Eclectype #45 – La playlist bordelaise – octobre 2018


Rendez-vous mensuel pour découvrir de nouveaux artistes issus de la scène bordelaise tout en redécouvrant des pépites locales bien de chez nous, enfouies parfois dans les bas-fonds des internets. Sans trier, on sélectionne de manière éclectique dans cette playlist des univers parfois très différents, du rock psyché à la house en passant par le hip hop ou la musique de chambre, toujours dans une démarche de promotion de la création émergente à Bordeaux.

}

Chocolat Billy – Délicat déni

Découvert par erreur sur la programmation d’une salle indé lyonnaise, Chocolat Billy maîtrise la confection de « tubes interstellaires » qui lorgnent vers tout un tas d’esthétiques, pour un rendu global follement plaisant.

}

Pastel – Walk Away


Tourné l’été dernier, le clip fait « maison entièrement » de « Walk Away » de Pastel rend un bel hommage à Bordeaux. En nous transportant des Bassins à Flot jusqu’à la plage de La Salie, les trois bordelais démontrent leur attachement à leur belle région et leur capacité à ficeler des mélodies pop et rock bien foutues. On découvre la suite de leurs efforts dans leur dernier EP dispo sur leur Bandcamp.

}

Yudimah – The Team (Live session)

Difficile, à l’écoute aveugle de « The Team », de situer Yudimah sur la carte du rap jeu bordelais. On aurait plutôt eu tendance à pointer une ville d’Outre Atlantique telle qu’Atlanta ou Compton. Bel et bien de chez nous et autant à l’aise dans la langue de Molière que dans celle de Shakespeare, l’artiste vient de sortir un album, Opus, qu’on invite tout un chacun à découvrir rapidement !

}

SØR1 – Melted

SØR1 ne fait pas dans la demi-mesure et le démontre bien avec son EP Acid Tints, qui porte bien son nom. En trois tracks, l’artiste pousse les murs à coup de techno bien vénère et d’acid bien corrosive, dépassant allégrement les 140 bpm.

)

Epais + Top Langouste – Antilope


Malaise pesant et à la fois réjouissant à l’écoute d’Epais qui réussit à tisser une toile bien envoûtante où l’on marche « les pieds brûlés ».

Oney – On ira


18 ans, bordelais : Oney vient de sortir son premier album SAS il y a deux mois. Inspiré autant par le rock, le jazz ou la techno, c’est surtout à l’écoute d’IAM, NTM, Nekfeu ou Alpha Wann qu’il affute son style, tout en lorgnant vers les US avec Joey Badass ou Travis Scott dans le casque.

)

Belly Button – Shapes And Shades


Formé dans les années 90 à Bordeaux, le duo Belly Button s’est parfaitement inséré dans les années 2010 puisqu’il a notamment financé son dernier album Bleat sur la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank. Au-delà, c’est bien son rock aux accents punk qui regarde vers l’avant, à l’image du titre « Shapes And Shades », issus de l’album pré-cité.

)

Supachill – Sofa

Si ce crew n’est pas à proprement parler un groupe issu de Bordeaux, c’est sur un label bien de chez nous que les 8 gars de Supachill ont récemment signé : Banzaï Lab. En concert au Krakatoa le 7 novembre, le groupe mélange soul et hip hop avec brio ; à découvrir en live !
}

Leon Revol – Y

Après avoir enchaîné les dates cet été, notamment sur Bordeaux, Leon Revol revient avec cette signature sur Noire & Blanche, sous label house de Délicieuse Musique, où il partage le skeud avec notamment le lyonnais Folamour, excusez du peu !
}

Alba Lua – Ne Répond Pas


(Re)découvert en première partie d‘Altin Gün à l’Iboat le 23 octobre dernier, le groupe Alba Lua balance des tubes pop ultra planants et envoûtants, toujours agréables à écouter en vue de se plonger dans des songes psychés.
}

D’autres Eclectypes avec d’autres artistes locaux à découvrir :


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Eclectype #45 – La playlist bordelaise – octobre 2018