La MUE, tremplin des musique urbaines de Banzaï Lab


Le tremplin des Musiques Urbaines et Émergentes est une initiative du label bordelais Banzaï Lab. Il vise à offrir une chance à de jeunes producteurs et artistes issus de la région Nouvelle Aquitaine de se faire connaître et d’être accompagnés dans leurs diverses démarches. Une pré-sélection de 15 artistes sera suivie du choix d’un jury le 10 avril et du vote du public le 2 mai.
}

Un tremplin laboratoire au service des musiques urbaines

Souffrant encore d’un manque de reconnaissance des institutions, les « musiques urbaines » s’apparentent pourtant à un terreau particulièrement fertile auprès de jeunes artistes aux influences de plus en plus ouvertes. Cette appellation relève d’un spectre très vaste, puisqu’on y retrouve des courants aussi variés que le hip hop, la bass music, le beatmaking, le trip hop, nu funk, nu soul, dub, etc…

C’est ainsi que l’équipe de Banzaï Lab, soucieuse de révéler les artistes de cette nébuleuse musicale, a décidé de mettre en place un tremplin pour voir émerger cette nouvelle génération de musiciens. Une véritable opportunité puisqu’à la clé, le gagnant pourra prétendre à une signature sur le label Banzaï Lab, un enregistrement d’un EP avec la sortie d’un clip et une programmation pour la soirée des 10 ans du Rocher de Palmer en plus d’un accompagnement pendant deux ans ! Le deuxième du classement ne sera pas trop mal loti avec une programmation prévue pour une soirée du label, 3 jours de résidence et la captation vidéo d’un live.

La MUE, initiative locale

S’adressant uniquement à des artistes, groupes ou beatmakers issus de la région Nouvelle Aquitaine, ce nouveau tremplin est une initiative portée par Banzaï Lab en partenariat avec plusieurs autres acteurs locaux. On compte ainsi parmi eux l’association L’Ampli basée à Pau, ainsi que Le Rocher de Palmer de Cenon, la Rock School Barbey (Bordeaux), la fédération Hiero de Limoge, la salle de concert Le Sans Réserve de Périgueux, ou encore Rock & Chansons (Talence), le Krakatoa et Beaub’FM.

Avec pour ambition de se pérenniser, l’évènement s’appuie sur l’expertise de Banzaï Lab, acteur incontournable de la scène musicale indépendante locale et des esthétiques de musiques urbaines. Très active sur le territoire, la structure défriche au quotidien un bon nombre de projets musicaux singuliers, et trouve avec ce tremplin un nouveau moyen de renouveler ses sources. La première phase de sélection a permis au label de voir émerger dans ses radars des artistes tels qu’Obsimo, DNA, Met.h.ode, Sweet High Time Crew, Yuman, Fast ou Lehmanns Brothers… Une deuxième phase verra le jury trancher pour choisir trois lauréats le 10 avril, avant que le public n’élise à son tour celui ou celle qui l’aura le plus convaincu.
)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La MUE, tremplin des musique urbaines de Banzaï Lab