Tag archive

Banlieusards

Kery James, un homme à contre courant

dans ÉVÉNEMENTS/REPORTAGES

​Une salle comble attends patiemment son poète. L’atmosphère est palpable, chacun fait son introspection, sait pourquoi il est là ce soir. Des mots, des titres, des idées. Au-delà de représenter un être engagé dans une lutte pour défendre et coexister, Kery James, figure emblématique du rap français depuis plus de vingt années, pose d’un pas assuré son talent de parolier devant un public bouche bée.

Photos : Miléna Delorme
Texte : Noémie Malo
}
Entre respect et attention, nous retenons notre souffle et ouvrons grands nos oreilles. Le rap de Kery James est un rap qui, dès la première seconde, s’écoute. C’est une poésie qui s’interprète et s’intègre. Des mots pour défendre des pensées. Des maux assumés et des revendications émanant de ce personnage. Kery James est un condensé d’honnêteté et de vérité. Il défend des causes, clame son indignation et assume sa rébellion. Kery, artiste différent de la norme – souvent pointé du doigt pour être resté fidèle à ses convictions – sait poétiser ses textes d’une manière limpide, claire et sans détour. Sa versification est urbaine, son art universel, et reste là, gravés dans l’esprit collectif. La force des mots qu’il emploi ne fait que traduire sa volonté authentique de rester fidèle à ses propres convictions.
}
Véritable soldat refusant d’abdiquer, il vient affirmer sa liberté sur scène, bien ancré, face à une salle à son apogée. Accompagné de ses deux amis, Teddy Corona et OGB – présents depuis toujours pour l’épauler, ses écrits ont souvent eu une voix, nous avons eu la chance d’en entendre trois. Communier pour ne former qu’un seul emblème. Kery James, artiste révolté qui agit sans agressivité dans sa lutte pacifique, est resté entier malgré l’évolution de la société et a su imposer son talent de manière évidente. Un artiste parfois doux et doté d’une force simple pour transmettre une émotion délicate, brute et incassable. Inspirez, expirez, fermez les yeux, et écoutez. Il tache de guérir les âmes des Hommes qu’il défend dans ses écrits comme Amal Bentounsi, fondatrice du collectif des familles de crimes policiers qui, face à  l’adversité n’a jamais cédé et à continué sa lutte jusqu’à obtention de justice.
}
Son énergie inexplicable transmise à travers un sourire, un éclat de voix, un souffle, mais aussi un geste, qu’il sait partager avec son fidèle public. Dès le commencement il nous met au défi d’apporter nos 50 pourcents à cette soirée et nous fait vivre une vraie séance de sport : squats, montée de genoux ! Une manière pour lui de transmettre l’énergie pour nourrir notre rage de vaincre, notre envie de relever la tête, notre détermination à ne jamais plier, ne jamais renoncer, ne jamais se sentir assiégé. Pas calibré pour la FM, Kery James puise sa force dans le soutien de son public et reste, grâce à sa rage de vivre, le lyriciste intègre qu’il a toujours été. `
}
Kery James, artiste dont les écrits sont de vrais armes littéraires, ne s’excuse pas de vous gêner, et revendique être à sa place quand il dérange. N’ayant de cesse de se réinventer, d’aspirer à évoluer, on le retrouve sur scène pour sa nouvelle tournée  « J’rap encore ». Au théâtre, dans une démonstration passionnée de la pièce « A vif » dont il est l’auteur où s’affronte deux France distinctes et opposées et bientôt au cinéma à l’affiche de son propre projet de film « Banlieusards ».
}
Charles Aznavour l’avait dit « il faut être optimiste mon frère, tous les grands mouvements ont souffert (…) les portes sont fermées, verrouillées mais elles s’ouvrent petit à petit et plus tu y croiras, plus tu pourras, plus tu réussiras à l’ombre du show business. Aujourd’hui ça sera peut être plus simple parce qu’il y a toute une jeunesse qui te suit mon frère, à l’ombre du show business, le soleil peut se lever… »
}
Ses mots résonneront jusqu’à la fin de ce qui fut un véritable moment de respect et de partage.
}
2.5.0.0
2.5.0.0
2.5.0.0
2.5.0.0
2.5.0.0
Retourner là haut