Les créatures hybrides empreintes de poésie de Clarisse Billard


Lorsque Le Type a découvert le travail de Clarisse Billard sur le marché de noël de l’IBoat, il a tout de suite voulu en savoir plus. L’occasion de rencontrer une artiste singulière aux inspirations éclectiques. Illustrations dont les personnages mi-enfants mi-animaux aux costumes empreints de féerie et de poésie rappellent les contes de notre enfance : bienvenue dans le monde de Clarisse Billard.

)

Le chemin vers l’illustration

Clarisse Billard a commencé par l’école du Louvre où elle a étudié pendant 4 ans l’histoire de l’art. À la fin de ses études, elle a travaillé comme documentaliste multimédia sur des productions de CD-ROM culturels. C’est ensuite qu’elle partira à Londres où elle prendra des cours de graphisme et se tournera vers le web, en continuité de son expérience avec les CD-ROM où elle travaillait avec des graphistes. Ce job l’attirait puisqu’il lui permettait d’allier son amour pour le dessin et ses compétences organisationnelles. Elle a ensuite travaillé sur des petits programmes avec pour mission l’organisation de contenus: rédaction de textes, la création graphique des interfaces modules, images (a notamment travaillé pour J.L Étienne pour qui elle a fait les sites)… In fine, elle a fini par se mettre à son compte en tant que graphiste (web designeuse).

Mais petit à petit, Clarisse est revenue vers son premier amour, c’est à dire le dessin. L’élément déclencheur a notamment été des faire-parts qu’elle a réalisés pour des amis. Car, oui, Clarisse a toujours dessiné. Avant l’école du Louvre, elle avait d’ailleurs pour projet de s’orienter vers des études de stylisme. L’artiste avait pour habitude de dessiner des costumes, des silhouettes… Habitude qu’elle n’a d’ailleurs pas perdu au vu de l’omniprésence des costumes dans la plupart de ses illustrations. Elle a gardé secrets ses dessins pendant de longues années, jusqu’à ce qu’une de ses amies la pousse à présenter son travail sur le marché de noël de l’IBoat dont elle connaissait l’organisatrice. Pour l’occasion elle avait alors fait toute une série de dessins en noir et blanc.

Des sources d’inspirations éclectiques

Les sources d’inspiration de cette illustratrice sont très nombreuses, notamment grâce à sa formation qui lui a permis d’étudier l’art de ses débuts à nos jours. Entre autres, elle me citera Jérôme Bosch (XVème), Béatrix Potter et Lewis Caroll, Fred (la bande dessinée « Philemon »)-plutôt pour le monde dans lequel il nous transporte que pour ses dessins : un monde imaginaire et absurde… Le dadaïsme et Miyazaki font également parti de ses inspirations tout comme le sont Adrienne Ségur ou Delphine Vaute.

)

Les outils dans sa mallette à créa…

Pour ses illustrations, Clarisse utilise un à crayon mine sèche pour la précision. Ensuite, elle repasse en général sur ses dessins avec des feutres aux pointes fines. Pour la mise en couleur, les POSCA et comme elle aime les mélanges de textiles et de motifs (s’inspire beaucoup d’Haeckel), il lui arrive de scanner des textures en aquarelle et de retravailler ses dessins à partir de ces dernières.

)

Les supports

À ses débuts, l’artiste avait fait des coussins et des totes-bags sur lesquels nous pouvions retrouver ses illustrations. Vous pouvez d’ailleurs toujours les retrouver sur sa boutique Etsy. Mais aujourd’hui, elle veut se cantonner à l’illustration, à l’aspect d' »artiste » et non pas de « créatrice ». Un de ses objectifs à long terme serait d’écrire un livre pour enfants et, pourquoi pas, travailler en collaboration pour pouvoir réaliser des illustrations dédiées aux livres pour enfants.

)

Et sinon, des expos ?

Pour l’instant, nous ne pouvons pas retrouver les œuvres de Clarisse dans des expositions. En revanche, vous pourrez la retrouver sur le Super Marché de Printemps de l’IBoat les 13 et 14 mai 2017.

)

Clarisse Billard définit son travail comme…

… Des dessins au trait fin et précis, en noir et blanc ou servis par une palette vive et franche. Un univers enfantin et poétique, à mi chemin entre le rêve et l’absurde, une sorte de cadavre exquis dans lequel se promènent des créatures hybrides mi enfants mi animaux.

Où retrouver ses œuvres ?

On peut retrouver ses œuvres sur Facebook, Instagram et sur son site (plus dédié à son métier de graphiste). Vous pouvez également faire un tour sur sa boutique Etsy. On note par ailleurs qu’elle a pour projet la création d’un site dédié à ses illustrations.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Les créatures hybrides empreintes de poésie de Clarisse Billard