’occasion d’aller écouter ce musicos aux multiples talents, qui sait allier l’humour à son instrument favori, le piano. Le groupe TravelerZ sera aussi de la partie ; entre digital reggae/dub, electro, disco et plus, ce trio a sorti son premier opus « Welcome to the Unknown », disponible en libre téléchargement sur le net.

Avec son style hard rock, electro/metal, le groupe Carbon Killer évolue dans le genre musical et artistique, la synthwave. Ils ont déjà joué au PAMA à Pessac, à l’IBOAT, La Voûte, le VOID // BDX ou encore à l’Antidote à Bordeaux. Enfin, pour finir la soirée sur une note d’électro, techno et house, les DJ’s du crew de Euphonik Bazar viendront mixer. Il y aura Djelat, Titou, Indiana Ju’ et Sfunky.

NSENSE, nouveau festival multi-culturel

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

À l’heure où Bordeaux est en pleine émancipation culturelle, un nouveau projet vient de faire son apparition : NSENSE. Pour la première édition de ce festival multi-culturel, NSENSE s’installe aux Vivres de l’Art, projet et lieu d’échanges et de partage artistique. Avec une programmation éclectique, NSENSE a pour but de mettre en avant des artistes émergents, tous domaines confondus : la peinture, la musique, la danse, la photo, l’humour…

NSENSE : un festival aux multiples facettes

NSENSE, c’est avant tout, une volonté d’appuyer et de suivre des artistes émergents pour les élever au meilleur de leurs capacités. Cette journée sera rythmée par des concerts, expositions, battle de danse anystyle, dj sets, conférence ou encore one man show.

Concerts

Les concerts seront assurés par les chanteurs LuXe, MLX et la brillante Naë (« No Fears », extrait de son premier EP est disponible dans notre playlist du mois – Eclectype #51).

  • Naë – Jeune musicienne nu-soul / R&B, son premier EP, “No Fears” est sorti en décembre 2018. Elle travaille actuellement sur un deuxième EP, écrit entièrement en français, prévu pour 2019.
  • LuXe – À 14 ans, sous le surnom de Nasty Yass, il s’est pris de passion pour le break. Il ne remet les pieds à Paris qu’en 2015 et sort une mixtape en 2016, la luXemixtape, téléchargée plus de 15 000 fois en 24h, et qui connait un succès croissant (150 000 téléchargements à ce jour).
  • MLX – Il rejoint MJK en 2015 et ses premières sorties se font en 2016. Caméléon hyperproductif, il sort trois projets en quelques mois et est adoubé lauréat du dispositif STRI-IT pour la rentrée 2018.

Expositions

Côté expositions, NSENSE se verra accueillir Kebab Noir, Flavor Kevs, Flavia Sistiaga et Simon Morda-Cotel.

  • Kebab Noir – Artiste à multiples facettes : plasticien, street artiste, peintre sur textile, photographe. Fada d’argentique, Kebab travaille les formes, déforme les corps et les images manuellement. 
  • Flavor Kevs – Issu de la culture graffiti qu’il pratique depuis plus de 20 ans, Flavor Kevs ne cesse de décliner et multiplier son personnage à travers ses voyages et son terrain de jeu : la rue. 
  • Flavia Sistiaga – Après des études d’art, elle se lance officiellement dans la photographie à Paris. Elle se spécialise dans le portrait et la mode, en travaillant principalement à l’argentique. 
  • Simon Morda-Cotel – Ambivalente et sensible, structurée, architecturale et contemporaine, l’oeuvre de Simon Morda-Cotel s’articule autour de questions de perception et d’espace. Egalement connu sous le nom de WOSE, c’est le graffiti qui l’amène naturellement vers la peinture.

Danses

Mais NSENSE ne s’arrête pas là puisque ce festival multi-culturel nous proposera des battles de danse avec Arnaud Deprez, SKORPION ainsi que Doudou, Marwan Lo, Clemence Juglet & more.

  • Arnaud Deprez – Danseur et chorégraphe, sans cesse en recherche d’un nouveau mouvement, d’un nouvel effet à la fois physique, musical et visuel, Arnaud Deprez, trouve son inspiration dans la musique électronique, hip-hop et les arts contemporains. 
  • SKORPION – Sa créativité et sa gestuelle animale lui ont valu de remporter de nombreux titres internationaux (double vainqueur « Juste Debout”, Hip Hop International) et de collaborer avec les plus grands Artistes (Kylie Minogue, Taylor Swift, Madonna).

DJ sets

Pour animer cette journée, NSENSE a également prévu des Djsets avec Ola Radio, webradio culturelle née au début de l’année 2019 à Bordeaux, spécialisée dans les musiques électroniques. Mais aussi Future Sound, collectif événementiel spécialisé des musiques électroniques futuristes en tout genre : futurehouse, futurebeats, futurebass, futuretrap… 

Humour

Enfin, pour encore plus de divertissement, le public pourra assister à un one man show du bordelais Nordine Gonso ; fragile mais pas victime, c’est le genre de mec qu’on a envie de prendre dans ses bras pour lui apprendre la vie… C’est ainsi qu’il se résume.

)

5 films à voir au festival Musical Écran

dans ANNONCES/DIVAGATIONS LOCALES/ÉVÉNEMENTS/MUSIQUE

Bordeaux s’apprête à accueillir le festival Musical Ecran pour sa 5ème édition. Toujours organisé par Bordeaux Rock, le top départ sera donné ce dimanche 7 avril pour une semaine de projections, dj sets, et débats autour de la musique dans 6 lieux emblématiques bordelais.

Voir, écouter, comprendre

Avec plus de 5000 personnes présentes sur la précédente édition, le Musical Écran a nettement su attirer les amateurs de musique, qu’ils soient initiés ou non. Avec une large ouverture sur le monde de la musique, et posant un regard tant  sur le passé que sur le futur, nous aurons droit cette année encore à de belles surprises, une brillante sélection de projections ainsi que la présence d’Ariel Wizman comme président du Jury.

Du cinéma l’Utopia à l’institut Goethe, en passant par le Cour Mably et le café Mancuso comme terrains des soirées musicales, le festival investira des lieux forts de la ville toujours dans le but de sensibiliser le public à l’histoire de la musique, prenant en compte les dimensions sociales et géopolitiques des courants représentés. Avec 23 films programmés cette année dont 8 documentaires en compétitions et 4 soirées musicales, c’est une programmation complète qui tiendra largement ses promesses.

Notre sélection de 5 films coups de cœur

OTO NO HAKO – Lundi 8 avril – 19h00 – Cinéma Utopia

Ce documentaire franco-japonais d’un heure et quart sorti en 2018 dresse le portrait intimiste de 3 artistes de la scène musicale indépendante de Tokyo. Réalisé par Thomas Griffin et Gwilym Tonnerre, nous allons plonger dans les milieux underground de ces artistes qui lutent pour faire vivre leur art.

BLUE NOTE RECORDS : BEYOND THE NOTES – Mardi 9 avril – 21h15 – Cinéma Utopia

Comment parler de musique sans citer le plus emblématique des labels américains de jazz, Blue Note Records. Créé en 1939, le label pionner à révélé des artistes historiques tel que John Coltrane, Art Bakley, Herbie Hancock, Norah Jones ou encore Robert Glaspert. Ce documentaire de Sophie Huber retrace ce siècle dernier à travers les coulisses de la maison de disque qui fût un lieu d’expression, de liberté, d’égalité et de dialogue, valeurs encore défendues à nos jours.

A la suite de la projection, un dj set spécial Blue Note est organisé au café Mancuso avec la présence de Zimpala aux platines.

RUDEBOY : THE STORY OF TROJAN RECORDS – Mercredi 10 avril – 20h45 – Cinéma Utopia

Ce documentaire, réalisé par l’anglais  Nicolas Jack Davies, retrace l’histoire de Trojan Records, premier label à introduire les courants musicaux Jamaïcains d’après guerre comme le reggae, la dub, le ska ou le rock steady. Créé en 1968 par Lee Gopthal et Chris Blackwell, ce sont des millions d’exemplaires vendus et le succès pour des artistes comme U Roy, Lee « Scratch » Perry, les Maytals et bien d’autres. Porte étendard de cette culture née des ghettos, c’est aujourd’hui un phénomène culturel qui suscite encore et toujours la même passion.

Suite à la projection, une soirée Speciale TROJAN RECORS est organisée au Café Mancuso avec Soulful Patrol en dj set 100% vinyle. Gratuit.

 

SHUT UP AND PLAY THE PIANO  – Jeudi 11 avril – 19h00 – Cinéma Utopia

Cette séance organisée en partenariat avec le Dokfest de Munich nous présentera le pianiste virtuose Chilly Gonzales. Récompensé d’un Grammy Awards, le montréalais continue son parcours, naviguant entre classique, électronique ou même rap. A bientôt 50 ans, le pianiste extravaguant à collaboré avec des célébrités comme les Daft Punk, Feist, Drake, Katerine et bien d’autres. Ce documentaire réalisé par Philipp Jedicke nous emmènera sur les traces de l’artiste mégalomane, de son Canada natal jusqu’aux grandes salles philharmoniques du monde.

 

FROM TOILETS TO STAGES – Samedi 13 avril – 16h00 – Cinéma Utopia

En faisant le pari de nous emmener dans les coulisses d’un des plus gros festival d’Europe, Vincent Philippart et Dominique Henry, mettent en lumière la réalité d’une organisation colossale. Avec le Dour Festival, comme sujet de ce documentaire, nous explorerons la face caché de cette événement qui rassemble 50 000 festivaliers sur 5 jours, posant les questions sur la société actuelle, son évolution, dérives et excès.

Une discussion avec Vincent Philippart sera organisée à l’issue de la projection.

 

Les nuits Musical Ecran : Cour Mably

 

}

Il ne vous reste plus qu’à foncer dans les salles obscures, sans oublier les pop-corn…

Sidéral Fest #2 : raout psyché bordelais

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Après une première édition réussie l’an dernier, le Sidéral Bordeaux Psych Fest rempile cette année et voit les choses en grand les 14, 15 et 16 mars. En investissant L’Astrodøme mais aussi la Salle Des Fêtes Bordeaux Grand-Parc et en musclant sa programmation, le festival affiche ses ambitions : devenir le rendez-vous incontournable de la région des musiques psychédéliques.

Credit photo : Julien Dupeyron

Fédé locale du trip psyché

Tout deux très actifs dans leurs villes respectives (Bordeaux et Biarritz), les deux collectifs aux commandes du Sidéral Bordeaux Psych Fest ont réussi le pari de mettre en place un beau raout psychédélique dans la capitale girondine. Comme en 2018, ces deux acteurs de la scène artistique régionale, L’Astrodøme et Musique d’Apéritif, vont permettre aux locaux de profiter d’une programmation perchée sur trois jours, dans notamment deux lieux de la ville : la toute fraîche Salle Des Fêtes Bordeaux Grand-Parc et bien sûr le QG de L’Astrodøme, qui a l’habitude d’accueillir des concerts et autres showcases d’artistes ou groupes psyché de passage dans la région. A l’heure où l’engouement pour le genre est manifeste (avec des formations comme Pond ou Tame Impala en tête de proue), il manquait en ville un rendez-vous capable de fédérer les amateurs de ces esthétiques et autres freaks adeptes de pareils trip psychédéliques. C’est donc chose faite avec ce Sidéral destiné aux aficionados de « fuzz, des boucles lancinantes, de réverbération, de découverte et d’aventure ».

Une deuxième édition qui décolle pour les nuages

Pour cette deuxième édition, les deux crews unissent leur force une nouvelle fois et proposent trois jours de fête hallucinées, avec un beau programme composé de pas moins de douze noms. Un premier showcase spécial permettra d’entamer les hostilités de douce manière le jeudi avec les belges de Phoenician Drive et les portugais glam de Big Red Panda. L’affiche de la soirée du vendredi (15 mars) résonne particulièrement bien avec les anglais de Temples, les allemands d’Odd Couple et leur surf-music délirante aux frontières du krautrock, les suédois de MaidaVale et leur transe nordique ou encore les deux groupes français Deux Boules Vanille et Kaviar Special, deux très beaux projets à ne pas louper.

Le samedi n’est pas en reste avec les ricains cultes de Radio Moscow et leur « blues-rock du XXIe siècle », ou encore Zombie Zombie, derrière lequel on retrouve le très talentueux Etienne Jaumet ; un projet qui fait savamment s’entremêler musiques électroniques et psychédéliques. Le Portugal, où la scène psyché est particulièrement bien développée, sera représentée avec Solar Corona, tandis que l’Italie nous enverra New Candys, entre rock alternatifs et vibes dark. Les toulousains de SLIFT et les allemands d’Electric Moon complèteront un plateau parfaitement équilibré qu’on a hâte de découvrir samedi 16 mars.
}

« Pas mal », une compil en hommage à Philippe Rey

dans MUSIQUE/SÉLECTA

Figure active du paysage musical indé bordelais, l’artiste Philippe Rey s’est éteint en novembre 2018 après 8 mois de batailles contre un cancer. En souvenir de sa personnalité attachante, « humble et honnête », ses amis lui ont dédié une compilation truffée de morceaux d’artistes locaux et pas que. Les recettes récoltées serviront à organiser un festival à Bordeaux cet été, en sa mémoire.

Artiste touche-à-tout, passionné et engagé sur plusieurs projets, le bordelais Philippe Rey était très actif au sein de la communauté underground européenne. Membre de plusieurs groupes, dont Sincabeza et Nuer, il était aussi promoteur de concerts DIY et grand défenseur de musique expérimentale à travers notamment son label Atelier Ciseaux, qui a fait le choix de cesser ses activités au bout de 10 ans de bons et loyaux services pour la scène musicale indé, avec un paquet de signatures de qualité à son actif, de François Virot à Police Des Mœurs, Essaie Pas  (le projet de la canadienne Marie Davidson), TOPS, Moss Lime, Sierra Manhattan… Bref, Philippe Rey était du côté de ceux qui s’activent, défrichent et œuvrent à la mise en avant de talents émergents, à déterrer des trésors cachés et valoriser des groupes en live.

Figure très respectée au niveau local (et au-delà), Philippe Rey a notamment été célébré lors de la quinzième édition de Bordeaux Rock. Dans la continuité de ce bel hommage, certains de ses amis ont décidé de lui dédier une compilation bien fournie à écouter ci-dessous ; Pas Mal. Une initiative rendue possible par David Loquier (membre du groupe RougeGorgeRouge) et Simmo (membre de Souvaris devenu Cantaloupe).

Avec pas moins de 51 morceaux, la réunion d’artistes est conséquente, illustrant bien les multiples connexions noués par Philippe, capable de fédérer et de susciter autant d’adhésion. De Chocolat Billy à Petit Fantôme en passant par L’Ocelle Mare ou certains titres de Sincabeza (groupe au sein duquel on retrouvait donc Philippe et David, à l’origine de la compilation) et de Nuer eux-mêmes, c’est tout un pan de la scène musicale du coin qui est à retrouver sur la compilation, avec de vieux titres ou des lives déterrés pour l’occasion. Un rendu qu’aurait sans doute qualifié de « pas mal » celui à qui elle est dédiée. Pour aller au-delà et rendre tangible l’attachement que lui prête les artistes et personnes à l’initiative d’un tel projet, sachez que les deniers récoltés par la vente de la version numérique de la compil seront réinvestis dans l’organisation d’un festival cet été, toujours en l’hommage de Philippe.
}

Festival Bordeaux Rock, numéro 15

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/MUSIQUE

Du 23 au 27 janvier, le festival Bordeaux Rock investit la ville du même nom pour une quinzième édition qui met les petits plats dans les grands. En invitant artistes de renoms et talents locaux émergents, l’événement applique une recette qui a fait ses preuves et qui fait le succès d’une manifestation culturelle bordelaise devenue à bien des égards incontournable.
}
Lire plus

Cinq raisons d’aller à Trente Trente

dans ANNONCES/ART ET CRÉATION/ÉVÉNEMENTS

On vous en parlait récemment, Trente Trente revient en Nouvelle Aquitaine du 18 au 31 janvier pour une seizième édition qui s’annonce riche. Par la mise en avant de disciplines artistiques très variées, le festival affirme sa singularité, autant sur le fond que sur la forme avec des créations courtes (une trentaine de minutes) présentées tout au long de la manifestation culturelle. Protéiforme, Trente Trente entend casser les cadres préétablis pour ouvrir les horizons de son public. Pour y voir plus clair, on a sélectionné cinq raisons pour lesquelles il faut absolument se rendre à l’événement. Lire plus

SoliFest, la fête locale autrement

dans ART ET CRÉATION/ÉVÉNEMENTS/MUSIQUE/REPORTAGES

« Village éphémère », le SoliFest est un festival qui fait la part belle à la scène locale. Basée à Bordeaux, l’équipe met en œuvre plusieurs OFF dans différents lieux de la région afin de créer des synergies sur le territoire et renforcer l’identité de son concept. La première étape de cette séquence a pris place dans un lieu artistique emblématique de la capitale Gironde ; Les Vivres de l’Art. Une fête réussie et surtout singulière par les formats et les propositions qu’on a pu y voir, avec notamment des performances de danse qui ont accompagné les dj sets des différents collectifs, à commencer par Musart Concept Label qui pilotait l’événement. Une démarche à suivre de près et dont on vous propose quelques moments captés en décembre dernier.
Lire plus

8 films à aller voir au FIFAAC ce week-end

dans ART ET CRÉATION/DIVAGATIONS LOCALES/ÉVÉNEMENTS

La deuxième édition du Festival du Film d’Architecture et des Aventures Constructives a lieu à Bègles du 19 au 27 octobre. Conçu et pensé pour rendre compte des liens entre cinéma, architecture et enjeux urbains, cette manifestation culturelle propose différents formats : projection, débats ou rencontres en présence de certains réalisateurs. Les productions présentées sont elles-mêmes très différentes puisqu’on retrouvera des documentaires, des fictions, mais aussi des vidéo-clips et « nouvelles formes audiovisuelles qu’offrent les techniques du numérique ». Une compétition internationale de films prendra également place dans le cadre du festival. Face à la programmation foisonnante de ce rendez-vous cinématographique, nous avons listé 8 films à ne pas manquer.
}

« Moriyama-San » de Bêka & Lemoine (2017)

La vie extraordinaire-ordinaire des habitants de l’étrange et très graphique maison Moriyama conçue par Ryue Nishizawa/SANAA à Tokyo.

Quand ? Jeudi 25 octobre, 21h00,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.
}

}

« Femme architecte » de Thierry Mercadal (2017),

Odile Decq, Manuelle Gautrand, Corinne Vezzoni, Tania Concko, Françoise N’Thépé, Camille Besuelle, Mathilde Jauvin et Nathalie Couinau (Des Clics et des Calques) abordent avec franchise leurs visions du métier d’architecte, et les situations auxquelles elles ont pu être confrontées tout au long de leurs parcours. Avec la présence du réalisateur, de Tania Concko et de différentes intervenantes présentes dans le film.

Quand ? Vendredi 26 octobre, 21h00,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles

« Réinventons Claveau » d’Olivier Desagnat (2018)

Ce film de 20 minutes sera projeté dans le cadre d’une séance consacrée aux projets récents d’habitat innovant, participatif/collaboratif. Le films « Locus Solus » sera aussi montré. Le réalisateur Olivier Desagnat sera présent, de même que certains architectes (agence EO) et représentants d’Aquitanis, bailleur social des deux opérations présentées dans les deux films.

Quand ? Samedi 27 octobre, 17h45,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles
}

}

« Portraits d’architectes » projection de 6 portraits d’architectes par les étudiants de l’ENSAP BX

Ces portraits s’inscrivent dans une séance spéciale ENSAP BX. 6 architectes mis en avant dans un film réalisé par les étudiants de l’option « Le récit documentaire » du Master 2 Architecture de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, sous la coordination pédagogique de Fabienne Darricau et Vincent Lefort.

Quand ? Samedi 27 octobre, 14h00,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.

« Quelque chose de grand » de Fanny Tondre (2016)

Du béton frais, le ballet des grues et la vie des hommes de chantier, passionnés, sensibles et drôles, dans le décor graphique et sonore de la gigantesque usine d’épuration d’Achères en construction (78), conçue par Luc Weizmann.

Quand ? Vendredi 26 octobre, 14h00,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.

« The construction of Villa Além » de Ana Resende, Miguel Tavares, Rui Manuel Viera, Tiago Costa (2017)

La construction de la villa Além de Valerio Olgiati quelque part sur la côte, dans l’Alentejo (Portugal), est le prétexte à un voyage dans le temps et le mystère de la création.

Quand ? Vendredi 26 octobre, 15h45,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.

« Bricks » de Quentin Ravelli (2017)

Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays. Usines qui ferment la moitié de l’année, ville-fantôme curieusement habitée, guerre populaire contre les expropriations orchestrées par les banques : suivre le parcours d’une marchandise – les briques – donne un visage à la crise et dessine les stratégies individuelles ou collectives qui permettent de la surmonter. 

Quand ? Vendredi 26 octobre, 17h30,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.

« La République des autoroutes » de Romain Rondet et Gabriele Salvia (2017)

Le regard fasciné d’un jeune architecte marchant le long de l’autoroute reliant Marseille à Aix-en-Provence, révélant un territoire délaissé, baigné de bruit et de vibrations, traversé par les rêves de vitesse et d’ailleurs.

Quand ? Samedi 27 octobre, 16h00,
Où ? Amphithéâtre de la Croix-Rouge (IRFSS) – rue des Terres Neuves – Bègles.

1 2 3 6
Retourner là haut