[INTERVIEW] Be Quiet


Rencontre avec Pierre (basse), Lou (guitare) et Quentin (batterie) de Be Quiet.  En bonus : mini playlist à retrouver à la fin de l’interview.

Si tu es bordelais et que tu suis de près (ou de loin) l’actu musicale de ta ville, inutile de te présenter Be Quiet, groupe qui squatte les salles de la belle endormie depuis plusieurs années avec son rock teinté d’électro.

Mais depuis quelques temps, le Type se rend compte que les les lignes bougent du côté de la formation. Avec un clip WTF qui a bien fait parler de lui et un EP prêt à sortir dans les prochains jours, Be Quiet s’apprête à déferler et à faire éclater une certaine nouvelle maturité au grand jour.

Si vous deviez vous présenter en quelques mots, quels mots choisiriez-vous ? 

Shoegaze, électro… Bordeaux évidemment.

Depuis combien de temps évoluez-vous avec cette formation actuelle ?

Be Quiet existe depuis 2009. A ce moment, le son était plutôt du rock alternatif. Le groupe a pris sa forme définitive en 2011.

Pour ce qui est de la composition et de l’écriture de vos titres, diriez-vous que vous avez tous des influences communes ou très différentes les uns des autres ?

On peut dire que le gros de nos influences se situent autour des années 80 et 90 avec des groupes comme The Cure, My Bloody Valentine, Joy Division… On écoute aussi énormément Portishead, Radiohead, Tame Impala et les débuts de The Horrors.

A part ces groupes, vos inspirations peuvent-elles avoir une autre source ? Je pense à des séries, des films…

Ouais, même si ce qu’on écoute est notre première source d’inspiration, on est quand même hyper influencés par certaines séries pour leur ambiance, leurs décors, leurs personnages… Des séries comme Gotham ou True Detective par exemple. Certains réalisateurs reviennent aussi souvent de ce côté là : Burton, Kubrick

Ça fait longtemps que vous jouez ensemble… Comment voyez-vous évoluer la scène bordelaise ?

Franchement, dans le bon sens. On voit qu’il y a de plus en plus de structures, d’accompagnement, de salles… Des événements comme Ocean Climax sont aussi très cools car ça permet de bien mettre en avant des groupes locaux.

Si vous deviez retenir un meilleur souvenir pour Be Quiet… 

On apprécie énormément toutes nos sessions studio. C’est comme à la maison, on est dans notre bulle… Notre concert au festival Beauregard l’année dernière reste aussi un super souvenir. On avait été super bien accueillis et la prog était top. De manière générale, on peut pas dire qu’on a des souvenirs vraiment horribles avec le groupe. Même quand ça nous arrive de galérer, on arrive toujours à s’amuser.


La playlist express de Be Quiet : 

« Bachelorette » de Bjork :

« Ether Ether » de Cassegrain & Tin Man :

« Gemini » de Boards of Canada :

Facebook

Soundcloud


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “[INTERVIEW] Be Quiet

  • dc shell

    Be Quiet sont très talentueux, à l’évidence. J’entends dans leur musique des échos du Simple Minds inspiré de la période duelle « Empires&Dances » et « Sons and Fascination », avant qu’ils n’émulent avec maestria Roxy Music… La voix évoque un peu celle de Peter Murphy ou David Sylvian. C’est de la New Wave Plus, filtrée au shoegaze et au krautrock, avec une personnalité atypique et forte, taillée pour l’international. A l’horizon : un futur brillant, sans aucun doute…