Le Climax, festival hyper-responsable


Pour sa quatrième édition du 6 au 9 septembre à Darwin et au Rocher de Palmer, le Climax Festival renforce son propos et son engagement sur les sujets environnementaux tout en maintenant un cap artistique très ouvert. Quatre jours de fête, de concerts, de discussions, de conférences et de réflexion collective particulièrement bienvenus à l’heure où l’urgence climatique et le besoin de se rassembler se font de plus en plus ressentir.

Un festival responsable et engagé

Manifestation culturelle hybride, le Climax Festival propose depuis 2015 une expérience forte à son public ; faire la fête, profiter de concerts, certes, mais au-delà, l’événement s’inscrit dans un cadre plus global de réflexion sur les enjeux climatiques et environnementaux. Chaque édition est l’occasion de passer un cap supplémentaire dans la dimension écologique du projet. En 2016 c’est par exemple le lancement du « Darwin alert » en marge du festival, avec 20 ONG qui s’engagent à interroger le personnel politique français sur la question des énergies fossiles. Cette année encore, le festival vise une organisation à l’empreinte climatique la plus faible possible et continue son travail de réflexion.

« La culture pour changer le monde »

En plus de son engagement sur ces questions, le festival propose en effet aussi des conférences, discussions, tables rondes en vue d’échanger sur ces thématiques. Avec des invités de marque tel qu’Edgar Morin ou l’ancienne ministre de l’écologie Cécile Duflot, cette partie du festival promet de passionnants échanges et un fort « éveil des consciences ». L’anthropocène, les migrations, le braconnage, la surpêche, l’urbanisme ou les phénomène migratoire sont autant de sujets qui y seront débattus. La question des réfugiés est par ailleurs une préoccupation majeure pour le festival puisque, avec le soutien d’Emmaüs France, Climax met en place un « devoir de fraternité » avec la reconversion des loges des artistes en village d’accueil d’urgence.

30 heures de musique, 40 concerts

Côté musique, le festival continue son exploration de différents courants musicaux, donnant à cette manifestation un caractère très ouvert artistiquement. On retrouvera notamment la très versatile Jeanne Added, aux côtés d’artistes plus électroniques tels que Mr Oizo (aka Quentin Dupieux, auteur du récent Au Poste) ou Etienne de Crecy pour un dj set de derrière les fagots (on garde en mémoire sa belle prestation lors de la première édition du festival). Le groupe Rendez Vous et son post-punk énervé seront aussi de la partie, de même que plusieurs artistes orientés hip hop tels que Médine ou Hamza. Une programmation assez diversifiée qui fait la part belle à de multiples esthétiques, qu’on pourra écouter et (re)découvrir à Darwin ainsi qu’au Rocher de Palmer.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Le Climax, festival hyper-responsable