Tag archive

A l’eau

La FIMEB, union des acteurs électroniques bordelais

dans DIVAGATIONS LOCALES/POLITIQUE & SOCIÉTÉ

Douze acteurs locaux des cultures électroniques viennent de se réunir autour de la FIMEB, la Fédération Inter-associative des Musiques Électroniques de Bordeaux. Pensé pour promouvoir cette culture auprès du public et des élus, ce regroupement d’associations et de collectifs constitue un levier pour consolider la scène de la ville. Un premier événement est prévu le week-end du 21-22 septembre sur le parvis de la MECA dans le cadre des journées du Patrimoine en compagnie des différents crews.

Culture émergente par excellence, la musique électronique a longtemps souffert d’un manque de relais et de soutiens institutionnels pour promouvoir ses activités. Si la donne a bien changé depuis quelques années au niveau national (avec pêle-mêle ; un ancien ministre de la culture aficionados du club Concrete, une légion d’honneur remise à un dj…) comme au niveau local à Bordeaux (à l’image de certains collectifs subventionnés par la Mairie pour organiser divers événements autour de cette culture), il n’en demeure pas moins qu’en comparaison avec d’autres acteurs culturels, les porteurs de projets d’événements « électroniques » ne sont pas forcément les mieux lotis.

La FIMEB : l’union fait la force

Pour répondre à cette problématique et promouvoir leur message, des organisations locales se sont donc regroupées autour d’une fédération, la FIMEB. Comme indiqué sur la page du projet, l’objectif de celle-ci est relativement simple : « unir nos forces pour promouvoir une culture que nous défendons tout au long de l’année ». Quoi de mieux en effet qu’un tel regroupement afin de porter d’une voix unique auprès des élus certaines revendications nécessaires au développement de la filière ? Avec une pléthore d’événements ayant rencontré un succès populaire lors de l’été 2019, les collectifs et organisations locales ont bien démontré l’intérêt de leur activité et du soutien auquel ils peuvent légitimement prétendre.

Derrière la FIMEB, ce sont pas moins de 12 structures qu’on retrouve ; médias, collectifs, associations, promoteurs… Tous se retrouvent autour de valeurs communes et la volonté de défendre leur scène et de développer la culture électronique à Bordeaux. Parmi eux, de nombreux partenaires du Type tels que À l’eau, les Amplitudes, le festival Bordeaux Open Air, Canal 113, Eclipse Collective, Electrocorp, MICROKOSM, Ola Radio, L’Orangeade, SUPER Daronne, tplt ou Les Viatiques. On notera l’absence de certains collectifs et promoteurs locaux, dont on ignore s’ils n’ont pas été sollicité ou s’ils ont tout simplement refusé d’intégrer cette fédération.

Des Journées Électroniques à la MECA

En guise de première étape marquante pour la FIMEB, des Journées Électroniques sont d’ores et déjà prévues les 21 et 22 septembre à la MECA. Ce nouveau bâtiment proche de la Garonne qui accueille notamment le FRAC, l’OARA et l’ALCA a récemment ouvert ses portes et fait figure de haut lieu culturel ici à Bordeaux. Durant ce week-end qui s’inscrit dans le cadre des journées du patrimoine, ce sont 25 artistes des différents crews qui se succéderont aux platines. Deux jours de musique, d’activités et de culture au programme pour une première édition marathon qui pourrait presque s’apparenter à un mini-festival, accessible gratuitement qui plus est.
}

La Coloc, nouveau bail des collectifs à Bordeaux

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

A partir du 14 juillet et pour tout le reste de l’été, un nouveau rendez-vous prend ses quartiers au Café de l’Étoile à Bordeaux : La Coloc. Avec pour objectif de se faire rencontrer différents collectifs musicaux de la ville, cette résidence offrira un espace d’échange privilégié pour ces artistes. Une initiative bienvenue afin de souder et rapprocher certains acteurs de la vie culturelle locale. On a eu l’occasion d’échanger avec Rémi, à l’origine du projet (et également membre fondateur de Microkosm), sur sa vision de la scène bordelaise et de sa volonté de réunir tout ces gens.
)

Le Type : Salut Rémi, peux-tu te présenter et nous raconter un peu ce que tu fais à Bordeaux ?

Rémi : Je suis Rémi, j’habite actuellement à Bordeaux, j’ai fondé l’association Microkosm avec des potes en 2014. En ce moment, je taffe au Café de l’Étoile à Bordeaux, mais aussi à Paris la semaine, dans une association qui finance l’aide alimentaire locale. Ça s’appelle Ernest, et je kiffe ! Il y a pas mal d’événements à gérer et je rencontre pleins de gens cool. En plus, il y a toujours Microkosm en parallèle bien sûr.

Tu peux nous parler un peu plus de Microkosm ?

Microkosm est une association fondée entre ami, peu de temps après le bac, au moment où on venait d’arriver sur Bordeaux. Tout de suite, on s’est mis d’accord pour monter un collectif pour mettre en avant des artistes, toutes disciplines confondues. Aujourd’hui, ça a bien évolué, il y a certainement beaucoup plus d’objectifs qui rentrent en jeu. Les notions comme le local ou l’éco-responsabilité sont aujourd’hui des notions que l’on veut clairement mettre en avant à travers nos événements. Microkosm c’est devenu pour nous aujourd’hui une aubaine pour développer la culture à Bordeaux, et ça c’est gratifiant. Ce que je veux dire c’est que grâce à cette association, on peut mettre en lumière des valeurs qui nous tiennent à cœur. Microkosm, en gros, c’est vraiment un projet de vie pour nous, on ne sait pas où ça va nous mener et on ne veut pas se fermer des portes. On avance et on fait ce qu’on aime.

Et du coup tu te lances dans un nouveau projet, détaché de Microkosm. Peux-tu nous expliquer ce dont il s’agit ?

J’ai envie de monter une résidence cet été à partir du samedi 14 juillet, un samedi sur 2 de 19h à 23h. Je veux créer une ambiance décontracte, à la cool avec des sélections de musique super sympa. Il y aura un happy hour de 18 à 20 heures, avec de la bonne bière pas très chère. Cette résidence aura lieu au Café de l’Étoile et s’appellera « La Coloc ». Aujourd’hui on constate que les collectifs acteurs de la vie culturelle à Bordeaux ont leur projet bien à eux et ne veulent pas forcément en démordre (même Microkosm je pense). Depuis que je suis rentré de mon voyage de 6 mois, il y a plein de nouveaux collectifs en ville qui font le taf, et dont je ne connais même pas le nom. Du coup, je me suis dit qu’organiser des dj set simple dans un endroit cool et neutre, ça pouvait être bonne ambiance.

Le but n’est pas compliqué : inviter 1 ou 2 artistes d’un collectif et pareil pour un autre collectif qui ne se connaissent pas. Je pense que ça favorisera des rencontres entre associations. Ça permettra aussi de croiser des genres musicaux, une dimension qui me semble très importante. D’un point de vue extérieur, on stigmatise énormément un collectif par ses line up et il est difficile d’en sortir après. Ces apéros à la cool, permettront à chacun aussi de se surprendre musicalement !

Cette volonté de créer ce nouveau rendez-vous part donc d’un constat sur la scène bordelaise ; quelle est ta vision de l’évolution de cette dernière sur les 2-3 dernières années ?

La vision que j’ai sur l’évolution de la scène bordelaise est positive. Je ne souhaite pas vraiment regarder ailleurs et comparer Bordeaux à d’autres villes françaises en disant « c’est mieux là bas ».

Pour autant, y-a-t-il certaines villes ou « scènes » qui t’inspirent en France, en Europe ou ailleurs ?

J’aime voir ce qui se passe un peu partout en France. C’est important je pense de voir ce que peuvent faire nos potes dans les autres villes et de connaître aussi les relations entre collectifs, acteurs culturels d’une ville et leur mairie respective. Je pense notamment à Rennes, Lyon ou encore Paris.

Justement, à Lyon, la scène est réputée soudée, avec des acteurs qui se parlent beaucoup. C’est un vivier d’artistes, de disquaires, de labels ou de collectifs assez dense. Qu’est-ce qui manque à Bordeaux pour être au même niveau qu’une ville comme Lyon ?

C’est une bonne question… Ce qui manque à Bordeaux, je pense, c’est avant tout le fait de ne pas forcément se connaître entre collectifs et peut être le fait de s’apercevoir comme « rivaux » alors qu’on devrait tous se voir de manière complémentaire.

Et c’est dans cette perspective que tu souhaites proposer ce nouveau rendez-vous artistique à Bordeaux ? Quels sont les esthétiques qui y seront défendues ?

Je souhaite favoriser l’échange, ouais ! Partage, bonne humeur, bonne musique, bières et soleil. Aussi simple que ça ! Et je trouve que le Café de l’Étoile s’y prête parfaitement. Je ne fixe pas de limite sur les genres joués, même s’il faut quand même prendre en compte le lieu… Par contre, je n’imagine pas de dancefloor : on est vraiment plus axé sur l’écoute de la selecta du dj. On ne se limitera donc pas à la musique électronique. Après, je ne suis pas là pour être le chef d’orchestre. Je laisse carte blanche aux personnes invitées et je veux qu’il réfléchissent ensemble pour leur dj set de 4 heures. En faisant comme ça, ça favorise déjà l’échange en amont, ce qui est carrément mieux je pense.

Pour finir peut être ; quels sont les collectifs que tu as déjà identifié à Bordeaux et que tu as envie de valoriser lors de ce rendez-vous estival ?

De programmé, il y a À l’eau, SUPER Daronne, Basement Tales, Electrocorp, Eclipse, Microkosm et Birouette. J’attends encore des réponses, je ne me fais aucun soucis pour accueillir le nombre de collectif qu’il me faut pour recouvrir la première saison. Je suis ouvert aussi : si des collectifs sont chauds, j’ai encore de la place. Pour info, je peux inviter 12 collectifs cet été. Le 14 juillet c’est la première avec Microkosm (avec S36 et Menthesis) & Super Daronne (avec Taktyle et Junior).

Merci Rémi, bel été et bonne résidence au Café de l’Étoile cet été !
)

Free Music – J’ai attrapé un coup d’amour, un coup d’soleil, un coup de je t’aime

dans ART ET CRÉATION/MUSIQUE

S’il ne fallait qu’un mot pour définir le Free Music, ce serait : bonheur. Chaque année, le Free tient sa promesse : une légère simplicité. Un cadre idyllique, des gens souriants et heureux ainsi qu’une organisation chaleureuse. Le temps chaud de juin où l’été vient à peine de débuter enrobe ce festival d’une aura particulière. C’est un fait, chaque festival est à lui seul un moment hors du temps. Mais le Free… le Free est bien plus que cela. Retour en photos et en mots sur ces deux jours d’amour, de joie et de partage.

Deux jours. Il n’en faut pas plus pour tomber amoureux. Les premiers instants près du lac scellent votre destin. Vous êtes heureux. J’avoue, vous avez un peu couru pour poser votre tente – et créer un cercle de protection pour les autres qui arrivent (beaucoup) plus tard- là sous les arbres. Mi-ombre, mi-soleil. Vous n’avez plus qu’une sardine, mais, placé stratégiquement, ça tient (Decath, si tu veux une collaboration, je suis prête pour les tutos Youtube). Camp ok. Pass photo-presse autour du cou. Y’a plus qu’à.

Vendredi 22 juin

Le festival s’éveille avec la beauté de Purpleston, un léger trip hop emmené par une femme dont la beauté est telle qu’elle vous rend beaux – oui oui, même en t-shirt et bob Ricard. C’est beau, c’est doux, à l’image du Free. Tout comme Hoshi, du haut de ses 20 ans, guitare à bout portant, elle s’empare de la scène avec brio.

« Je sais parler d’amour, je connais la sémantique » : une phrase qui résonne comme un mantra. Lomepal débarque et nous attire fort comme des aimants. On s’en rappelle encore. Le public est au rendez-vous, prêt à en découdre, sourire aux lèvres et hanche sur le téco, l’homme pâle nous donne chaud. Vendredi soir, 21h30, et déjà ivre de musique. Et le Free ne compte pas nous laisser nous en sortir. Dans le tourbillon de Lomepal arrive un autre homme. Différent dans sa musique et dans son apparence. Un homme grand, imposant, à la voix nuancée. Entremêlé de son doux et grave, le reggae d’Alborosie prend aux tripes. Un peu comme il prend ses dread par la main. C’est une belle allégorie. Il y a une force chez cet homme qui est incroyable. La manière qu’il a de se mouvoir sur scène, sa complicité avec ses musiciens et choristes… C’est un ensemble harmonieux. Du reggae comme on l’aime.

Dans un festival, il est rare d’aimer l’intégralité de la programmation. En tant que « journaliste » on se doit d’être objectif. Mais ; petit 1, je ne suis pas journaliste, petit 2 – il n’y a pas de petit 2. À 22h45, Niska fait donc son entrée en grande pompe. Il a fait du repérage de femmes sur les réseaux, du coup il sait déjà lesquelles sont chaudes et qui ne l’est pas. C’est un gars prévoyant. Puis avec le Skoooul pouloulou, le mâle adulte séduit les partenaires potentielles grâce à des parades uniques et particulièrement complexes qui mêlent chants, danses et étalage de son superbe plumage coloré.

Petit Biscuit et L’entourloop sèment un vent de fraîcheur et de rythme endiablés. Tout y est pour finir la soirée en beauté. Quand surgit face au vent, le coup de cœur de tous les temps : HILIGHT TRIBE. 10 ans d’existence et il me suffit d’un soir pour tomber sous le charme. Proposant une natural trance ou « techno acoustique » mêlant des instruments venus des quatre coins du monde, les musiciens d’HT offrent un spectacle sensoriel. Le son vient de la terre, il réveille en vous votre statut de citoyen du monde. Je me surprends à être triste lorsque le concert se finit, refusant d’entendre autre chose que l’énergie survoltée qu’ils dégagent. Épuisée par les émotions, je m’endors à même le sol – back to the roots.

Samedi 23 juin

C’est un grand jour pour mes copains. Tournoi de pétanque. Ils sont chauds comme le jaune du t-shirt Ricard. Prêt à en découdre avec les équipes adverses. Et porter fièrement leurs couleurs jaune et jaune. Ledit tournoi a lieu de 14h00 à 18h00. 4 heures de boules. C’est plutôt cool. Entre-temps, il y a aussi bronzage sur la plage, baignade dans le lac, combat de sumo, ventreglisse… le tout accompagné des mix du collectif À l’eau (comme le Ricard). Des efforts insoutenables furent déployés pour s’approcher au plus près du cochonnet. N’ayant à peine le temps de finir leur Ricard, le soleil brûlant leur peau (après je leur mettais de la crème toutes les deux minutes hein), la poussière griffant leurs yeux, ils ne purent réussir l’exploit. Après 4 heures de boules, ils finirent bredouilles. 18h00 – un peu d’ombre fera du bien à tout le monde. De l’ombre, et 55 minutes avant le début d’MNNQNS. Du rock. Ça sonne fort, ça riff. C’est beau à photographier, je me régale.

Suite au concours de pétanque, mes acolytes portent tous un t-shirt jaune Ricard. On peut donc se séparer sans crainte, le jaune est visible même de la lune – oui car, il ne faut absolument pas compter sur le réseau. C’est très pratique car j’arrive à les retrouver tout devant Jahneration – groupe que je découvre sur le tas. Et quelle découverte. Appareil photo dans une main, l’autre en l’air, je sautille comme quand j’avais 16 ans – avec beaucoup de ferveur – GROS BIG UP à ce ce groupe qui remercie en live leur photographe (une fille ET OUUUUUAIS – Leah Cold).

Puis c’est au tour de Moha La Squale d’enflammer de Free. Il bouge partout. C’est une vraie pile électrique. J’ai à peine le temps de viser sa face dans mon objectif qu’il est déjà à l’autre bout de la scène. Et là, en furie une photographe passe en courant devant moi. EH. Le crash barrière c’est comme à la piscine. On ne court pas. Puis tu sais, arriver au bout de la scène, il finira bien par repasser devant toi. Ce qu’il – oh surprise – fait. Il a plein plein d’énergie Moha, il est heureux et agréable à voir. Il rap avec ses tripes, ça se voit.

Milky Chance, j’ai pas vu grand chose. Outre le fait que je fasse 1m60 dans une foule de gens grands. Et puis parce qu’il faut bien faire une pause de temps en temps et reprendre du Ricard (notez bien que je ne précise pas le nombre). Mais j’ai quand même eu le temps de prendre une photo d’un membre jouant de l’harmonica. Démontrant ainsi que le rock’n’roll, c’est dans l’attitude et non dans les instruments.

Quand Bruxelles arrive, j’ai déjà du respect partout sur mon nom. Enfin surtout parce qu’un de mes potes chante depuis le vendredi matin « met du respect sur mon nom » donc au bout d’un moment, le respect est là. Pour le coup, tout le Free met du respect sur son nom. Oui, ça devient une sorte de dicton. Caballero et Jean Jass s’en assurent. Ils sont imposants et rythment nos corps. Ça fait du bien. Le reste de la soirée est quelque peu flou. Je passerai rapidement sur Robin Schulz, Panda Dub et Vitalic. Enfin d’ailleurs, je vais même pas y passer. La soirée se termine sans embûche. Au calme sous les pins, près du lac.

Merci à Ricard. Car comme on le dit souvent (enfin, une seule fois, pendant ce week-end), ricard c’est plus qu’une boisson, c’est une famille.

Merci le Free Music. Merci pour ton accueil, ta simplicité, ta joie de vivre. Merci pour tes sourires et ton envie de partager encore et toujours ta vision de la musique.

Merci pour ta diversité. Ne change rien.

À l’année prochaine !

Bordeaux : le guide de la Fête de la Musique 2018

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

A l’approche de la Fête de la Musique 2018 qui aura lieu le jeudi 21 juin, on vous propose un petit guide histoire de ne louper aucune étape d’une soirée qui s’annonce chargée et pleine de belles surprises. Sélection d’événements qui nous font saliver d’avance, entre spots bien cool, collaborations intéressantes et propositions artistiques séduisantes.

Crédit photo : Astrid Lagougine
}

L’Astrodøme x Musique d’Apéritif @ Place du Palais

Récemment arrivé dans le paysage musical bordelais, L’Astrodøme continue sur sa lancée en mettant en place une belle affiche place du Palais avec la team de Musique d’Apéritif. Point central en ville, cette joyeuse sauterie verra défiler une belle brochette d’artistes locaux, de Wizard à Equipe de Foot en passant par le groupe américain L.A Witch ou la formation issue de Haute Savoie Korto.

tplt x L’Orangeade @ Square Dom Bedos

C’est bien connu ; l’union fait la fête. C’est le leitmotiv qui a poussé deux des meilleurs collectifs locaux à joindre leur force pour un événement de taille qui fera la part belle aux belles galettes et aux morceaux de choix dans un cadre d’exception, le Square Dom Bedos. Ayant déjà collaboré pour l’édition 2016 de la Fête de la Musique, tplt et L’Orangeade remettent donc le couvert et s’apprêtent à célébrer comme il se doit le passage vers l’été.

Délicieuse Musique @ Cour Mably

Se déployant au sein d’un des spots les plus cools en ville, Délicieuse Musique inscrit définitivement son rendez-vous comme l’un des temps forts de cette édition 2018 de la Fête de la Musique. Qui plus est, l’équipe réunit un line up impeccable avec une surprise de taille, qu’on peut découvrir dans la mixtape que Délicieuse Musique nous a concocté il y a quelques jours.

Pour Ceux x Findout Music

Rue passante de choix, la rue des Ayres verra pour sa part une autre union investir le Verde Nero ; celle de Pour Ceux et des gars de Findout Music, férus de bass music, de house et d’autres beats en tout genre. Ambiance tropicale garantie jusqu’à « une heure et des brouettes ».

Iboat w/ Sacha Mambo @ au MADD

Après un récent déménagement s’étant soldé par l’événement d’envergure Ahoy, l’Iboat investit le centre-ville de Bordeaux jusqu’à la fin du mois de juin du côté du Musée des Arts décoratifs et du design. La fête de la musique sera l’occasion pour le célèbre ferry bordelais de marquer le coup avec une soirée qui verra notamment le lyonnais Sacha Mambo faire défiler sa sélecta toujours impeccable.

Bordeaux Rock @ Place Fernand Lafargue

Autre spot bien central et stratégique ; la place Fernand Lafargue ! Cette année, c’est la team de Bordeaux Rock qui y pose ses platines pour un « grand bal populaire et moderne ». Aux commandes, on aura le plaisir de retrouver le duo fou 45 Tours mon amour, pour une distribution d’ondes positives rétro, ainsi que Double Tee et Lionel Fantomes qui tient son salon sur la même place le reste de l’année.

FIP @ Rocher de Palmer

Pour tout ceux répugnant à l’idée d’aller s’entasser dans un énième open-air et d’écouter un mélange de disco et de house, une alternative existe à quelques stations de tram du centre-ville. FIP fête en effet au Rocher de Palmer la musique avec plusieurs artistes gravitant dans la sphère jazz world. On y retrouvera la formation bordelaise Robin & the Woods, le jeune prodige de 18 ans Tom Ibarra, Benkadi Quartet et Touré Kunda.

A l’eau x SUPER Daronne @ Crédit Municipal de Bordeaux

Les deux crews trublions A l’eau et SUPER Daronne s’unissent eux aussi pour une teuf également très bien située en plein centre de Bordeaux. On retrouvera aux platines les membres des deux équipes pour ce qui s’annonce être un truc bien chaud !

Raibow Pony x Les Amplitudes @ Place Saint-Projet (rue Sainte Catherine)

Quand deux collectifs s’unissent et proposent un événement en plein sur la plus longue rue de Bordeaux, on peut légitimement s’attendre à un joyeux bordel. Raibow Pony et Les Amplitudes, habitués de la fête bordelaise occuperont ainsi une place de choix en ville, qui s’annonce comme l’un des points de passage obligé de ce rendez-vous musical.

Uni-Tekno 4 @ Doyen Brus

9 heures de son non-stop : c’est la formule proposée par une pléthore de collectif techno à Pessac pour une teuf en open-air bien solide. De quoi régaler les plus teuffeurs d’entre-nous et autres aficionados de rythmes accélérés ou énervés.

Concilio @ l’Iboat

Si la plupart des événements prévus pour la Fête de la Musique en centre-ville s’achèvent relativement tôt (autour d’une heure), les plus gourmands auront malgré tout de quoi se rassasier.  L’Iboat accueillera en effet BinarySound et Les Viatiques, deux collectifs de la région aux esthétiques micro house et minimale, pour finir la soirée en beauté.

Les PIEDS DANS L’O : un mini festival sur la Garonne

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Les premières fois c’est toujours très excitant. Il y cette atmosphère grisante de l’inédit, de la nouveauté, ce tourbillon d’émotion qui ne laisse personne indifférent. On attend beaucoup d’une première édition. Les Amplitudes l’ont bien compris. Fort d’une volonté de collaboration, ils invitent pas moins de trois associations pour naviguer avec eux. Ainsi que le bordelais Laroze. Un bien beau navire nous attend samedi. Le Type est allé discuter de cette initiative avec les Amplitudes.

}

Une soirée, 4 collectif, 1 tête d’affiche

Une première expérience qui laissera entrevoir les perspectives d’avenir. Les Amplitudes ont soif d’aventures. Ils se démènent pour assurer une qualité auditive et visuelle lors de leurs événements. Une programmation qui lie plusieurs associations pour plus de plaisir… Et dans l’optique de regrouper les divers univers du public bordelais. L’aspect collaboratif de ce festival est une vraie volonté de la part des Amplitudes. Ils affectionnent le travail d’équipe et les partenariats. Chacun y met du sien et œuvre pour la réussite de l’événement.

Escapade citadine sur un bateau

Le cadre est simple : une escapade citadine. Une impression de vacances pour ceux qui n’en n’ont pas. Le Marco Polo est idéalement situé pour répondre au critère du festival. Une vue imprenable sur la rive gauche de bordeaux. Un espace intime et agréable. Rajoutez y une folle musique et une plaisante scénographie et voilà. Vous y êtes. Les PIEDS DANS L’O. L’événement ne se limite pas à la musique. Soucieux d’offrir une vraie bulle artistique, une exposition prendra ses aises dans la cale du bateau.

 

de gauche à droite : François, Sarah, Louis, Marvin, Antoine

 

Bordeaux : le guide de la Fête de la Musique 2017

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Conceptualisée par Joël Cohen puis initiée politiquement par Jack Lang en 1982 dans une optique de « démocratisation de la musique », la Fête de la Musique s’est imposée depuis comme un rendez-vous musical incontournable, apprécié des français. A Bordeaux, chaque année, les différentes associations et collectifs de la ville redoublent d’imagination pour proposer des évènements originaux pour célébrer cette soirée. A cette occasion, on a voulu passer en revue, de manière non-exhaustive, les différents évènements qui verront le jour (et la nuit) le 21 juin prochain à Bordeaux.

}

Le plus groovy : L’Orangeade Fête la musique

Après avoir investi l’an passé l’Esplanade Charles de Gaulle avec leurs compères tplt, L’Orangeade a décidé cette année de poser ses platines au sein du Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux. Spot luxueux avec cour intérieur splendide : l’évènement donne l’eau à la bouche, et quand on connaît la capacité du collectif à faire danser les foules avec leurs sons disco, house, soul ou funk, on se dit que la fête sera au rendez-vous. Qui plus est, une conférence sur l’évolution de la Black Music de 1957-2017 sera proposée gratuitement de 16h00 à 18h00.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : groove, musée, black music

}

Le plus chaud : À l’eau Warehouse Party

Coutumiers de belles sauteries locales, les trublions d’À l’eau ont vu les choses en grand pour cette fête de la musique 2017, puisqu’ils investiront mercredi 21 juin la Galerie Tatry. Pour l’occasion, le joyeux collectif posera en toute modestie un système son Funktion One sur lequel Chat Bizarre, Denise, Groovy Eddie, Jean Talu, Manuel Franco, Pläcid, Scott Deboeuf, Sisto Perez et Steph Squirted se succéderont. Une ambiance bien chaude donc, avec un bar et un barbecue pour couronner le tout.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : warehouse, barbecue, drift

}

Le plus rock’n’roll : Allez Les Filles Fête la musique / Concerts + Dancing

Activiste de la nuit bordelaise depuis 1996, l’association Allez Les Filles est bien connue du public bordelais. Avec plus de 1000 concerts à son actif, la structure organise chaque année pour la fête de la musique un évènement populaire et festif, qui fait la part belle à la scène locale. Cette nouvelle édition ne dérogera pas à la règle puisqu’on retrouvera sur la place Saint Michel 3 groupes rocks bordelais avec Wizard (rock prog/math rock), Alexis Evans Trio (60’ s rock’n’roll), Peru Current (garage rock) ainsi que 3 DJ set gorgés de soul, swing, rock’n’roll, sixties, funk et rhythm’n’blues.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : rock, Dancing in the streets, local

}

Le plus arty : MICROKOSM fête la musique aux Vivres de l’art

Toujours soucieux de proposer des évènements qui bousculent les formats « classiques », c’est tout naturellement que le crew Microkosm s’emparera d’un lieu d’exception à Bordeaux : Les Vivres de l’Art. Lieu d’exposition et de création, ce spot magique sera particulièrement bien adapté pour voir résonner les différents missiles lancés par Pnom Pen (Chineurs de Bordeaux), S36 (Microkosm), Radion (Microkosm), Menthesis (Microkosm) B2B Nausicäa, Krysalead (NRGS), Bès (Microkosm), Nuit (Forteresse), SFNL (Microkosm) B2B Matayo .

  • Événement : ici
  • Mots-clés : sphère, techno, marathon

}

Le plus au vert : Banzaï Lab – Fête de la Musique 2017 – Bordeaux

Histoire de sortir des sentiers battus et d’investir une rive droite trop souvent désertée, l’équipe de Banzaï Lab a décidé de poser ses valises Quai des Queyries, « loin du brouhaha du centre ville ». Sur le line up, en revanche, pas question de s’éloigner des fondamentaux qui font la singularité du label, puisqu’on retrouvera pas moins de six artistes, avec Kognitif, Jean du Voyage, Noke, Moonlander, J-Silk et Poumon ! Avec en prime la présence de Cheeko, champion de France End Of The Weak (improvisation hip-hop).

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, exigeance, rive droite

}

Le plus délicieux : Délicieuse Guinguette #1 Fête de la Musique

Le collectif et label Délicieuse Musique aura le privilège d’installer sa scène dans un lieu emblématique du patrimoine bordelais : la Cour Mably. Première étape d’une série d’évènements « Délicieuses Guinguettes » qui sillonneront les quartiers de la ville, cette soirée à base de concerts, Dj, live painting et foire au plaisirs devrait régaler petits et grands. Un line up de qualité également puisque ce sont infinite bisous (en live), Fellini Félin, Leon Revol, Jean Tallue (en live) et le Délicieuse Musique Soundsystem qui régaleront nos petites oreilles.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : douceurs, guinguette, groove

}

Le plus électronique : Synthetize Me – Fête de la Musique de Bordeaux Mériadeck

Pour cet évènement particulièrement ambitieux, ce sont pas moins de trois acteurs culturels bordelais qui se sont fédérés avec la Bibliothèque de Mériadeck et la Mairie de Bordeaux. Organ’Phantom, BassDay et La Canopée proposeront ainsi le 21 juin un voyage autour du thème du synthétiseur ! C’est à Mériadeck que les festivités se dérouleront, avec une programmation extrêmement solide et alléchante, avec FAIRE (Paris), Gendarmery, le collectif Manaya Project, le duo Tuff Wheelz, un DJ set de La Canopée, Christina Monet, Memory Scale et Zebra Lova. Un atelier de découverte de Little Bits (découvrir par l’expérimentation comment est sculpté le son) est également prévu.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : synthétiseur, expérimentation, solide

}

Le plus éclectique : Heures Heureuses – Le Chalet Fête la Musique

On ne pouvait pas envisager une Fête de la musique sans cet acteur majeur de la scène culturelle bordelaise qu’est Darwin ! Ce 21 juin, des Heures Heureuses particulières verront donc se succéder différents artistes locaux, dans un soucis d’éclectisme si cher au lieu. Don Gardener, Blue Bombay, Colonel Mushroom, Moloch/Monolyth, SIZ, tRiKiNi et Père Dodudaboum (clavier J.C.Satàn) enchaîneront du rock au post punk kraut psych en passant par la folk, grunge noise garage ou l’acid hard rock !

  • Événement : ici
  • Mots-clés : Darwin, éclectisme, rive droite

}

Le plus hip hop old school : Fête la musique – Block party with Sugarhill Gang à l’IBoat

Pour cette édition 2017 de la Fête de la musique, l’IBoat a mis les petits plats dans les grands, puisque ce n’est ni plus ni moins que le groupe mythique Sugarhill Gang qui squattera le bateau pour le faire tanguer façon Block Party ! Entouré de graffeurs, DJ et autres break dancers locaux, une bien belle fête complète est à prévoir du côté des Bassins à Flot.

  • Événement : ici
  • Mots-clés : hip hop, old school, breakdance, graffiti

Les 5 pépytes de – À l’eau

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Le collectif À l’eau propose depuis un certain moment bon nombre de festivités à Bordeaux, La Rochelle voire Paris, avec l’ambition de s’exporter encore d’avantage. Passionnés, Alix, Tommy, François, Grégoire, Adèle et Florian ont notamment investi ici l’IBoat et le Bootleg (où ils fêtent d’ailleurs cette semaine les quatre ans de la salle), en invitant régulièrement des artistes de la scène house française et européenne, du niçois Sweely au lyonnais Pablo Valentino en passant par l’anglais Greymatter, notamment. Si la bonne ambiance règne à chacune de leur soirée, une grosse attention est portée au line up, toujours de grande qualité et bien équilibré. Puisqu’on retrouve régulièrement une partie de l’équipe aux platines en warm up ou en closing, on s’est dit que ces diggers auraient quelques conseils musicaux avisés à partager.

}

Sylvester – Over and Over (1977)

}

LB aka LABAT – Ideal Freedom (2016)

}

Kez Ym – Escape To The Vibe (2015)

}

Shanti Celeste – Nu4him (2015)

}

Sweely – Lost In My Feelings (2016)

}

1×2 places : À l’eau w/ Secretsundaze, Leroy Washington @ Bootleg Birthday 24/03

dans ART ET CRÉATION

Deux places à gagner pour une des soirées organisée par l’équipe d’À l’eau à l’occasion des quatre ans du Bootleg ; ce sera vendredi 24 mars avec Secretsundaze et le bordelais Leroy Washington.

}

Le verdict est tombé la semaine dernière : à la fin du mois de mars 2017, le Bootleg sera contraint de fermer ses portes. Après plusieurs mois de lutte, et plusieurs années au service de la vitalité culturelle bordelaise, la salle accueillera donc ses dernières soirées. Dès lors, quoi de mieux, pour célébrer le lieu et son équipe, que d’y retourner festoyer autour d’un line up de qualité ? C’est le programme concocté par le collectif À l’eau, qui y propose du 23 au 25 mars, une semaine de festivités. Le vendredi, c’est le duo londonien Secretsundaze qui se chargera d’égayer l’ambiance pour leur première à Bordeaux ! Artistes, mais aussi promoteurs d’événements (les fameuses fêtes du même nom se déroulant les dimanches à Londres) ou même dirigeants du label éponyme, James Priestley et Giles Smith sont des activistes reconnus de la scène électronique européenne et mondiale. Pour les accompagner, l’incontournable Leroy Washington, délivrera un de ses derniers sets dans un Bootleg qu’il a eu l’occasion d’arpenter un grand nombre de fois. Si une page se tourne à Bordeaux avec la fermeture d’un tel lieu, on peut se satisfaire que cela se fasse en compagnie d’artistes aussi talentueux !

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet «  Secret Bootleg Bday À l’eau 24/03 »
(Nom + Prénom + email)

1×2 places : À l’eau invite Sweely (live) @ IBoat 02/03

dans ART ET CRÉATION

Le À l’eau crew convie le français Sweely pour venir faire vriller l’IBoat jeudi 2 mars. Le Type sera de la partie et t’invite avec lui : deux places à récupérer ici bas !

)

Le mois de mars s’annonce chargé pour les gars d’À l’eau qui, entre plusieurs dates de prévues à l’IBoat ou au BT59, ont également programmé une semaine entière d’événements à l’occasion du quatrième anniversaire du Bootleg. Pour inaugurer ce marathon, c’est une belle promesse de la musique électronique hexagonale qui se chargera d’entamer les hostilités : Sweely. Si l’artiste niçois écume depuis un certain temps les clubs de France et de Navarre, bon nombre d’aficionados ont pris connaissance de son travail lors d’une prestation jouée et enregistrée (ci-dessous) lors de l’édition hivernale du Weather Festival. Délivrant une house martiale et sans concessions, le producteur touche-à-tout avait su convaincre par l’énergie et la maîtrise de son set. L’équipe d’À l’eau complétera le tableau avec Manuel Franco et un b2b entre Groovy Eddie et Steph Squirted

)

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Sweely à l’eau 02/03 »
(Nom + Prénom + email)

https://youtu.be/GKrG5UXzdU8?t=1

Le Bootleg fête ses 4 ans aux côtés des bordelais

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

Joyeux anniversaire Le Bootleg ! En 4 ans, la salle s’est imposée comme un acteur incontournable de la vie culturelle nocturne bordelaise avec une programmation concert et club qualitative. Pour souffler cette quatrième bougie, l’équipe a offert des cartes blanches à trois collectifs bordelais qui s’efforceront de proposer différentes esthétiques, à l’image de la pluralité artistique qui prévaut à Bordeaux.

4}

4 ans au service de la vitalité culturelle bordelaise

Voilà maintenant 4 ans que Le Bootleg s’efforce de proposer aux bordelais une programmation exigeante qui faisait jusqu’ici défaut en centre-ville. Ouverte en 2013, la structure associative est devenue un des piliers de la nuit à Bordeaux, avec plus de 30 000 adhérents et plus de 300 concerts au compteur (auxquels il convient d’ajouter toutes les soirées clubs organisées en son sein depuis). Si la salle peut aujourd’hui se targuer d’avoir trouvé son public, l’histoire du Bootleg a été tourmenté, et son futur reste à écrire. Un an après son ouverture, en mars 2014, le lieu subit en effet une fermeture administrative très préjudiciable. La résistance s’organise : une campagne de crowdfunding plus tard et des mois de travaux permettront au Bootleg de ré-ouvrir en grande pompe en octobre 2014. Depuis, le Bootleg poursuit ses efforts pour proposer une programmation de qualité, entre rock, garage, métal, funk et musiques électroniques pendant les soirées clubs. Dans une dimension économique sociale et solidaire, l’association valorise à son échelle les cultures alternatives de la ville et d’ailleurs. Son quatrième anniversaire sera donc l’occasion de célébrer la vitalité culturelle locale !

)

)

Une programmation anniversaire confiée à des collectifs locaux

Afin de fêter dignement ses 4 ans, Le Bootleg a convoqué 3 collectifs bordelais pour la programmation. En tout, les festivités s’étaleront sur un mois, une première semaine étant programmée par la salle elle-même. Pour le reste, on retrouvera des promoteurs locaux déjà très actifs à Bordeaux ; Microkosm dans une veine techno industrielle, le collectif tplt responsable des excellents événements aux Vivres de l’art Le Salon / Le Verger, ou encore les trublions de À l’eau et leur hédonisme électrique. Entre jazz, rock, funk, house ou techno, tout le monde devrait s’y retrouver. Au-delà des différentes chapelles musicales, les formats des événements varieront sur ce mois de célébration, puisqu’en plus des concerts, on aura notamment l’occasion de faire la fête jusqu’au petit matin pour les soirées club, de voir un spectacle d’impro ou d’apprécier en afterwork une expo. Histoire de s’y retrouver, un visuel vaut mieux qu’un long texte (cliquer sur le visuel ci-dessus pour tout voir).)

)

Toutes les infos sur la programmation :

2×1 places : A l’eau w/ Pablo Valentino & Real D. @ IBoat 01/12

dans ART ET CRÉATION

Deux places à récupérer ici-bas pour la prochaine A l’eau party à l’IBoat jeudi 1er décembre. Les joyeux trublions invitent ce coup-ci une haute figure de la scène house française et une valeur sûre locale : Pablo Valentino et Real D.

}

Après de belles festivités au Bootleg en compagnie de Greymatter, A l’eau récidive pour une soirée qui s’annonce très chaude. Cette fois, c’est le lyonnais Pablo Valentino et le bordelais Real D. qui sont convoqués pour une distribution de galettes. Le premier est un sacré digger, activiste sur plusieurs front : il est résident du Sucre avec ses soirées Children Of The Drum (dont la prochaine se déroule samedi avec Mad Rey et LB aka Labat) et également fondateur de FACES Records, de même qu’il co-dirige MCDE Recordings (avec Monsieur Danilo Plessow aka MCDE). De son côté, Real D. fait son bonhomme de chemin ; après un week-end londonien où il partageait l’affiche du Nest avec Project Pablo, le bordelais jouera une nouvelle fois à l’IBoat deux semaines après la deuxième GROUND d’Electrocorp où on l’avait croisé sous son alias Jam for Real (avec Jus Jam). Rinse France vient de publier un de ses sets que vous retrouverez plus bas. Le Type a donc hâte de croiser ces deux artistes passionnés et passionnants, et vu qu’il aime bien être accompagné, il offre deux places à deux chanceux.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Real Pablo 01/12 »
(Nom + Prénom + email)

2×1 places : A l’eau w/ Greymatter et Chat Bizarre @ Bootleg 11/11

dans ART ET CRÉATION

L’hiver approche, mais les gars d’A l’eau continuent d’œuvrer au réchauffement des corps, en proposant une nouvelle soirée à Bordeaux ! Ce coup-ci, c’est un membre de l’écurie Wolf Music qui sera de la partie vendredi au Bootleg : l’anglais Greymatter. Avec le local Chat Bizarre pour l’accompagner, la nuit risque d’être bien chaude. Le Type a des cadeaux.

}

  • Line-up : Greymatter, Chat Bizarre (A l’eau).
  • Orgas : les gars sûrs d’A l’eau
  • Musique : house / funk / groove
  • Spot : Bootleg
  • Date : vendredi 11 novembre
  • Mots-clés : Brighton / House music / Mr Bongo / digger
  • Le conseil du Type : préparer son meilleur pas de danse

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Greymatter Bootleg 11/11  »
(Nom + Prénom + email)

}

2×1 places : A l’eau w/ Sheitan Brothers @ IBoat 06/10

dans ART ET CRÉATION

Deux places à gagner ici pour la soirée du jeudi 6 octobre à l’IBoat organisée par le crew A l’Eau, qui invite pour l’occasion Sheitan Brothers.

}

Après un été à avoir arpenté certaines villes françaises pour distiller leur bonne humeur, l’équipe d’À l’eau pose ses platines à l’IBoat pour sa rentrée des classes à Bordeaux. Pour cette dernière, le collectif bordelais a décidé de placer la soirée sous le signe du groove planétaire avec les Sheitan Brothers. Disco turque, boogie brésilien, funk tunisien ou électro syrienne : le duo de digger aime à surprendre son public en dégainant pépites sur pépites. On peut donc s’attendre à coup sûr à une sélecta aux petits oignons, qui sera complétée par un set de Martin Sanka et du A l’eau Soundystem. Pour cette nuit qui s’annonce (très) chaude, le Type met en jeu deux places.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ta place pour la soirée ; like la fanpage du Type et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « A l’eau Sheitan  »
(Nom + Prénom + email)

2×1 places : À l’eau Family Tour @ IBoat 04/08

dans ART ET CRÉATION

Deux places à remporter pour le passage à l’IBoat du crew À l’eau le jeudi 4 août dans le cadre de sa tournée estivale pleine de groove, avec pour l’occasion Martin Sanka (live), Jules Dubreuil, The Tom-Tom’s & Chat Bizarre.

}

L’été file bon train mais certains ne chôment pas. C’est le cas d’À l’eau qui enchaîne les dates dans toute la France, de Bordeaux à Paris en passant par Arcachon ou La Rochelle. Le 4 août, c’est l’IBoat qui accueillera la fine équipe, un lieu bien connu des quatre artistes qui se partageront l’affiche. Entre disco, house ou techno, une chose est sûre, c’est que les sélectas sont semble-t-il chauffées à blanc et les gars prêts à foutre le feu partout où il mettront les pieds cet été. Dans un esprit purement estival et familial, avec pour seul mot d’ordre une distrib de groove et d’ondes à la cool, Martin Sanka (live), Jules Dubreuil, The Tom-Tom’s & Chat Bizarre vont définitivement faire bouger notre été, à commencer donc par cette soirée à l’IBoat le jeudi 4 août. Le Type t’offre deux places pour l’accompagner couler le bateau.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « A l’eau Tour 04/08  »
(Nom + Prénom + email)

2×1 places : A l’eau invite Boussole @ Bootleg 16/07

dans ART ET CRÉATION

La connexion Bordeaux-Toulouse passe par le Bootleg ! Les locaux A l’eau convient samedi 16 juillet le collectif et label toulousain Boussole Records à l’occasion de la sortie de leur nouvelle compilation. Deux places à gagner.

}

Deux heures de route séparent la capitale de la Nouvelle Aquitaine et celle de l’Occitanie : Bordeaux et Toulouse ont toutes les deux des scènes électroniques en effervescence, avec chacune leur collectifs et autres assos qui œuvrent à leur manière à faire bouger les nuits de leurs villes. Samedi 16 juillet verra donc la rencontre de deux de ses représentants respectifs avec le collectif bordelais A l’eau qui invite le label toulousain Boussole Records. Tout deux bien implantés dans leur ville, les deux entités fêteront ensemble au Bootleg les 3 ans et la sortie de la troisième compilation des toulousains. Si le crew est composé d’une vingtaine de membres, pour l’occasion on retrouvera deux des membres du label en la personne de Kendal et de Filiber, tandis qu’A l’eau sera représenté par Chat Bizarre et qu’un guest est annoncé… Une belle soirée en perspective avec un plateau composé de sang frais et placée sous le signe de la house music et pour laquelle le Type a deux places à faire gagner.

}

▬▬▬▬ INFOS PRATIQUES▬▬▬▬

Evènement Facebook

 Pour gagner ton pass pour la soirée ; like la fanpage et like le post concernant le jeu concours ou envoie un mail à
contact@letype.fr en objet « Boussole à l’eau 16/07  »
(Nom + Prénom + email)

Retourner là haut