Tag archive

Darwin

Retour sur le festival SoliFest à Darwin

dans ÉVÉNEMENTS/REPORTAGES

En conjuguant solidarité et fête, le SoliFest qui s’est déroulé en juin dernier s’est révélé comme l’une des manifestations culturelles bordelaises majeures de ce début d’été 2019. Grâce à une programmation variée à la fois sur les esthétiques musicales présentées (hip hop avec entre autre les locaux de WL Crew ou encore house music, disco…) que sur les formats proposés (conférences, stands, performances…), le festival a su fédéré un bon nombre d’acteurs du territoire qui se sont rassemblés à Darwin. Par ailleurs, le SoliFest s’est distingué par la mise en avant de thématiques telles que les enjeux climatiques, illustrant sa volonté de s’inscrire dans son époque et de lier prise conscience et réflexion avec une dimension festive. Retour sur un rendez-vous culturel singulier qui a de l’avenir.

Crédit photos : Astrid Lagougine & Intza Bagur

SoliFest : festival écologique et associatif de demain

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

La première édition du SoliFest se tiendra les 15 et 16 juin à Bordeaux, dans un écrin particulièrement adapté à son esprit : Darwin. Entre concerts, dj sets, performances mais surtout une dimension solidaire et écologique, le festival s’impose comme le rendez-vous festif et responsable immanquable de ce début d’été.

Solidarité, écologie et festivités : les maîtres mots du week-end prochain

Les 15 et 16 juin Darwin, aussi nommé « la cité idéale », accueillera donc la première édition du Solifest : un festival associatif pour les petits et les grands au cœur d’un ancien bâtiment militaire. La célèbre caserne Niel, bien connue des bordelais, sera pendant plus de 24 heures envahie par les festivaliers et des divertissements en tout genre : dj sets, expositions, animations et performances dans le plus beau décor de la ville.

 

🎈LE SOLIFEST, C’EST VOUS ! 🎈
Il y a quelques jours, nous vous dévoilions le teaser du SoliFest 2019 accueilli cette année par DARWIN, l’Eco-Système de la caserne niel 💚
Mais ce n’est pas tout, nous lancions aussi notre campagne de crowdfunding car oui, nous avons besoin de vous pour faire vivre ce festival ! 👇
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/solifest-2019/tabs/backers

Publiée par SoliFest sur Lundi 29 avril 2019
}

}
Mais avant tout, Darwin c’est quoi ? Un décor urbain par excellence, de l’art à chaque coin de rue, et de la récup’ à s’y perdre. Sans oublier bien sûr le million de visiteurs annuels qui poussent l’éco-quartier dans le top des endroits les plus fréquentés de Bordeaux. Darwin c’est aussi 30 000 mètres carré sur lesquels s’inviteront, le week-end prochain, plusieurs associations locales comme ESSplicite, Eco Mégots, Surfrider Fondation… Ainsi que nombre d’ateliers et activités pour les plus jeunes. L’idée étant de sensibiliser un public de tout âge aux valeurs d’aujourd’hui et de demain.

Empreinte écologique, hip hop & musiques électroniques

Le festival débutera avec la conférence de Julien Vidal et Camille Chopin : « Comment réduire son empreinte écologique peut participer à augmenter son bonheur ? » avant que ne s’enchainent les visites des stands permettant d’illustrer au mieux les paroles engagées de nos deux protagonistes. Bluecub sera présent, mais aussi Etu’récup, Co-actions et Zero Waste Bordeaux. Répondront également à vos questions : les Restos du Cœur, La Ruche qui dit oui, Local’Attitude : Du jardin à l’épicerie… Bien sûr, les plus curieux pourront aussi se balader entre les trouvailles de la friperie de Black Mamba et, qui sait, peut-être trouver des pépites.

Seulement, SoliFest ce n’est pas que de l’associatif, c’est aussi de la musique à gogo. Des vibrations électroniques et urbaines envahiront le village. Aussi bien locales qu’internationales, celles-ci animeront l’évènement pour notre plaisir à tous. On reconnaît quelques noms tels que : Bellaire, Nathan Zaef, SMIB, Jayco, Hearec ou le crew Musart, mais également des représentants du rap game bordelais avec le WL Crew, Deep & Igee, Majin Killaz et bien d’autres qui se succéderont derrière les platines de 14h à 23h. Pour couronner le tout, un after au Parallel est prévu le samedi soir de 1h00 à 6h00 avec deux artistes d’envergure : Jensen Interceptor (pour sa toute première date à Bordeaux qui plus est !) et Electric Rescue. Alors, on se retrouve là-bas ?
}

Marchons pour le climat samedi 13 octobre à Bordeaux

dans ANALYSES/DIVAGATIONS LOCALES/POLITIQUE & SOCIÉTÉ

Samedi 13 octobre, une grande marche pour le climat s’organise partout en France. A l’heure de l’accélération du réchauffement climatique, ce type de mouvement citoyen est plus que jamais nécessaire pour interpeller nos élus. A Bordeaux, rendez-vous samedi à 14h00 place Pey-Berland jusqu’à Darwin !

Le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) qui vient d’être rendu public ce lundi matin est sans appel : le réchauffement s’accélère ! L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) associées aux activités humaines, responsables du réchauffement climatique, se poursuit à un rythme soutenu au niveau planétaire. Alors que le dernier rapport du GIEC décline les conséquences drastiques – mais fortement différenciées – d’une augmentation de la température à l’échelle planétaire comprise entre +1,5°C et +2°C à horizon 2100, nous enregistrons d’ores et déjà en 2017 une augmentation de +1°C depuis la période pré-industrielle ! En d’autres termes, au rythme actuel du réchauffement, le monde connaîtrait une hausse de +1,5°C de la moyenne entre 2030 et 2052 (selon les scénarios).

La question se pose : l’objectif de +1,5°C à horizon 2100 est-il encore atteignable ?

Le rapport du GIEC pointe la nécessité impérieuse de mettre en œuvre des politiques publiques efficaces pour réduire drastiquement les consommations en énergies fossiles associées aux bâtiments, à l’industrie et aux transports et à baisser de 45% les GES d’ici 2030 (par rapport à 2010 !). La part des énergies renouvelables pour l’électricité doit quant à elle passer à 70 %-85 % en 2050. Le rapport met enfin en lumière l’indispensable implication du secteur financier dans la lutte contre le dérèglement climatique,
Au final, c’est bien d’un changement réel de paradigme de nos sociétés dont il s’agit, qui concerne tous les acteurs du territoire, citoyens et politiques : « un changement sociétal profond est nécessaire… pourtant, la transition écologique en France et en Europe reste à ses balbutiements. L’humanité est confrontée à une nouvelle guerre, cette fois contre elle-même. D’ici à 2040, nous aurons perdu la bataille si des mesures ne sont pas prises et intensifiées » (Pierre Cannet, Responsable des programmes Climat, Énergie et Villes Durables WWF).

Le réveil citoyen, c’est maintenant ! #IlEstEncoreTemps

Le 8 septembre dernier, sous l’initiative de mouvements citoyens, 150 000 personnes ont pris part dans toute la France à la journée mondiale d’action pour le climat #RiseForClimate ! Cette mobilisation citoyenne, spontanée et sans précédent pour le Climat en France a fait naître une conscience nouvelle majeure : « nous citoyens, avons les moyens et le devoir de nous mobiliser en masse et sans relâche pour exiger de nos élus – locaux et nationaux – qu’ils mettent en œuvre des politiques efficaces (à obligation de résultats), adaptées à l’urgence climatique. Il s’agit également de prendre la mesure des actions individuelles que chacun peut mettre en œuvre ! ».

Aussi, samedi 13 Octobre, à Bordeaux comme partout en France et en Europe (plus de 50 villes au total), nous nous mobilisons de nouveau pour le climat. Trois revendications majeures sous-tendent cette démarche citoyenne :

  • Faire de l’urgence climatique la priorité à toutes actions publiques ou privées,
  • Faire de la mobilisation du 13 octobre une étape clé pour la prise de conscience et l’implication de tous pour agir contre le réchauffement climatique,
  • Revendiquer un contre-pouvoir citoyen et revenir dans la rue tant que le climat n’est pas la priorité du gouvernement.

Rendez-vous samedi 13 octobre à 14h, place Pey-Berland : venez nombreux !

Des animations sont prévues tout au long de la marche : remise officielle du rapport du GIEC au Maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, tree Hugs, etc. L’arrivée est prévue à Darwin, avec l’organisation d’un village éphémère des solutions et un concert avec le collectif Slowfest.
}

Plus d’informations :

2.5.0.0
2.5.0.0
2.5.0.0

Au cœur de l’urgence Climaxtique

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

On vous l’avait dit, cette année le Festival Climax, pour cette quatrième édition, a mis l’accent sur le combat qu’il mène dans la réflexion sur les enjeux climatiques et environnementaux, surtout dans une ère où les besoins climatiques sont de plus en plus importants. Évidemment, comme chaque année, le festival nous permet aussi de bénéficier de la présence d’artistes divers et variés. Ça avait lieu du 6 au 9 Septembre, Le Type était présent : on vous raconte tout.

Crédit photo : Astrid Lagougine

Cette année, le Climax était moins dispatché entre le Rocher de Palmer et la caserne Niel ; la majeure partie de la programmation s’est déroulée à la Caserne. La manifestation ne s’est déroulée au Rocher que lors de la première journée du festival pour les conférences et les concerts du rappeur Médine, épaulé en première partie par les rappeurs bordelais Guezess et Fayçal. Tout le reste du festival s’est déroulé à la caserne Niel, qui était séparée en plusieurs scènes, permettant ainsi d’avoir le choix parmi plusieurs artistes différents. Il y avait une scène au niveau du Gorille, une autre au niveau du skatepark, une scène gérée par un dj set de Radio Nova, et une scène au niveau du chalet. Cette deuxième soirée nous a permis de (re)découvrir des groupes électro-pop tels que Kid Francescoli, mais également le groupe bordelais Camel Power Club qui a mis le feu en début de soirée. La soirée s’est terminé avec la présence du fameux Quentin Dupieux aka Mr Oizo.

La journée du samedi est celle qui nous a le plus marquée. C’est lors de cette journée qu’a été diffusé le film sur Jane Goodall, marraine du festival cette année, nous montrant ainsi son combat pour préserver notre environnement et en quoi elle est une source d’inspiration pour le projet dans lequel le Climax s’est lancé. Cette journée du 8 septembre fut marquée également par l’absence de Hamza qui s’est excusé de n’avoir pu être là. Cela n’a pas empêché que ça soit une soirée particulièrement excitante : effectivement, tout était fait pour qu’on puisse passer une belle soirée. On avait donc en « entrée » Jane Added qui mettait le feu au niveau de la scène Skate park, avec des sons tel que « Back to Summer », « Look at them », ou encore « Both side ». Puis, en plat principal nous avions eu droit à un show d’une performance inouïe, le rappeur Denzel Curry sur la scène Gorille, venu faire monter notre cardio en déchaînant la foule avec des sons tels que son fameux « Ultimate », ou encore « ULT ». Après avoir bien dégusté entre pogos and Banger, on pouvait profiter d’un dessert façon radio Nova avec un DJ set de qualité. La cerise sur le gâteau fut apporté par Etienne de Crécy qui nous a régalé pour venir clore la programmation musicale du Festival. Le Climax s’est conclu par des conférences concernant la question migratoire notamment, mais également l’impact de la crise écologique sur l’espèce humaine.

Le Climax est un projet qui s’est donné pour responsabilité d’éveiller les consciences sur la question climatique afin de comprendre les enjeux et l’impact que ça a sur notre société, mais aussi de nous rappeler qu’il est important de collaborer afin d’améliorer la situation. C’est dans cette démarche que le Festival nous régale depuis 2015 et cette année ce fut encore une réussite.

         

Le Climax, festival hyper-responsable

dans ART ET CRÉATION/DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Pour sa quatrième édition du 6 au 9 septembre à Darwin et au Rocher de Palmer, le Climax Festival renforce son propos et son engagement sur les sujets environnementaux tout en maintenant un cap artistique très ouvert. Quatre jours de fête, de concerts, de discussions, de conférences et de réflexion collective particulièrement bienvenus à l’heure où l’urgence climatique et le besoin de se rassembler se font de plus en plus ressentir.

Un festival responsable et engagé

Manifestation culturelle hybride, le Climax Festival propose depuis 2015 une expérience forte à son public ; faire la fête, profiter de concerts, certes, mais au-delà, l’événement s’inscrit dans un cadre plus global de réflexion sur les enjeux climatiques et environnementaux. Chaque édition est l’occasion de passer un cap supplémentaire dans la dimension écologique du projet. En 2016 c’est par exemple le lancement du « Darwin alert » en marge du festival, avec 20 ONG qui s’engagent à interroger le personnel politique français sur la question des énergies fossiles. Cette année encore, le festival vise une organisation à l’empreinte climatique la plus faible possible et continue son travail de réflexion.

« La culture pour changer le monde »

En plus de son engagement sur ces questions, le festival propose en effet aussi des conférences, discussions, tables rondes en vue d’échanger sur ces thématiques. Avec des invités de marque tel qu’Edgar Morin ou l’ancienne ministre de l’écologie Cécile Duflot, cette partie du festival promet de passionnants échanges et un fort « éveil des consciences ». L’anthropocène, les migrations, le braconnage, la surpêche, l’urbanisme ou les phénomène migratoire sont autant de sujets qui y seront débattus. La question des réfugiés est par ailleurs une préoccupation majeure pour le festival puisque, avec le soutien d’Emmaüs France, Climax met en place un « devoir de fraternité » avec la reconversion des loges des artistes en village d’accueil d’urgence.

30 heures de musique, 40 concerts

Côté musique, le festival continue son exploration de différents courants musicaux, donnant à cette manifestation un caractère très ouvert artistiquement. On retrouvera notamment la très versatile Jeanne Added, aux côtés d’artistes plus électroniques tels que Mr Oizo (aka Quentin Dupieux, auteur du récent Au Poste) ou Etienne de Crecy pour un dj set de derrière les fagots (on garde en mémoire sa belle prestation lors de la première édition du festival). Le groupe Rendez Vous et son post-punk énervé seront aussi de la partie, de même que plusieurs artistes orientés hip hop tels que Médine ou Hamza. Une programmation assez diversifiée qui fait la part belle à de multiples esthétiques, qu’on pourra écouter et (re)découvrir à Darwin ainsi qu’au Rocher de Palmer.

Lumière sur l’équipe bordelaise de Ballistik

dans ART ET CRÉATION/DIVAGATIONS LOCALES

Le Type aime bouger un peu partout, rencontrer des artistes, voir des expos, assister à des concerts. Cette fois-ci le Type est allé voir un peu de sport, du Basketball plus précisément. Car au-delà d’un essor culturel important, une culture sportive se développe de plus en plus à Bordeaux. Aujourd’hui on vous parle d’une team qui essaie de représenter Bordeaux et le Sud-Ouest dans le monde à travers leur discipline, Ballistik.
)

Le basket 3*3, de la street au terrain olympique

Avant de vous parler de Ballistik, on veut vous parler de leur discipline, le basket 3*3. Avant de devenir une compétition officielle et fédérée, le basket 3*3 est une pratique qui tire ses racines du basket urbain, et propose une perspective complémentaire à la pratique du basketball classique qui se joue en 5 contre 5. Cependant, certaines règles sont différentes. Par exemple, ça se joue sur un demi terrain, il y a plus de contact, la culture « street » est présente dans cette discipline malgré un fonctionnement très structuré. La Fédération Internationale de Basket-ball voyant cette pratique urbaine prendre de plus en plus d’ampleur et ayant pour objectif de développer la pratique du basketball à travers le monde a mis en place à partir de 2010 des compétitions nationales et internationales.

Le basket 3*3 participera à son premier mondial en 2012 puis, en 2017, il fait partie de ces sports urbains tel que le skateboard, qui deviendront une discipline olympique. A l’image du tennis ou du golf, les pratiquants de 3*3 bénéficient d’un classement national ou mondial en fonction des compétitions auxquels ils participent et des résultats qu’ils obtiennent lors de ces compétitions. Ce qui rend d’autant plus intéressante cette pratique. Et c’est  dans cette discipline que Ballistik se distingue.

Ballistik, une bande de potes champions du monde universitaire

Ballistik est une équipe composée de quatre copains qui depuis des années se sont passionnés pour ce sport : Alex, Eddy, Aurélien et Charles. L’aventure a commencé pour eux lors de compétitions universitaires, lorsqu’ils sont allés représenter l’Université de Bordeaux dans des compétitions universitaires internationales de 3×3. D’ailleurs deux d’entre eux, Alex et Aurélien, seront sélectionnés en équipe de France Universitaire et finiront champions du monde Universitaire de Basket 3*3 en 2016. C’est en performant aux quatre coins de l’Europe et du monde, dans des pays comme la Chine, l’Espagne ou encore la Hongrie qu’ils se sont hissés au classement des 10 meilleurs joueurs de cette discipline en France.

Dans le but développer ce sport qui leur est cher, Ballistik s’investit au niveau local et nous feront notamment l’honneur de leur premier tournoi qui aura lieu à Darwin, un des endroits phares de la culture urbaine bordelaise. Lors de ce tournoi nous pourrons bénéficier de la présence des Djs Steph Squirted et Sisto Pérez du collectif A l’eau. Ce sera un évènement à ne pas louper ; et comme vous savez que le Type aime bien roder un peu partout, il sera sans doute sur place.

Climax Festival : live report et interview d’Isaac Delusion 2/2

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Retour sur le Climax Festival avec ses équipes, son lieu, son public et bien sûr ses artistes, avec notamment le groupe Isaac Delusion qui a accepté de répondre à quelques unes de nos questions.

)

Oyez, oh yeah ! Le jour J, celui qu’on attendait tous depuis un moment est enfin arrivé. La grisaille était à l’honneur durant ces trois jours du Climax Festival, mais une énergie des plus volcaniques s’est pointée à l’horizon. Victime de son succès, le festival a connu ces dernières années une fréquentation en hausse. Cet énorme terrain de jeux qu’est le parc Palmer a été aménagé pour les festivaliers. Deux scènes et un club ont été mis en place pour groover jusqu’au bout de la nuit. Bien plus d’artistes cette année comme La Femme, Isaac Delusion, Polo & Pan, Jacques et bien d’autres, qui nous ont permis de nous échapper durant un instant. C’était une ambiance bon enfants, familiale dans laquelle il était bon de s’y retrouver. Comme un arrêt dans le temps, le Climax Festival nous a emmenés loin, très loin…

Étienne de Crecy a répondu présent pour célébrer l’ouverture du Climax Festival. Les présents ont été nombreux pour ce live délicieusement gratuit !

Un grand jour pour le Climax Festival

Jeudi 7 septembre, le fondateur de Darwin Philippe Barre et le co-fondateur Jean-Marc Gancille annoncent en fin d’après-midi la conférence de presse qui a eu lieu en plein cœur du parc. De quoi nous donner un avant-goût de ce festival… Pour ouvrir le bal, Peter Doherty nous a fait l’honneur d’interpréter ses classiques. Au plus grand plaisir des festivaliers étant venu en masse pour l’acclamer et qui n’ont pas été déçu du résultat. Invité de marque et artiste le plus attendu du festival, Paul Kalkbrenner nous a offert un live grandiose. Ce génie à laissé à notre euphorie l’occasion de se dévoiler. Groupe incontournable de cette année, La Femme, nous a donnée une bouffée de chaleur durant quelques heures. La team parisienne nous a offert une ambiance joliment euphorique. Sans oublier Charles X, Part Company et Moloch/Monolyth qui ont enflammés la scène avec leurs rythmes endiablés.

 

Une rencontre avec Isaac Delusion

Pour clôturer cette première journée de festival, Isaac Delusion, groupe de musiques parisiens mélangeant pop, folk, électronique mais aussi de petites touches funky, nous a accordé une interview. Jules et Loïc, membres fondateurs, nous propose une traversée dans le temps en nous faisant découvrir des sensations musicales jusque-là oublié. Doux héritiers de la new wave et ayant baigné dans l’univers de la french touch, le duo et leurs acolytes (Nicolas, Bastien & Cédric) instaure une toute nouvelle vision de la musique pop. Leurs musiques inspirent les rêves qui sommeillent en nous, elle est intouchable. Lorsque voix androgynes, musique électronique, basse et maitrise d’instruments en tous genre se rencontre cela forme une harmonie somptueuse qui nous emmène dans un univers parallèle.

« Je pense que tu ne te trouves jamais et c’est ce qui te pousse à te dépasser. À partir du moment où tu as atteint la plénitude, quelle est ta raison de continuer ? ». À l’occasion de ce festival, Isaac Delusion nous a donc parlé de son dernier album Rust & Gold. Nouveau départ pour ce groupe qui revient en piste accompagné d’un nouveau label indépendant, Microqlima, mais aussi d’une nouvelle et fraiche équipe qui est la leur. Leur quatrième opus se compose de douze titres comprenant cette fois-ci une musique en français, la seule, l’unique, « Cajun« . Le groupe a voulu rendre hommage à sa langue natale toute en légèreté, nous emmenant voyager dans le sud des États-Unis.

« On avait envie de surprendre, de faire quelque chose de très différent. C’était la chose à l’opposé de ce que l’on pouvait faire en temps normal donc on a essayé. L’idée était de surprendre. » nous raconte Jules Pacotte du groupe. Cet album à la fois mystique et envoutant veut sûrement sans le vouloir nous faire comprendre quels obstacles l’homme doit affronter pour avancer, coincé entre rouilles et or. Loïc Fleurry : « On avait envie de surprendre et de faire quelque chose de différent ». « Dans notre morceau « Isabella » on y dénonce les standards de beauté. On a voulu mettre en avant les personnes qui ont plus de difficultés à trouver l’amour, à être aimés. C’est assez beau comme message. On est content qu’elle soit allée en cette direction » rajoute Jules.

Passionné de musique mais aussi de cinéma, on peut ressentir dans leurs compositions la présence toute particulière de David Lynch. Leur musique projette une ambiance conçue par une force mystérieuse. « Il y a forcément des œuvres qui nous ont marqués et cela prend une grande place dans nos interprétations. On s’est inspiré de l’univers cinématographique, je pense aux films de David Lynch ou encore Michel Gondry. Tout ce qui tourne autour de l’imaginaire nous inspire. » mentionne Loïc.

Isaac Delusion a donc su apporter son propre style, sa signature.

Nouvelle journée du vendredi, entre Paradis et voguing

Vendredi 8 septembre, en cette fin d’après-midi, Paradis nous a emmené sur un petit nuage avec leurs voix suave et rythmées. Comme un retour dans les années 80, la foule était conquise. The Kooks nous a rappelé nos années de débauches d’il y a quelques années, ambiance électrique pour ce live tout aussi nostalgique. Le groupe ayant reçu et donné le plus de love durant ce festival est sans aucun doute Franz Ferdinand. Ce live coloré a su mettre en transe les festivaliers, chantant tous en cœur, la plus attendu « Take me out ». Voyage sous les tropiques en compagnie de Polo & Pan, ou encore performance hallucinante de Jacques faisant de chaque objet un son étonnant. Pour clôturer cette soirée, Kungs acclamé devant cet immense public, a fait danser les foules avec son live tout aussi atypique qu’énergique. Le Rocher de Palmer, aménagé pour l’occasion, a été transformé en club durant ces deux derniers jours de festival. On répondu présent pour ce vendredi, Midland, Bianry Sound et Kiddy Smile. Ambiance new-yorkaise pour cet artiste où l’on se serait mis à voguer en plein milieu de la piste.

 

Un samedi oriental et sous le signe du rap game

Samedi 9 septembre, le maître de l’électro syrienne, Omar Souleyman était là, Mesdames et Messieurs, pour notre plus grand plaisir… Il y a eu comme de l’amour dans l’air durant le live d’Amadou et Mariam. Ce duo romantique nous à rempli d’émotions. Des sensations fortes, on en a eu « gavé » durant le live de S-Crew. Ce groupe incontournable du rap francophone a su mettre en transe le public. Pour ce dernier jour, Fakear a eu la générosité de nous transporter dans une autre dimension. Nombreux ont été les musiciens talentueux qui l’ont entouré ce soir là. Hallucinante performance d’Agar Agar sur la scène du Rocher de Palmer. Ambiance arty et punky pour le groupe le plus rafraîchissant de cette saison.

L’alimentation et le climat au cœur du festival

30 conférences dont 20 heures de débats ont été organisé spécialement pour cette cause. Plus de 40 intervenants (politique, conférenciers, journalistes…) ainsi que 25 ONG ont été mobilisées pour l’événement. Le contenu de notre assiette préoccupe de plus en plus les mentalités, elle concerne notre santé, la condition animale ainsi que la production agricole. Avoir une alimentation plus saine, en partie végétarienne serait l’une des réponses au défi climatique. « Demain tous végétariens ? », telle est la question dans cette conférence animée par le co-fondateur et directeur de le Transition Écologique de Darwin Ecosystème Jean-Marc Gancille. Avec la participation également de Xavier Hamon (chef- slow food), Jean-Luc Fessard (Bon pour le climat), Philippe Pointereau (Solagro), Elodie Vieille Blanchard (Présidente Association Végétarienne de France), Sophie Danlos (Spécialiste micro-ferme) et Pierre Hinard (éleveur bovin), tous ensemble veulent nous faire comprendre quels seront les enjeux si l’on n’adapte pas un mode de vie plus sain dans les années futures. L’ agriculture d’aujourd’hui émet environ 30% de gaz à effet de serre, cela entraîne donc un réchauffement et dérèglement de notre planète. Des solutions sont possibles si chacun de nous réfléchissons à des alternatives pour réduire le poids carbone contenu dans nos assiettes.

Animé par Amandine Lebreton, directrice du pôle scientifique et technique de l’IUFN, cette deuxième conférence essaie de nous ouvrir les yeux sur notre consommation alimentaire. Avec son titre évocateur : « Quand notre alimentation à la goût des autres », nous alerte sur ces produits que nous trouvons la plupart dans les grandes surfaces ne possédant aucune saveur et qui dégrade notre écosystème. Acheter à des producteurs des produits bio et locaux serait l’une des solutions. Ce mode de production permettrait également de créer de l’emploi et redynamiser les zones rurales. Alors on dit OUI, à une agriculture solidaire !

Steack assez ? Anne-Sophie Novel, journaliste et co-fondatrice de Place to B et de la revue Far Ouest et d’autres intervenants tentent de répondre à cette question. 1000 animaux tués par seconde et des milliards de poissons pêchés chaque année sont des chiffres bien trop importants. La population se doit de réagir. La cuisine végétarienne est l’alimentation de demain : elle concerne notre santé ainsi que la protection de notre écosystème. Cette alimentation ne doit pas être qu’une « mode » mais une réelle habitude. Passons à l’alimentation équitable, animé par Pascal Lafargue, président d’Emmaüs Gironde qui nous présente ici le droit à l’alimentation pour tous. Aujourd’hui, 800 millions d’humains souffrent de famines, il faut que ça s’arrête. Avec la participation de José Bové (Député Européen), Claire Nouvian (Bloom), François Collart Dutilleul (Professeur émérite des universités), Arthur Keller (Ingénieur, auteur Adrastia) et Emilie Sarrazin-Biteye (Max Havelaar), pointe du doigt ce sujet peut aborder dans notre société. Le commerce équitable serait l’une des solutions à ce problème. Elle permet aux producteurs de vivre de leur travail tout en respectant l’environnement. Cette production s’installe en France, ce qui permet aux consommateurs de payer à son juste prix leur alimentation.

Meilleur dans mon assiette, meilleur pour la planète ; telle est la devise de cette dernière conférence proposée par le Climax Festival animée par Walter Bouvais, Android & Sheep, fondateur Terra Éco ainsi que d’autres participants tels que Pierre Henri Gouyon (Professeur Sorbonne) mais aussi Amandine Lebreton (Fondation pour la nature et l’homme). Ils nous montrent ici qu’une alimentation de saison, bio et locale est primordiale pour notre santé. Nous sommes que ce que nous mangeons ? Alors pourquoi ne pas adopter une alimentation saine ?

 

Art & ride au Climax Festival

Dimanche 10 septembre, Le Sebdo Show s’est invité au hangar Darwin pour nous faire un remake de leur série qui cartonne sur Instagram ! Au programme projection de leurs épisodes, tirages photos et pleins d’autres surprises. Darwin accueillait également ce dimanche les meilleurs joueurs européens de Bike Polo, des sessions paddle et kayak, ainsi que Laura Lobjoit & Lauren Mahan Valls proposant aux intéressés une séance de yoga matinal face à la Garonne, de quoi occuper la famille en ce dimanche matin. Les artistes ont réussi clairement à s’exprimer durant ce festival, le site étant plus grand, chacun a laissé à son imagination le pouvoir de s’exprimer. La scénographie organisée par le collectif Parenthèse cherche à développer une approche responsable de la création. Présence également de Yann Chatelin, artiste peintre vivant aujourd’hui à Casablanca qui nous a proposé une œuvre des plus originale. Mélangeant courbes, sensualités et forces dans ses œuvres, celui-ci nous a proposé un spectacle bien sympathique.

De nombreux food trucks étaient également présents sur le site. La seule règle était de proposer des plats végétariens, si possible bio et locaux. Les restaurateurs se sont pris au jeu avec succès ! Avec près de 40000 festivaliers présents, Climax Festival nous a offert un rendez-vous des plus captivants, à l’année prochaine !

 

Climax Festival, où comment allier fête et réflexion

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Tu pensais que les vacances étaient terminées… Pas d’inquiétude : le Climax festival est là pour t’ambiancer dès cette rentrée, du 7 au 10 septembre. Pour cette nouvelle édition, le festival investi un nouveau lieu : le parc Palmer et ses 25 hectares. Le plus populaire des parcs de Cenon va savoir t’accueillir comme il se doit.

Une troisième édition entre fête et réflexion

«  Faire le choix de promouvoir la diversité des expressions culturelles, c’est faire le choix de la paix et de la tolérance »
Alain David, maire de Cenon et vice-président de Bordeaux métropole.

Pour cette troisième édition, le festival s’agrandit et laisse place à une scène des plus électriques au cœur du parc Palmer. Durant quatre jours, le Climax festival laisse à ta délicieuse folie l’opportunité de s’exprimer, et à ton esprit l’occasion de se cultiver tout en s’interrogeant sur des causes préoccupantes, telles que la santé, l’écologie, la condition animale ainsi que la justice sociale.

« Le climat reste notre axe central et nous abordons cette question chaque année sous un nouvel angle, susceptible de renouveler l’intérêt et l’adhésion de la plus large communauté d’acteurs qui soit. Le poids carbone de notre alimentation s’est imposé comme un thème incontournable cette année. Nous questionnerons cet enjeu avec les meilleurs experts et militants d’une alimentation plus saine et plus responsable. »
Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin (Directeur de la transition écologique)

Des intervenants et partenaires prestigieux

Aujourd’hui ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot est aussi le parrain exceptionnel du festival. Il nous met en garde contre l’impact de notre alimentation sur le climat. En effet, aujourd’hui, le contenu de notre assiette peut être relativement douteux, ce qui peut avoir une conséquence sur notre santé tout en ayant impact sur la production agricole. Pour sensibiliser son public face à ces enjeu, Climax s’associe aujourd’hui à trois fondations importantes que sont l’IUFN, la Fondation pour la Nature et l’Homme et Emmaüs. Ensemble, ces acteurs veulent s’unir pour un monde plus sain.

« Le lien entre alimentation et climat est de plus en plus clair. Ce que nous mettons dans nos assiettes conditionne toute une chaîne d’acteurs qui peuvent contribuer par de nouvelles pratiques à changer la donne en matière d’émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture bio, la permaculture, la condition animale, le poids carbone de l’alimentation carnée, la solidarité internationale, les perturbateurs endocriniens, la surpêche… figureront parmi les thématiques abordées par les meilleurs experts qui sur le terrain se battent pour éviter le pire face à une agriculture intensive et industrielle dont nous avons perdu le contrôle. »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Alimentation et climat au cœur des préoccupations du Climax

Cinq grandes conférences auront lieu dans la caserne Niel à Darwin pour sensibiliser le public sur l’alimentation et le climat. Au total sont ainsi prévues trente conférences avec vingt heures de débats. Elles seront animées par l’IUFN (International Urban Food Network) et par la Fondation pour la Nature et l’Homme, créée par Nicolas Hulot. Les cinq thématiques seront les suivantes :

  • Pour une alimentation décarbonate
     Demain, tous végétariens ?
  • Pour une alimentation solidaire
     Quand notre alimentation a le goût des autres
  • Pour une alimentation plus respectueuse des animaux
     Steack assez.
  • Pour une alimentation équitable
     Vers une justice alimentaire mondiale
  • Pour une alimentation saine
     Meilleur dans mon assiette meilleur pour la planète

Comme vous avez pu le comprendre, le Climax Festival n’a qu’une seule religion : l’environnement.

« L’urgence climatique est la cause que nous souhaitons défendre. L’art, la culture, la fête mais aussi la réflexion sont des moyens pour y parvenir en mobilisant l’émotion et en stimulant la prise de conscience . »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Le festival a mis en place pour le public un mode de transport plus responsable, une alimentation bio et locale mais aussi une maximisation du tri des déchets pendant le festival, dont l’équipe souhaite orienter les citoyens vers un mode de vie plus sain et plus respectueux de l’environnement. En mettant en garde les festivaliers concernant leurs habitudes, les trois quarts de l’impact carbone du festival seraient annulés.

« Nous portons une attention particulière à la scénographie des sites de Darwin et du Parc Palmer où se déroulent le festival. Esprit récup’, landart, graffs, déco brut… sont les ingrédients d’une ambiance qu’on veut vraiment identitaire, pour un festival qui a une âme particulière »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Un festival de mobilisation citoyenne

Cette année, le festival nous donne aussi l’occasion de rencontrer les trente ONG présentes sur le site, comme par exemple Sea Shepherd, WWF, Bloom, La Ruche Qui Dit Oui et bien d’autres encore. De nouvelles associations sont également présentes sur le festival cette année, la plupart engagées autour du même thème, et ont ainsi réussi a s’imposer face à d’importante ONG. Ce village invite donc le public à s’interroger sur leurs propres pratiques, mais aussi à rencontrer ces organisations qui luttent tous les jours pour une alimentation plus responsable.

« Les associations et ONG œuvrant dans le champ de la transition alimentaire seront largement représentées tous les soirs sur le site de Palmer. Nous aurons à Darwin d’autres acteurs associatifs actifs dans l’accueil des migrants, pilotées par notre partenaire historique Emmaüs et des ONG qui luttent pour préserver l’écologie des océans, comme Surfrider toujours à nos côtés. Les thèmes se sédimentent d’année en année ! »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Fondé en 2015, à l’occasion de la COP21, ce festival nous apprend d’année en année à être plus solidaire et plus respectueux de notre environnement. Aujourd’hui le festival est épaulé par la région Nouvelle Aquitaine, Bordeaux Métropole ainsi que par la ville de Cenon.

« Climax est né d’une urgence et d’une opportunité (l’anniversaire des 25 ans de nos amis de Surfrider Foundation Europe). L’envie de mobiliser ensemble les consciences autour de l’urgence climatique a fait le reste. Et nous avions le lieu idéal pour hybrider culture et engagement : Darwin ! »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Une programmation musicale éclectique et très solide

Cette année, la ville de Cenon accueille donc le festival en mettant à sa disposition les 25 hectares surplombant la ville. Seront mises en place au total deux scènes dans le parc, ainsi qu’un club dans le Rocher de Palmer (ouvert le vendredi et samedi de 01h00 à 5h00).

« Nous ne pouvions plus utiliser l’écrin de la Caserne Niel comme l’année dernière, en raison des tensions qui nous opposent à l’aménageur urbain de cette zone et qui en a acquis le foncier. C’est un crève-cœur mais comme toujours « un mal pour un bien », nous sommes très heureux de pouvoir investir le magnifique Parc Palmer et l’équipement du Rocher que nous propose la ville de Cenon et qui offriront une expérience forte aux festivaliers. »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Au programme sont prévus une multitude d’artistes tous styles confondus comme La femme, Polo & Pan, mais aussi Paul Kalkbrenner et bien d’autres. Le tarif des pass n’est pas excessif (prix allant de 43 à 110 euros), et le festival est gratuit pour les moins de 12 ans. Le Climax Festival a pour ambition de regrouper des festivaliers de tout âge.

« Vos lecteurs peuvent découvrir la programmation dans les détails sur climaxfestival.fr. Nous sommes fiers de mixer des contenus engagés avec des conférences de haut niveau et la venue de Nicolas Hulot avec des concerts de premier plan et des artistes comme Paul Kalkbrenner qu’on a jamais vu à Bordeaux. A noter aussi une programmation « club » jusqu’au bout de la nuit au Rocher de Palmer »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

La caserne Niel accueillera elle des démos de skates et de BMX, la compétition de bike polo, les performances de street art, ainsi qu’une bonne partie des conférences. Sous le vortex, œuvre emblématique de la caserne Niel, aura lieu la soirée de clôture de 19h00 à 00h.

« Le Hangar est un pilier de la dimension « art & ride » du festival et sera ouvert en permanence. Il accueillera notamment le « sebdoshow ». Les aficionados de la figure emblématique de la scène Skate française et de Darwin, Sébastien Daurel, comprendront. Les autres se laisseront surprendre et ne seront pas déçus »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

On vous attend nombreux à ce festival les copains !

2×1 places : Climax Session #3 w/ Papooz (live), Beats of Crime @ Darwin 15/06

dans ART ET CRÉATION

Décidément, on est bien gâtée de l’autre côté de la rive. Darwin amorce le Climax Festival avec panache, le jeudi 15 juin, la Climax Sessions accueillera le live fin et délicat de Papooz, un DJ set de PAP’S, de l’art avec le vernissage d’Edgar Flauw et de l’engagement avec Surfrider Foundation Europe. Deux places sont à gagner pour cette soirée haute en couleur !

 

Le Climax Festival est un évènement majeur de la culture bordelaise. Entre musique et conférences sur l’avenir de notre planète, ce dernier s’articule autour d’une faune et flore urbaine qui favorise sa dynamique. Conscient des enjeux, le festival est avant tout une occasion de réveiller les consciences et de faire la part aux idées reçues. Chaque évènement est une opportunité pour défendre un engagement. Entre simplicité de vivre et lucidité, les acteurs du Climax mènent une veille constante. Pour leur troisième session, le festival invite Papooz, groupe français aux allures d’ailleurs. Déferlant une pop délicieuse et tropicale, ce duo à tout d’un voyage planétaire. Il suffit de quelques accords pour s’accrocher à la pirogue et voguer jusqu’en Amazone (en plus en pirogue on respecte l’environnement donc CQFD).

De plus, l’esprit cosmopolite résonne dans le Climax. On retrouve ainsi au côté de Papooz, un fulgurant DJ Set de Hip Hop/Souf/Funk par BEATS OF CRIME, histoire de groover son body une fois les pieds sur la terre ferme (cf voyage en pirogue). Avec la complicité d’Adage, école de danse (si si). Et comme le surf c’est la source de tout (Point Break forever), on aura également le droit à une SURF Nights projection : VISSLA et SURF Nights présentent Pedro’s Bay. En gros : la première européenne de la dernière vidéo de surf de la marque VISSLA, réalisée par Eddie Obrand (le trailer est à visionner ici). Le plaisir des sens sera largement comblé par l’exposition / vernissage Les Sauvages : Edgar Flauw – Design // Recherches. L’univers maritime, les relations, connexions entre l’humain et le marin. L’amour maritime en somme.

C’est fou tout ce que l’on peut faire en une nuit soirée ! Tu viens ? On t’offre deux places !

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Climax Session #3 »
(Nom + Prénom + email)

Bordeaux : le guide de la Fête de la Musique 2017

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Conceptualisée par Joël Cohen puis initiée politiquement par Jack Lang en 1982 dans une optique de « démocratisation de la musique », la Fête de la Musique s’est imposée depuis comme un rendez-vous musical incontournable, apprécié des français. A Bordeaux, chaque année, les différentes associations et collectifs de la ville redoublent d’imagination pour proposer des évènements originaux pour célébrer cette soirée. A cette occasion, on a voulu passer en revue, de manière non-exhaustive, les différents évènements qui verront le jour (et la nuit) le 21 juin prochain à Bordeaux.

}

Le plus groovy : L’Orangeade Fête la musique

Après avoir investi l’an passé l’Esplanade Charles de Gaulle avec leurs compères tplt, L’Orangeade a décidé cette année de poser ses platines au sein du Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux. Spot luxueux avec cour intérieur splendide : l’évènement donne l’eau à la bouche, et quand on connaît la capacité du collectif à faire danser les foules avec leurs sons disco, house, soul ou funk, on se dit que la fête sera au rendez-vous. Qui plus est, une conférence sur l’évolution de la Black Music de 1957-2017 sera proposée gratuitement de 16h00 à 18h00.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : groove, musée, black music

}

Le plus chaud : À l’eau Warehouse Party

Coutumiers de belles sauteries locales, les trublions d’À l’eau ont vu les choses en grand pour cette fête de la musique 2017, puisqu’ils investiront mercredi 21 juin la Galerie Tatry. Pour l’occasion, le joyeux collectif posera en toute modestie un système son Funktion One sur lequel Chat Bizarre, Denise, Groovy Eddie, Jean Talu, Manuel Franco, Pläcid, Scott Deboeuf, Sisto Perez et Steph Squirted se succéderont. Une ambiance bien chaude donc, avec un bar et un barbecue pour couronner le tout.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : warehouse, barbecue, drift

}

Le plus rock’n’roll : Allez Les Filles Fête la musique / Concerts + Dancing

Activiste de la nuit bordelaise depuis 1996, l’association Allez Les Filles est bien connue du public bordelais. Avec plus de 1000 concerts à son actif, la structure organise chaque année pour la fête de la musique un évènement populaire et festif, qui fait la part belle à la scène locale. Cette nouvelle édition ne dérogera pas à la règle puisqu’on retrouvera sur la place Saint Michel 3 groupes rocks bordelais avec Wizard (rock prog/math rock), Alexis Evans Trio (60’ s rock’n’roll), Peru Current (garage rock) ainsi que 3 DJ set gorgés de soul, swing, rock’n’roll, sixties, funk et rhythm’n’blues.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : rock, Dancing in the streets, local

}

Le plus arty : MICROKOSM fête la musique aux Vivres de l’art

Toujours soucieux de proposer des évènements qui bousculent les formats « classiques », c’est tout naturellement que le crew Microkosm s’emparera d’un lieu d’exception à Bordeaux : Les Vivres de l’Art. Lieu d’exposition et de création, ce spot magique sera particulièrement bien adapté pour voir résonner les différents missiles lancés par Pnom Pen (Chineurs de Bordeaux), S36 (Microkosm), Radion (Microkosm), Menthesis (Microkosm) B2B Nausicäa, Krysalead (NRGS), Bès (Microkosm), Nuit (Forteresse), SFNL (Microkosm) B2B Matayo .

  • Événement : ici
  • Mots-clés : sphère, techno, marathon

}

Le plus au vert : Banzaï Lab – Fête de la Musique 2017 – Bordeaux

Histoire de sortir des sentiers battus et d’investir une rive droite trop souvent désertée, l’équipe de Banzaï Lab a décidé de poser ses valises Quai des Queyries, « loin du brouhaha du centre ville ». Sur le line up, en revanche, pas question de s’éloigner des fondamentaux qui font la singularité du label, puisqu’on retrouvera pas moins de six artistes, avec Kognitif, Jean du Voyage, Noke, Moonlander, J-Silk et Poumon ! Avec en prime la présence de Cheeko, champion de France End Of The Weak (improvisation hip-hop).

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, exigeance, rive droite

}

Le plus délicieux : Délicieuse Guinguette #1 Fête de la Musique

Le collectif et label Délicieuse Musique aura le privilège d’installer sa scène dans un lieu emblématique du patrimoine bordelais : la Cour Mably. Première étape d’une série d’évènements « Délicieuses Guinguettes » qui sillonneront les quartiers de la ville, cette soirée à base de concerts, Dj, live painting et foire au plaisirs devrait régaler petits et grands. Un line up de qualité également puisque ce sont infinite bisous (en live), Fellini Félin, Leon Revol, Jean Tallue (en live) et le Délicieuse Musique Soundsystem qui régaleront nos petites oreilles.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : douceurs, guinguette, groove

}

Le plus électronique : Synthetize Me – Fête de la Musique de Bordeaux Mériadeck

Pour cet évènement particulièrement ambitieux, ce sont pas moins de trois acteurs culturels bordelais qui se sont fédérés avec la Bibliothèque de Mériadeck et la Mairie de Bordeaux. Organ’Phantom, BassDay et La Canopée proposeront ainsi le 21 juin un voyage autour du thème du synthétiseur ! C’est à Mériadeck que les festivités se dérouleront, avec une programmation extrêmement solide et alléchante, avec FAIRE (Paris), Gendarmery, le collectif Manaya Project, le duo Tuff Wheelz, un DJ set de La Canopée, Christina Monet, Memory Scale et Zebra Lova. Un atelier de découverte de Little Bits (découvrir par l’expérimentation comment est sculpté le son) est également prévu.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : synthétiseur, expérimentation, solide

}

Le plus éclectique : Heures Heureuses – Le Chalet Fête la Musique

On ne pouvait pas envisager une Fête de la musique sans cet acteur majeur de la scène culturelle bordelaise qu’est Darwin ! Ce 21 juin, des Heures Heureuses particulières verront donc se succéder différents artistes locaux, dans un soucis d’éclectisme si cher au lieu. Don Gardener, Blue Bombay, Colonel Mushroom, Moloch/Monolyth, SIZ, tRiKiNi et Père Dodudaboum (clavier J.C.Satàn) enchaîneront du rock au post punk kraut psych en passant par la folk, grunge noise garage ou l’acid hard rock !

  • Événement : ici
  • Mots-clés : Darwin, éclectisme, rive droite

}

Le plus hip hop old school : Fête la musique – Block party with Sugarhill Gang à l’IBoat

Pour cette édition 2017 de la Fête de la musique, l’IBoat a mis les petits plats dans les grands, puisque ce n’est ni plus ni moins que le groupe mythique Sugarhill Gang qui squattera le bateau pour le faire tanguer façon Block Party ! Entouré de graffeurs, DJ et autres break dancers locaux, une bien belle fête complète est à prévoir du côté des Bassins à Flot.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, old school, breakdance, graffiti

Interview (sauvage) : Agar Agar

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

« Come on dance with me… ». C’était le 20 juillet, l’Almanach de la Caserne Niel proposait un plan à cinq tout en douceur. Entre la tendresse des mecs de Ménage à Trois et la synth-pop d’Agar Agar, Cracki Records avait exactement de quoi enflammer le ciel. L’atmosphère intimiste due à la proximité de la scène intimide autant qu’elle séduit. On est jamais aussi près des artistes. Être propulsé ainsi aux confins de leur musique, toucher des yeux les micros et sentir les voix aux creux de l’oreille, ça marque. On était bien au calme, entre skate, musique et graff. C’est ça l’esprit Darwin. Dans cette ambiance sauvage, on est allé taper la discute avec le duo Agar Agar, entre deux murs.

}

Quelle émotion traduit la pochette de The Prettiest Virgin ?

Armand : Elle a été réalisée par le collectif GRODUK & BOUCAR ! J’adore ce qu’elles font. C’était vraiment une évidence pour moi.

Clara : Elles correspondent à notre esthétique, on ressent les même choses. Elles font beaucoup de sérigraphie, de peinture… Elles arrivent à visualiser nos émotions.

Armand : Tout à fait. C’est magnifique. Elles comprennent notre musique et elles peuvent aller là où on les emmène.

}

« Prettiest Virgin » est une chanson très forte. Et son visuel y joue beaucoup. Pour moi ce sont deux éléments qui entrent en corrélation !

Clara :  On est au beaux arts. Du coup, on a un vrai intérêt esthétique. C’est vraiment essentiel pour nous.

Armand :  Les beaux arts… C’est ma relation la plus compliqué (rires) ! Pour revenir à GRODUK & BOUCAR, elles ont réalisé la pochette de notre EP. C’est différent, c’est plus complexe.

}

Comment vous expliquez l’alchimie qu’on ressent avec « Prettiest Virgin » ?

Clara : On a vraiment était surpris de l’accueil qu’elle a reçue !

Armand :  « Prettiest Virgin », c’est le lien entre Clara et moi. C’est un peu le même fonctionnement que la terre. Quand on a commencé à bosser ensemble, on a débuté par la couche argileuse qui sont les synthés bien gras, puis de rajouter la voix, qui est l’humus, la matière…

Clara : C’est comme si tu avais deux objets, deux membres qui ont besoin de scinder ensemble, et « Prettiest Virgin », c’est ce qui nous unit. C’est deux personnes qui font de la musique ensemble, qui improvisent et il se passe quelque chose… C’est une fusion.

}

Le clip a une esthétique particulière. Entre Virgin Suicide (Sofia Coppola) et Carrie (Brian de Palma). On navigue dans un univers très orchestré et l’histoire du clip rappelle ces deux films. C’est un clin d’œil ?

Clara : Quand on a sorti la démo, on n’avait pas encore de label, on faisait ça tous les deux à l’arrache. J’avais fait un montage sur Carrie. On est très influencé par le cinéma et De Palma c’est un de mes cinéastes préférés. C’est une chanson qui parle de l’Amérique profonde. D’un bal de promo sordide au fin fond d’une ville. J’ai vécu la bas quand j’avais 15 ans et ça m’a profondément marqué. Du coup, tu te retrouves dans des situations, où tu dois choisir une robe trois semaines avant un bal. C’est complètement aux antipodes d’une culture française. Le clip est vraiment bercé par l’univers des teen movies. Il y a donc un côté très second degré dans le clip. C’est l’histoire d’une fille qui a envie de se faire dépuceler a 15 ans. Il y une approche candide du sexe que ce soit dans Virgin Suicide ou dans « Prettiest Virgin ».

}

https://www.youtube.com/watch?v=Sd2juazQPto

}

Votre rencontre, c’était comment ?

Clara : On est dans la même classe. C’est vraiment un mécanisme naturel de jouer ensemble. Dans notre école tout le monde fait du son, Armand joue avec d’autres gens, moi j’ai un groupe de garage…

Armand : Il y a une vraie interaction musicale autour de nous.

}

Vous avez des projets chacun de votre côté. C’est important pour vous d’être actif musicalement ?

Armand : On ne pourrait pas uniquement se contenter de bosser sur Agar Agar. On n’a pas du tout les mêmes influences. On a écouté des choses différentes pendant notre adolescence, on s’est créé notre propre culture. Ce n’est pas très éloigné mais on a besoin de gérer ça de notre côté.

Clara : On est un duo qui s’enrichit l’un l’autre, justement car nos univers d’origine divergent. Ça ressemble à nos deux univers mais c’est à l’opposé de ce que l’on produit individuellement.

}

Vous êtes tous les deux des enfants du conservatoire. Est-ce que c’est important pour un musicien d’avoir ce bagage ?

En choeur : Non. On est des enfants avortés du conservatoire à vrai dire.

Clara : Je revendique le fait que non !

Armand : À un moment donné, tu ressens le besoin de faire autre chose. Pour moi, le conservatoire c’est une rencontre avec un prof. Rencontre qui a été fondamentale dans ma manière de faire de la musique aujourd’hui et je crois bien pour toujours. À part ce genre de rencontre qui te tire vers le haut, je ne pense pas que le conservatoire soit nécessaire. Surtout qu’à l’heure actuelle, c’est une institution très lourde, qui est ancrée dans une certaine vision de la musique, très académique …

Clara :  C’est comme rejeté la spontanéité. Tu ne peux pas improviser, tu es obligé d’avoir une partition devant toi et c’est dommage. Tu fais de la musique, mais tu ne la ressens pas, tu ne la crées pas..;

Armand : Il y a un fil conducteur qui veut que tu maîtrises les grands classiques et que tu connaisses l’orchestration avant de pouvoir composer de la musique. Mais malheureusement, en France, on s’imagine qu’être un musicien non érudit c’est faire de la musique de basse classe qui plaira à une masse. C’est très caricatural, j’en suis conscient mais c’est une idée qui existe. Il y a une certaine forme de tabou en France. Être musicien, c’est avoir fait du solfège.

}

Photo par Maryieh.

2×2 places : Bon Entendeur, La Chambre de Mary Jane @ Darwin 23/07

dans ART ET CRÉATION

Le Type t’offre des places pour la venue à Darwin de l’équipe Bon Entendeur qui régale chaque mois l’hexagone d’une mixtape sur les internets.

}

Lancé en 2012, la plateforme Bon Entendeur s’est rapidement imposée sur la toile comme un pourvoyeur très qualitatif de mixtapes, de nouveautés et d’autres raretés sonores en tout genre. Avec un tropisme pour la scène française, les trois passionnés dépoussièrent de vieux classiques (Bardot, Aznavour…) pour les remettre sur le devant de la scène. Plus récemment, les compères ont décidé de crever l’écran et de produire des prestations bien réelles, à coup de DJ set surprenants et délicieux, à base de ce qui se fait de mieux dans la musique contemporaine et pas seulement. Le Type se réjouit donc de leur venue à Bordeaux, qui plus est dans un lieu particulièrement agréable de notre belle ville ; Darwin. Ce sera également l’occasion de (re)découvrir le duo La Chambre de Mary Jane, habitué du lieu et qui ne déçoit jamais. On t’offre des places pour cette soirée.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Bon entendeur 23/07  »
(Nom + Prénom + email)

2×2 places : Cracki Night w/ Agar Agar, Ménage à Trois @ Darwin 20/07

dans ART ET CRÉATION

Nouvelle (très) belle soirée en perspective du côté de Darwin mercredi 20 juillet, avec la team Cracki Records qui viendra foutre une grosse ambiance sur la rive droite avec Ménage à Trois, Agar Agar et un DJ set de l’équipe. Le Type offre 4 places.

}

Après Nowadays Records et Roche Musique, c’est au tour d’un autre label français de venir investir la rive droite : Cracki Records. L’histoire de l’écurie se conjugue au pluriel, avec 4 potes qui décident sur la fin des années 2000 de s’investir dans le champ musical. Ayant dans un premier lieu à cœur d’organiser de jolies teufs dans des lieux improbables et atypiques, c’est avec un malin plaisir qu’on retrouvera l’équipe au sein d’un spot particulièrement emblématique de cet état d’esprit depuis quelques années à Bordeaux : Darwin. Toujours à l’affût, Cracki a révélé et soutenu de nombreuses belles promesses hexagonales et au delà (Los Porcos, Renart, L’Impératrice, Apes & Horses ou la dernière belle signature Lucien & The Kimono Orchestra). Mercredi prochain, ce seront deux poids lourds de la maison qui sont conviés pour régaler le public bordelais, avec la pop à la cool des anglais de Ménage à Trois et la « synth-pop entremêlée d’une acid disco survoltée » (dixit le site du label si si) d’une autre belle promesse de l’écurie : Agar Agar, que le Type avait notamment croisé au Hors Bord festival en avril dernier. Pour ceux qui ne situeraient pas le duo, on ne saurait que trop vous conseiller d’écouter la sucrerie « Prettiest Virgin », prémisse d’un EP à venir en septembre qu’on attend avec (grande) impatience. Un DJ set de la team Cracki est également prévue pour couronner le tout… Ce serait bête de louper ça, non ?

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet «  Cracki Ménage Agar 20/07 »
(Nom + Prénom + email)

2×2 places : BØRNS et La Chambre de Mary-Jane @ Darwin 06/07

dans ART ET CRÉATION

Le Type a 2×2 places à refourguer pour la petite sauterie de mercredi prochain à Darwin pour la première bordelaise de l’américain BØRNS et un DJ set de La Chambre De Mary-Jane.

}

La saison estivale se poursuit de belle manière du côté de Darwin où les artistes de qualité défilent pour le plus grand plaisir des bordelais restés in town, ou même pour les badauds de passage pendant l’été. Après les venues remarquées des labels français Nowadays Records et Roche Musique, c’est un américain qui est attendu mercredi 6 juillet sur la rive droite de Bordeaux. Débarqué du Michigan, on s’étonnera peu de la délicatesse des productions de BØRNS qui rappellent par certain côté la beauté des compositions folk de ses voisins canadiens. Pour autant, Garrett Borns de son vrai nom est à l’image de son parcours personnel ; pluriel dans ses influences. Passé par New York puis s’étant installé à Los Angeles, ce songwriter de talent ficelle de délicieuses mélodies comme l’on conçoit des sucreries destinées à régaler les plus gourmands. Pour cette première venue à Bordeaux, l’artiste partagera l’affiche avec des locaux habitués de Darwin : le duo La Chambre de Mary-Jane, pour un DJ set qui devrait être plein de belles surprises dès lors qu’on connaît l’habileté aiguisée des deux bordelais.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « GWP Born dans ta chambre  »
(Nom + Prénom + email)

2×2 places : Roche Musique Label Night @ Darwin 29/06

dans ART ET CRÉATION

Une partie du label français Roche Musique sera à Bordeaux mercredi 29 juin, avec les talentueux Kartell, Dabeull et Cezaire. Belle soirée en perspective, pour laquelle le Type a quatre places à offrir.

a

Si le Type a déjà eu l’occasion de croiser à Bordeaux certains des protagonistes qui seront présents mercredi prochain à Darwin, il a hâte de (re)découvrir le groove bien frenchie délivré par les trois artistes programmés pour cette belle soirée. Le premier, Dabeull, est une des jeunes recrues de l’écurie Roche Musique. Mais pas le moins expérimenté. Passé par la techno, adepte du zouk et grand adepte de la funk musique, David Saïd de son vrai nom est un musicien aux influences multiples, rendant ses productions particulièrement savoureuses comme en témoigne son dernier EP Fonk Delight sorti sur Roche Musique. Les deux autres musiciens que les bordelais auront la chance de voir évoluer durant la soirée ne sont autres que le fondateur du label, Cézaire, et l’une de ses figures emblématiques, Kartell. Le premier vient de sortir un EP il y a quelques jours (à découvrir plus bas), et peut se targuer d’être à la tête d’un mouvement qui porte les couleurs d’une nouvelle scène électronique française foisonante. Quant au second, Kartell, il n’est plus à présenter et demeure l’une des têtes de file de ce mouvement.

a

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « GRAVER DANS LA ROCHE MUSIQUE  »
(Nom + Prénom + email)

Retourner là haut