Interview : 47ter – Pierre-Paul, Miguel et Blaise


Ils sont trois. Ils viennent « gâcher tes classiques » en reprenant une instrumentale connue, avec des instruments peu communs et des paroles qui leurs sont propres. Un freestyle quoi. Mais pas que, leur freestyle N°5, qui reprend l’instrumentale de « Niggaz In Paris » par Jay Z et Kanye West au mélodica et au pad, a dépassé les 2 millions de vues sur Facebook en un mois et demi. Une belle maîtrise. Ils commencent doucement à faire parler d’eux et multiplient les scènes. Leur force ? Ne pas tomber dans le piège du freestyle à profusion. 47ter compose. Ils viennent poser les maux d’une jeunesse qui n’a pas vraiment de mots. Rencontre en marge de leur concert au BT59 avec un trio qui « Petit à petit, (ils font leur) nid, Pendant qu’petit à petit, (ils vont), niquer des mères » (il faudrai un jour m’expliquer c’est quoi le délire avec les rappeurs et le fait d’aller niquer des mères).
)

Le Type : Le freestyle c’est un exercice de style pour tout rappeur qui se respecte. Comment s’articulent les vôtres ?

47Ter : On avait quelques morceaux, mais pas assez pour alimenter régulièrement une page Youtube. Ils nous fallait un format facile et on a adhéré au concept du freestyle. Les freestyle on était très bien accueillis, ils faisaient six fois plus de vues que nos propres sons. On a du coup créé plusieurs intros, histoire de nous faire connaître et de fidéliser une communauté avant de relâcher la pression et d’affirmer nos morceaux.

Le freestyle sur scène ?

Oui. Ils sont travaillés en format scène. Avec une prod, basse, enfin tout est bien travaillé pour que le freestyle prenne vie en concert.

Les influences de 47ter, elles viennent d’où ?

Orelsan nous inspire beaucoup. J’ai commencé le rap (Pierre-Paul) avec « Le chant des sirènes ». Cet album, il m’a vraiment retourné la gueule. Il m’inspire beaucoup. Il est vrai dans ces textes. Il raconte des choses qui me parlent.

Les retours du public ?

Quand on réalise que des gens viennent nous voir en concert, on trouve ça incroyable et perturbant. On a fait plein de scènes différentes et c’est toujours un défi. Le premier concert, la toute première fois qu’on voyait notre public, le morceau « Plus tard » se lance, et les gens chantaient. Et j’ai arrêté de chanter, je ne m’entendais plus. On a des bons retours car les gens qui nous connaissent par nos freestyles ne s’attendent pas à ce que nos lives soient travaillés.

L’actu ?

On a notre deuxième EP en préparation. On prévoit de le sortir début 2019. C’est un vrai enjeu pour nous car on va pouvoir voir si les gens suivent. Là, notre emploi du temps est bloqué jusqu’en septembre prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *