Festival Bordeaux Rock, numéro 15

dans ANNONCES/ÉVÉNEMENTS/MUSIQUE

Du 23 au 27 janvier, le festival Bordeaux Rock investit la ville du même nom pour une quinzième édition qui met les petits plats dans les grands. En invitant artistes de renoms et talents locaux émergents, l’événement applique une recette qui a fait ses preuves et qui fait le succès d’une manifestation culturelle bordelaise devenue à bien des égards incontournable.
}

Né en 2004, Bordeaux Rock a été l’un des témoins majeurs de l’évolution de la scène musicale locale, de ses mouvements et ses dynamiques. En 15 ans, des salles ont fermé, d’autres ont ouvertes. Des groupes ont percé, certains se sont éteints. L’esprit rock, lui, perdure. Dans ses caves, à travers ses labels, ses disquaires : il continue à essaimer ici et là, et à faire de la capitale girondine un foyer riche de créativité artistique. Qu’il s’agisse de rock ou de ses déclinaisons, mais aussi de certains versants des musiques électroniques : Bordeaux a de sérieux atouts à promouvoir.

Scène locale & stars internationales

Comme à son habitude, la soirée du jeudi (24 janvier) sera dédiée à la scène locale. De 19h30 à 1h30 et avec un tarif unique (un pass à 5 euros), il est ainsi possible de découvrir pas moins de 22 groupes bordelais, dans 8 lieux emblématiques du centre-ville : L’Astrodøme, Quartier Libre, L’Avant Scène, le Void, la Tencha, la Voûte, l’Imperio et L’Antidote. Parmi les nombreux artistes programmés, difficile de faire un choix entre le duo queer Pointpointvirgulepointvirgulecrochetparenthèse (20h00 à L’Avant-Scène), le rock noise de Courtney & the Wolves du crew Flippin’ Freaks (19h30 à L’Astrodøme) ou l’electro-punk de Daisy Mortem (21h00 à La Tencha). Pour tenter de se décider, on a d’ailleurs demandé à l’équipe du festival-elle même de nous concocter une playlist dédiée (à découvrir ici).

A ne pas manquer aussi : TH da Freak, à retrouver en première partie de Thurston Moore Group, le dimanche, en clôture de l’événement. L’une des forces de Bordeaux Rock réside résolument dans cette capacité à faire partager l’affiche et la scène entre artistes émergents locaux et stars du rock. L’ouverture du festival (mercredi 23 janvier) verra d’ailleurs une autre légende du milieu fouler la Salle des fêtes du Grand Parc : Peter Hook (ancien bassiste et chanteur de Joy Division et New Order) avec son projet Peter Hook & The Light. Une belle prise pour l’équipe organisatrice et les 15 ans du festival.

Bordeaux Rock, à l’écoute de son territoire

En investissant notamment la Salle des fêtes du Grand Parc, le festival affiche son attachement à des lieux qui ont fait et qui inventent encore la culture locale. Trois des concerts de Bordeaux Rock auront lieu dans cet espace ré-ouvert en 2018, en plus des autres salles exploitées. Parmi elles, l’Iboat sera encore une fois cette année de la partie, avec notamment la soirée du vendredi soir placée sous le signe de l’EBM et des esthétiques industrielles, avec un plateau de choix. On aura la chance d’assister à un live attendu de Terence Fixmer et de l’anglais Douglas McCarthy. A leurs côtés, c’est Patrick Codenys du génial mythique duo belge Front 242 ainsi que deux crew locaux, Microkosm et Departed qui assureront le reste des hostilités.

Fixmer Mccarthy, par Daniela Vorndran

A travers cette place accordée aux collectifs de la ville ainsi que l’utilisation du réseau de salles qui font le quotidien de la scène musicale indépendante locale, Bordeaux Rock renforce avec brio son ancrage territorial. Pas étonnant dès lors de voir l’association à l’origine de l’événement se développer et proposer au fil de l’année de nouveaux rendez-vous qui s’imposent progressivement dans la région. C’est le cas avec Musical Écran, qui célèbre, une fois le printemps venu et en partenariat avec l’Utopia, les documentaires musicaux, avec une programmation aux petits oignons défricheuse et passionnante. C’est aussi, pendant l’été, Les Plages Pop, dont la septième édition en juillet dernier a joliment marqué le coup par son impeccable sélection d’artistes.

Pour lancer la saison, c’est donc le festival éponyme qui fêtera sa quinzième édition, avec un hommage au guitariste des groupes bordelais Sincabeza et Nuer ; Philippe Rey.
}

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de ANNONCES

Retourner là haut