Le Rose et Le Noir, le festival DIY de We Are Vicious


La famille artistique We Are Vicious organise un « festival DIY » le vendredi 16 et samedi 17 février. Deux jours pour célébrer les esthétiques chères aux bordelais ainsi que « l’absence de limites, de clivages, et une furieuse envie de s’amuser ».
)

We Are Vicious : absence de limites et expérimentations

Ni collectif ni label, We Are Vicious se fiche pas mal des étiquettes et préfère concentrer ses efforts à définir son identité artistique en défrichant de nouveaux projets excitants et en agrandissant sa famille au fil des rencontres. Constitué actuellement de 6 projets, dont deux internationaux (JPEGMAFIA et CURTA), le crew produit albums, collabs, remix et clips dans une veine vicieuse et perverse comme en témoigne sa page Facebook « à propos« . Définir la ligne artistique d’une telle nébuleuse n’est pour autant pas chose aisée.

Comme l’explique d’ailleurs Denis, l’une des têtes pensantes de WAV et moitié du duo Daisy Mortem : « On s’en branle de la hype, on s’en branle d’être dans le coup ou pas. Notre seul guide c’est le fun ». Passant allégrement du noise-rap au post punk, c’est avant tout l’envie d’expérimenter et de casser les codes qui intéresse la famille bordelaise. Habitués de l’organisation de concerts et d’évènements, c’est tout naturellement qu’on les retrouve donc derrière un tout nouveau festival à Bordeaux : Le Rose et Le Noir.
)

)

Un festival DIY de deux jours sur deux lieux et neuf artistes

Le vendredi 16 et le samedi 17 février, We Are Vicious investira donc deux lieux emblématiques de la culture underground de Bordeaux pour mettre en place la première édition de son festival. Clin d’œil au roman de Stendhal ou simple allusion à « la période emo, les poèmes suicidaires sur des skyblogs, l’internet des années 2000, Avril Lavigne » ? Chacun choisira la signification de l’intitulé de ce nouveau rendez-vous culturel. Le Rose et Le Noir proposera un menu copieux avec six groupes, trois DJs, une dessinatrice ou encore un tatoueur, le tout en orchestration avec Fauchage Collectif, des activistes de la scène artistique parisienne qui viendront faire leurs premiers concerts à Bordeaux. Avec ses soirées « Graisse auditive » ou « Goutte d’acide » bien agitées, le collectif est particulièrement actif et vient d’ailleurs de monter son propre label Fauché Records.

Au-delà, la programmation de ce festival DIY reflète bien les esthétiques défendues par les deux équipes. Le premier soir au El Chicho, on retrouvera le trio Princesse Näpalm et ses influences entre punk énervé, R&B auto-tuné et sonorités technoïdes, mais aussi la formation localo-portugaise Daisy Mortem, ainsi que RAPEnREVENGE à base de « turbo chanson française et un DJ set de CRISTOF SALZAC. Le deuxième soir au VOID sera tout aussi intéressant avec le rap crasseux 2.0 de DALLA$, la synth pop crado de Casio Judiciaire, la techno dark gogol de Cyclikweetos et un DJ set du bordelais Pakun Jaran. Un beau programme qui mêle allégrement « musique dark et ambiances flashy. Le punk et la dance ». Parce que, comme l’indique Denis de We Are Vicious « on est déjà ringards alors qu’on a vingt piges ».
)



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *