Bordeaux : Too Many DJ’s 4/5 – Dub Machinist


Vivier culturel, la ville de Bordeaux regorge de talents dans différents domaines, du théâtre à la danse, en passant par le cinéma ou la musique. A travers la série Too Many DJ’s, le Type a voulu mettre un coup de projecteurs sur ceux qui ambiancent nos soirées dans les bars et clubs locaux, grâce à des sélections de disques savamment maîtrisés. Ce quatrième numéro se consacre à Dub Machinist.

}

Quel(s) genre(s) musicaux mixes-tu ?

Officiellement, j’ai deux projets : le principal est Dub Machinist où je joue du Dub et essentiellement mes productions ou celle d’amis, qui vont du Roots au Stepper en passant par le Digital et quelques influences Dubstep ; le deuxième qui est beaucoup moins connu est Solarium Experience qui navigue entre Trip Hop, Acid Jazz, Funk Disco et voire plus, il n’y a pas trop de limite ! Là aussi j’essaie de jouer essentiellement mes productions… Je m’amuse beaucoup en soirées privées à essayer d’autres styles tels que la House, la Cumbia etc., etc…. Juste pour le fun !

}

Quels types de lieux, de soirées ?

Les lieux sont souvent des salles de concert, des lieux associatifs, des bars.

}

Quel(s) support(s) utilises-tu ? Pourquoi ?

J’utilise un laptop et controler midi, accompagnés d’une console analogique et d’effets (delay , reverb , sirene etc) ; ça me semble le moyen le plus simple pour pouvoir jouer mes productions sans avoir à graver CD sur CD, ce que j’ai fait pendant longtemps.

}

Quels sont tes titres incontournables ou fétiches dans tes playlists ?

C’est assez dur de répondre à cette question vu que je ne joue que mes productions. J’ai du mal à prendre du recul avec ça car souvent le morceau que je vais adorer dans une session ne sera pas celui que le public va retenir… Il y a tellement de facteurs à prendre en compte : un morceau qui n’est pas joué au bon moment, un autre qui n’est pas dans le style voulu au moment il passe etc…

}

Ton ou tes derniers coups de cœur ?

Dernier coup de cœur : le projet que j’ai intégré il y a un an qui se nome Labdi & Dilab Orchestra, on vient de terminer l’album et il devrait voir le jour début 2017 ;  ça chante en anglais et français sur fond de musique électronique ; à découvrir absolument !

}

Bordeaux ça le fait ?

Oui j’adore l’univers musical qu’il y a à bordeaux depuis 1998. Il s’en est passé des choses avec des hauts et des bas, des lieux qui ferment, d’autres qui ouvrent, des périodes creuses, mais toujours des artistes, et une scène prolifique. J’y ai beaucoup appris.

}

Un message, une date à annoncer, un coup de gueule, une déclaration d’amour ?

Force and Guidance !!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *