Daily archive

septembre 13, 2018

Au cœur de l’urgence Climaxtique

dans DIVAGATIONS LOCALES/MUSIQUE

On vous l’avait dit, cette année le Festival Climax, pour cette quatrième édition, a mis l’accent sur le combat qu’il mène dans la réflexion sur les enjeux climatiques et environnementaux, surtout dans une ère où les besoins climatiques sont de plus en plus importants. Évidemment, comme chaque année, le festival nous permet aussi de bénéficier de la présence d’artistes divers et variés. Ça avait lieu du 6 au 9 Septembre, Le Type était présent : on vous raconte tout.

Crédit photo : Astrid Lagougine

Cette année, le Climax était moins dispatché entre le Rocher de Palmer et la caserne Niel ; la majeure partie de la programmation s’est déroulée à la Caserne. La manifestation ne s’est déroulée au Rocher que lors de la première journée du festival pour les conférences et les concerts du rappeur Médine, épaulé en première partie par les rappeurs bordelais Guezess et Fayçal. Tout le reste du festival s’est déroulé à la caserne Niel, qui était séparée en plusieurs scènes, permettant ainsi d’avoir le choix parmi plusieurs artistes différents. Il y avait une scène au niveau du Gorille, une autre au niveau du skatepark, une scène gérée par un dj set de Radio Nova, et une scène au niveau du chalet. Cette deuxième soirée nous a permis de (re)découvrir des groupes électro-pop tels que Kid Francescoli, mais également le groupe bordelais Camel Power Club qui a mis le feu en début de soirée. La soirée s’est terminé avec la présence du fameux Quentin Dupieux aka Mr Oizo.

La journée du samedi est celle qui nous a le plus marquée. C’est lors de cette journée qu’a été diffusé le film sur Jane Goodall, marraine du festival cette année, nous montrant ainsi son combat pour préserver notre environnement et en quoi elle est une source d’inspiration pour le projet dans lequel le Climax s’est lancé. Cette journée du 8 septembre fut marquée également par l’absence de Hamza qui s’est excusé de n’avoir pu être là. Cela n’a pas empêché que ça soit une soirée particulièrement excitante : effectivement, tout était fait pour qu’on puisse passer une belle soirée. On avait donc en « entrée » Jane Added qui mettait le feu au niveau de la scène Skate park, avec des sons tel que « Back to Summer », « Look at them », ou encore « Both side ». Puis, en plat principal nous avions eu droit à un show d’une performance inouïe, le rappeur Denzel Curry sur la scène Gorille, venu faire monter notre cardio en déchaînant la foule avec des sons tels que son fameux « Ultimate », ou encore « ULT ». Après avoir bien dégusté entre pogos and Banger, on pouvait profiter d’un dessert façon radio Nova avec un DJ set de qualité. La cerise sur le gâteau fut apporté par Etienne de Crécy qui nous a régalé pour venir clore la programmation musicale du Festival. Le Climax s’est conclu par des conférences concernant la question migratoire notamment, mais également l’impact de la crise écologique sur l’espèce humaine.

Le Climax est un projet qui s’est donné pour responsabilité d’éveiller les consciences sur la question climatique afin de comprendre les enjeux et l’impact que ça a sur notre société, mais aussi de nous rappeler qu’il est important de collaborer afin d’améliorer la situation. C’est dans cette démarche que le Festival nous régale depuis 2015 et cette année ce fut encore une réussite.

         

Roscella Bay, une quatrième édition qui prend le large

dans MUSIQUE

Fort du succès de ses trois premières éditions, le Roscella Bay festival réitère son exercice de style du 20 au 23 septembre prochain, avec une programmation toujours aussi pointue, variée et une aire de jeu revisitée, plus arborée, les pieds dans l’eau.

Cette année, ce n’est plus la friche industrielle du Gabut mais le chenal menant au Vieux Port de la Rochelle (site de 4000 m2) qui va se retrouver envahie par le groove de MCDE, déjà présent lors de la première édition, ou encore des sélectas qualitatives de Mad Rey et Simo Cell. Cette année il y aura deux soirées d’ouverture ; une le jeudi sur le France 1, un mythique navire météorologique classé avec une ribambelle d’artistes locaux, et une autre le vendredi qui sera comme à son habitude gratuite mais sur invitation ; on aura l’occasion de pogoter comme il se doit sur les phases des suisses Makala, Di-meh et SLIMKA sous leur blaze XTREM Tour. Présent aussi ; ISHA, prêt à lâcher de gros bangers. Les jours suivants, le système son oscillera entre la house de Levon Vincent, la musique world de Nu Guinea, la new wave de DMX Krew et plein d’autres artistes de talent.

A noter également comme nouveauté cette année l’inauguration des Croisières Roscella. Elles sont au nombre quatre, se dérouleront les après-midis des samedi-dimanche et seront l’occasion d’aller serrer la main à Passepartout au fort Boyard ! Les places sont limitées, donc soyez prévoyants. Au-delà d’une programmation très riche et innovante qui gravite entre musiques électroniques et black music, le Roscella Bay se démarque par sa démarche éco-responsable (en visant notamment l’objectif zéro déchets par festivaliers) et son envie de vouloir mettre en avant certains créateurs de talents. Une quatrième édition qui s’annonce déjà très alléchante sur le papier, et à laquelle on participera à cœur joie !

Retourner là haut