CaMéo : cinéma aventureux pour jeune public girondin


Le 9 février dernier, a eu lieu au cinéma de Saint-Médard-en-Jalles l’avant-première du film Bravo Virtuose du réalisateur d’origine arménienne Levon Minasian. La projection était suivie d’une rencontre avec le réalisateur, le producteur du film Robert Guédiguian et le compositeur Michel Pétrossian. Cette discussion a eu lieu dans le cadre de CaMéo, un dispositif de l’ACPG, réseau des salles indépendantes de Gironde qui vise à soutenir les salles de proximité girondines menacées par l’installation de multiplexes aux logiques avant tout mercantiles. A travers cette action, il s’agit également de proposer des activités cinéphiles aux salles du réseau (activités jeune public, tournées de cinéastes etc…). On vous en dit plus sur cette initiative.
)

CaMéo : pour une nouvelle génération de cinéphiles girondins

Le débat qui a eu lieu avec le public au au cinéma de Saint-Médard en Jalles à la suite de la projection de Bravo Virtuose était donc animé par des lycéens faisant partie du dispositif CaMéo, un label coordonné par les Cinémas de Proximité de la Gironde (ACPG). Destinées aux jeunes de 12 à 20 ans,  plusieurs actions sont menées dans ce cadre : de la programmation de films d’actualité à de la médiation culturelle en passant par des séances accompagnées de conférences, débats, concerts ou même des interventions dans des lieux de la vie locale.

Toutes ces animations sont proposées afin de faire découvrir à ce jeune public, des films qu’ils n’iraient pas voir spontanément et de les sensibiliser à un cinéma plus diversifié (« plus aventureux » pour reprendre les mots de Robert Guédiguian, producteur du film Bravo Virtuose !). Ce dispositif est un espace de découvertes pour ces jeunes mais c’est également une histoire de transmission car aux travers de comités de jeunes spectateurs/programmateurs, ce sont eux qui se chargent d’organiser des projections de leurs films « coups de cœur » afin de les faire partager au plus grand nombre comme ce fut le cas au cinéma de Saint-Médard-en-Jalles pour Bravo Virtuose.

La rencontre avec le réalisateur arménien Levon Minasian

Le film Bravo Virtuose traite avec humour de cette jeunesse arménienne qui se bat pour créer une société plus juste, représentée ici par Alik, jeune musicien prêt à tous les risques pour son orchestre. Son parcours sera chaotique… Levon Minasian ayant accepté de répondre aux questions du public présent dans la salle, il a insisté sur le fait  que ce film est le fruit d’une production arménienne, française et belge. Jusqu’à présent, les co-productions entre le cinéma arménien et l’Europe étaient plutôt rares, mais aujourd’hui c’est devenu indispensable car l’État arménien ne soutient plus autant qu’avant l’industrie cinématographique.

Le réalisateur est revenu sur son film et sur son intention, d’une part de tourner en Arménie dans des décors naturels, et d’autre part de faire une comédie là où on attend plutôt un film social. Pourtant, si le ton du film paraît léger, le sujet ne l’est pas car il aborde la place de l’art dans un monde ultra-libéral où l’argent décide de tout. Robert Guédiguian, réalisateur de nombreux succès en France, et producteur de ce film, a tourné il y a une dizaine d’années Voyage en Arménie et a constaté, à l’occasion de ce film, que la production en Arménie s’est développée. Évoquant le cinéma au sens large du terme, il regrette une certaine standardisation. Il prône et incite le public à la découverte, à la curiosité en allant vers un cinéma dont il ne sait rien tel que le cinéma arménien. La musique tient un rôle majeur dans le film. Le compositeur Michel Pétrossian a écrit la musique en répondant à quelques exigences du réalisateur : elle devait être chantée, saccadée et obéir aux contraintes du scénario.


)

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *