Climax Festival : live report et interview d’Isaac Delusion 2/2


Retour sur le Climax Festival avec ses équipes, son lieu, son public et bien sûr ses artistes, avec notamment le groupe Isaac Delusion qui a accepté de répondre à quelques unes de nos questions.

)

Oyez, oh yeah ! Le jour J, celui qu’on attendait tous depuis un moment est enfin arrivé. La grisaille était à l’honneur durant ces trois jours du Climax Festival, mais une énergie des plus volcaniques s’est pointée à l’horizon. Victime de son succès, le festival a connu ces dernières années une fréquentation en hausse. Cet énorme terrain de jeux qu’est le parc Palmer a été aménagé pour les festivaliers. Deux scènes et un club ont été mis en place pour groover jusqu’au bout de la nuit. Bien plus d’artistes cette année comme La Femme, Isaac Delusion, Polo & Pan, Jacques et bien d’autres, qui nous ont permis de nous échapper durant un instant. C’était une ambiance bon enfants, familiale dans laquelle il était bon de s’y retrouver. Comme un arrêt dans le temps, le Climax Festival nous a emmenés loin, très loin…

Étienne de Crecy a répondu présent pour célébrer l’ouverture du Climax Festival. Les présents ont été nombreux pour ce live délicieusement gratuit !

Un grand jour pour le Climax Festival

Jeudi 7 septembre, le fondateur de Darwin Philippe Barre et le co-fondateur Jean-Marc Gancille annoncent en fin d’après-midi la conférence de presse qui a eu lieu en plein cœur du parc. De quoi nous donner un avant-goût de ce festival… Pour ouvrir le bal, Peter Doherty nous a fait l’honneur d’interpréter ses classiques. Au plus grand plaisir des festivaliers étant venu en masse pour l’acclamer et qui n’ont pas été déçu du résultat. Invité de marque et artiste le plus attendu du festival, Paul Kalkbrenner nous a offert un live grandiose. Ce génie à laissé à notre euphorie l’occasion de se dévoiler. Groupe incontournable de cette année, La Femme, nous a donnée une bouffée de chaleur durant quelques heures. La team parisienne nous a offert une ambiance joliment euphorique. Sans oublier Charles X, Part Company et Moloch/Monolyth qui ont enflammés la scène avec leurs rythmes endiablés.

 

Une rencontre avec Isaac Delusion

Pour clôturer cette première journée de festival, Isaac Delusion, groupe de musiques parisiens mélangeant pop, folk, électronique mais aussi de petites touches funky, nous a accordé une interview. Jules et Loïc, membres fondateurs, nous propose une traversée dans le temps en nous faisant découvrir des sensations musicales jusque-là oublié. Doux héritiers de la new wave et ayant baigné dans l’univers de la french touch, le duo et leurs acolytes (Nicolas, Bastien & Cédric) instaure une toute nouvelle vision de la musique pop. Leurs musiques inspirent les rêves qui sommeillent en nous, elle est intouchable. Lorsque voix androgynes, musique électronique, basse et maitrise d’instruments en tous genre se rencontre cela forme une harmonie somptueuse qui nous emmène dans un univers parallèle.

« Je pense que tu ne te trouves jamais et c’est ce qui te pousse à te dépasser. À partir du moment où tu as atteint la plénitude, quelle est ta raison de continuer ? ». À l’occasion de ce festival, Isaac Delusion nous a donc parlé de son dernier album Rust & Gold. Nouveau départ pour ce groupe qui revient en piste accompagné d’un nouveau label indépendant, Microqlima, mais aussi d’une nouvelle et fraiche équipe qui est la leur. Leur quatrième opus se compose de douze titres comprenant cette fois-ci une musique en français, la seule, l’unique, « Cajun« . Le groupe a voulu rendre hommage à sa langue natale toute en légèreté, nous emmenant voyager dans le sud des États-Unis.

« On avait envie de surprendre, de faire quelque chose de très différent. C’était la chose à l’opposé de ce que l’on pouvait faire en temps normal donc on a essayé. L’idée était de surprendre. » nous raconte Jules Pacotte du groupe. Cet album à la fois mystique et envoutant veut sûrement sans le vouloir nous faire comprendre quels obstacles l’homme doit affronter pour avancer, coincé entre rouilles et or. Loïc Fleurry : « On avait envie de surprendre et de faire quelque chose de différent ». « Dans notre morceau « Isabella » on y dénonce les standards de beauté. On a voulu mettre en avant les personnes qui ont plus de difficultés à trouver l’amour, à être aimés. C’est assez beau comme message. On est content qu’elle soit allée en cette direction » rajoute Jules.

Passionné de musique mais aussi de cinéma, on peut ressentir dans leurs compositions la présence toute particulière de David Lynch. Leur musique projette une ambiance conçue par une force mystérieuse. « Il y a forcément des œuvres qui nous ont marqués et cela prend une grande place dans nos interprétations. On s’est inspiré de l’univers cinématographique, je pense aux films de David Lynch ou encore Michel Gondry. Tout ce qui tourne autour de l’imaginaire nous inspire. » mentionne Loïc.

Isaac Delusion a donc su apporter son propre style, sa signature.

Nouvelle journée du vendredi, entre Paradis et voguing

Vendredi 8 septembre, en cette fin d’après-midi, Paradis nous a emmené sur un petit nuage avec leurs voix suave et rythmées. Comme un retour dans les années 80, la foule était conquise. The Kooks nous a rappelé nos années de débauches d’il y a quelques années, ambiance électrique pour ce live tout aussi nostalgique. Le groupe ayant reçu et donné le plus de love durant ce festival est sans aucun doute Franz Ferdinand. Ce live coloré a su mettre en transe les festivaliers, chantant tous en cœur, la plus attendu « Take me out ». Voyage sous les tropiques en compagnie de Polo & Pan, ou encore performance hallucinante de Jacques faisant de chaque objet un son étonnant. Pour clôturer cette soirée, Kungs acclamé devant cet immense public, a fait danser les foules avec son live tout aussi atypique qu’énergique. Le Rocher de Palmer, aménagé pour l’occasion, a été transformé en club durant ces deux derniers jours de festival. On répondu présent pour ce vendredi, Midland, Bianry Sound et Kiddy Smile. Ambiance new-yorkaise pour cet artiste où l’on se serait mis à voguer en plein milieu de la piste.

 

Un samedi oriental et sous le signe du rap game

Samedi 9 septembre, le maître de l’électro syrienne, Omar Souleyman était là, Mesdames et Messieurs, pour notre plus grand plaisir… Il y a eu comme de l’amour dans l’air durant le live d’Amadou et Mariam. Ce duo romantique nous à rempli d’émotions. Des sensations fortes, on en a eu « gavé » durant le live de S-Crew. Ce groupe incontournable du rap francophone a su mettre en transe le public. Pour ce dernier jour, Fakear a eu la générosité de nous transporter dans une autre dimension. Nombreux ont été les musiciens talentueux qui l’ont entouré ce soir là. Hallucinante performance d’Agar Agar sur la scène du Rocher de Palmer. Ambiance arty et punky pour le groupe le plus rafraîchissant de cette saison.

L’alimentation et le climat au cœur du festival

30 conférences dont 20 heures de débats ont été organisé spécialement pour cette cause. Plus de 40 intervenants (politique, conférenciers, journalistes…) ainsi que 25 ONG ont été mobilisées pour l’événement. Le contenu de notre assiette préoccupe de plus en plus les mentalités, elle concerne notre santé, la condition animale ainsi que la production agricole. Avoir une alimentation plus saine, en partie végétarienne serait l’une des réponses au défi climatique. « Demain tous végétariens ? », telle est la question dans cette conférence animée par le co-fondateur et directeur de le Transition Écologique de Darwin Ecosystème Jean-Marc Gancille. Avec la participation également de Xavier Hamon (chef- slow food), Jean-Luc Fessard (Bon pour le climat), Philippe Pointereau (Solagro), Elodie Vieille Blanchard (Présidente Association Végétarienne de France), Sophie Danlos (Spécialiste micro-ferme) et Pierre Hinard (éleveur bovin), tous ensemble veulent nous faire comprendre quels seront les enjeux si l’on n’adapte pas un mode de vie plus sain dans les années futures. L’ agriculture d’aujourd’hui émet environ 30% de gaz à effet de serre, cela entraîne donc un réchauffement et dérèglement de notre planète. Des solutions sont possibles si chacun de nous réfléchissons à des alternatives pour réduire le poids carbone contenu dans nos assiettes.

Animé par Amandine Lebreton, directrice du pôle scientifique et technique de l’IUFN, cette deuxième conférence essaie de nous ouvrir les yeux sur notre consommation alimentaire. Avec son titre évocateur : « Quand notre alimentation à la goût des autres », nous alerte sur ces produits que nous trouvons la plupart dans les grandes surfaces ne possédant aucune saveur et qui dégrade notre écosystème. Acheter à des producteurs des produits bio et locaux serait l’une des solutions. Ce mode de production permettrait également de créer de l’emploi et redynamiser les zones rurales. Alors on dit OUI, à une agriculture solidaire !

Steack assez ? Anne-Sophie Novel, journaliste et co-fondatrice de Place to B et de la revue Far Ouest et d’autres intervenants tentent de répondre à cette question. 1000 animaux tués par seconde et des milliards de poissons pêchés chaque année sont des chiffres bien trop importants. La population se doit de réagir. La cuisine végétarienne est l’alimentation de demain : elle concerne notre santé ainsi que la protection de notre écosystème. Cette alimentation ne doit pas être qu’une « mode » mais une réelle habitude. Passons à l’alimentation équitable, animé par Pascal Lafargue, président d’Emmaüs Gironde qui nous présente ici le droit à l’alimentation pour tous. Aujourd’hui, 800 millions d’humains souffrent de famines, il faut que ça s’arrête. Avec la participation de José Bové (Député Européen), Claire Nouvian (Bloom), François Collart Dutilleul (Professeur émérite des universités), Arthur Keller (Ingénieur, auteur Adrastia) et Emilie Sarrazin-Biteye (Max Havelaar), pointe du doigt ce sujet peut aborder dans notre société. Le commerce équitable serait l’une des solutions à ce problème. Elle permet aux producteurs de vivre de leur travail tout en respectant l’environnement. Cette production s’installe en France, ce qui permet aux consommateurs de payer à son juste prix leur alimentation.

Meilleur dans mon assiette, meilleur pour la planète ; telle est la devise de cette dernière conférence proposée par le Climax Festival animée par Walter Bouvais, Android & Sheep, fondateur Terra Éco ainsi que d’autres participants tels que Pierre Henri Gouyon (Professeur Sorbonne) mais aussi Amandine Lebreton (Fondation pour la nature et l’homme). Ils nous montrent ici qu’une alimentation de saison, bio et locale est primordiale pour notre santé. Nous sommes que ce que nous mangeons ? Alors pourquoi ne pas adopter une alimentation saine ?

 

Art & ride au Climax Festival

Dimanche 10 septembre, Le Sebdo Show s’est invité au hangar Darwin pour nous faire un remake de leur série qui cartonne sur Instagram ! Au programme projection de leurs épisodes, tirages photos et pleins d’autres surprises. Darwin accueillait également ce dimanche les meilleurs joueurs européens de Bike Polo, des sessions paddle et kayak, ainsi que Laura Lobjoit & Lauren Mahan Valls proposant aux intéressés une séance de yoga matinal face à la Garonne, de quoi occuper la famille en ce dimanche matin. Les artistes ont réussi clairement à s’exprimer durant ce festival, le site étant plus grand, chacun a laissé à son imagination le pouvoir de s’exprimer. La scénographie organisée par le collectif Parenthèse cherche à développer une approche responsable de la création. Présence également de Yann Chatelin, artiste peintre vivant aujourd’hui à Casablanca qui nous a proposé une œuvre des plus originale. Mélangeant courbes, sensualités et forces dans ses œuvres, celui-ci nous a proposé un spectacle bien sympathique.

De nombreux food trucks étaient également présents sur le site. La seule règle était de proposer des plats végétariens, si possible bio et locaux. Les restaurateurs se sont pris au jeu avec succès ! Avec près de 40000 festivaliers présents, Climax Festival nous a offert un rendez-vous des plus captivants, à l’année prochaine !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *