[INTERVIEW] Julien Granel


En toute intimité, on a rencontré le petit poulain des sons dansants pop frenchies de demain. Au rythme des rires braillards et de whisky-coca, j’ai fait la rencontre de Julien Granel donc, qui a su choper les bonnes opportunités au bon moment dans sa vie de musicos passionné. Une vraie pile électrique qui a accepté de répondre aux petites questions qui me trottaient dans la tête.

En bonne élève qu’il est, avec 14 ans de conservatoire dans une poche, plus d’une soixantaine de dates dans l’autre, dont une date au Nouveau Casino (Report) à guichet fermé, des premières parties pour Kyo, Synapson et j’en passe… Il est le genre de type à être presque envié par sa large palette de performance, sa culture musicale bien rodée et sa chemise à fleur que j’ai jamais su me trouver.

Bonjour toi, présentes-toi.

Bonsoir non ? Il est déjà un peu tard pour un bonjour (rires). Enchanté, je m’appelle Julien Granel, je fais de la musique depuis tout petit, je bosse sur plein de projets différents, je fais plein de choses, j’aime faire plein de choses… Je fais de la musique tout le temps en fait.

Julien Granel & others à Darwin à l'occasion de l'Océan Climax Festival

Julien Granel & others à Darwin à l’occasion de l’Océan Climax Festival

Ok dac, de quel univers musical tu t’inspires ?

J’ai des inspirations qui sont très variées. En gros j’écoute énormément de pop, mais aussi beaucoup d’électro, de house. Je me sers vachement des dynamiques de l’électro pour les instrus, et de la pop française pour les textes.

Ok ok, et sinon où est-ce qu’on peut te voir danser le samedi soir à Bordeaux ?

A l’Iboat. Quand je fais vraiment une soirée et que je décide de sortir en club c’est à l’Iboat. Sur bordeaux je vais rarement ailleurs. Tu peux me voir danser de façon très sexy avec un gros charisme à la manière de Steeve Estatof (rires).

Avant ça, ton lieu préféré pour te chauffer avec tes potes ?

Mon bar de préchauffe ? On va dire le Milo’s. Parce que c’est le premier endroit où on m’a emmené le premier jour quand j’ai emménagé dans mon appart à Bordeaux, et c’est aussi là où j’ai rencontré tous mes potes de Bordeaux. Y a aussi beaucoup de musiciens qui traînent là bas en général, donc ça m’a permit de rencontrer plein de monde. C’est cool. Sinon La Tencha, j’y fais des DJ sets, ou encore la vie moderne, plus cosy.

Et la décuve elle se passe où ?

En général elle se passe dans mon lit, trop claqué pour les afters donc là on va dire que je suis devenu un vieux con aigri mais je fais rarement d’after tu vois. Je vais me coucher.

Et pour en revenir au son, la musique que t’écoutes à balle en ce moment ?

Je suis très Roche Musique en ce moment, FKJ, Crayon, Zimmer, Cezaire, et vivement l’album de Darius ! (Bisous si tu passes par ici)
Sinon, au niveau de la pop, en France, j’écoute en ce moment un type qui s’appelle Inigo Montoya que j’ai découvert récemment, qui m’a mis une bonne claque. Kazy Lambist pour chiller, ou rouler en voiture, parce que c’est très bon. Et cette semaine c’est la sortie du nouvel album d’Odezenne, et ça c’est une bonne nouvelle. Voilà c’est à peu près tout pour le moment. Enfin déjà beaucoup. Et éclectique (rires).

Et en ce moment il se passe quoi pour toi ?

Je fais des DJ sets, des sons pour des vidéos de potes (big up Resilients), je compose, je réfléchis… Je prépare le nouveau live, toujours avec la même équipe. Mes potes, Thibault, Léo, Peyo, Vivien au son. Axel à la régie. Big up à ma maman si elle m’écoute (rires). Nan sérieux c’est important de dire ces choses là.

Et What’s Next pour Julien Granel ?

Alors, je serai en DJ set le 20 novembre à Paris, à la cité du Cinéma de Luc Besson. De retour sur scène le 11 décembre sur scène au magnéto à Bayonne, avec John and the Volta. Puis une tournée à partir de Février ! Je peux déjà annoncer le Réservoir à Paris, le 17 février… Je mettrai en ligne les autres dates en janvier. En tout cas je peux te dire qu’on terminera la tournée en beauté à Bordeaux ! Y aura également la sortie d’un clip début février, avec un nouveau titre. Un joli clip.

julien granel

Cool, et dans l’idéal avec qui t’aimerai faire des trucs, musicalement parlant…

Musicalement avec…Ouh, y’a tellement de réponses possibles… Bon, au niveau de la prod je vais dire Yuksek, j’adore son travail. Autant ses remixes que ses morceaux, faire un peu de clavier dans son studio ça serait top, étant un vrai passionné de synthés. Après j’aimerais aller me déhancher sur de la musique tropicale avec La Femme sur la plage de Biarritz en recherche de sensations, mais comme c’est déjà fait, on va plutôt rester sur la première idée.

FAST CUT

Label ou indépendant?
Indépendant.

MP3 ou vinyle ?
Vinyle.

Grosse ou petite scène ?
Grosse scène pour le kiffe et la petite pour faire suer les gens.

Festival ou concert ?
Festival.

The end. Merci Juju.

Pas besoin de dire qu’on vous incite à vous pencher dessus, jeter un œil (ou deux) à ce qu’il fait et suivre de prêt ce qu’il va faire. Justement, il se glissera dans le rôle d’acteur dans le prochain film « BANG GANG (Une histoire d’amour moderne) d’Eva Husson qui sortira en janvier 2016. On lui souhaite le best pour la suite.

Tschüss.
Sa page facebook
Son Instagram et son Twitter

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “[INTERVIEW] Julien Granel