Climax Festival, où comment allier fête et réflexion


Tu pensais que les vacances étaient terminées… Pas d’inquiétude : le Climax festival est là pour t’ambiancer dès cette rentrée, du 7 au 10 septembre. Pour cette nouvelle édition, le festival investi un nouveau lieu : le parc Palmer et ses 25 hectares. Le plus populaire des parcs de Cenon va savoir t’accueillir comme il se doit.

Une troisième édition entre fête et réflexion

«  Faire le choix de promouvoir la diversité des expressions culturelles, c’est faire le choix de la paix et de la tolérance »
Alain David, maire de Cenon et vice-président de Bordeaux métropole.

Pour cette troisième édition, le festival s’agrandit et laisse place à une scène des plus électriques au cœur du parc Palmer. Durant quatre jours, le Climax festival laisse à ta délicieuse folie l’opportunité de s’exprimer, et à ton esprit l’occasion de se cultiver tout en s’interrogeant sur des causes préoccupantes, telles que la santé, l’écologie, la condition animale ainsi que la justice sociale.

« Le climat reste notre axe central et nous abordons cette question chaque année sous un nouvel angle, susceptible de renouveler l’intérêt et l’adhésion de la plus large communauté d’acteurs qui soit. Le poids carbone de notre alimentation s’est imposé comme un thème incontournable cette année. Nous questionnerons cet enjeu avec les meilleurs experts et militants d’une alimentation plus saine et plus responsable. »
Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin (Directeur de la transition écologique)

Des intervenants et partenaires prestigieux

Aujourd’hui ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot est aussi le parrain exceptionnel du festival. Il nous met en garde contre l’impact de notre alimentation sur le climat. En effet, aujourd’hui, le contenu de notre assiette peut être relativement douteux, ce qui peut avoir une conséquence sur notre santé tout en ayant impact sur la production agricole. Pour sensibiliser son public face à ces enjeu, Climax s’associe aujourd’hui à trois fondations importantes que sont l’IUFN, la Fondation pour la Nature et l’Homme et Emmaüs. Ensemble, ces acteurs veulent s’unir pour un monde plus sain.

« Le lien entre alimentation et climat est de plus en plus clair. Ce que nous mettons dans nos assiettes conditionne toute une chaîne d’acteurs qui peuvent contribuer par de nouvelles pratiques à changer la donne en matière d’émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture bio, la permaculture, la condition animale, le poids carbone de l’alimentation carnée, la solidarité internationale, les perturbateurs endocriniens, la surpêche… figureront parmi les thématiques abordées par les meilleurs experts qui sur le terrain se battent pour éviter le pire face à une agriculture intensive et industrielle dont nous avons perdu le contrôle. »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Alimentation et climat au cœur des préoccupations du Climax

Cinq grandes conférences auront lieu dans la caserne Niel à Darwin pour sensibiliser le public sur l’alimentation et le climat. Au total sont ainsi prévues trente conférences avec vingt heures de débats. Elles seront animées par l’IUFN (International Urban Food Network) et par la Fondation pour la Nature et l’Homme, créée par Nicolas Hulot. Les cinq thématiques seront les suivantes :

  • Pour une alimentation décarbonate
     Demain, tous végétariens ?
  • Pour une alimentation solidaire
     Quand notre alimentation a le goût des autres
  • Pour une alimentation plus respectueuse des animaux
     Steack assez.
  • Pour une alimentation équitable
     Vers une justice alimentaire mondiale
  • Pour une alimentation saine
     Meilleur dans mon assiette meilleur pour la planète

Comme vous avez pu le comprendre, le Climax Festival n’a qu’une seule religion : l’environnement.

« L’urgence climatique est la cause que nous souhaitons défendre. L’art, la culture, la fête mais aussi la réflexion sont des moyens pour y parvenir en mobilisant l’émotion et en stimulant la prise de conscience . »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Le festival a mis en place pour le public un mode de transport plus responsable, une alimentation bio et locale mais aussi une maximisation du tri des déchets pendant le festival, dont l’équipe souhaite orienter les citoyens vers un mode de vie plus sain et plus respectueux de l’environnement. En mettant en garde les festivaliers concernant leurs habitudes, les trois quarts de l’impact carbone du festival seraient annulés.

« Nous portons une attention particulière à la scénographie des sites de Darwin et du Parc Palmer où se déroulent le festival. Esprit récup’, landart, graffs, déco brut… sont les ingrédients d’une ambiance qu’on veut vraiment identitaire, pour un festival qui a une âme particulière »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Un festival de mobilisation citoyenne

Cette année, le festival nous donne aussi l’occasion de rencontrer les trente ONG présentes sur le site, comme par exemple Sea Shepherd, WWF, Bloom, La Ruche Qui Dit Oui et bien d’autres encore. De nouvelles associations sont également présentes sur le festival cette année, la plupart engagées autour du même thème, et ont ainsi réussi a s’imposer face à d’importante ONG. Ce village invite donc le public à s’interroger sur leurs propres pratiques, mais aussi à rencontrer ces organisations qui luttent tous les jours pour une alimentation plus responsable.

« Les associations et ONG œuvrant dans le champ de la transition alimentaire seront largement représentées tous les soirs sur le site de Palmer. Nous aurons à Darwin d’autres acteurs associatifs actifs dans l’accueil des migrants, pilotées par notre partenaire historique Emmaüs et des ONG qui luttent pour préserver l’écologie des océans, comme Surfrider toujours à nos côtés. Les thèmes se sédimentent d’année en année ! »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Fondé en 2015, à l’occasion de la COP21, ce festival nous apprend d’année en année à être plus solidaire et plus respectueux de notre environnement. Aujourd’hui le festival est épaulé par la région Nouvelle Aquitaine, Bordeaux Métropole ainsi que par la ville de Cenon.

« Climax est né d’une urgence et d’une opportunité (l’anniversaire des 25 ans de nos amis de Surfrider Foundation Europe). L’envie de mobiliser ensemble les consciences autour de l’urgence climatique a fait le reste. Et nous avions le lieu idéal pour hybrider culture et engagement : Darwin ! »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

Une programmation musicale éclectique et très solide

Cette année, la ville de Cenon accueille donc le festival en mettant à sa disposition les 25 hectares surplombant la ville. Seront mises en place au total deux scènes dans le parc, ainsi qu’un club dans le Rocher de Palmer (ouvert le vendredi et samedi de 01h00 à 5h00).

« Nous ne pouvions plus utiliser l’écrin de la Caserne Niel comme l’année dernière, en raison des tensions qui nous opposent à l’aménageur urbain de cette zone et qui en a acquis le foncier. C’est un crève-cœur mais comme toujours « un mal pour un bien », nous sommes très heureux de pouvoir investir le magnifique Parc Palmer et l’équipement du Rocher que nous propose la ville de Cenon et qui offriront une expérience forte aux festivaliers. »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

Au programme sont prévus une multitude d’artistes tous styles confondus comme La femme, Polo & Pan, mais aussi Paul Kalkbrenner et bien d’autres. Le tarif des pass n’est pas excessif (prix allant de 43 à 110 euros), et le festival est gratuit pour les moins de 12 ans. Le Climax Festival a pour ambition de regrouper des festivaliers de tout âge.

« Vos lecteurs peuvent découvrir la programmation dans les détails sur climaxfestival.fr. Nous sommes fiers de mixer des contenus engagés avec des conférences de haut niveau et la venue de Nicolas Hulot avec des concerts de premier plan et des artistes comme Paul Kalkbrenner qu’on a jamais vu à Bordeaux. A noter aussi une programmation « club » jusqu’au bout de la nuit au Rocher de Palmer »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

La caserne Niel accueillera elle des démos de skates et de BMX, la compétition de bike polo, les performances de street art, ainsi qu’une bonne partie des conférences. Sous le vortex, œuvre emblématique de la caserne Niel, aura lieu la soirée de clôture de 19h00 à 00h.

« Le Hangar est un pilier de la dimension « art & ride » du festival et sera ouvert en permanence. Il accueillera notamment le « sebdoshow ». Les aficionados de la figure emblématique de la scène Skate française et de Darwin, Sébastien Daurel, comprendront. Les autres se laisseront surprendre et ne seront pas déçus »
Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin

 

On vous attend nombreux à ce festival les copains !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *