Pam Risourié : 8 tracks fragiles

dans MUSIQUE/SÉLECTA

Apparu récemment sur nos radars, Pam Risourié débarque de Paris où le groupe a déjà fait des siennes dans des hauts lieux de la scène rock-psyché-pop de la ville et de ses environs, à l’image du Pop-Up du Label, du Supersonic ou du Chinois à Montreuil. Avant un second EP (Noctessa) qui paraîtra au printemps, Pam Risourié entend bien faire parler de lui, à commencer par des nouvelles dates, dont une à Bordeaux le samedi 8 février à La Voûte, sur l’invitation des locaux de Flippin’ Freaks. Histoire de capter un peu mieux l’univers de la formation parisienne, on lui a demandé de nous confier quelques morceaux autour d’un thème choisi pour l’occasion : la fragilité.

Crédit photo : Juliette Delivertoux

My Bloody Valentine – Sometimes

« La cwême de la cwême, le titre le plus beau du monde, sorry« .

Whirr – Bogus

« On aime beaucoup ce groupe qui a des sonorités un peu plus blackgaze, Nick Bassett leur guitariste a joué dans Deafheaven, cela expliquant ceci. Ce titre, c’est parce qu’on peut être bogus et fragile en même temps ».

Goth Babe – Dazed

« Un titre plutôt bedroompop simple et sublime qui donne envie de sortir faire la fête dans sa chambre ».

Ulrika Spacek – Ultra Vivid

« Ce morceau c’est la lumière, qui brille sur nous mes frères ».

LSD and the Search for God – Starting Over

« On hésitait entre celle-là et un titre de Slowdive, dans le même esprit. Mais là on a chaud, on fond, nos mâchoires se contractent un peu et on est plus très sûr de la matière qu’on touche. On s’ouvre, on se dit qu’on est sensibles et on se fait des câlins. Au moins. »

Sonic Youth – Tunic Song For Karen

« L’hommage de Kim Gordon à Karen Carpenter, décédée des suites d’une anorexie mentale. Okay c’est pas très joyeux, c’est même bouleversant mais le morceau est magnifique. Et c’est l’histoire d’une fragilité et d’une personne brillante, de type star ».

Sting – Fragile

« On s’enfonce dans l’extrême noirceur du malus avec cette chanson qui pique comme une aiguille et déchire comme un dard. Évidemment. How fragile we are… »

Machine Head – Beautiful Mourning

« Juste pour l’intro. Parce-que c’est l’intro la plus fragile du monde, délicate et sensible comme une rose éphémère ».
)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

Retourner là haut