Quentin Chaya


















Courant octobre, nous sommes partis à cinq, direction la forêt amazonienne. Une crew internationale (deux Français, deux Mexicains, un Américain) dont les membres correspondent au profil suivant : “ne se nourrissant que de tarentules vivantes, artisans émérites dont la matière d’œuvre est la peau de boa et, cela va sans dire, capables de marcher jusqu’à 250 kilomètres par jour“. Chronique d’un stage de survie en milieu hostile.

Située sur les rives du Rio Negro et à proximité de son confluent avec le fleuve Amazone, Manaus, presque 2 millions d’âmes, est la capitale de l’Etat Amazonas. C’est

Amazonez-moi : bienvenue en Amazonie ! (2)


Courant octobre, nous sommes partis à cinq, direction la forêt amazonienne. Une crew internationale (deux Français, deux Mexicains, un Américain) dont les membres correspondent au profil suivant : “ne se nourrissant que de tarentules vivantes, artisans émérites dont la matière d’œuvre est la peau de boa et, cela va sans dire, capables de marcher jusqu’à 250 kilomètres par jour“. Chronique d’un stage de survie en milieu hostile.

Mon aventure possède un préambule. Celui-ci prend la forme d’une quête. Celle de petites pilules blanches. Pour être plus précis, du médicament tenant lieu de rempart contre une maladie qui vous …

Amazonez-moi : le départ et ses galères (1)


Après un vol long de onze heures et une heure passée à la douane, je réussis tant bien que mal à indiquer ma destination à un « taxiste » (traduction littéraire de « um taxista » parce que oui, depuis son séjour au Brésil Le Type est bilingue).

Réduire la personne qui empoigne fermement le volant, au travers de gants en cuir à petits picots au simple rang de conducteur de Taxi, serait des plus réducteurs. Le définir comme tel constituerait une grave insulte envers ses talents. Le qualificatif convenant le mieux pour synthétiser ses compétences sur route est celui de “pilote“. Oui, …

Sao Paulo : Hector le taxiste et Serguï le russe