Transfert 6 invite le street art au cœur de Bordeaux


Pour sa sixième édition qui se tient jusqu’au 25 septembre, le collectif Transfert nous a donné rendez vous en plein cœur de Bordeaux pour nous faire découvrir leur univers.Une trentaine de street-artists nationaux et internationaux ont réalisé des fresques recouvrant les 5000 m2 des murs de l’ancien Virgin Megastore.

}

Depuis maintenant six ans , le collectif Transfert nous fait découvrir sa créativité au sein d’expositions collectives regroupant chaque année un nombre d’artistes un peu plus important. Ce collectif, initié par Le Club Mickey, Peinture Fraiche et Les Frères Coulures a connu un énorme succès au cours de ces dernières années. Longtemps implanté aux Vivres de l’Art, Transfert déménage une seconde fois dans le cœur de Bordeaux pour nous faire découvrir cette sixième édition. L’art urbain s’expose depuis le début de l’été et durant trois mois, du mercredi au dimanche , de 14h à 19h. L’objectif est de nous faire découvrir le street art sous un tout nouvel angle. Une manière de redonner vie à ce lieu marchand abandonné depuis de nombreuses années.

Transfert a voulu faire une exposition si possible en 3D

Transfert 1

Pour cette dernière édition, les trente graffeurs et peintres présents, disposaient d’un énorme playgroung de 5000 mètres carré pour s’exprimer. « La scénographie a été confié à deux artistes, Repaze et Charl, qui se sont volontairement mis en retrait, en terme de création artistique, et qui ont décidé de se consacrer entièrement à celle-ci ». explique Rooble. Repaze, artiste fondateur du crew 777 (Triple Sept), gère la scénographie du premier au troisième étage et laisse chaque artiste s’exprimer comme il le souhaite. Ils avaient surtout carte blanche. Cependant Repaze a voulu respecter certains points. Lorsque le visiteur entre dans l’exposition, il a l’impression de plonger dans un lieu où le temps semble s’être arrêté. « Lorsque  le visiteur entre dans cet espace, il a l’impression de rentrer dans un terrain vague, et ça c’était le souhait de Repaze. Alors qu’on s’attend à rentrer dans un lieu d’exposition, l’espace est  occupé par des débris, des tags, des morceaux de bois, pleins d’éléments qui plonge le visiteur dans cet univers désiré » raconte Rooble.

Transfert 2

Au premier étage, on arrive dans un tout autre univers, celui de Transfert. Cette immersion cloisonnée et chaotique offre une libre circulation au public.  Bault, Bims & Sebas Velasco, Charles  Faussard, Deih, Frawell, Gleo, Kendo, Mozone, Nabis, Obad, Odeg, Les Parpaintres, Disketer, Landroid, Mioter & Zest : chacun a su exprimer son style. « Il a voulu au premier étage créer des espaces en camembert très ouverts sur l’intérieur. Tous les espaces sont à peu prêt égaux pour les artistes sauf sur demandes spéciales. On a des espaces qui sont plus ou moins grands. On est vraiment très centré sur le milieu et c’est aussi pour faire rentrer la lumière » explique Rooble.

Au niveau supérieur, on marque une pause dans l’exposition. Plus de 150 œuvres sont exposées dans cette galerie, indispensable à l’interprétation de cette installation. Une superficie de 1000 mètres carrés est à la disposition des artistes. Le troisième étage propose au public d’interférer entre la scénographie et les oeuvres avec les lettres en volume T-R-S-F-R-T, dédiées aux 14 artistes, 4 Letter & Capdorigine, Ernest Illm, Jone, Mister Kern, Limpio,  Retro, Jean Rooble, Scan-r, Track, Peintures Fraîche, Trakt & Crewer et Vilx. Le résultat final correspond à la pluralité des artistes. Rooble indique qu’« au troisième étage, Repaze a voulu vraiment changé d’ambiance. Quand vous regardez le plan,  toutes les cloisons ont été montées pour former les lettres T-R-S-F-R-T. On s’est donc fait attribuer des espaces complètement triangulaires, avec des hauteurs de cloisons différentes. C’est une vrai nouveauté pour nous car cette année on a vraiment eu cette volonté clair d’avoir quelque chose d’originale dans la scénographie ». Au quatrième étage, dit « le 4 », Charl un des co-fondateurs et membre du collectif TPLT résidant au sein de l’association Transfert, participe également à la scénographie et programme musicalement avec DI ROM cette dernière édition. Cette scénographie est des plus originale,mêlant divers supports. Durant tout l’été et jusqu’à la fin du mois de septembre, ont ainsi eu lieu et continue de se dérouler des brunchs symphoniques, afterworks les jeudi et vendredi soir de chaque semaine, ainsi que des concerts qui mettront à l’honneur un grand nombre d’artistes (Be quiet, Superlate, L’Orangeade, Judaah, et bien d’autres..).

}

Pour cette exposition, les membres du collectif Transfert ont réfléchi ensemble aux artistes nationaux et internationaux qu’ils aimeraient inviter. « Soit ce sont des artistes que l’on connait, soit des artistes que l’on a croisé où dont on connait le travail » explique Rooble. Gleo (Colombie), Mr Kern (Buenos Aires), Obad (Bordeaux), Bault (Paris), lettres (Lille), Bims (Niort), Capdorigine (Lille), Charles Foussard (Bordeaux), Dieh (Valence), Esnest Illm (Paris), Farewell (Paris), Retro (Paris), Romi (Paris), Scaner (Bordeaux), Sebas Velasco (Bilbao), Vilx (Poitiers) et Zest (Montepellier). Ces dix-sept artistes ont répondu avec enthousiasme à ce projet atypique. « On crée un réseau d’artistes généralement issu du graffiti, même si pour beaucoup, la pratique a évolué  entre l’installation et le travail issu sur toiles. On est parfois plus proche d’un travail plus classique ou plus graphique. A la base ce sont des artistes que l’on a vu travailler sur mur et dont on a pu apprécier le travail dans l’univers du graffiti » raconte Rooble.

transfert 5

Depuis l’année dernière, Transfert collabore avec la Mairie de Bordeaux qui les suit en terme logistique et financier. Cela leur a permis d’avoir un lien direct cette année avec la FIB (Financière Immobilière Bordelaise) qui est propriétaire du lieu. « Elle ne connaissait pas le projet mais a été séduite par la démarche artistique » selon Rooble. Des visites guidées sont menées par les artistes de transfert ou médiateurs cultuels présents sur le site. Adapté aux petits comme aux grands, ce service est proposé en Anglais, Espagnol et langue des signes. Transfert nous propose des visites ludiques (des parcours initiatiques, découverte du graffiti, analyse des installations, présentation des artistes et de leurs parcours). Des ateliers sont également proposés sur le site. Transfert nous initie ici aux graffitis, fresque, custom’, maquette, toutes ces petites choses essentielles à l’univers du street art. Les master-classes sont des ateliers plus poussés, s’adressant aux initiés, privilégiant un lien direct avec un des artistes du collectif. Transfert a également deux autres projets. Tout d’abord Station Campus, qui propose au public de découvrir celui ci sous une autre facette, de manière créative. Vient ensuite, HLM qui a pour but de faire connaitre le street art, peu connu du public et de l’exprimer en ville.

}

En gros, c’est l’événement bordelais à ne pas rater ! Toutes les informations sur la programmation ici.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *