Night Mess #3 : et si on questionnait la notion d’identité ?

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS

Organisé par les étudiants de seconde année de l’ICART Bordeaux (école de médiation culturelle et de marché de l’art), Night Mess revient pour une troisième édition habiter les lieux de l’espace Saint Rémi le 29 mai au soir. À travers des expériences artistiques immersives et décalées, cette soirée inédite sera l’occasion de questionner la notion d’identité à savoir faire découvrir à chacun les différents masques que peut revêtir l’art.

Rencontre musicale et artistique pluridisciplinaire, Night Mess réunit DJ’s, peintres, photographes et graphistes. Et puisque l’art n’a pas de frontière, des talents locaux et internationaux seront mis à l’honneur à l’occasion de cette troisième édition.

L’espace Saint-Rémi réhabilité

Après une seconde édition autour de la fameuse Factory d’Andy Warhol, cette année les étudiants décident de bousculer la vision du public en faisant évoluer les artistes au cœur d’une scénographie unique, alliant néon, miroir et jeux de transparence. Le tout dans l’espace Saint-Rémi et son église, édifiée entre les XIe et XVIe siècles. D’abord magasin à fourrage, puis magasin des douanes, écurie, garage pour enfin finir réserve du musée d’Aquitaine, l’espace Saint-Rémi accueille désormais des expositions artistiques temporaires et des événements culturels éclectiques. Éclectique tel est le mot qui définit la programmation tant attendue de cette troisième édition.

La notion d’identité au sein des projets

En longeant les murs de cette espace atypique, on pourra tomber sur une série de peintures des artistes Xing Xiao et Xiyue Hu, mettant en scène l’identité au sein de frontières identitaires et politiques. À ces côtés, des instants de vie capturés par Octave Pineau, qui joue avec les formes géométriques de son environnement afin de composer ses photographies. Côté musique, on retrouvera le trio incontournable des Amplitudes pour donner de l’amour en rassemblant le public autour de bonnes ondes mais également un DJ-set en fin de soirée assuré par l’artiste autodidacte Thomas Gosset allias Toums. Il y présentera des œuvres originales créées pour l’événement. Le DJ émergent Billy Vers les accompagnera avec son originalité et sa musique qu’il définit comme « musique d’asile » aux côtés de Cepren synth (Victor Gaudin).

Enfin, nos oreilles auront le plaisir d’entendre le projet musical (et visuel) Tolo the Grandpa qui s’inscrit dans une mouvance lo-fi. La maison éclose, maison bordelaise de Drag 2.0 se déplacera pour l’occasion avec T.Beast et La Señorita Maryposa. Le collectif Si (?), association qui vise à promouvoir et diffuser les œuvres des artistes adhérents, abordera le thème de la sexualité, autour de l’exercice du monologue. Le tout, animé par le duo Poulets Pastaga qui déambulera au travers des sculptures de Lucas Leclercq afin d’interagir avec le public. L’art de la danse aura l’honneur de se greffer à cette soirée en compagnie de Claudia, Lola, Morgane et Isolde qui nous viennent toutes les quatre du Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique et de la Danse de Bordeaux. Pour cette soirée mystérieuse leurs corps se laisseront aller vers une danse innovante et poignante. Enfin, un atelier de Flash tattoos sera également de la partie. Sans oublier les artistes Clément Houbart, Mathilde Lacombe et Lucie Duranson, qui sont réunis pour nous présenter leurs œuvres d’art en s’interrogeant sur la notion d’identité.

Mais Night Mess #3 nous réserve encore des surprises. Deux nouveaux noms viennent d’être annoncés ; Wenceslas Joch et ses peintures transcendantes aux côtés de Marie Viard et ses images à l’univers mélancolique.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ANNONCES

Retourner là haut